Maxtor

  • Maximes chinoises

    Collectif

    • Maxtor
    • 5 Juillet 2019

    En Chine l'instruction primaire est très répandue. Il n'est pas de petit village où l'on ne recontre un instituteur.
    Dans cet immense pays, la littérature, la poésie et les beaux arts occupent le premier rang, mais tous les arts puisent leur inspiration dans la philosophie qui se confond là-bas avec la religion ou plutôt avec les religions.
    On désigne sous le nom de San Kio les trois religions officielles de la Chine : le Sou Kiao, religion des lettrés ou Confucianisme ; le Tao Kiao, religion des disciples de Lao-Tseu, taoïsme ou taossétisme ; le Fo Kiao (ou bouddhisme) religion des disciples de Bouddha.

  • La doctrine de Confucius a un caractère essentiellement pratique : elle impose à l'homme, être perfectible, l'obligation de se perfectionner : tous nous devons nous efforcer d'atteindre la perfection idéale qui s'est trouvée dans Confucius même, le maître, l'instituteur par excellence, perfection qui s'appelle la vertu de l'humanité.
    L'intention, en publiant cet ouvrage, n'est pas de faire connaître au lecteur toutes les croyances religieuses, ni même la religion de la Chine, mais de placer sous ses yeux les quatre livres classiques qui contiennent et exposent la doctrine morale à laquelle la civilisation chinoise est redevable de sa puissance et de sa durée.

  • Ce livre ne peut assurément pas être présenté comme un ouvrage de vulgarisation ; pourtant, il est destiné non seulement aux étudiants, mais aussi au public instruit.
    Les rites sont originairement imitateurs des fins désirées : c'est la explication de la magie sympathique. La magie n'est donc pas une science, car ce qui est essentiel en elle ce n'est pas un prétendu rapport de cause à effet entre le rite et la fin de recherchée, c'est la pleine conscience du désir s'extériorisant pour se réaliser.

  • Dans cet ouvrage Bonneville révèle bien le sens de sa quête : c'est dans le retour au monothéisme primordial qu'il discerne la singularité des Templiers dans l'Eglise Romaine. Il suppose que leur contact avec leurs adversaires musulmans les ont ralliés au monothéisme de Mahomet.
    On pourrait plutôt admettre, avec de bons esprits, que déjà les neuf pauvres Chevaliers, fils des puissantes maisons de Champagne et de Flandres, avaient été envoyés à Jerusalem, dès 1118, pour y retrouver la parole perdue auprès des Rabbins de Thibériade.
    Notre auteur ne manque pas de rappeler que, depuis le temps des apôtres, l'Eglise officielle fut toujours doublée d'un courant gnostique. Les querelles des grandes hérésies, les controverses trinitaires, l'arianisme, le monophysisme puis le schisme d'Orient, sont des péripéties de la rigueur ou du laxisme de la pensée religieuse devant l'idée de Dieu Un.

  • Le présent texte est un abrégé de l'oeuvre du même titre de l'historien espagnol Antonio de Solís.
    Francisco Hernández de Córdoba et Juan de Grijalva explorèrent les côtes méridionales du Mexique, respectivement en 1517 et 1518. Le conquistador Hernán Cortés envahit le pays sous bannière espagnole en 1519, après avoir débarqué à proximité de l'actuelle Veracruz. À cette époque, les Aztèques étaient le groupe dominant dans la population locale. Ils prirent d'abord les conquistadors espagnols, conformément aux anciennes légendes toltèques, pour des envoyés des dieux. Pour cette raison, les Aztèques n'opposèrent initialement que peu de résistance à l'avance des conquistadors, mais plus tard, ils marquèrent leur opposition lorsqu'ils se rendirent compte qu'ils n'étaient pas les messagers divins d'abord admirés.

  • La Rome des Borgia

    Guillaume Apollinaire

    • Maxtor
    • 7 Février 2020

    Le manuscrit de la Rome des Borgia, qui est de l'Histoire romanesque, nous a été remis par la veuve d'un illustre historien, à cette fin que l'ouvrage fût publié et le nom de l'auteur fût celé. A un travail extrêmement attrayant, mas qui, pour la dernière partie au moins (celle de la mort du pape), suit une version abandonnée par l'Histoire, nous avons joint un certain nombre de documents qui ne peuvent qu'augmenter l'intérêt historique d'un livre qui n'est nullement dirigé contre la religion ni contre ses ministres, mais relate simplement des moeurs très différents des autres.
    Guillaume Apollinaire.

