Entreprise, économie & droit

  • Une fois encore, la Russie et la Tchétchénie sont en guerre.
    Au mépris des Conventions de Genève et avec l'approbation tacite de la communauté internationale, Moscou commet les pires exactions dans le nord du Caucase. En août 1999, moins de quatre ans après la fin de la précédente guerre de Tchétchénie, qui aurait pensé que Moscou se lancerait dans une nouvelle aventure militaire encore plus meurtrière et sanglante que la précédente ? Qui aurait dit que Vladimir Poutine ferait de ce nouveau conflit avec la Tchétchénie son fonds de commerce électorat et le tremplin de son incroyable ascension politique ? Vladimir Poutine porte une écrasante responsabilité dans le drame actuel qui ravive l'antagonisme séculaire entre Russes et Tchétchènes.
    Gardien d'un régime corrompu, élevé à la dure école du KGB, le maître du Kremlin va-t-il mener la Russie vers de nouveaux précipices ? Le présent ouvrage décrypte et analyse les origines et les mécanismes d'une machination politique, dénonce une instrumentalisation de la guerre à des fins personnelles et stigmatise le silence complice de l'Occident qui laisse l'armée russe massacrer le peuple tchétchène en toute impunité.

  • Sur le chemin de la création d'entreprise, La boîte à outils de l'entrepreneur va rapidement s'imposer comme le compagnon de route par excellence en mettant l'accent sur tous les aspects essentiels à prendre en considération pour vous lancer dans cette belle aventure.
    Complet, pratique et accessible à tous, ce guide pratique prend par la main le futur entrepreneur et l'accompagne tout au long du chemin semé d'embuches qui l'attend.
    Précieuse aide à l'élaboration d'un business plan, il passe en revue les aspects juridiques et fiscaux, la stratégie, mais également le marketing, la comptabilité, le financement ou encore la gestion des ressources humaines. En outre, la digitalisation, les notions essentielles de leadership et surtout l'attitude positive face à l'échec sont aussi abordés.
    Le serial entrepreneur romand Patrick Delarive a contribué à la richesse de cet ouvrage en rédigeant la préface et en illustrant certaines parties avec des récits de ses succès et échecs, pour partager avec vous ses « best practices ».

  • L'industrie 4.0 est en marche et bouscule tout sur son passage... Mais qu'est-ce que ce concept et qui en sont les acteurs aujourd'hui ?

    À la croisée du digital et du réel, la quatrième révolution industrielle promet une transformation radicale des modes de production, de notre économie et de nos habitudes de consommation, sans compter son impact social et environnemental. De la smart production à l'Internet des objets, la révolution numérique est désormais une réalité et les entrepreneurs les plus avisés auront compris qu'il faut avancer avec cette vague déferlante et se préparer au grand changement.

    Ce livre décrit la quatrième révolution industrielle avec passion et précision. De nombreux exemples tirés du monde industriel de la Suisse romande donnent à cet ouvrage une vision détaillée de la transformation industrielle actuelle et son influence sur la société. Fruit d'une longue enquête sur le terrain, Xavier Comtesse nous présente le vrai visage des révolutionnaires du 4.0, dont il dresse le portrait.

  • Le sang des lilas autopsie les ressorts sociaux, judiciaires et médico-légaux d'un effarant crime maternel. 1er mai 1885, avant minuit : dans le faubourg genevois de Saint-Gervais à Genève, rompue par les fardeaux du chagrin, Jeanne Lombardi égorge ses quatre enfants endormis. Après les avoir recouverts de lilas blanc, elle tente de se suicider. L'hécatombe secoue la cité. Le fait divers focalise l'attention de la presse suisse et étrangère, qui évoque la « cause célèbre de Genève ». Aux funérailles des innocents affluent 12'000 personnes.
    Documentée par plusieurs expertises sur l'état mental de la « Médée de Coutance », l'instruction mène en juin 1886 au procès mémorable de la mère égorgeuse qui a rédigé une Autobiographie. Défenseur de l'accusée, le ténor humaniste du barreau Adrien Lachenal plaide l'aliénation mélancolique et le « suicide élargi ». Le verdict négatif du jury conduit au placement administratif à l'asile des aliénés. En 1894, après avoir obtenu un nouvel examen mental, Jeanne Lombardi en sort guérie et regagne Sérif en Algérie.
    Du crime « contre nature » au cas emblématique dans la littérature criminologique et psychiatrique, l'affaire Lombardi illustre la médico-légalisation de la folie homicide et le reflux du pénal devant le pathologique.

