Sciences humaines & sociales

  • Magellan

    Stefan Zweig

    Portugais de petite noblesse, simple marin, Magellan apprendra sous le commandement de l'amiral Almeira, combattra en mer, aux Indes ; sera plusieurs fois blessé. La mer, la route des épices, il connaît, se passionne pour. «Il ne savait ni sourire, ni plaire, ni se rendre agréable ; il était en outre incapable d'exposer ses idées avec éloquence». Peu loquace, renfermé, retranché dans son isolement, cet éternel solitaire créait autour de lui une glaciale atmosphère de gêne et de méfiance. Il montera pourtant une expédition avec 5 navires et 250 hommes, sous l'égide du roi Carlos 1er (Charles Quint).
    Le récit tant du montage de l'expédition que du périple en lui-même est haut en couleurs, plein de rebondissements, passionnant. On le dévore comme le meilleur des romans d'aventures. On est là, à bord du bateau amiral, déplorant les altercations avec les 3 capitaines Espagnols ; on vibre au rythme des flots, des grains, des tempêtes ; on hurle parfois à l'incompréhension ; on se rebiffe devant l'injustice ; on craint sa rudesse ; on a peur du renoncement...

  • « Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu que ceux mêmes qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils n'en ont » LE LIVRE AUDIO Le bon sens est universel, il est identique en tous les hommes, nous dit Descartes. Il n'y a donc pas de degrés dans l'humanité, puisque ce qui nous définit - la raison - est également distribué en chacun d'entre nous.

  • Avec son « histoire du coeur du monde », Peter Frankopan renverse le récit traditionnel de l'histoire, qui gravite autour de la Grèce antique, de Rome, de l'irrésistible ascension de l'Europe, et qui mérite, selon lui, une relecture urgente et approfondie.
    L'auteur s'attache à élargir la perspective du lecteur. Il tourne son regard vers l'Est, vers « une région à mi-chemin entre Orient et Occident, qui va des rives orientales de la Méditerranée jusqu'à la mer Noire et à l'Himalaya ». C'est là qu'il place le curseur de sa lecture de l'histoire.
    S'appuyant sur un éventail prodigieux de sources dans au moins une dizaine de langues (depuis Hérodote jusqu'aux dépêches les plus récentes du Département d'État américain), le récit balaie une période qui va des campagnes d'Alexandre le Grand jusqu'aux luttes géopolitiques du xxie siècle. Au fil de chapitres rondement menés, il nous livre un formidable travail d'investigation historique pour faire revivre avec intensité de merveilleuses histoires.
    Voilà un livre fait pour notre époque de réseaux.
    Classé par la presse internationale de « plus important livre d'histoire depuis des décennies », Les Routes de la Soie est une lecture essentielle pour notre compréhension du monde contemporain.

  • Jean Calas, père de famille protestant, est accusé d'avoir assassiné son fils pour l'empêcher de se convertir au catholicisme. Il est jugé, torturé puis exécuté à Toulouse. L'erreur judiciaire est manifeste, uniquement motivée par la haine religieuse.
    L'oeuvre voltairienne fait suite au procès.
    Avec une ironie mordante et un style inimitable, l'écrivain plaide pour le respect des croyances et l'esprit de tolérance. Ce qui s'oppose à la tolérance, c'est, selon Voltaire, le fanatisme, la pensée qui refuse absolument la concurrence, la vérité si sûre d'elle qu'elle refuse à toute autre idée de s'exprimer.

  • « Depuis la parution des Routes de la Soie en 2015 (pour l'édition originale), le monde a profondément changé. J'écrivais alors que les nouveaux défis à relever par l'Occident non seulement se multipliaient, mais devenaient toujours plus complexes.

    Tout cela semble se confirmer aujourd'hui avec des enjeux aussi fondamentaux que la montée des populismes ou les crises migratoires.
    L'Europe a plus de mal que jamais à penser son propre avenir. Les États- Unis sont lancés sur une nouvelle trajectoire, dont le problème n'est pas tant l'abondance de tweets présidentiels que d'essayer de comprendre la stratégie derrière ce retrait des affaires internationales. Et puis il y a la Russie, la Turquie...

    Et pourtant, à travers l'Asie souffle un vent d'espoir. L'époque y est à l'optimisme, les États coopèrent, développent leurs échanges, scellent des alliances, faisant fi d'antagonismes anciens.

    Il m'a semblé important de présenter dans ces pages un instantané de l'état du monde actuel, observé à travers le large prisme de l'Histoire.
    Ce livre a donc pour objectif d'actualiser Les Routes de la Soie et de tenter de comprendre ce qui s'est passé au cours de ces derniers mois dans notre monde en plein bouleversement.