  • Cent proverbes

    Grandville

    • Maxtor
    • 20 Août 2020

    Grandville, pseudonyme de Jean Ignace Isidore Gérard, est né à Nancy dans une famille d'artistes et de comédiens. Son talent de caricaturiste s'affiche précocement. Dès 1820, il conçoit des créatures hybrides, mi-hommes mi-animaux, qui deviendront rapidement la marque de son talent. Ces dessins sont remarquables par l'extraordinaire habileté du dessin des expressions humaines transposées sur une figure animale. Le succès rencontré par ces oeuvres a conduit divers périodiques tels que La Silhouette, L'Artiste, La Caricature, Le Charivari à l'engager comme collaborateur. Ses caricatures politiques caractérisées par une merveilleuse fécondité d'inspiration satirique, suscitent bientôt l'engouement. Ses dessins fantastiques et zoomorphes lui valurent d'être revendiqué par les surréalistes.

  • Le Nouveau Manuel de Numismatique ancienne que nous offrons aux numismatistes, n´est pas un ouvrage scientifique à proprement parler. Notre but a été de résumer dans le plus petit format possible, les notions indispensables à ceux qui veulent se consacrer à l´étude des anciennes monnaies.

  • L'histoire de Venise n'est pas seulement l'histoire d'une ville, cèst aussi l'histoire d'un grand peuple. Elle cherche au loin l'expansion qui manque à son existence, elle l'agrandit et la complète par l'assimilation : c'est ainsi que son histoire, en se liant à celle de l'Europe et de l'Asie. acquiert de si grandes proportions.
    La république de Venise a dû sa glorie et sa durée à la puissante individualité de son genie et de son caractère.
    D'abord fondée par une poignée de réfugiés au milieu des marais de l'Adriatique, elle s'élève bientôt avec rapidité à une puissance politique et à une prospérité commerciale inconnues à la plupart des États de l'antiquité.

  • Napoléon Peyrat est un pasteur des Églises réformées, un historien du catharisme et de la Réforme, et un poète français, surnommé « Napol le pyrénéen ». Il est, avec la publication de son Histoire des Albigeois, à la fois le créateur de l'histoire légendaire et romantique qui assimile les Cathares aux protestants comme victimes des persécutions du clergé catholique, et un des premiers utilisateurs du mot Occitanie.
    Peyrat, par son imagination lyrique, crée une vision élogieuse et largement romantique des cathares. Il invente une opposition idéalisée entre les cathares et la répression venant du pape, du roi de France et de la noblesse du Nord. L'imagerie qu'il met en place alimentera le régionalisme occitan et un certain hermétisme catharisant qui connaîtra un succès durable.

  • Pour connaître les origines de l'ouvrage intitulé "La Philosophie des Courtisanes", il faut remonter à l'ouvrage célèbre de Ferrante Pallavicini, "La Retorica delle Puttane", dont il est une imitation.
    Cette imitation, ces dialogues entre Angélique, Marguerite et Marthe sont spirituels, pleins d'historiettes curieuses, dont plusieurs sont intéressantes à un point de veu véritablement historique.
    Cette "Philosophie des Courtisanes" est un ancêtre des "physiologies" qui eurent tant de vogue au temps de Balzac.
    Pas de bibliophile, petit ou grand, qui ne conserve avec orgueil quelques-unes de ces brochures, où se concentra l'esprit de la première moitié du XIXe siècle. Nul doute qu'on ne joigne à ces petits libelles "La Philosophie des Courtisanes", qui est un des plus gracieux pamphlets qui soient.
    />

  • On trouve dans l'ouvrage de M. de Malesherbes sur la Librairie et la Littérature françaises, une foule de réflexions et de traits profonds ou ingénieux, très-propres à donner une juste idée du genre d'esprit et du caractère de l'auteur, et qui prouvent que M. Gaillard a eu raison de dire : " Qu'il était supérieur aux gens d'esprit mêmes, par la pénétration, la sagacité, la chaleur et la gaîté du sien; aux savans, par la multitude, la variété, l'étendue, la sûreté de ses connaissances, accrues et embellies par les lumières." La réunion des Mémoires sur la Librairie et sur la Liberté de la presse, qui ont des rapports intimes, offre l'avantage de donner un ensemble complet de tout ce que M. de Malesherbes a écrit sur cette branche importante d'administration.