  • À bout de souffle, l'État providence ne parvient plus à répondre à l'urgence sociale, accroissant les inégalités jusqu'à menacer nos fondements démocratiques.
    De ce constat, naît la proposition de l'« égalité des dotations initiales », un mécanisme distributif dérivé de l'égalité de droit et des promesses constitutionnelles qui en découlent. L'objectif est d'établir une distribution qui permet à un individu bénéficiaire de mener une existence bien vécue en garantissant les conditions symboliques et matérielles de sa dignité et de son émancipation.
    Dans les pas de Rawls, de Dworkin ou de la doctrine solidariste, l'auteur propose ici sa propre version d'une juste distribution adéquate des ressources socio-économiques. Juste parce qu'elle repart de l'égalité comme principe premier de la distribution et adéquate, car la proposition théorique s'impose de coller au mieux à la réalité des individus bénéficiaires.
    L' « égalité des dotations initiales » permet de justifier moralement l'instauration d'un revenu d'existence et d'un capital d'émancipation pour la jeunesse. Une façon de redonner de l'espoir dans la lutte contre les inégalités et un horizon moral commun pour nos sociétés démocratiques.

  • Penser / Cet ouvrage représente une contribution importante à la réflexion d'un territoire apprenant, celui de la Suisse romande, dans un contexte géo-global nouveau. Il propose de nombreuses pensées émergentes dans un monde en profonde transformation. Ainsi beaucoup de nouvelles idées y sont développées avec passion. C'est une oeuvre riche. Une vision globale s'en dégage : les transitions sont l'affaire de tous. Il faut chercher et s'approprier les savoirs et agir localement avec méthode pour obtenir, à la fin, le succès.
    Agir / Depuis les travaux initiaux de Michael Porter dans les années 1980, nous disposons d'une définition claire et acceptée de la stratégie et de « la chaîne de valeur ». En complément, au tournant du millénaire, surgit « la proposition de valeur » d'Alexander Osterwalder et Yves Pigneur et leur fameux Business Model Canvas. Il manquait cependant une approche dynamique à ces deux modèles pour exprimer la révolution numérique actuelle, représentée par le passage de l'environnement 1.0 (partenaires) à 2.0 (e-client), puis à 3.0 (IoT-data) et 4.0 (IA-algorithmes). Cette approche permet à tout chef d'entreprise de cibler ses actions de transformation en prévision de l'ère nouvelle qui émerge sous nos yeux.

  • Code IA : hard law software Nouv.

    Code IA : hard law software

    Xavier Comtesse

    • Georg
    • 14 Novembre 2021

    Indomptable IA ?
    L'Intelligence Artificielle (IA) semble échapper à toutes régulations ! Est-ce une fatalité ? Comment ses algorithmes, ses données et son code informatique fonctionnent-ils ? Une IA est-elle juste une boîte noire dont les actions sont intraçables ? En cas de préjudice, qui est responsable ? Existe-il un moyen de les encadrer ?
    Toutes ces questions et bien d'autres sont au centre de la réflexion d'un groupe d'experts au nom de : « CODE_IA ».
    Le Code justement. Il est le moyen et la finalité. Il est « algorithmique » pour les programmeurs, il est « loi » pour les justiciables. C'est donc sous cette bannière qu'un groupe de professionnels issus des rangs de l'informatique et du droit s'est constitué pour adresser ces questions.
    Pour eux : le code fait loi.

  • Tirant parti de la matérialité exceptionnellement riche des archives criminelles genevoises, La chaîne du pénal entend présenter au grand public les ressorts de la justice pénale de l'Ancien Régime. Il conjugue la synthèse scientifique et la présentation de cas et de documents.

    Si la justice des temps anciens fascine nos yeux contemporains, c'est qu'elle offre une image contrastée entre la violence de la culture suppliciaire et la faiblesse parfois des appareils judiciaires. Pourtant, entre 1536, moment où la République de Genève accède à la souveraineté, et la fin du XVIIIe siècle, où l'exigence d'un code pénal devient universelle en Europe, les institutions et les pratiques judiciaires évoluent, se transforment, tant sous la pression des opinions publiques que par la volonté de la magistrature elle-même.
    L'image d'un Ancien régime pénal noir et immuable, marqué par la torture et les bûchers, l'arbitraire et les supplices, mérite d'être croisée avec l'affirmation du droit humaniste issu de la Renaissance et les revendications des Lumières.

    En 21 courts chapitres, ce livre suit la chaîne du pénal, du crime à sa punition, et ouvre au grand public les portes du laboratoire pénal que constituait la République de Genève sous l'Ancien Régime.
    La chaîne du pénal accompagne l'exposition publique éponyme qui se tient, dès le 15 novembre 2010, aux Archives d'Etat du canton de Genève.

  • D'importantes transformations se sont opérées au cours des dernières décennies au sein des institutions pénales et judiciaires. Venant modifier de façon significative les modalités traditionnelles d'intervention auprès des groupes d'individus auxquels elles s'adressent, celles-ci témoignent d'une nouvelle façon de penser les rapports entre les institutions de prise en charge et les populations qui s'y retrouvent. Gestion des risques, protection de la collectivité, sécurité publique, rationalisation des interventions, bureaucratisation des pratiques, ou encore recherche d'efficacité dans les mesures adoptées sont les manifestations centrales de ces transformations.

    Dans ce contexte, l'un des principaux enjeux de l'intervention sociale contemporaine est désormais de demander au justiciable d'assumer une responsabilité personnelle par rapport à ses choix de vie, ses conditions d'existence et sa trajectoire sociale et institutionnelle. Or, en reconfigurant de façon significative la nature des rapports entre les institutions de prise en charge et les justiciables, deux tendances ressortent : soit d'une part la déresponsabilisation parfois parallèle des intervenants, et d'autre part la mobilisation de stratégies d'adaptation et de résistance chez les justiciables.

