Littérature générale

  • Gouverneurs de la rosée

    Jacques Roumain

    • Orphie
    • 2 Novembre 2015

    Ce roman est l'un des livres fondateurs de la littérature haïtienne.
    Un village pauvre, en proie à la sécheresse, des rivalités entre habitants, des désirs de vengeance, constituent le cadre de ce drame de l'amour et du courage. Une belle leçon de dignité humaine et un chant d'amour pour le peuple de Haïti.
    Jacques Roumain a écrit un livre qui est peut-être unique dans la littérature mondiale parce qu'il est sans réserve le livre de l'amour.

  • Les contes et légendes collectés par Isabelle Hoarau invitent à une promenade dans une nature tropicale luxuriante et mystérieuse. Dans cet ouvrage illustré par le pinceau de Gérard Joly, on sent le parfum des Hespérides dans « Le jardin aux fruits d'or » ou celui de l'Éden, nom des origines de l'île de la Réunion dans l'histoire du « Figuier d'Adam ». Les oiseaux aux plumages colorés dont le fabuleux dodo, constituent un fonds légendaire qui a nourri l'imaginaire îlien. L'île elle-même, est née d'un mariage entre la terre, l'eau et le feu du volcan. Les habitants de cette île de l'océan Indien venus d'Europe, d'Afrique ou d'Asie ont rapporté dans leur mémoire ces contes comme des trésors. Sous le ciel austral où se promène le cabri marron, les fleurs et les fruits dévoilent leurs secrets nourrissant les savoirs autant que les papilles. C'est aussi un voyage initiatique dans l'enfance du monde et de la nature vierge qui se mêle aux pratiques magiques des esclaves faisant naître Grand-mère Kal, personnage mythique de l'île.

    Lo bann zistoir péi, zistoir lontan, Isabelle Hoarau la parti péshé, i angante anou pou amène anou bate karé dan inn ti koin natïr, la boté idone an poundiak. Sé Gérard Joly la pinn toute lo zimalo liv ousa i réspir in lodër paradi, lo non la Réunion té i mérit dann komansman (dann zistoir « Fig-adan ») sinonsa lo non jardin lé Hespérides (dann zistoir « Zardin lo fri en or ») Inn tralé zoizo an plïme larkansièl - é, anparmi zot lo dodo toute do moun i rév - té la pou brode in joli pintïr i mète anlèr limajinasion bann rénioné. Lé vré osi ke lil la réunion, sa sé in zanfan la tèr, do lo sanm lo fë volkan, amayé. Popîlasion i vive la, omilië l'océan Indien i sorte in zanbrokal péi l'Europe, l'Afrique, l'Asie é toute la sèr dan zot kër in paké zistoir konm in jarlor. Sou lo zétoile lo moitié Sïd la Tèr, nana cabri marron pou sote-soté, nana lo flër, lo frui i rakonte zot ti sokré konm inn ti manjé pou mète la boush an lo, in manjé pou limajinasion osi. Lé konmsi ou té i fé in voiyaj pou aprann kouk sé la vi, pou suiv lo somin in lïnivèr ankor sovaj, avank domoune l'arivé ; toutsa, mélanjé sanm la maji bann zésklav la pa oublié, la félèv in Gran-mère Kal i sorte dann finfon la mémoir not zansète.

  • Les plantes créoles sont souveraines pour entretenir la beauté et l'éclat de la peau et des cheveux. Découvrez ce que la nature offre de mieux pour réaliser vous-même vos soins cosmétiques maison. C'est bien plus facile que l'on croit. Avec 100 recettes de beauté à faire soi-même, vous allez pouvoir fabriquer vous-même vos cosmétiques100 % naturels, à un moindre coût, et avec des résultats étonnants. Hydrater, tonifi er, apaiser, les plantes créoles savent tout faire ! De l'aloès pour hydrater, des agrumes pour nettoyer, du galba pour le traiter le desséchement cutané, du cassia alata contre les pellicules... Les plantes cachent des vertus cosmétiques étonnantes.

