Histoire du monde

  • Europe

    Richard Werly

    Le drapeau bleu étoilé de l'Union européenne est déchiré. Le divorce chaotique du Brexit et les incertitudes qui pèsent sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'Union font souffler un vent mauvais sur l'idée d'une Europe unie, où la souveraineté partagée est un dessein assumé.

    Laisser, dans une telle tempête, s'éteindre les étoiles d'une Union forgée à partir des années cinquante pour sortir de l'engrenage des guerres et des rivalités mortelles, serait la pire des renonciations. Il nous était impossible, dans cette collection L'âme des peuples, conçue en pleine crise financière européenne pour permettre de mieux de mieux ajuster notre regard sur les pays, villes et régions qui nous entourent, de ne pas relever le défi.

    Ce petit livre n'est ni un guide, ni une énième profession de foi, mais il est une flamme que nous voulons entretenir et souffler sur les braises d'un rêve européen.

  • Une immensité. Un monde à part. Une histoire de violence façonnée par une colonisation pénitentiaire dont les vestiges sont aujourd'hui promus au rang de trésors nationaux. L'Australie est un pays de rêve né de la folie de navigateurs perdus dans les confins du Pacifique. Il fallut ensuite aux administrateurs venus de la lointaine Europe conquérir, éliminer, repousser toujours plus loin son peuple aborigène. L'Australie est un continent de cicatrices dont le coeur sec a longtemps battu au rythme de la pire des ségrégations. Ce pays géant est taillé pour l'aventure. Les vagues qui se fracassent sur ses rivages vous transforment l'âme. Ses dizaines de milliers de kilomètres de pistes qui burinent les visages, forgent les caractères et redonnent aux hommes qui les empruntent le goût de la redécouverte de soi-même. Et voilà que le visiteur se retrouve sur la côte, saisi par la passion de l'océan Pacifique et par la beauté de ses villes.

  • Un petit livre pour un petit pays. Mais comment raconter, en si peu de pages, cette insatiable soif de vivre du peuple libanais ? Comment raconter ce Liban si souvent bousculé, envahi, menacé, dépecé, et aujourd'hui confronté à l'afflux de millions de réfugiés en provenance de Syrie, ce voisin qui jadis mit Beyrouth à sa botte ? Le Liban est une passion. Une raison d'être que son territoire, accolé à celui d'Israël, dissimule souvent mal, tant s'entremêlent sur cette terre des destins opposés, jetés les uns contre les autres lors de la guerre civile qui poussa vers l'exil - une fois de plus - des centaines de milliers de Libanais. Sa géographie, magnifique combinaison de plaines, de montagnes et de forêts de cèdres, est un écrin pour le coeur d'une nation que tout pourrait diviser, mais qui toujours a su ressusciter. Ce petit livre dit les souffrances, les divisions religieuses, l'héroïsme de certains et les doutes des autres. Car le Liban est un pays vivant et qui se bat.

  • Au fil des années, le Livre du thé, publié en anglais en 1906 par l'érudit japonais Okakura Kakuzo¯ (1862-1913), est devenu l'un des emblèmes les plus reconnus de la rencontre entre l'Orient et l'Occident. Traduit et commenté à plusieurs reprises, on le retrouve jusque dans la publicité de marques de thé.

    En dépit de son titre, le Livre ne doit pas être considéré comme un manuel consacré au thé. Il s'agit plutôt d'un essai ou, mieux encore, d'un hymne à la culture, à l'esthétique, à l'esprit du thé en tant que symbole, image paradigmatique de l'âme asiatique. Son auteur, chercheur passionné, a voué son existence au renouvellement et à la diffusion des caractères idéaux de l'Orient, dans un temps où le Japon semblait vouloir les renier au profit des valeurs occidentales.