    Ce double mouvement vers une plus grande (dé)responsabilisation semble également avoir un impact sur la façon de penser les politiques et les pratiques pénales, et en particulier sur la façon de traiter les individus auxquels elles s'adressent. La responsabilisation accrue des justiciables modifie largement non seulement les conditions de prise en charge et les techniques d'intervention déployées, mais aussi le rôle octroyé aux diverses agences du système pénal. C'est ce que propose d'analyser ce numéro spécial de Déviance et Société.

  • Ces dernières années, le fonctionnement de la Justice pénale des mineurs en Europe a connu de profondes transformations. S'appuyant sur une recherche comparative entre huit pays européens et deux pays extérieurs (Canada et Turquie), cet ouvrage fait le point sur ce sujet sensible : le traitement judiciaire de la délinquance des jeunes. Si des évolutions différenciées se laissent percevoir en fonction des différences culturelles, nous retrouvons dans les différents pays concernés, d'une part, un contexte commun marqué par les défis de la mondialisation, l'influence d'un modèle économique à caractère néolibéral caractérisé par l'affaiblissement de l'État et une remise en cause de la mutualisation des systèmes de protection sociale, l'accroissement de la vulnérabilité sociale et économique des jeunes ; d'autre part, une dramatisation de la thématique de la délinquance juvénile et la tentation d'une pénalisation accrue des comportements déviants sous l'influence d'un courant néoconservateur. Ces différents éléments orientent les réformes en cours de la justice des mineurs, tant au stade de la criminalisation primaire que secondaire, même si des différences existent selon les traditions culturelles propres à chaque pays. L'objectif est ici de dégager tant les convergences entre les divers systèmes de justice des mineurs, soumis à des développements politiques et sociaux communs, que les divergences ou différences liées aux particularismes culturels des sociétés concernées.

  • Transformer la nature pour en tirer les commodités de notre quotidien, telle est l'ambition humaine depuis des siècles.
    Cette évolution ne va pas sans risque, et génère un nombre croissant de déchets. Le présent livre relate l'aventure de l'innovation technologique, et de ses conséquences : pollution de l'air, de l'eau, des sols. Une définition correcte du progrès implique aujourd'hui la maîtrise de ces effets secondaires. Durant des décennies, des déchets toxiques ont été simplement enfouis dans les sols, ou confiés aux profondeurs des océans.
    Aujourd'hui l'assainissement s'impose mais se révèle très coûteux et difficile. Puis on a cherché à déplacer le problème : dans les années 80, les pays pauvres ont failli devenir la poubelle de l'Occident. Décharge stabilisée, incinération contrôlée, recyclage, prévention, sont les stratégies actuelles pour chercher à prendre en main la situation. La course de vitesse avec les déchets dangereux peut être gagnée.

  • Si, avec la découverte de la radioactivité, la science atomique moderne naquit à la fin du XIXe siècle, l'industrie nucléaire n'est apparue qu'en 1942 dans le cadre militaire du Projet Manhattan qui déboucha en août 1945 sur Hiroshima et Nagasaki.
    En dépit des efforts entrepris dès la Conférence de l'Atome pour la paix, tenue à Genève en 1955, l'électronucléaire qui en est issu n'a jamais réussi à s'affranchir totalement de ce " péché originel " non plus que toute finalité militaire, comme l'atteste le secret qui continue à l'entourer, ni à gagner l'opinion publique à sa cause en raison des dangers propres aux radiations ionisantes tant en fonctionnement normal qu'en situation accidentelle.
    Certes, la radioprotection ne concerne pas que l'industrie nucléaire, civile et militaire, mais aussi d'autres applications, notamment médicales. Toutefois, les modalités qui entourent sa définition, sa réglementation, sa mise en oeuvre et la prévention comme les conséquences sur la santé publique et sur les écosystèmes d'une irradiation et surtout d'une contamination radioactive restent, au niveau international et au niveau national, le domaine réservé d'une technocratie où des juristes élaborent très discrètement des normes en collaboration avec des physiciens, des chimistes, des biologistes, des médecins et des ingénieurs, tous spécialistes officiels.
    C'est ce processus que le présent volume s'efforce de retracer. Il rompt délibérément avec la littérature officielle par deux caractéristiques originales : l'interdisciplinarité et le pluralisme idéologique. En effet, il réunit les contributions d'une vingtaine de spécialistes des principales disciplines pertinentes : radioécologues, physiciens, biochimistes, médecins, économistes et une dizaine de juristes.
    En outre, il donne la parole à quelques éminents responsables d'institutions notamment internationales prétendument compétentes en matière de radioprotection, à des juristes spécialisés en droit nucléaire qui ne prennent pas position sur les fondements de ce dernier, mais aussi à des scientifiques et à des juristes critiques envers l'électronucléaire eu égard aux exigences éthiques d'une approche écologique responsable.

empty