  • « Parfois, dans la grisaille parisienne, je me surprenais à penser au soleil des Antilles. Mais lorsqu'une collègue me posait une question sur la Guadeloupe, j'éprouvais les pires difficultés à lui répondre. Car en réalité, je ne connaissais pas l'ile qui m'avait vue naître... » Qui ne connaît pas « Babette » ? Cette célébrité au parcours formidable, salué par de nombreux prix et distinctions.
    Mais qui connaît vraiment Elizabeth ? Derrière les paillettes de la télévision et le chic des belles tables, bien loin d'un conte de fées, c'est une autre facette de sa vie que nous découvrons ici.
    Des Antilles à Paris, des arrières-cuisines aux lieux de pouvoir, Babette nous invite ici à un voyage au coeur de sa vie. On y croise des vedettes, des grands chefs, des hommes politiques, des gens bienveillants et d'autres moins.
    Pour la première fois, Babette nous raconte tout.
    Une aventure incroyable, tour à tour palpitante, surprenante, bouleversante.

  • Chroniques de confinement

    Marie Hamon

    • Orphie
    • 13 Novembre 2020

    Le 17 mars 2020, l'état d'urgence sanitaire est décrété. A La Réu- nion, une petite famille se confine et réinvente son quotidien.
    Les « Chroniques de confinement » offrent une vision satirique du plongeon de la société dans un nouveau monde. En fin d'ouvrage, des fiches pratiques permettent d'outiller les réunionnais pour vivre avec le virus.

  • Dans les hauts de Saint-Gilles, au coeur de l'immense propriété se dresse la maison du Maître, toute blanche, d'une architecture inspirée de celle des constructions de Pondichéry. Le Maître est une femme ; sa destinée en fera l'un des personnages les plus saillants dans l'histoire de l'île de La Réunion.
    Assez tôt, Madame Desbassayns se trouve à la tête de l'un des plus vastes domaines de la colonie et d'une population de près de 400 esclaves travaillant à la culture du café et de la canne à sucre. Elle va gérer le patrimoine familial avec une remarquable habileté et fermeté. Sa richesse et son influence feront d'elle la personnalité centrale de la société bourbonnaise. Bien après sa mort, elle restera vivante dans la mémoire collective qui la dépeint aujourd'hui comme une maîtresse femme que les responsabilités obligeaient à une rigueur implacable, mais aussi comme une dame plutôt « paternaliste » et intègre qui força l'admiration sinon le respect...
    À l'aide d'une documentation minutieuse, l'auteur nous emmène dans ce passé où les valeurs et la condition de l'homme étaient autres, nous faisant ainsi côtoyer avec sensibilité celle qui fut appelée « la seconde providence » pour nous en révéler la plus proche vérité.

  • Le succès du premier tome d'Escales en appelait un second. Le voici.
    Quinze récits de voyageurs qui se sont succédé sur notre île tout au long de son histoire et qui, à travers leurs témoignages successifs, esquissent son destin.

    Récits en forme de rapport administratif comme celui de Guillaume Hébert administrateur de la compagnie des Indes qui dessine un portrait très détaillé de l'île au début du XVIIIe, ou récits plus pittoresques voire surprenants comme la conférence que d'Héguerty, ancien gouverneur, prononça devant le roi en 1751. Relations des premières expéditions à l'assaut du volcan par Lislet-Geoffroy ou le Dr Petit-Radel (écrite en latin, traduite ici !), journaux de voyageurs en mission ou de simples touristes qui font revivre la société créole sous leur plume parfois amusée, parfois plus acérée, à travers des anecdotes savoureuses et révélatrices.
    Commentaire désabusé, pourtant écrit par un natif, Evariste Parny, dans sa lettre au poète Bertin, mais aussi déclaration d'amour enthousiaste de Conrad Keller, un naturaliste suisse qui se dit « envoûté » par la beauté de l'île.

  • Origines

    Christoph Chabirand

    • Orphie
    • 6 Mars 2021

    Dans un style toujours aussi percutant, concis et précis, Christoph Chabirand nous livre trois courts romans (ou longues nouvelles) qui empruntent le chemin tortueux de la mémoire. Vidar : L'histoire débute sur l'île de La Réunion. Un homme encore jeune se voit révéler par sa grand-mère ses origines et les conséquences de celles-ci. Son aïeule fut autrefois l'objet de graves sévices en raison de ses amours interdites. Victime de la bêtise et de l'intolérance, elle devint disciple de Vidar, Dieu germanique de la vengeance et du silence. Origine : relate la quête d'un métis à la recherche de ses parents. Originaire de La Réunion Il a été adopté tout bébé en métropole. Accompagné de sa jeune épouse et de leur enfant, il va découvrir, allant de surprise en surprise, l'existence d'un vieux monde créole insoupçonné et plutôt terrifiant. Géhenne : raconte l'histoire d'un enfant martyrisé par un père tyrannique qui, après moult errances, trouvera enfin sa place dans le monde, celle que son père lui refusait.