    Cette nouvelle édition contient un riche appareil de notes destiné à éclaircir les contenus non explicités par l'auteur et que les différentes éditions internationales n'ont que partiellement affrontés, ainsi qu'une notice retraçant la vie d'Okakura parallèlement à sa mission interculturelle, sous le signe du développement de la spiritualité universelle au travers de l'esthétique et de la pratique du thé comme mode de vie.
    Okakura vit une époque de grands idéaux et de transformations individuelles et sociales radicales, où l'hébétement devant la puissance de l'Occident coexiste avec le désir d'imitation. Sa propre vie est un chef-d'oeuvre de dévouement aux valeurs de la tradition asiatique et japonaise, et d'habilité à les répandre au sein de la civilisation qui les menace en premier lieu.
    Avec le recul, la formation d'Okakura apparaît comme un parcours conçu pas à pas dans un but précis, qui sera celui de toute sa vie. Ainsi le Livre du thé tient lieu de fil rouge reliant une existence exemplaire à son destin intérieur, et constitue pour chacun d'entre nous un exemple archétypique actuel et pérenne.

  • Les Japonais vivent au présent. Le drame du tsunami de mars 2011 reste une plaie ouverte, mais le Japon, pugnace, regarde déjà ailleurs. Ce pays est un art de vivre. Un écheveau de règles souvent tacites mais incontournables, qui font du quotidien un rituel bien réglé.

    Qu'est-ce qu'être Japonais aujourd'hui ? Comment évoquer le Japon de ce siècle sans comprendre que son dessein se fracasse aujourd'hui sur la Chine, sur fond de surenchères nationalistes réciproques ?

    Ce petit livre plonge le lecteur au coeur de traditions millénaires, pointe les transformations, souligne les fractures. Pour découvrir un Japon vécu de l'intérieur.

    Récit suivi d'entretiens avec Pierre-François Souyri (Le Japon est devenu un géant économique mais est resté un nain politique), Chikako Mori (La société japonaise s'ouvre lentement à la mondialisation) et Keiichiro Hirano (Au Japon, la préservation de la cohésion sociale prime sur la liberté de penser de l'individu).

  • L'Iran est un jardin que les mots font fleurir. Sous les coupoles des mosquées d'Ispahan et des mausolées de Chirâz, une somme de fascinantes contradictions persanes est à l'oeuvre.

    Les Iraniens aiment les sciences et sont superstitieux. Ils sont mystiques et amoureux des plaisirs plus terrestres. L'Iran des poètes est celui du pardon. Mais l'Iran des juges islamiques condamne à mort le plus grand nombre de mineurs au monde. Les omniprésents mollahs y sont sans cesse moqués, affublés de sobriquets ridicules, maudits, voire insultés. Mais peu d'Iraniens voudraient qu'ils disparaissent de leur paysage.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. L'Iran est un poème persan dont ces pages vous aident à saisir les dérangeantes ambiguïtés. Il dit l'âme d'un pays qui, de tout temps, a figuré au panthéon des voyageurs. Il explique le mystère et les secrets d'un grand peuple. Parce qu'en Iran, comprendre n'est qu'une étape sur le sinueux chemin des sentiments.

    Récit suivi d'entretiens avec Clément Therme (Comment les mollahs ont fabriqué l'homo islamicus) et Leili Anvar (Le mythe de la Taverne).

  • Il faut entendre l'aspiration de nombreux Catalans à l'indépendance. Entendre ne veut pas dire comprendre. Encore moins accepter. Entendre, c'est regarder en face les méandres du passé d'une Espagne bien moins monolithique que son élite madrilène ne l'affirme. La Catalogne n'est pas un rêve dénué de sens et de réalité. Une force existe dans cette région qu'irrigue la puissante Barcelone.
    Elle transcende la barrière naturelle des Pyrénées.
    Elle agite l'arrière-pays, réveille les traditions ancestrales et vit au rythme d'une langue symbole d'identité.

