Littérature traduite

  • Un ouvrage de référence sur la vie et l'oeuvre de Jung, révisé et retraduit par l'une des plus importantes héritières de la psychologie jungienne.

  • 1984

    ,

    • Georg
    • 21 Juin 2019

    Le roman d'anticipation culte de George Orwell, mis en images par Antonio Saura, enfin en traduction française. Une interprétation de la dystopie orwellienne sous le pinceau sombre du maître espagnol. Illustré de 27 techniques mixtes reproduites en couleur.

    Année 1984 en Océanie. 1984 ? C'est en tout cas ce qu'il semble à Winston, qui ne saurait toutefois en jurer. Le passé a été oblitéré et réinventé, et les événements les plus récents sont susceptibles d'être modifiés. Winston est lui-même chargé de récrire les archives qui contredisent le présent et les promesses de Big Brother. Grâce à une technologie de pointe, ce dernier sait tout, voit tout. Il n'est pas une âme dont il ne puisse connaître les pensées. On ne peut se fier à personne et les enfants sont encore les meilleurs espions qui soient. Liberté est Servitude. Ignorance est Puissance. Telles sont les devises du régime de Big Brother. La plupart des Océaniens n'y voient guère à redire, surtout les plus jeunes qui n'ont pas connu l'époque de leurs grands-parents et le sens initial du mot « libre ». Winston refuse cependant de perdre espoir. Il entame une liaison secrète et hautement dangereuse avec l'insoumise Julia et tous deux vont tenter d'intégrer la Fraternité, une organisation ayant pour but de renverser Big Brother. Mais celui-ci veille...

  • Sur Picasso

    Antonio Saura

    • Georg
    • 20 Octobre 2018

    Peintre, mais aussi écrivain, Antonio Saura a consacré à Pablo Picasso plusieurs écrits qui donnent les clefs d'une lecture nouvelle de Picasso.

    La plupart sont inédits en français.

    Cet ouvrage rassemble l'ensemble de ces textes, dont notamment le Contre Guernica, pamphlet sulfureux devenu célèbre, ainsi qu'il divulgue l'inédite Lettre imaginaire à Pablo Picasso.
    L'OEuvre de Picasso est analysé de manière critique et originale par un des peintres qui a le mieux compris Picasso et qui a aussi surmonté magistralement la difficulté de peindre pendant et après Picasso...

  • Le thème de la tauromachie occupe une place significative à la fois dans l'OEuvre peint et dans l'OEuvre écrit de Saura. En 1989, il crée une importante suite de peintures acryliques et d'encres de Chine sur des photographies de Jean Bescós, reprenant ainsi le genre de la superposition qu'il avait inauguré en 1957. La quasi- totalité de ces peintures est reproduite dans le présent ouvrage. Marcel Cohen a écrit les textes qui comptent parmi les plus importants consacrés à Antonio Saura.
    Dans le présent ouvrage, il est l'auteur de 34 textes qui accompagnent les 34 peintures de Saura et les 46 photographies de Jean Bescós.

  • Ce sont des institutrices, des infirmières, des universitaires et des femmes de citoyens sans convictions politiques, ce sont des combattantes pour les droits de la femme, des sociales-démocrates et des sympathisantes du service civil. Ce sont les travailleuses de Secours aux enfants (Kinderhilfe).
    Elles se sont engagées pour les réfugiés et les enfants pendant les deux guerres mondiales et dans les années 1920 et 1930, ont agi en Suisse, en Espagne pendant la guerre civile, en zone libre dans la France occupée et dans l´Europe de l´après-guerre détruite.
    Pour leur travail humanitaire, ces femmes charismatiques ont obtenu le soutien d'une large partie de la population ; les collectes de dons humanitaires et d´argent qu´elles organisaient avaient beaucoup de succès. Avec leurs collaborateurs qui partageaient leurs idées, elles s'engageaient pour les victimes innocentes des bouleversements politiques. Avec les trains d´enfants légendaires, elles ont fait venir des enfants d´émigrants et des enfants traumatisés par la guerre dans « l´îlot de paix suisse », pour leur offrir une nouvelle vie.
    Ce sont les femmes oubliées.

  • Lettres Jung-White Nouv.

    Pour la première fois traduite en français, la correspondance entre C.G. Jung et le prêtre dominicain Victor F. White éclaire d'une façon saisissante la relation complexe entre la psychologie analytique et la théologie catholique, de même que le lien d'amitié entre deux hommes en désaccord.

    Psychologie analytique et théologie catholique peuvent-elles débattre ensemble de l'origine du bien et du mal ? C'est à cet exercice que C. G. Jung et le père dominicain Victor White se livrent de 1945 à 1960 dans leur correspondance. Les deux hommes ont vécu deux guerres et parlent à chaud. Dans une de ses lettres d'après-guerre, White demande à la secrétaire de Jung un rasoir car il souffre à Londres du ravitaillement. On connaît aussi les prémonitions de Jung de la Première Guerre mondiale et le fait qu'il gardait à l'époque un revolver dans sa table de nuit. Sans aucun doute, les deux hommes savent le mal. Mais comment l'expliquent-ils ? Quand White voit l'origine du mal chez l'homme, il ne convainc pas Jung. Aussi quand Jung la devine chez un Dieu complet et non parfait, le blasphème est trop grand pour White. Malgré leur admiration réciproque, les deux hommes ne cesseront de creuser cet écart théorique et ce n'est que l'amitié qui finira par les réunir avant la mort de White. Dans sa préface, Nathalie Pilard propose de réexaminer l'analyse jungienne du mal notamment proposée dans sa Réponse à Job ainsi que la position chrétienne grâce aux éclairages protestant de Barth, et catholique de Journet et Maritain.

  • La Grèce au défi de la modernité : huit réflexions croisées Nouv.

    Un architecte, un poète, un journaliste, un philosophe, un avocat, un artiste-peintre, un politologue et un économiste observent la Grèce contemporaine. Huit réflexions croisées sur ce qu'est devenue la Grèce et sur les chemins, parfois abruptes, qui l'ont menée vers la modernité. Entre la notion de grécité et les idéaux européens, au-delà de la crise économique de ce début de siècle, se dessinent les contours d'une crise identitaire et sociale.

    Laurence Maire Maison, française installée en Suisse depuis 2000, a vécu dix ans à Athènes. Titulaire d'une maîtrise de Lettres classiques et d'un Master de grec moderne, elle a déjà traduit le roman Officine de la peur (éditions Pont9, 2010) et Citerne, de Maro Douka (à paraître, sept. 2021).
    />
    Avec les contributions de :
    Nikolas Sevastakis, politologue.
    Asteris Gkekas, artiste peintre-graveur.
    Yoannis Papachristou, philosophe.
    Spyros Sideris, journaliste.
    Panagiotis Petrakis, économiste.
    Zafiris Nikitas, avocat.
    Yiorgos Lilis, poète.
    Dimitris Potiropoulos, architecte.

empty