  • En 1909, une série de crimes particulièrement horribles a semé la terreur dans le sud de La Réunion. Non contents de tuer leurs victimes, les criminels les égorgeaient afin de fabriquer avec leur sang un sirop censé les rendre invisibles : le « sirop de cadavre ». Ce fait-divers est resté dans les annales comme « l'affaire Sitarane », du nom d'un des protagonistes. Cent ans plus tard, des métropolitains sont assassinés selon la méthode employée par Sitarane et sa bande. La peur se répand dans l'île. La police s'interroge. S'agit-il d'une secte satanique ? D'un groupe d'illuminés s'étant donné pour mission de venger les victimes de l'esclavage ? De l'acte solitaire d'un déséquilibré ? En charge des faits-divers, Christophe Véron, un jeune journaliste fraîchement débarqué, découvre un lieu clos où l'esclavage hante toujours les mémoires et où la sorcellerie se mêle aux religions. Il perd pied peu à peu...

  • Chasseurs de noir

    Daniel Vaxelaire

    • Orphie
    • 4 Novembre 2014

    « Je ne sais pas si je vais prier, tout à l'heure, quand j'aurai définitivement fermé cet encrier dans lequel je puise depuis quatre mois. Il ne me reste plus que quelques heures avant l'aube, avant que les pas du bourreau ne résonnent dans le couloir.
    C'est encore bien trop long quand on a peur. » Chasseur de Noirs évoque le plus sanglant épisode de l'histoire de La Réunion : la sauvage traque aux esclaves fugitifs, qui a ensanglanté les montagnes de l'île à l'époque de La Bourdonnais.
    Cet ouvrage, dont la première publication date de 1982, a fait l'objet de nombreuses rééditions totalisant plus de 40 000 exemplaires.
    «Un mélange exceptionnellement heureux de roman d'aventures et de réflexion sur la condition humaine.» (Lire) «Un roman qui dépasse largement le niveau habituel, par la sobriété et l'intensité.» (Le Matin de Paris) «Émouvant par sa sensibilité, passionnant par sa véracité.» (Le Monde) «L'enchaînement est simple, la cruauté ordinaire. On y croit.» (Libération)

  • A 72 ans, Nelly Barret rencontre la somato-psycho- pédagogie qui lui permet d'accéder à une meilleure compréhension d'elle-même... Le documentaire « Les Muselés de la République » présenté sur Réunion Première le 13 octobre 2013, suivi d'un débat auquel elle participe est l'étincelle qui la conduit à écrire.

    « Le cahier de Nelly », c'est la trajectoire d'une jeune fille créole des années 40-50, d'une jeune militante pro-communiste et féministe, d'une mère de famille entravée par les souffrances de l'exil en France, d'une femme mûre enfin qui comprend peu à peu les ressorts de son aliénation et de celle du peuple réunionnais.

  • La liberté, l'amour... Héva, Gilles, Moïse, et les autres personnages de ces dix nouvelles sont à leur recherche. Certains par l'écriture, d'autres par la fuite. Dans le voyage auquel je vous invite, tous sont attachants. Maîtres irascibles et cruels ne pourront pas dompter la volonté de ces esclaves qui fuient dans les montagnes où la liberté les attend. Ce jeune clerc de notaire, désargenté, trouvera lui l'amour grâce à la compassion. Le fils Turpin a cru en ce vieux mendiant : Il a fini par trouver celle qu'il cherchait. Xavier, ce prêtre de vingt et un ans, rencontrera lui aussi un chemin bien plus difficile qu'il ne le pensait. Mais il trouvera surtout la sagesse qui lui manquait tant. Séraphine, écrit en cachette sans penser qu'un jour elle embarquera pour la métropole montrer son talent de poétesse. Partez donc avec moi sous les cieux étoilés de cette île que l'on nommait autrefois « Bourbon » Un premier roman magnifiquement écrit. Un jeune auteur prometteur.