    Cette Catalogne-là n'est pas celle des harangues politiques. Elle ne se résume pas à un référendum ou au destin personnel de militants incarcérés. Elle forme un brasier de passions, enracinées dans l'histoire et les blessures d'hier. Avec les archivistes de la guerre civile, l'auteur a parlé dissimulations, mensonges et omissions impardonnables héritées des années noires du franquisme. Avec les élus catalans, l'échange s'est fait rugueux sur les questions de corruption. Avec le peuple catalan enfin, les interrogations n'ont cessé de fuser. Comment ? Pourquoi ? Quelle indépendance ?
    Ce petit livre n'est pas un récit au fil des paysages de la Catalogne. Il se lit comme une enquête. Il est un décodeur des passions espagnoles. Parce que l'identité, en terre ibérique, est une quête toujours recommencée.

  • Comment est-on Espagnol ? Au pays de Don Quichotte, où résonne à chaque victoire sportive un hymne national sans paroles, la question taraude une communauté nationale minée par des identités régionales de plus en plus affirmées. Comment répondre à cette interrogation, nourrie, à des siècles d'intervalle, par l'héritage des invasions musulmanes et de la reconquista, par les mensonges franquistes ou le grand gaspillage des aides européennes ?
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il revisite, d'abord à travers un récit découpé en tableaux soignés de la société espagnole, puis à l'écoute de grands intellectuels, les clichés sur une société bousculée par la prospérité, la modernité et aujourd'hui par la crise. Un voyage au gré de personnages forts et de lieux marquants, pour mieux connaître les passions espagnoles. Et donc mieux les comprendre.

    Un grand récit suivi d'entretiens avec José Alvarez Junco (historien), Angeles Carmona (Présidente de l'Observatoire de la violence domestique et de genre au sein du Conseil général du pouvoir judiciaire espagnol) et Joan Botella (universitaire et politologue catalan).

  • Le Royaume-Uni existe-t-il encore ? En optant pour un divorce avec le continent, salué comme une revanche historique par la presse nationaliste et les milieux populaires, l'Angleterre est revenue sur le devant de la scène. Demain, peut-être, cette terre sera de nouveau divisée, laissant Londres dériver vers sa nostalgie d'empire, ses rêves de commerce mondialisé et les mirages de la puissance financière d'une City, devenue la colonne vertébrale d'une nation fracturée, à l'intérieur de laquelle beaucoup d'Anglais ne parviennent même plus à se comprendre.

    Être ou ne pas être Anglais. S'affirmer Anglais. Penser Anglais. Tel est le défi de ce territoire exigu dont le destin moderne s'est, paradoxe absolu, toujours confondu avec celui du monde.

    L'Angleterre n'est pas qu'une équipe de football ou de rugby. C'est un pays qui aspire à redevenir lui-même à une époque où tant de repères nationaux sont brouillés. Parce que derrière le non des Anglais à l'Europe se cache, ni plus ni moins, la difficile quête de leur identité.

    Récit suivi d'entretiens avec Norman Davies (La dissolution du Royaume-Uni est inéluctable) et Jon Henley (Deux Angleterre cohabitent sans se voir).

  • Le Cambodge est une blessure. Impossible, dans l'immense cité d'Angkor, redécouverte au 19e siècle par les archéologues coloniaux français, de ne pas voir dans ces tours de pierre sculptées la souffrance d'un peuple martyrisé par ses souverains sur l'autel de leurs rêves de grandeur. On ne se relève pas d'un génocide.
    Celui commis par les Khmers Rouges, entre 1975 et 1979, au nom d'une idéologie maoïste mortifère, n'eut pas d'équivalent dans le monde. Plus de trois millions de Cambodgiens périrent, souvent tués à mains nues par des enfants ou morts de faim dans les rizières.
    Ce Cambodge-là a pour toujours flétri le sourire légendaire de son peuple.
    Il fallait, pour raconter le destin de ce pays, un auteur qui ait connu ces années de souffrance et d'horreur. Quelqu'un qui, de témoin, puisse devenir l'historien de sa reconstruction et offrir au lecteur le portrait de cette résurrection. Par sa plume unique, celle d'un des plus grands journalistes français spécialistes de l'Asie, Jean-Claude Pomonti nous plonge au coeur de l'âme khmère. Parce que les malheurs du Cambodge, sacrifié par les grandes puissances durant la guerre du Vietnam, resteront toujours ceux de notre histoire.