    Le récit reprend le fil de l'histoire là où Les Routes de la Soie l'a laissé.
    Ces routes, comme je l'ai écrit en 2015, sont en pleine expansion. Cela continue. À nous de faire preuve de vigilance car nous sommes tous concernés. ».

  • Texte majeur de la philosophie politique, le Discours de la Servitude Volontaire a fait de La Boétie un des précurseurs de la désobéissance civile. Il pose la question de la légitimité de l'autorité sur une population, pour devenir un véritable mode d´emploi pour ne pas être dupe du pouvoir : ce n´est pas en luttant contre la tyrannie qu´on peut l´abattre, mais en comprenant ses mécanismes pour ne plus en être dupe.

  • Mahmud Nasimi a quitté l'Afghanistan en 2013 laissant derrière lui un pays en guerre, son pays. Il vit en France depuis 2017. La vie de " réfugié " aurait pu briser cet homme qui avait tout perdu. Mais la découverte de la langue française qu'il a apprise et sa passion pour la littérature française lui ont permis de se reconstruire au fil des phrases qui construisent ce récit. Un récit profondément touchant où s'entremêlent le passé heureux et le présent douloureux.
    Mahmud, réfugié à Paris, a trouvé grâce à la littérature son nouveau chemin de vie.

  • Michel Pastoureau nous démêle avec brio et une facilité de lecture et de présentation époustouflantes toutes les conséquences d'un accident provoqué par un animal impur et méprisé, événement insolite, oublié de tous les livres d'histoire.
    Notamment : les fleurs de lis, le bleu qui seront choisis pour les armoiries royales et plus encore. Abordez le comme un polar ! Les amoureux de l'histoire vont se régaler.

  • Narration : Vanina Michel
    Erasme est la figure la plus marquante de l'humanisme.
    Éloge de la folie (Encomium Moriae ) est cet exercice oratoire à la manière des anciens, la folie s'exprime à la première personne en un joyeux sermon, plein de paradoxes, d'audaces et de satires à l'égard de la plupart des institutions - laïques et ecclésiastiques - et de leurs «mainteneurs».
    Cette oeuvre, conçue avec légèreté dans un moment d'optimisme, n'a pas fini de délivrer son message polyphonique, car, derrière la satire de toutes les folies humaines, se profile une conscience ironique de soi, où Socrate, Salomon et le Christ se trouvent réconciliés.

  • Dans la première édition, nous avons partagé ce que nous savions sur les enfants à Haut Potentiel intellectuel, appelés aussi enfants intellectuellement précoces ou enfants surdoués, qui représentent environ 3 % de leur classe d'âge, soit 300 000 en France.
    Nous avons décrit leur profil « cognitif » particulier qui peut paradoxalement compliquer les apprentissages scolaires, et leur fonctionnement « affectif » spécifique qui colore leurs rapports avec leur famille, leurs enseignants et leurs camarades.
    Nous avons identifié leurs besoins éducatifs et pédagogiques particuliers, avant de proposer des solutions pour éviter qu'ils ne soient pénalisés par un sentiment pénible de décalage dans leur vie familiale, scolaire et sociale.
    En s'adressant à tous ceux (parents, enseignants, éducateurs, psychologues...) qui accompagnent ces enfants (un peu) différents, notre ouvrage initial proposait une prise en charge adaptée à leurs besoins spécifiques et des conseils pour favoriser leur épanouissement.
    Dans ce 100 idées+, nous avons souhaité enrichir notre propos avec les découvertes récentes sur le fonctionnement du cerveau des enfants à Haut Potentiel. Il nous paraissait important de compléter l'ouvrage initial en développant des notions moins connues comme l'association fréquente avec le refus scolaire anxieux, les migraines ou les troubles du sommeil. Nous nous sommes également penchés sur la gestion des émotions de ces enfants intenses, en décryptant leur étrange sentiment « d'intranquillité ». Enfin, nous nous sommes arrêtés sur les particularités des filles, chez lesquelles le Haut Potentiel s'exprime souvent différemment, afin qu'elles puissent être reconnues, accompagnées et stimulées à leur juste valeur.
    Une nouvelle édition plus riche, authentique, sans masque, dont l'objectif est de « déconfiner » les enfants « doués », en s'appuyant sur une conviction commune : le Haut Potentiel intellectuel est une vraie chance, surtout lorsqu'il est repéré à temps et compris par tous !

