Nanika

  • Les mangeurs de ville ; Tokyo Nouv.

    Au début était la marche. Évolution naturelle, instinctive, vitale.
    Au début aussi, était la nourriture.
    Au début, donc, étaient la marche et la nourriture.
    Pour moi, une paire vitale. Je marche et je mange. Et je mange et je marche. Je savoure les rencontres visuelles, auditives, olfactives. La lumière, le ciel. La lune. Dans la nature ou dans la ville. Je déguste ce que mes papilles testent, ce que mes narines goûtent. Mon esprit est libre. Fluide. Oxygéné. Flottant. Il imprime : les passants. Les pâtisseries. Les sommets. Les cafés. Les monuments. Les restaurants. Dessinant la carte d'une terre nourricière sur laquelle je revis sans cesse mon tout premier voyage, celui du nourrisson parcourant le ventre de sa mère pour se restaurer après une naissance éprouvante.
    Comme l'appétit vient en mangeant, le goût du voyage vient en voyageant. Habitat, voisinage, région, pays, contrées, des horizons vastes s'ouvrent à mes appétits. Appétit de bouger. De marcher. De découvrir. De goûter.
    Certains lieux, plus rares, créent l'envie de se poser. D'y revenir. D'en faire un centre, même lointain, le pôle d'une attraction diffuse. Une gravité nouvelle. Depuis mes premiers séjours professionnels jusqu'à mes dernières découvertes hédonistes, le Japon est devenu une seconde terre, et le point de départ de multiples parcours. Se laissant toujours dévoiler mais jamais démasquer, sa porte grande ouverte pour révéler d'autres portes, le Japon est le pays de la succession des miracles de la découverte. Accueillant et distant, chaleureux et réservé, moderne et antique, facile et inaccessible, la liste de ses paradoxes n'a pas de fin. Celle des interrogations du voyageur, non plus. La marche, la table et l'amitié m' ont permis de pénétrer, lentement, progressivement, jamais linéairement, dans ce pays-planète. Et de le déguster. Car, vraiment, chaque jour passé au Japon est une épopée culinaire.

  • Au début était la marche : évolution naturelle, instinctive, vitale. Mais au début était aussi la nourriture : premier voyage du nourrisson rampant sur le ventre de sa mère pour aller se restaurer. Au commencement étaient donc la marche et la nourriture. Pour certains, un couple d'évidences sans grand intérêt. Marcher et manger, oui, d'accord, bien sûr, mais enfin... alors que penser, travailler, créer, voilà de véritables activités dignes d'adultes.
    Pour d'autres au contraire, comme pour les auteurs de cette collection, il s'agit d'une paire vitale. Ils marchent et ils mangent. Ils avalent les kilomètres et les spécialités du jour. Dévorent l'asphalte et le bon pain. Goûtent les découvertes et la bonne chère. Ventres affamés et esprits insatiables, ils marchent parfois en mangeant. Ou mangent en marchant. Les boulangeries. Les troquets. Les restaurants. Une rencontre. Des impressions furtives. Des sensations décortiquées. Page après page, le périple prend forme dessinant une carte de leur voyage gustatif. Quand la soif de découvrir leur étrille le gosier, ces voyageurs-estomac se transforment en mangeurs de ville et vous invitent à les accompagner !
    « Les Mangeurs de ville » est une collection de guides culinaires innovante qui vous propose de découvrir une ville en la croquant un lieu après l'autre. Une promenade gourmande et littéraire pour remettre l'humain au coeur du voyage et se sentir, enfin, rassasié.

  • Plages aux eaux cristallines, ti-punch et carnaval : voici les trois choses auxquelles vous penserez sûrement en entendant le nom « Martinique ». Et vous n'aurez pas complètement tort, tant ces éléments sont indissociables de la Martinique... mais l'île ne se résume-t-elle qu'à cela ? Bien sûr que non. Ce serait manquer de respect à la riche histoire et aux traditions ancestrales de ce département français du bout du monde.
    Carolle Chatot-Henry vit en Martinique depuis 1988. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de cette île tropicale, de ses habitants et de leur quotidien. Qui étaient les Arawaks et les Caraïbes ? Qu'est-ce qu'un gommier ou le bèlè ? Comment s'organisent les jardins créoles ou la semaine de carnaval ? Connaissez-vous la figure de Manman Dlo ? Quels sont les enjeux sociaux et environnementaux auxquels l'île doit faire face aujourd'hui ?
    De la Montagne Pelée au Diamant, en passant par Fort-de France, ce guide culturel vous offre un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l'âme de la Martinique. Vous n'y trouverez pas de bonnes adresses ni d'itinéraires mais une rencontre inoubliable et chaleureuse avec un département et ses habitants. Un guide personnel et humain qui fait parcourir cette île des Caraïbes au-delà des clichés, des stéréotypes et des images de carte postale qu'on lui attache souvent... car sous les palmiers, la belle Madinina se découvre au son des jeux de dominos, des cris joyeux des voisins et des danses traditionnelles qui vous accueillent comme si vous étiez de retour chez vous après un long voyage.

  • Les mangeurs de ville ; Reykjavik Nouv.

