Barthelemy Alain

  • Gordes est un village mythique, un des "plus beaux villages de France", une célébrité connue dans le monde entier.
    Mais Gordes, c'est aussi un petit village de Provence accroché au rebord méridional des monts de Vaucluse, face au Luberon. En l'espace de cinquante ans, Gordes a ressuscité, non pas de ses cendres, mais de ses pierres effondrées et de ses toitures béantes. Un petit miracle, fruit des histoires d'amour qui se sont nouées entre les premiers artistes des origines et ce lieu hors du commun. Beaucoup d'autres ont suivi, souvent gens éclairés et conscients des devoirs dus à un tel pays.
    Ainsi, Gordes a-t-il repris goût à la vie. C'est cette belle histoire que retrace Jacqueline Brotte. Dans la lignée des artistes qui ont tant aimé ce village, elle promène son objectif, saisissant la magnificence d'un paysage, le charme d'un site, la beauté d'un monument ; puis elle laisse à sa plume le soin de nous les raconter.

  • Morceau de bout du monde, le pays des Baronnies offre ses chemins cachés, ses grands espaces, entre vallées mystérieuses et fringantes collines qui tentent de défier le Ventoux plus au sud.
    Passer de col en col, c'est à chaque fois plonger dans un nouveau terroir avec son patrimoine local, ses paysages et ses habitants. Un milieu rural qui n'échappe pas aux incertitudes économiques propres au nouveau millénaire. Gage de l'authenticité du pays et pratique emblématique, la récolte du tilleul n'est plus une activité pérenne ; déjà certaines photos de l'ouvrage sont rentrées dans la mémoire collective, au risque de folkloriser cette cueillette.
    C'est l'âme du pays qui vibrait au travers de cette pratique séculaire ; cueillir la lavande à la main risque aussi de devenir marginal. Entre conservation et aménagement, n'y a-t-il pas de place pour inventer une nouvelle vision du pays ?

  • La Scandinavie, c'est le jour et la nuit, le jour permanent et lumineux de l'été nordique, la nuit polaire et le silence blanc de l'hiver lapon, c'est Legoland et son monde ludique, les fêtes païennes de la Saint-Jean et l'envoûtement des centaines de violons suédois qui "murmurent leur douce chanson d'été", c'est le Gota Kanal, voie royale et romantique, la Vasaloppett, plus grande course de ski de fond du monde, c'est le train électrique des neiges Oslo-Bergen, le village de conte de fées du Père Noël, l'archipel wagnérien des Lofoten, les belles Danoises aussi dénudées que la Petite Sirène dans les parcs de Copenhague au mois de juillet, c'est le sauna purificateur, le frisson de l'aventure polaire dans le Grand Nord au coeur de l'hiver, le mystère des églises en bois debout qui ont résisté à huit siècles de vent, de neige et de soleil, c'est la transhumance de sept mille moutons dans l'automne des fjords norvégiens, ce sont les villes propres et sans pollution aux maisons de bois multicolores,...
    Et, derrière les images de rêve, entre paradis vert et paradis blanc, entre nuit de midi et soleil de minuit, bien d'autres choses encore qui font la Scandinavie du jour et de la nuit "où l'éclat du paradis alterne avec la nuit menaçante et profonde". Aux pays des Vikings, partagez avec les auteurs un voyage d'exception, "là-bas vers le Nord" ... la magie de Septentrion ! "Le Sud nous consomme tandis que le Nord nous met en possession de forces nouvelles".

  • Les Indiens des plaines les nommaient " Montagnes Etincelantes " et y voyaient le royaume des Esprits.
    Les premiers Blancs qui s'y aventurèrent reçurent le choc visuel de paysages dépassant l'imaginable. Aujourd'hui, les Rocheuses nous offrent le visage d'une Amérique préservée, cadre des plus anciens parcs naturels du monde. La vie animale y surgit foisonnante, miraculeusement rescapée, comme dans une arche de Noé à l'échelle d'un continent. Aux trappeurs à la recherche de fourrures, aux pionniers en quête de métaux précieux ou de voies de passage vers l'Ouest, ont succédé de nouveaux conquérants avides seulement des beautés naturelles et d'espaces de liberté.
    Les Rocheuses ne représentent pas seulement une des dernières grandes étendues sauvages de la planète, elles se dressent comme le symbole d'une possible et indispensable réconciliation entre l'homme et son environnement.