  • La diagonale du fou

    Jean-Michel Philibert

    • Orphie
    • 3 Septembre 2020

    Il court comme il respire. Des contreforts du Massif central aux cirques montagneux de la Réunion, sur le bitume froid de la route ou dans la poussière brune de la terre, il court. Il a pris le relais du vieillard aux cheveux blancs qui l'a tiré de sa diagonale du vide. Il n'a pas d'autre raison de vivre depuis qu'un jeune Créole a noyé sa colère dans l'alcool et les fumées de l'enfer, essayant d'oublier celle qu'il a aimée. Il court, jusqu'au bout, pour qu'un autre que lui, un jour, franchisse les portes du rêve.
    Librement inspiré par l'île de La Réunion et la mythique course du Grand Raid, l'auteur livre ici une vision de la course, vécue comme une métaphore de la vie. Au passage, il approfondit également la maîtrise de son style très personnel de « double écriture ».

  • Mai 1968. Savannah, jeune étudiante réunionnaise est à Paris, embarquée, comme ses camarades, dans les évènements qui secouent la France ; le coeur et l'esprit balançant entre l'agitation du Quartier Latin et la pensée de sa famille et de sa Réunion natale. Entre ces mondes aux antipodes, quelles passerelles peut-elle esquisser ? C'est ce que proposent ces récits fictifs, à la fois autonomes et solidaires, qui brassent les espaces, époques, langues, cultures, clivages sociaux, ethniques et politiques pour dire, tel un « roman de formation », une identité en construction continue dans un monde complexe lui-aussi en mouvement.

  • Il existe un miracle Eudora. Ce roman est en tous points unique :
    Seul ouvrage de l'auteur, réédité quatre fois depuis sa parution en livraisons successives dans La revue des deux Mondes en 1943, il accomplit et clôt le roman colonial à La Réunion en ouvrant d'autres portes. Il en reprend les leitmotivs qui sont ceux de la plantation : l'esclavage et le marronnage, l'aristocratie créole et ses malédictions, Kalla qui deviendra dans d'autres versions de l'imaginaire réunionnais grand-mère Kalle, la nature en sa flore longuement célébrée, le cyclone. Ce miracle est unique analogue au célèbre Autant en emporte le Vent. Marguerite-Hélène Mahé le conçut et le porta tout au long de sa vie d'exilée, amassant une abondante documentation historique.
    />

  • L'adolescente a vu les rideaux bouger doucement, une main effacer quelques traces de poussière. Un visage, un peu flou, parce que la seule lumière est celle du jour gris mais même à cette distance, elle la devine assise dans son rockingchair créole cannelé, un châle posé sur ses maigres épaules. Maryline, une adolescente effrontée et curieuse rencontre Louise, une vieille créole solitaire et revêche. Elles vont s'apprivoiser et, à force de patience et d'impatience, la jeune fille va amener la vieille dame à se livrer. Mais Louise pourra-t-elle, sans faux semblants, raconter une somme d'histoires: la sienne, belle créole blanche, tiraillée entre amour, culpabilité et ignorance ; celle d'Aman, l'intellectuel Tamoul fier de sa lignée et de son grand-père Raji, l'engagé Hindou. Louise serait-elle aussi passée à côté de sa propre famille, ses enfants, son mari Pierre ? Les questions ne manquent pas, les réponses, si.

  • Au cours de ses presque quatre siècles d'histoire La Réunion a vu de nombreux voyageurs y faire escale pour un séjour plus ou moins prolongé : marins, aventuriers, scientifiques, religieux, poètes et simples touristes. Parmi eux, certains ont écrit le récit de leur voyage. Ces récits recevaient en effet au temps de leur publication un accueil souvent enthousiaste de la part d'un public avide d'aventures et d'exotisme. Aujourd'hui un peu oubliés, ils méritaient d'être sortis de l'ombre car ils sont bien écrits, agréables à lire, parfois teintés d'humour ou d'élans poétiques, riches en anecdotes et en témoignages précieux que les historiens actuels ne négligent pas.
    Parcourir l'histoire de notre île à travers les écrits de ceux qui l'ont vécue, et qui ont pour nom Bernardin de St-Pierre, Bory de Saint-Vincent, Auguste Billiard ou encore Walter Besant, c'est un peu le voyage auquel nous invitons notre lecteur.
    La plupart des récits que nous avons retenus sont connus mais sont devenus aujourd'hui plus ou moins introuvables.
    D'autres sont inédits : c'est le cas de la relation du Commandant Block qui demeurait enfouie depuis quatre siècles dans les archives de la Compagnie hollandaise des Indes Orientales. Ce texte, de seulement quelques lignes, est désormais le plus ancien que nous connaissons qui ait été écrit par un navigateur ayant effectivement mis les pieds sur l'île. C'est aussi le cas, à l'autre bout de notre parcours, de Madame Germaine Meslières qui nous raconte dans le détail son voyage en DC4, aux tout premiers temps de l'aviation commerciale, entre Paris et La Réunion, un voyage épique qui durait trois jours, escales comprises. Déjà une autre époque.