    Récit suivi d'entretiens avec Ou Virak (La société cambodgienne est en voie de redéfinition), Jean-Michel Filippi (Un empire, un royaume, mais un Etat à la faiblesse récurrente) et Phloeun Prim (Transformer le Cambodge par l'art).

  • D'abord des paysages. Ensuite un envoûtement.
    Le Kenya, c'est cette fracture géologique de la grande vallée du Rift que le visiteur se prend comme un coup de poing, dès la sortie de Nairobi. L'Afrique en miroir.
    Toute l'Afrique, résumée dans l'histoire d'un pays et dans ses convulsions depuis l'indépendance. Le Kenya est un mythe entretenu par les images de films romantiques et de récits de voyage. Mais dans ses soutes, la fureur n'a jamais été contenue. Les rages ethniques, politiquement exploitées, sont toujours à fleur d'actualité. La mémoire des massacres coloniaux y reste vive. L'ambiance coloniale des clubs si britanniques ne pourrait être plus trompeuse.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est une odyssée africaine, une plongée, page après page, dans le coeur du continent noir.

  • Qu'est donc le « pays breton » ? Ce simple mot évoque un folklore de musiques celtiques, une langue revigorée, une bannière reconnaissable entre toutes, une terre de granite et de landes. En Bretagne, on peut distinguer bien des « pays », liés aux évêchés traditionnels, forgés par les villes phares ou délimités par les cinq départements qui forment la Bretagne historique.

    Mais la géographie de ce promontoire du bout de l'Europe imprègne son âme. Le sens de la fête et le goût de la révolte y flirtent avec l'appel du grand large, des chemins creux et des plus beaux voiliers du monde. Les chapelles du Morbihan accueillent la création contemporaine tout en maintenant la Culture des Pardons. Le Festival interceltique de Lorient voisine avec les Transmusicales de Rennes et les Étonnants Voyageurs de Saint-Malo.

    Bienvenue dans cette terre bretonne où la soumission catholique d'antan s'est toujours accompagnée d'une résistance à la violence des puissants. Ce petit livre décodeur n'a qu'une ambition : vous convaincre, une fois de plus, d'y jeter l'ancre.

    Un grand récit suivi d'entretiens avec Céline Chanas (La Bretagne s'est construite dans son rapport au monde. Nous devons restituer cette dimension), Jean-Guy Le Floch (Le retour aux sources est un sentiment qui taraude tout Breton) et Youn Kamm (Nous sommes dans des démarches de métissage, d'ouverture, de découverte et de curiosité permanente).

  • Vous avez laché les amarres avec l'Europe. Le vieux continent est derrière vous. Ici Buenos Aires, la métropole qui incarnait encore, jusque dans les années 60, tous les espoirs de réussite et d'aventure pour des millions d'émigrés venus de Pologne, d'Italie ou d'Allemagne.
    Bienvenue en Argentine, où le drame semble se lover dans les moindres recoins. Ici, la passion s'étale. Les frontières sont un mythe. La politique, depuis Juan et Eva Peron, y est un film, souvent de série B. La faillite financière rode toujours. Diego Maradona pourra-t-il sauver d'un nouveau but somptueux, l'Argentine blessée par des décennies d'incurie et de populisme ? Le fantôme du « Kid » du quartier populaire de Caminito pèse aussi lourd sur les esprits que les tangos déchirants de Carlos Gardel.
    L'âme de l'Argentine est un long sentier enneigé de Patagonie. Elle parcourt les vignobles pentus de Mendoza et se fracasse dans le ressac des magnifiques chutes d'Iguazu. Elle vous fait frisonner mais engendre une envie folle d'y retourner, pour retrouver ce pays des confins et ces lieux mythiques, comme le café aux trente-six billards du grand José Luis Borges.
    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il raconte, au gré d'une plume passée comme un pinceau sur les réalités d'un pays en pleine convulsion, les hauts et les bas d'une nation torturée. Pour mieux en raconter les passions. Et pour mieux vous les faire partager. Sur un air de tango !