  • Jusqu'à l'apparition de cet ouvrage, il y avait déjà beaucoup d'autres écrits sur le Nouveau Monde et les Antilles, mais tous traitaient les questions de la nature de ces terres et de leurs habitants d'une manière plus ou moins superficielle. José de Acosta approfondit les causes et les raisons des événements qui s'y sont déroulés. Parler des faits et de l'histoire propre des autochtones exigeait de traiter et de parler avec leurs protagonistes, et c'est ce qu'a fait l'auteur de cette oeuvre. Il s'agit d'une étude qui porte à la fois sur la nature et sur les faits et coutumes de ces hommes.
    Dans les deux premiers livres, le contenu est centré sur la nature dans ce nouveau monde, les deux suivants sur les métaux, les plantes et les animaux qu'on peut y trouver, et les trois autres livres sur les rites, les coutumes, le gouvernement, les guerres et les événements des Indiens.

  • Dans ce livre de Lemercier de Neuville et de Victor Cochinat, on évoque les fumeurs en général et les différents usages du tabac : pipe, cigare et cigarette. On y trouvera des pensées, des poésies et des anecdotes liées au tabac et aux fumeurs.

  • Tout en rendant justice à certains travaux particuliers, il reste évident qu´aucune étude sérieuse n´avait été consacrée à l´ensemble de cet immense sujet. Pour l´aborder avec l´autorité voulue, il fallait en premier lieu une connaissance complète et approfondie des actes authentiques que le passé nous a légués touchant ce corps illustre. Le Marquis d´Albion s´est proposé de rechercher et de mettre au jour toutes les pièces qui pouvaient jeter la lumière sur cette période encore mystérieuse et incertaine.

  • La physiologie du coiffeur est un livre où nous allons faire une petite incursion chez les tondeurs, les attifeurs, les barbiers-perruquiers et les merlans de l´époque.

  • Pages auvergnates

    Pierre de Nolhac

    • Maxtor
    • 28 Mars 2015

    Pierre de Nolhac est né à Ambert dans le Puy-de-Dôme. Son action au musée du château de Versailles a été déterminante, puisqu'il a largement contribué à sa modernisation et à en reconstituer les collections. Cet ouvrage est un livre de souvenirs avec des textes sur la région ainsi que des poèmes sur des personnages historiques auvergnats comme Blaise Pascal.
    Ouvrage illustré de dessins de son fils Henri de Nolhac.

  • Ce volume renferme des épisodes tant historiques que touchant la vie privée dans la France des XIVème et XVème siècles. Ce livre traite les sujets suivants : le Soufflet de L´Ecluse et la chanson des Pastoureaux normands, les origines militaires de Jacques Bonhomme, La mort de Charles V, Jeannie Paynel à Chantilly, Perrette de la Rivière, dame de la Roche-Guyon. On y trouvera deux documents inédits relatifs à Frère Richard et à Jeanne d´Arc ainsi qu'une pièce en vers sur le siège d´Orléans.

  • Cet ouvrage propose de montrer d´après quels principes et par quelles règles la société grecque et la société romaine se sont gouvernées. L´ouvrage s´attachera surtout à mettre l´accent sur les différences radicales et essentielles qui distinguent à tout jamais ces peuples anciens des sociétés modernes.

  • Dictionnaire de marine

    Nicolas Aubin

    • Maxtor
    • 4 Février 2014

    Dictionnaire de marine contenant les termes de la navigation et de l´architecture navale, avec les règles et proportions qui doivent y être observées. Ouvrage enrichi d'illustrations, représentant divers vaisseaux, les principales pièces servant à leur construction, les différents pavillons des nations, les instruments de mathématique, outils de charpenterie et menuiserie concernant la fabrique ; avec les diverses fonctions des officiers.

  • Ce manuel de mythologie aborde les mythologies, grecque, romaine, égyptienne, africaine, orientale,... La mythologie est l´histoire fabuleuse des Dieux, des Demi-dieux et des Héros de l´Antiquité.

  • A Paris, la vie de café est menée par tout le monde, par les grands comme par les petits, par les riches comme par les pauvres, par les artistes comme par les artisans. Aussi, lorsqu'on décide d'écrire une histoire des cabarets et cafés parisiens, on s'expose à écrire une histoire de toutes les classes de la société parisienne, depuis les plus élevées jusqu'aux plus viles. Ouvrage avec des dessins et eaux fortes de Gustave Courbet, écrit par Alfred Delvau journaliste et écrivain français qui collabora au Figaro et qui écrivit de nombreux ouvrages sur l'histoire de Paris.

empty