  • Ce sont des femmes que la maternité obsède, dépossède ou malmène. Des hommes qu'une vie monotone a rendus avides de reconnaissance et d'accomplissements vains. Une romancière en proie au syndrome de la page blanche. Une adolescente qui, de sa morne banlieue, contemple « l'épineuse forêt où ne sommeille aucune princesse de conte ». Une mère hantée par le souvenir de sa fille bien-aimée. Une artiste-plasticienne livrée, sous l'atrium d'un musée, à sa toute dernière performance... Douze récits où sont évoqués l'exiguïté de la vie quotidienne, les liens affectifs asphyxiants, la difficulté du geste créatif et la place de l'art dans nos existences contemporaines... Autant de voix singulières et incisives qui pénètrent l'esprit du lecteur comme les morsures d'un petit animal indompté.

  • Dominica

    Pierre Séguret

    Claire, prof de collège à Bobigny, se rend pour les vacances de Noël 2017 dans l'île antillaise de la Dominique, juste après le cyclone Maria qui vient de la dévaster. Elle cherche à visiter la Réserve des Indiens Kalinagos située au nord-est de l'île. Une façon pour elle de se confronter à une Culture certes vacillante mais qui laisse rêver à une autre existence possible. Elle y fait la connaissance de Thomas, jeune Indien ayant vécu en clandestin dans l'archipel voisin de la Guadeloupe. Il lui confie les traumatismes subis là-bas dont il tente depuis de se libérer. Le récit haletant d'un périple initiatique où le destin commande et décide, sans échappatoire possible.

  • « Itinéraires, une géographie française », c'est l'histoire de deux enfants, deux vies, ballottés par le récit d'une géographie française pour le moins singulière qui passe par le Laos, Baden-Baden, l'Algérie, les Comores...

  • Johann a précocement perdu son père. Pour conjurer le mal-être engendré par cette mort, le jeune homme, qui a quitté l'île de La Réunion pour faire ses études en France, décide de mettre ses pas dans ceux de cette ombre. Ce sera le début d'une longue enquête à travers différents pays, qui l'amènera à rencontrer ceux qui ont joué un rôle important dans la vie du défunt.

  • Cela fait longtemps, très longtemps que l'île de Haïti n'a pas connu un peu de stabilité. Mais lorsqu'un séisme frappe le pays et que nous sommes en pleine procédure d'adoption, tout se complique !
    A travers cette première aventure réelle, celle de mon fils, vous allez plonger dans une adoption qui se déroule dans un pays chaotique à travers les déboires du système français !
    La deuxième aventure se poursuit à l'île de la Réunion. Les anecdotes peuvent être surprenantes par leur caractère intrusif et émouvantes également au sein de notre famille.
    Le lecteur appréciera l'interactivité, les surprises réelles qui nous rappellent les aberrations de la société dans laquelle nous vivons.
    Futurs adoptants... courage, la ténacité paye !

  • « Rue des quarante euros » est un court roman social, en partie inspiré de personnages et de situations réels, une tragi-comédie dont les héroïnes sont deux prostituées, Isabelle et Valérie, louant leurs charmes dans un quartier de Saint-Pierre de La Réunion. L'intervention de la police, des journalistes, d'un prédicateur et d'une « femme honnête » permettent à l'auteur, à travers les dialogues, de critiquer l'hypocrisie de la société, les lois démagogiques sans effet des gouvernements successifs, les excès de certaines féministes... Et de montrer de la bienveillance pour ces filles bien plus humaines que beaucoup de leurs détracteurs et que certains de leurs clients, pour qui elles ne valent guère plus que le mouchoir en papier qu'ils jettent par la portière après l'acte. La plupart des livres finissent aussi comme des mouchoirs en papier. On ne les ouvre qu'une fois, un seul usage et on les jette. J'espère que celui-là demeurera imprimé longtemps dans le cerveau des lecteurs.

empty