  • En 1492, Christophe Colomb découvrait l'Amérique...
    Quarante ans plus tard, en 1532, Pizarro débarquait dans le nord du Pérou. Le pays de l'or ! L'Eldorado !... Aujourd'hui, l'or du Pérou n'est plus qu'une utopie. Mais le Pérou reste un pays riche par son histoire, ses coutumes et la splendeur de ses paysages. René Desmaison, le célèbre guide de haute montagne, nous fait découvrir au cours d'un long voyage et d'une grande aventure, loin des sites touristiques, un Pérou inhabituel : le royaume des Incas, des rivages du Pacifique aux grands sommets de la cordillère des Andes.

  • Emmanuel Braquet a mis trente ans pour se rendre de Venise au Tibet.
    Venise ne fut pas forcément le point de départ même si Lhassa fut l'aboutissement. La logique et le voyage ne font pas toujours bon ménage ! Ce livre est une douceur que l'auteur veut nous faire partager au soir d'un long voyage. En sa compagnie, buvez le vin des poètes à Chiraz en Iran, ou la bière d'orge d'une grand-mère tibétaine ; soyez présent à Deodarah, en Inde, lors de l'édification du dernier bûcher des veuves ; traversez le Grand Canal avec Tony, le chat le plus célèbre de Venise et marchez aux côtés des résistants afghans sur la terre des insoumis.
    Plus qu'un récit de voyage, ce livre est un regard sur des mondes disparus, des peuples en sursis. En trente ans bien des sociétés se sont métamorphosées. Pour le meilleur et pour le pire. Prenez cette route ! D'étonnantes rencontres vous y attendent, ainsi que les émotions, les indignations et les coups de coeur d'un grand voyageur qui a choisi de témoigner.

  • Au Nord de l'Italie, entre la plaine du Pô et le versant méridional des Alpes, s'étale une série de lacs vantée depuis des siècles par les plus grands artistes.
    Six de ces merveilles de la nature sont célèbres le lac Majeur, le lac de Lugano, le lac de Côme, le lac de Garde, le lac d'Iseo et le lac d'Oria.
    Le voyageur sera émerveillé par l'extraordinaire beauté de leurs rives.
    Des rois et des princes y firent bâtir de somptueux palais entourés de jardins enchanteurs.
    De nos jours, ces propriétés sont accessibles aux visiteurs et offrent de merveilleux souvenirs.

  • Soie, amour, voyages...
    Crise dans la sériciculture française : les vers à soie sont décimés par des maladies. Louis Pasteur étudie le problème tandis qu'on se raccroche à un palliatif : disposer d'oeufs (" la graine ") sains.
    Hector Meynard, " graineur " à Valréas, part en juillet 1871 pour son septième voyage jusqu'à Yokohama. Il doit rapporter de la " graine " de qualité car il ravitaille Provence et vallée du Rhône, a ses propres élevages et des filatures fournissant la soierie lyonnaise.
    Polyglotte, âgé de trente-quatre ans, bel homme, célibataire fortuné, doté d'une large culture humaniste, il a déjà parcouru de nombreux pays pour ses affaires : de nos jours on parlerait d'un entrepreneur de choc, bien coté en Bourse.
    Oui, mais...
    Hector est amoureux d'une jeune beauté anglaise qui vit en Provence (déjà) et qu'il souhaite épouser à son retour.
    Alors ?
    Il lui dédie ce journal, témoin authentique d'un long périple (cinq mois).
    Il consigne tout son quotidien : péripéties (variées, hasardeuses), multiples escales : sites enchanteurs (ou qu'il déteste), contacts qu'il entretient (un beau carnet d'adresses), rencontres nouvelles, achats, projets et... aussi rêveries amoureuses ! Le tout avec l'oeil perspicace, la pointe d'humour et l'analyse de l'homme d'affaires avisé : ses remarques sur le Japon à l'ère Meiji gardent encore un parfum d'actualité.
    Il sait voir.
    Homme passionné, passionnant, poursuivi par les beaux yeux de son Anglaise adorée avec laquelle il veut tout partager. Il rappelle le chant de son contemporain Théodore Aubanel, autre Comtadin amoureux, imprimeur et poète provençal :
    " Sans amour la vie est cruelle, la vie est une longue nuit. Heureux celui qui pour étoiles a tes beaux yeux. " Sènso amour, la vido es crudèlo, la vido es uno longo niue, Urous aquèu qu'a per estello ti bèus iue.
    En bref : un seul journal, trois récits de passion.