  • Ce livre s'adresse aux parents, et à toute personne travaillant auprès d'enfants ou d'adolescents. Pour accompagner au mieux les enfants face aux émotions qu'ils ressentent, il est indispensable de mieux comprendre les processus émotionnels. Nous les abordons en début d'ouvrage à la lumière des connaissances actuelles de psychologie du développement et des neurosciences. Nous traitons plus spécifiquement la colère et la peur : ces deux émotions sont particulièrement difficiles à réguler pour les enfants et les parents. Elles engendrent parfois des crises qui déstabilisent les relations intrafamiliales. Nous proposons des réflexions, des techniques et des outils en nous appuyant sur de nombreux exemples inspirés de situations vécues. Les idées proposées dans ce livre émanent de plusieurs courants théoriques : des thérapies cognitivo-comportementales, des thérapies systémiques, de la psychologie positive, de l'hypnose et aussi de la résistance non violente.

  • L'allocation universelle d'existence Nouv.

    Comment mettre en oeuvre la véritable protection sociale de demain?

    Depuis une dizaine d'années, l'idée d'un revenu, d'une allocation universelle creuse son chemin et fait l'objet de débats et publications diverses, démontrant que l'intérêt pour cette question dépasse les cercles universitaires. Mais cette profusion est également révélatrice des controverses que cette proposition suscite. Récemment, en 2017 en France, un candidat à l'élection présidentielle l'a popularisée et même le pape François s'y est dit favorable.

    Ce livre représente la deuxième vague des réflexions sur cette allocation universelle. Il aborde la question du pourquoi, mais aussi du comment en le comparant avec les différentes mesures de protections sociales existantes actuellement en France.

    Nul doute que l'allocation universelle fera à nouveau l'objet de polémiques lors des prochaines échéances électorales en France, d'où l'intérêt de cet ouvrage et de ses nombreuses démonstrations qui alimenteront les débats.

  • La colère et la joie, que penser de cette association apparemment paradoxale ?
    Comment faire un bon usage de l'énergie créatrice de la colère, voire de la rage au sens de « rage de vivre » lorsqu'elle s'avère légitime, sans qu'elle ne devienne la source d'une révolte destructrice ou désespérée ?
    Comment, au coeur des bouleversements actuels, faire appel aux émotions sans que celles-ci nous entraînent sur la voie dangereuse du couple excitation /dépression, ou celle des « passions tristes », selon l'expression du philosophe Spinoza ?
    Comment développer la capacité de nos collectifs humains - qu'ils soient nationaux, religieux ou sociaux - à vivre ensemble et à savoir «s'opposer sans se massacrer», face au basculement dans la violence, ajoutant aux risques écologiques actuels de destruction de nos écosystèmes vitaux celui de notre propre autodestruction ?
    En d'autres mots, il s'agit de promouvoir une radicalité créatrice et non destructrice et ainsi créer les conditions, face aux multiples régressions émotionnelles que provoquent les peurs, d'une véritable intelligence sensible dont le moteur est la Joie de Vivre.
    Dans ce livre, l'auteur, « philosophe praticien » au sein de nombreux mouvements de transformation sociale et écologique, proche d'Edgar Morin, expose et contextualise ses réflexions et propositions autour du rapport à la violence et la gestion des conflits. Il souligne par ailleurs l'importance des médiations, les forces et les limites de la désobéissance civile et que l'éthique de responsabilité ne peut s'exonérer de l'éthique de conviction.
    Conscient des échecs, depuis plusieurs décennies, des mouvements civiques et politiques à construire du commun partagé, il propose de nouvelles pratiques démocratiques permettant «la construction de désaccords féconds» pour que l'adversaire se substitue à l'ennemi et que les oppositions deviennent source de richesses.
    Patrick Viveret est partisan et artisan de la méthode Archipellique (au sens d'Edouard Glissant), afin que le pouvoir de domination se transforme en pouvoir de création, que le pouvoir «sur» devienne un pouvoir «de».

  • «Qu'est-ce que je serais heureux si j'étais heureux!» Cette formule de Woody Allen dit peut-être l'essentiel: que nous sommes séparés du bonheur par l'espérance même qui le poursuit.
    La sagesse serait au contraire de vivre pour de bon, au lieu d'espérer vivre. C'est où l'on rencontre les leçons d'Épicure, des stoïciens, de Spinoza, ou, en Orient, du Bouddha. Nous n'aurons de bonheur qu'à proportion du désespoir que nous serons capables de traverser. La sagesse est cela même: le bonheur, désespérément.

