Entreprise, économie & droit

  • E livre nous raconte l'histoire récente de la Compagnie Générale des Eaux, devenue Vivendi puis Veolia Environnement.
    Ce pourrait être un roman, tant se succèdent à un rythme accéléré les événements : croissance dans les services à l'environnement, absorption d'Havas, création de SFR et Canal +, mise en bourse de Vinci, aventures américaines, divorce médias-environnement, OPA ratée sur Suez .
    Coups de génie et erreurs, éléments programmés et évènements inattendus, développements éclatants et crises économiques ont alternativement scellé le destin de cette entreprise hors du commun.
    Tour à tour, sous la pression de ses actionnaires, du pouvoir politique, des cercles d'influence et de ses clients, l'entreprise a connu des fortunes diverses. Ce groupe a été marqué par quatre dirigeants d'exception : Guy Dejouany, Jean-Marie Messier, Henri Proglio et Antoine Frérot. Quelles ont été leurs stratégies ? Quels furent les résultats ? Comment ont-ils dirigé ? Qui a manigancé contre eux ?
    Voici l'incroyable histoire de la Compagnie Générale des Eaux.

  • " Etre bâtonnier, c'est ajouter à l'insoupçonnable condition de l'avocat l'angoisse des entreprises obligées et le poids de l'incertitude.
    Etre bâtonnier, c'est faire le chemin qui va de l'avocat solitaire vers l'avocat solidaire. C'est aussi prendre son bâton de pèlerin pour affirmer, par l'exemple, sa foi dans une profession mal aimée parce que mal connue. Etre bâtonnier, c'est rester un avocat d'amour tout en endossant la robe de l'avocat des avocats. Autant dire qu'il faut trouver le temps d'accomplir une double journée chaque jour.
    Mission impossible ? " Cet ouvrage à la fois drôle et sérieux, parsemé d'anecdotes, nous donne les clés pour comprendre ce qui fait marcher les avocats.

  • Les hommes n'ont cessé d'être confrontés au cours de l'Histoire aux risques naturels, aux risques politiques et aux risques économiques. Aujourd'hui, nous affrontons une crise où les systèmes ne remplissent plus leurs objectifs économiques (création et répartition de richesses, d'emploi et d'innovations) et ne servent plus l'objectif de bien-être général (préservation du lien et de la cohésion sociale). Le doute s'est généralisé et tend à perdurer. Cette crise est la négation de certaines de nos constructions économiques, financières, politiques et sociales. Elle est la traduction de nos pauvres certitudes qui ont volées en éclats alors que nombreux sont ceux qui les confondaient encore récemment avec de " solides fondamentaux " ou autres repères contre l'anomie sociale pourtant croissante. Aujourd'hui, quel banquier serait prêt à se sacrifier en révélant son " vrai profil " ? Il serait alors immédiatement la cible de ses concurrents. Et quel État oserait sacrifier ses propres institutions bancaires au nom de la transparence tant qu'il n'y a pas de concertation mondiale effective ? Car celui qui voudrait réellement restaurer la transparence demeurerait le seul honnête dans un monde où le " bluff " prédomine. Ainsi, les " grands nettoyages " des banques et autres plans de relance n'auront une perspective favorable que si nous arrivons à resynchroniser d'urgence nos mesures politiques notamment en terme de transparence. Le temps est bien venu de repenser l'architecture des systèmes si nous voulons préserver nos fondements démocratiques.