  • L'eau claire d'une rivière filant vers son embouchure est une invitation au rêve, invitation à un ailleurs inconnu, attirant et redouté.
    L'onde en mouvement entraîne les souvenirs comme les petits bateaux en papier plié de l'enfance. Mieux qu'une route, la rivière roule vers l'immensité ; et cette immensité-là s'appelle la mer. En jetant ses flots dans des eaux plus profondes, elle atteint un finistère au-delà duquel n'existe plus que l'eau ; elle touche à l'infini. La Durance est de ces rivières mythiques, capable de semer l'épouvante et de susciter un amour passionnel, hydre maléfique et mère nourricière tout à la fois.
    Ancien fleuve provençal grondant au passage des clues, la Durance, aujourd'hui étale, mène désormais une existence discrète, de canaux en barrages. Née au pied des neiges éternelles, la Durance parcourt la Provence en dévalant les pentes, de Briançon aux portes d'Avignon, emportant avec elle toutes les eaux de son immense bassin versant. Suivre son cours et celui de ses affluents : Clarée, Ubaye, Buech, Blêone, Verdon, Calavon...
    Est l'occasion de découvrir les paysages contrastés d'une Provence de l'intérieur, secrète et altière. Cet ouvrage est le journal de bord d'une aventure intime, résultat de la relation particulière de ses auteurs avec la rivière : promenade photographique aléatoire, sans souci d'exhaustivité : images d'une nature où apparaît sans cesse l'action de l'homme, qui toujours a voulu " mâter la camarde ", celle qui se révolte, la pousse-au-crime qui justifie, par sa nature même, tout le mal qui lui a été fait.
    Quinze pays duranciens sont ainsi traversés par le regard photographique de Claude Gouron. Ces cahiers photographiques sont éclairés par quatre textes génériques d'Hélène Vésian, tels quatre points cardinaux formant repères pour un voyage au fil de l'eau.

  • L'Egypte que Yers et moi fréquentons depuis de nombreuses années nous donne encore l'illusion d'être assis à la terrasse d'un de ces vieux carrefours de l'histoire.
    On y sirote un Orient bien à soi, à son gré, à son humeur. On y flâne, le crayon à la main, entre les rayons du grand bazar de la vie où s'étale la quotidienneté de ces mille petits riens à saisir, de ces curiosités, du coeur et de l'esprit que nous avons collées jour après jour dans l'album de notre imaginaire intitulé si joliment " souvenirs de voyage ". Il nous en reste des jeux de plumes, quelques taches d'encre, des crayonnages esquissés sur un vieux vélin florentin et abandonnés à votre libre examen.


  • ce guide complète et termine la collection des archipels de polynésie, faisant suite à : l'archipel des marquises (2e édition bilingue), tahiti et les îles de la société et l'archipel des australes.
    illustré de nombreux documents et de plus de deux cents photographies, il présente également toutes les cartes existantes de cet archipel. c'est un livre complet qui comporte, outre une vision générale de la géographie, de l'économie, du peuplement et de l'histoire de la découverte de chacun de ces atolls par de nombreux explorateurs, une description de chaque île comprenant également une large description des équipements touristiques.
    enfin, quelques notices présentent les personnalités qui ont marqué ces atolls lointains lors de leur passage.

  • Situé au point de rencontre du mont Ventoux, des monts de Vaucluse et du plateau d'Albion, aux confins du Vaucluse, de la Drôme et des Alpes-de-Haute-Provence, le val de Sault constitue un pays original et singulier tant par sa morphologie que par son histoire et le riche patrimoine naturel et architectural qu'il recèle.
    Des ouvrages récents ont traité de cette région mais aucun n'avait encore utilisé les archives des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle de cet ancien chef-lieu de comté puis de canton. C'est à cette tâche passionnante que s'est consacré depuis quelques années Guy Gérard Durand, dépouillant de manière systématique le fonds d'archives locales - du moins ce qu'il en reste après l'autodafé révolutionnaire des derniers jours de 1793 -, fonds intelligemment rassemblé (et sauvé) à la fin du XIXe siècle par Henri Chrestian, cet érudit dont on ne dira jamais assez ce que Sault lui doit.
    Cette documentation nouvelle est rassemblée dans ce livre et en fait toute l'originalité. Elle nous apprend beaucoup sur la vie publique et son organisation, du Moyen Age au XXe siècle, dans ce bourg actif et vivant ; sur les retombées des grands mouvements historiques tels qu'ils ont été vécus sur place ; sur l'histoire des édifices publics et privés ; sur les anciens métiers et les associations religieuses ou politiques ; sur les noms de lieux du terroir et les sobriquets de ses habitants ; et sur bien d'autres choses encore ! Puisse ce livre témoigner auprès des habitants du pays de Sault et de ses hôtes de la singularité et de l'identité de cette petite région naturelle, de la richesse de son histoire et de la diversité de son patrimoine

empty