  • Le Montana, plus que tout autre État américain, rime avec aventure. Ce territoire incarne le mythe de la frontière, toujours repoussée, jamais vaincue, toujours recherchée. Sept réserves indiennes, huit parcs ou monuments nationaux et l'impression de vivre dans l'un des ultimes sanctuaires naturels de l'Amérique, aujourd'hui menacé par le « fracking », l'exploitation industrielle du gaz de schiste.
    Le Montana est un rêve. Il fut celui des pionniers.
    Il demeure celui des écrivains et des cinéastes qui en ont fait l'ultime destination créative, loin de New York ou d'Hollywood. Mais il y a surtout l'histoire. Elle est gravée là dans les pierres, dans le lit des rivières, sur les flancs des montagnes enneigées que d'authentiques cowboys continuent d'arpenter.
    Le Montana, ou la solitude absolue que l'Amérique a érigée en culte. Un petit livre pour oublier le reste des États-Unis. Parce qu'au Montana, c'est une Amérique unique que l'on rencontre.

  • Et si la crise économique qui terrasse le pays accouchait d'un nouveau miracle grec ? Partout, de l'anarchique Athènes aux îles les plus touristiques de la mer Égée, une nouvelle odyssée hellénique prend forme. Au culte du palikare, ce héros romantique de la lutte pour l'indépendance, succède aujourd'hui une volonté de ne plus se laisser étouffer par les clans politiques, le clientélisme et la corruption.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il revisite, d'abord à travers un récit riche en anecdotes et en souvenirs poignants, puis à l'écoute de grands intellectuels, les clichés sur une Grèce désemparée. Sans rien cacher des responsabilités politiques des gouvernements successifs et sans masquer l'ampleur du défi posé par l'émergence des extrémismes. Un voyage culturel, linguistique, épicurien et historique pour mieux connaître les passions grecques. Et donc mieux les comprendre.

    Un grand récit suivi d'entretiens avec Tassos Anastassiadis (historien), Thomas Maloutas (sociologue) et Petros Linardos (économiste).

  • Le Mexique est comme une utopie. Il vous nourrit autant qu'il vous épuise. La mort y est saluée avec dérision lors de festivals qui vous laisseront un souvenir... immortel. Le pays ne mérite pas l'image inquiétante, carrément angoissante, que l'actualité de ces dernières années a fini par peindre. La violence et le chaos que font régner les narcotrafiquants ne doivent pas décourager le visiteur curieux. Car ici, au coeur du continent américain, tout mérite le détour.
    Ici s'est forgée l'histoire du Nouveau Monde colonisé par les conquistadors. Ici vivent les mythes des révolutionnaires latino-américains. Ici mourut Léon Trotsky. Ici se mobilisent les rebelles du Chiapas, ici crient les femmes révoltées par les horreurs des trafics de drogue.
    Ce petit livre n'est pas un guide. Il raconte le Mexique et les passions mexicaines : une volonté effrénée de liberté sans cesse contrariée par la mainmise d'un vieux système prédateur sur ses ressources naturelles et économiques. Un vrai roman latino-américain !

    Un grand récit suivi d'entretiens avec Soledad Loaeza (historienne), Ricardo Raphael (politologue) et Jorge Volpi (écrivain).

  • La Provence se joue des frontières. Elle s'épanouit dans les paysages, bute sur le Rhône, rebondit sur les Alpes, se déverse dans la mer. Lavande et mimosa sont ses marques de fabrique. Les santons veillent au grain sur ces maquis arides. La Provence est une évidence pour ceux qui y habitent. Elle est, pour les autres, synonyme d'envies et de désir. Ce bon coté de l'hexagone, où le soleil abrège l'hiver, a toujours semblé être le versant heureux d'une France inquiète.