  • Ecologique, sociale, financière, économique, sanitaire, philosophique, spirituelle...
    : la crise protéiforme que nous vivons est celle d'un monde caractérisé par la démesure et le déséquilibre. La question n'est plus tant " quel environnement allons-nous laisser à nos enfants ? ", mais " quels enfants allons-nous laisser à notre environnement ? ". L'auteur s'adresse dans cet ouvrage à sa fille et, à travers elle, à tous les enfants nés au tournant du millénaire. II y est question des voies à suivre pour que cette génération prophète développe une forme de leadership plus responsable.
    Il explique sa démarche en ces termes à sa fille : " Loin de moi l'idée de guérir le stress, de résorber le doute, de faire disparaître les questions dans le simulacre de réponses toutes faites, mes vérités sont mouvantes et parfois ambiguës, mon ambition est autre. Je veux essayer de faire de ta fragilité un atout. Je veux t'aider à dessiner la trajectoire d'une vie pleine. Je veux t'inciter à explorer les voies d'un développement personnel qui trouve une résonance chez les autres.
    Prends ce "je veux" pour un "jeu/voeu". Libre à toi d'assembler à ta guise les fragments de sens proposés ici. Puisses-tu prendre plaisir à inventer ton propre puzzle ! ".

  • On parle souvent de la " presse people ".
    On ne parle jamais des journalistes qui, quotidiennement, alimentent les journaux d'information des grandes chaînes de télévision. la fermeture des usines moulinex, les inondations de vaison-la-romaine, la tempête de décembre 1999, les victimes de l'attentat de karachi. cet ouvrage inédit nous permet de suivre un journaliste dans son quotidien et celui de nombreux autres correspondants en france, des débuts d'henri sannier (france 3) à marcel trillat (france 2) en passant par maurice olivari, correspondant à rome pour tf1.
    Comment vivent ces correspondants ? quelles relations entretiennent-ils avec les " gens sur le terrain " ? comment travaillent-ils avec leurs rédactions parisiennes ? sont-ils libres d'écrire, de filmer, d'interviewer ? de caen à lille, de brest à marseille, de montpellier à rennes, ce livre aux témoignages souvent émouvants vous éclaire sur le vécu de ces " journalistes de l'ombre ".

  • Quand un avocat enlève sa robe, ce n'est pas pour séduire, mais pour informer et instruire.
    Cet ouvrage, à partir d'anecdotes vécues et souvent drôles, permet d'ouvrir notre réflexion sur la profession d'avocat, et même plus généralement sur la justice et la société. Partant de sa longue et riche expérience d'avocat pénaliste - ce qui lui donne le recul nécessaire pour pouvoir rire de tout afin de ne pas en pleurer - maître Sixte Ugolini appuie son regard à la Daumier sur ce vécu drôle ou tragique.
    Il aborde avec sérieux toutes les éternelles questions que chacun peut se poser sur une justice à la recherche de sa vérité. Un livre agréable et néanmoins utile pour le lecteur, l'humour demeurant le constant fil conducteur de son auteur.

  • « Je ne connaissais rien d'Eva lorsque je la rencontrai pour la première fois en prison, sinon qu'elle était de nationalité allemande et accusée d'avoir tué son amant, Mario, un milliardaire suisse. J'ignorais qu'elle était originaire de Tchécoslovaquie. Et lui de Sicile. Je compris bien plus tard que leur drame s'était noué autour de leurs origines et que les secrets de leur naissance avaient creusé le lit de leur tragédie.

    En longeant les couloirs interminables menant au parloir des avocats, je songeais aux durs propos du juge d'instruction. " Une veuve noire ", avait-il dit.

    J'allais donc, au bout de ces grilles, rencontrer le monstre froid, la femme diabolique qu'une presse à scandale n'avait pas épargnée. »

    /> « Le moment est arrivé de défendre Eva. Difficile mission, plombée par les silences, les mensonges, les maladresses. Eva emmurée dans ses secrets indicibles. Dans des peurs inconnues. Eva trop belle, trop étrangère, trop veuve, trop vénale, trop mystérieuse, trop dangereuse. [...] Femme fatale et petite fille perdue. Dame du monde et fille des rues. Coupable idéale, prisonnière sans défense. [...] Eva admirée et jalousée. [...] Pleurant son fiancé et accusée de l'avoir tué.

    La parole est à la défense, dit le président. »

empty