  • Par notre appartenance à l'appareil de production, par notre consommation mais aussi par certaines de nos attentes, nous sommes inscrits pleinement dans l'ordonnancement d'un monde qui nous entraîne vers des catastrophes, alors que ce monde ne nous satisfait pas, individuellement comme collectivement. Malgré cela, rien actuellement ne semble devoir ébranler profondément cet ordonnancement. Le célèbre There is no alternative thatchérien domine l'esprit de nos dirigeants, mais aussi celui de beaucoup de nos concitoyens.
    Ce livre propose de récuser ce renoncement et d'envisager quelles seraient les alternatives que nous pourrions choisir pour ne pas subir l'ordre du monde tel que nous le vivons au quotidien. L'auteur en a retenu quatorze - dans les domaines écologiques, économiques, moraux, politiques ou existentiels - qui pourraient changer cet ordre mortifère actuel.
    C'est sur le plan politique et démocratique que les sociétés néolibérales suscitent le plus grand rejet. En effet, il n'est jamais question dans les échéances électorales de choix de société à proprement parler, parce que les principes du néolibéralisme sont inscrits dans le marbre et ne sont pas sujets à débats. Toute parole dissidente sur ce plan est immédiatement discréditée par la référence aux régimes totalitaires communistes du passé ou comme étant de nature liberticide. Pourtant l'histoire ne s'est pas achevée avec la fin du communisme. Certes, le consumérisme s'est laissé libre cours, sous l'influence notamment du numérique et d'internet. Et dans la continuité des décennies précédentes, le dumping économique et écologique est devenu la règle d'or du capitalisme à l'âge de la mondialisation.
    Mais de nombreuses alternatives sont également apparues, dans le reflux du messianisme révolutionnaire. Avec la prise de conscience universelle du réchauffement climatique, de l'effondrement de la biodiversité et de l'épuisement des ressources, de nouvelles manières de penser l'économie, le rapport au temps, l'alimentation s'imposent peu à peu à la conscience du plus grand nombre. Dans ce livre, l'auteur présente ces alternatives qui ouvrent un espoir dans un monde qui s'approche du chaos et de l'effondrement. À l'opposé des passions tristes, elles peuvent s'avérer enthousiasmantes.

  • Les idées de Confucius ont influencé toutes les civilisations d'Asie de l'Est. La croyance en la capacité de l'homme ordinaire à modifier son propre destin caractérise cet héritage. Ses 'Entretiens' et ses théories, largement popularisés par ses disciples, constituent une doctrine de perfectionnement moral, toujours d'actualité de nos jours.
    "L'homme de bien ne demande rien qu'à lui-même ; l'homme de peu demande tout aux autres." [Confucius]

  • L'entraide est un facteur essentiel de la survie des sociétés humaines: le célèbre géographe et anarchiste russe Pierre Kropotkine (1842-1921) décrit ici avec précision les nombreuses associations, formelles et informelles, qui jalonnent l'histoire et la vie des Européens de son époque.

    Extrait d'un ouvrage publié en 1906, ce livre limpide dénonce la supercherie d'une idéologie fondée sur l'individualisme et la concurrence entre tous.

  • Après avoir échoué dans sa collaboration à l'Encyclopédie, Voltaire conçoit l'idée de condenser dans un seul ouvrage l'essentiel de ses pensées philosophiques, morales, politiques et religieuses.
    Ce Dictionnaire Philosophique Portatif parait anonymement en 1764 pour échapper à la censure de son temps.
    Apôtre des droits de l'homme, de la liberté de conscience, de l'Etat laïque, Voltaire développe à chaque mot l'esprit des lumières et nous éveille à la raison.
    Jacques Roland lit ici l'intégralité de l'édition initiale de 1764.

  • « Je ne peux plus regarder s'envoler un avion sans mauvaise pensée, ni regarder une vidéo en ligne sans mauvaise conscience. Pour rester crédible et intègre, j'ai renoncé aux soldes d'hiver, au foie gras, aux taxis, aux enceintes connectées, au thermomix, à la 5G. Faire les courses au supermarché est devenu un calvaire. Un voyage au pays des infidèles. Comme aurait dit Mac Mahon : que de plastique, que de plastique. Tout y est sous blister. La littérature n'est même plus un refuge. Pour peu qu'on y croise un petit coin de nature, le moindre roman devient vision- naire. Germinat n'est plus un livre sur la condition ouvrière, mais une prophétie sur la fin du charbon. J'ai expulsé Le Rouge et te Noir de ma bibliothèque : ça manquait de vert. » Dans ce recueil, Hervé Gardette raconte, en gardant une distance critique, son apprentissage de la transition écologique. Il dévoile, à travers une sélection de chroniques, ses réflexions, ses doutes et ses progrès, pointe du doigt les aberra- tions de l'époque et partage, avec enthousiasme, ses découvertes.