    La Provence est pourtant bien autre chose. Elle est culture, traditions, pierres rugueuses et hiver brumeux.
    Sa capacité à dissiper vos nuages intérieurs vient d'une force qui vous échappe, que Frédéric Mistral, Jean Giono et Marcel Pagnol ont su coucher sur les pages de livres qu'il vous faut absolument lire avant d'arpenter ces terres. L'âme de la Provence est un voyage en soi. Il impose d'oublier les clichés, de fixer la Montagne Sainte Victoire et son incendie de couleurs au coucher du soleil. Haut perchés, les villages forteresses disent combien cette terre, toujours, fut convoitée et parvint à résister.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il dit ce qu'est vivre en Provence et comprendre cette région de France enchantée par les poètes. Il dit la fécondité de ses sentiers. Parce qu'en Provence, le grain que vous semez, voyageur ou pélerin, fleurit toujours ensuite dans votre coeur.

  • Le Vietnam n'est pas une guerre. C'est un pays, un peuple, une histoire, une culture façonnés par l'empreinte d'une relation unique avec l'immense Chine voisine. Une terre d'eau, de montagnes et de jungle où l'insubmersible côtoie l'éphèmère, où l'on s'asseoit le long des rues, sur de petits tabourets devenus, au fil de l'histoire, les attributs d'une volonté farouche.

    C'est ce Vietnam-passion, ce roman d'un pays envoûtant, où la France coloniale a laissé sa marque, que l'on retrouve au fil de ces pages, conté d'une plume intime et subtile. Du fracas des combats à la ruée vers le profit dont la paix a accouché sous la férule d'un parti communiste arrimé aux commandes, c'est le quotidien d'un pays et d'une population que l'on découvre.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il porte en lui la marque des passions et des luttes vietnamiennes. Avec, au fil des pages, cette tendresse et ce goût du Vietnam qui nous permet de mieux les comprendre.

    Un grand récit suivi d'entretiens avec Bui Trân Phuong (Pour produire des fruits, l'arbre ne doit pas ignorer ses racines) et Nguyên Quang Dy (Seule issue possible: sortir de l'orbite chinoise).

  • Son isolement est une légende. Durant la Guerre froide, sous le joug communiste du paranoïaque Enver Hoxha, l'Albanie semblait une forteresse inexpugnable. À la lisière de l'Italie et de la Grèce, ouverte sur l'Adriatique, ce pays méconnu paraissait figé dans son idéologique solitude.

    Changement de cap. Depuis l'effondrement du communisme, l'autre visage de cette nation de montagnards perchée au-dessus de la mer a fini par émerger. Pays dominé par la loi des familles et des clans, mais où la chaleur de l'amitié et des relations personnelles transcende tous les clivages et toutes les barrières, une nouvelle Albanie a peu à peu pris le dessus. On y rit, on y boit, on y accueille l'étranger à bras ouverts, dans un climat unique de générosité musulmane et de fête toute balkanique.
    Ce petit livre n'est pas un guide, c'est un décodeur. Un verrou que l'on fait sauter. Il raconte l'âme d'un peuple que la folie de ses dirigeants tenta de faire sortir de l'histoire. Il dit la volonté des jeunes Albanais de retrouver le chemin de l'Europe. Car comprendre l'Albanie impose d'abord d'en saisir les règles et les coutumes immémoriales.

    Un grand récit suivi par des entretiens avec Andi Pinari (historien), Ermela Teli (actrice) et Besnik Mustafaj (écrivain).

  • Accoutumés à s'identifier aux drames de leur histoire, les Polonais ont encore de la peine à saisir que leur pays est devenu un grand d'Europe. Quel chemin parcouru pourtant ! À Varsovie, à Cracovie, en Silésie ou dans les coulisses du monastère de la Vierge noire à Czestochowa, la Pologne moderne se conjugue au quotidien avec la nostalgie populaire d'une noblesse rurale, les frustrations nationalistes et religieuses, et un goût effréné de la littérature et des arts.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il revisite, d'abord à travers un récit riche en anecdotes, en couleurs et en rencontres, puis à l'écoute de grands intellectuels, les clichés des charges héroïques des Uhlans, le tourbillon des valses de Chopin et l'image d'un peuple irrémédiablement associé à Jean-Paul II, le pape vainqueur du communisme. Un voyage architectural, gastronomique, linguistique et culturel pour mieux connaître les passions polonaises. Et donc mieux les comprendre.

    Un grand récit suivi d'entretiens avec Jan Sowa (historien), Janusz Czapinski (sociologue) et Ludwik Dorn (ancien ministre).

  • Les Kurdes sont loups et bergers. Leur sens de l'hospitalité n'a d'égal que leur caractère de montagnards trop souvent contraints par l'histoire de lutter pour leur liberté.

    Redoutable défi, donc, que ce petit livre publié à l'heure où le Kurdistan, dans l'ombre de la guerre qui ensanglante la Syrie et l'Irak, s'efforce d'offrir un destin à ce peuple éclaté entre plusieurs pays.

    Le Kurdistan est fait d'hommes et de femmes, de pierres, de poussière et de vent. Le soleil et le froid y marquent les corps et les âmes. Mais le Kurdistan n'est pas que tragédie. La danse et le goût de la fête font resurgir la sève des montagnes.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. Il nous raconte, avec les mots de la passion et l'exigence de la vérité, cette société qui apprend aujourd'hui à s'ouvrir. Parce qu'on ne comprend pas le peuple kurde sans l'aimer. Et sans le regarder en face.

    Récit suivi d'entretiens avec Frédéric Tissot (La religion n'est pas une composante de l'identité kurde), Nazand Begikhani (L'image de la femme kurde libre est un mythe) et Hiner Saleem (La fierté des Kurdes, c'est le refus de la soumission).

  • Un pays ? Pas tout à fait, tant ses frontières sont convoitées et disputées. Un continent ? Pas complètement. Un peuple ? Pas si sûr. Alors, une fresque ? Évidemment !

    Le Congo est un tableau peint au rythme de l'Afrique, sur une toile immense où l'ardeur de survivre et l'ingéniosité forment les ressorts d'une naïveté apparente et si séduisante.

    Le Congo est musical, il danse, il chante, il vibre quand il rit et quand il pleure, sur les rives du grand fleuve, cette artère profonde de l'Afrique remontée par des aventuriers tout droits sortis du coeur des ténèbres.

    Ce petit livre n'est pas un guide. C'est un décodeur. La rumba congolaise y rythme l'amour et les folies de la vie. Le courage des femmes outragées par les guerres interminables y révèle la détermination de surmonter les décennies d'horreur. Un récit à l'image des Congolaises, rempli de leur folle énergie et ode à l'éternelle maternité de l'Afrique.

    Récit suivi d'entretiens avec Isidore Ndaywel (La colonisation belge a engendré un esprit de dépendance), Maddy Tiembe (Au Congo, une femme doit obligatoirement avoir des attributs) et Freddy Tsimba (Les artistes congolais sont des créateurs d'identité nationale).

  • L'Helvétie est un mythe. La Suisse est une marque.
    Mais comment est-elle devenue un pays, peuplée par huit millions d'habitants fiers, malgré leurs différences, de leur drapeau à croix blanche si reconnaissable ? Et comment parvient-elle à rester si prospère tout en demeurant, avec ténacité, à l'écart de cette Union européenne qui l'entoure et l'encercle ?
    Des rives du lac Léman à la plaine du Grütli sur les hauteurs de la Suisse centrale, des vallées valaisannes escarpées aux confins italophones du Tessin, l'auteur nous guide dans ce dédale helvète où l'identité est partout érigée en vertu. Mais gare :
    Ce bonheur d'être Suisse, souvent caricaturé par ceux qui l'observent de l'extérieur avec envie, mérite aussi un exigeant diagnostic. L'envers dramatique de la neutralité confédérée durant la Seconde Guerre mondiale, l'impunité décriée des banques, le fichage policier de sa population longtemps pratiqué laissent encore aujourd'hui le goût amer d'une réussite aux relents d'égoisme. Autant de clichés décortiqués ici, à la lumière de l'histoire et des paysages.

empty