  • L'histoire vraie des Français d'Algérie (1830-1962) Nouv.

    Après la conquête de cette terre d'Afrique qui n'avait pas encore de nom en 1830, on a présenté le peuplement aux Français comme une chance unique de quitter la misère, qui sévissait dans l'Hexagone, et aussi comme une fabuleuse aventure humaine. Cent trente-deux ans plus tard, ils revenaient d'où ils étaient partis, par bateaux entiers, déracinés, accablés de reproches. En métropole on jugeait leur accent vulgaire, on disait qu'ils avaient mal traité les Algériens, les exploitant paraît-il sans vergogne, amassant des fortunes... Rétorquer qu'ils avaient contribué à faire passer la société arabo-berbère du Moyen Âge à la modernité ne leur servait à rien : on les rendait responsables d'une guerre, qu'ils avaient de surcroît perdue.
    La vérité, bien sûr, n'est pas aussi abrupte. Raphaël Delpard, qui a combattu en Algérie, rendu à la vie civile, a tenté de comprendre, de réunir les faits, non pas au niveau de l'examen politique, mais à celui de l'homme de la rue. Il expose, sans langue de bois ni favoritisme pour aucune des communautés, les errances, les craintes, les erreurs, les malentendus ; il met en lumière l'abandon de Paris, que l'Algérie n'a vraiment jamais intéressée ; les manipulations et les mensonges d'une classe politique qui, après la fin de l'Indochine, trouva avec le conflit franco-algérien, le discours satisfaisant son ego, devenant de facto le porte-parole d'une prétendue misère, qu'elle n'a pourtant pas rencontrée.
    L'Histoire vraie des Français d'Algérie : une page d'histoire, d'amour et de larmes, entre deux grands peuples qui ne se sont pas encore remis de leur rendez-vous manqué.

  • « Le 4 septembre 1870, quand les ouvriers de Paris proclamèrent la république, qui fut presque instantanément acclamée d'un bout à l'autre de la France, sans une seule voix discordante, une cabale d'avocats en quête de places, avec Thiers pour homme d'État et Trochu pour général, s'empara de l'Hôtel de Ville. Ces gens étaient alors imbus d'une foi si fanatique dans la mission dévolue à Paris de représenter la France à toutes les époques de crise historique que, pour légitimer leurs titres usurpés au gouvernement de la France, ils crurent suffisant de produire leurs mandats périmés de représentants de Paris... »

  • Europe

    Richard Werly

    Le drapeau bleu étoilé de l'Union européenne est déchiré. Le divorce chaotique du Brexit et les incertitudes qui pèsent sur la relation future entre le Royaume-Uni et l'Union font souffler un vent mauvais sur l'idée d'une Europe unie, où la souveraineté partagée est un dessein assumé.

    Laisser, dans une telle tempête, s'éteindre les étoiles d'une Union forgée à partir des années cinquante pour sortir de l'engrenage des guerres et des rivalités mortelles, serait la pire des renonciations. Il nous était impossible, dans cette collection L'âme des peuples, conçue en pleine crise financière européenne pour permettre de mieux de mieux ajuster notre regard sur les pays, villes et régions qui nous entourent, de ne pas relever le défi.

    Ce petit livre n'est ni un guide, ni une énième profession de foi, mais il est une flamme que nous voulons entretenir et souffler sur les braises d'un rêve européen.

  • VOICI L'UN DES TEXTES LES PLUS FAMEUX DE L'HISTOIRE NAPOLEONIENNE, et même de l'histoire moderne, mis à la disposition de tous pour le bicentenaire du décès de l'Empereur. Ce texte est né de circonstances extraordinaires que chacun connaît. Après le passage de la Bérézina, qui sauve la Grande Armée (ou ce qu'il en reste) de la capitulation, Napoléon décide de regagner Paris dans le plus grand secret en laissant les troupes aux mains de Murat, qui ne tardera pas à trahir, et du prince Eugène, son beau-fils, qui les sauvera du désastre. L'Empereur s'inquiète de la situation politique en France où la conspiration de Malet cristallise les oppositions. Le 5 décembre 1812, il abandonne l'armée en compagnie de Caulaincourt, qui organise le voyage en berline et en traîneau à travers la Pologne et l'Allemagne enneigées. Jusqu'au 18 décembre, où il arrive à Paris, Caulaincourt lui sert de confident, qui prend note tous les soirs des propos de son maître. Ce faux dialogue qui dure treize jours, est un vrai soliloque où Napoléon se révèle comme jamais au moment même où son trône vacille : portrait de l'Empereur avant la chute.

empty