    Nous sommes à l'automne 1998, et de cet îlot perdu dans une immensité d'eau salée à la limite du cercle arc- tique, j'ignore alors tout, ou presque. J'ai l'impression de débarquer dans un conte de fées. Plages de sable noir, champs de lave, sols craquelés et fumants, vertes prairies, roches volcaniques recouvertes de mousse, collines chatoyantes... Comment rester insensible à tant de charmes ? Même l'odeur prégnante de soufre me réjouit.
    Je barbote dans les sources d'eau chaude, emplis mes poumons d'air frais jusqu'à l'étourdissement, m'abîme en contemplation devant les fjords profonds, arpente les rues de l'attachante et bouillonnante Reykjavik... un bonheur ne venant jamais seul, les aurores dansent gracieusement dans le ciel nocturne. Touchée en plein coeur.
    Seule ombre au tableau : l'Islande n'est alors certainement pas un paradis pour gourmet et je reste... sur ma faim. La cuisine est simple, rustique et généreuse. Au cours de cette première visite, j'explore de nombreux res- taurants, des chics, des traditionnels, des gargotes. Je goûte, expérimente, picore ou dévore, sans que jamais mes papilles ne connaissent un émoi profond. Les plats remplissent leur devoir, ni plus ni moins : ils nourrissent.
    « Des côtes de mouton aussi larges que la paume d'une main, des galettes de seigle enduites de graisse rance et surmontées d'une tranche d'andouille surette, une tête de morue desséchée, du boudin noir conservé dans de la saumure, du poisson séché, du fromage blanc mélangé à de la bouillie d'avoine et un morceau de sucre candi brun », voilà à quoi je réduirai volontiers la cuisine islandaise si ce n'est son poisson frais et simplement exquis, sa succulente soupe d'agneau, son pain noir et son skyr : les fondamentaux. Des plats caricaturaux, un peu ternes, bourrus même, qui ne pouvaient nullement s'enorgueillir d'être le reflet fier et authentique d'un peuple. Mais depuis les choses ont bien changé. Un souffle nouveau ébranle la scène gastronomique islandaise.
    Lors de mes premiers voyages, jamais je ne me serais imaginée retourner en Islande pour sa seule gastronomie.
    Et pourtant, m'y voici !

  • Le Japon, pays des samouraïs, des geishas et du mont Fuji. Archipel qui vit entre « traditions et modernité , « toujours propre », proche de la nature, composé d'immenses villes où les gens travaillent avec précision du matin au soir, où les trains sont toujours à l'heure et... la liste pourrait continuer encore et encore. Si beaucoup disent aimer le Japon, la plupart ne savent pas que ce qu'ils aiment, c'est surtout l'image qu'ils s'en font. Car derrière ces clichés se cache un Japon du quotidien qui, certes, colle parfois à ces images mais s'en détache aussi souvent. Angelo Di Genova vit au Japon depuis 2009. Dans ce livre, il vous emmène à la rencontre de son pays d'adoption et vous offre un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l'âme du Japon. Vous n'y trouverez pas de bonnes adresses ni d'itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel qui donne à voir un Japon de l'envers au-delà des stéréotypes ; un Japon qui ne connaît pas le sèche-linge ou le double vitrage et qui utilise encore le fax ; un Japon un peu plus déroutant, un peu plus poussiéreux, définitivement plus bruyant mais aussi plus humain ; un Japon qui sacrifie parfois l'esthétique au fonctionnel et au pratique et qui rappelle, au détour d'une ruelle timidement éclairée, aux voyageurs fascinés que ce pays est avant tout un espace de vie et pas un parc d'attraction.

  • "L'Afrique du Sud est un pays à la fois bien connu et complètement méconnu du grand public. On connaît l'apartheid, les safaris et leurs lions, Joahnesburg (qui, non, n'est pas la capitale), Nelson Mandela, la Coupe du monde (rugby et foot), Sowetho. Mais on oublie souvent les rites xhosas ou zoulous, l'ubuntu, le pap, la fierté des Khoi-khois, la vie des fermiers, les guérisseurs, l'univers underground de Johannesburg... et tant d'autres.
    Camille Hinas est arrivée en Afrique du Sud en 2017. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de ce pays fascinant, de son peuple, de son histoire et de son quotidien. Qui sont les Khoisans et les Bantous ? Qu'est-ce qu'une sangoma ? Comment est fait le morogo wa diwana ? Quels sont les enjeux sociaux auxquels doit faire face aujourd'hui la Rainbow Nation ? Et au niveau environnemental, comment protéger ce patrimoine naturel incroyable ? Ce guide culturel vous offre un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l'âme de l'Afrique du Sud. Vous n'y trouverez pas de bonnes adresses ni d'itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel et engagé qui donne à voir la nation arc-en-ciel au-delà des clichés, un portrait honnête, sans artifice ni simagrée, à la fois beau et tragique, lourd et léger, plein d'espoir mais aussi de doutes, sauvage et urbain... à l'image de l'Afrique du Sud. "

  • Quelque chose de Tunisie

    Meriem Rezgui

    • Nanika
    • 12 Novembre 2018

    Qui étaient la princesse Elissa et le dieu Baal Haamon ? Comment visite-t-on les oulis ou prépare-t-on le lablibi ? Comment fabrique-t-on les chéchias ? Quelle est la différence entre alloucha et mergoum ? En écrivant ce guide, j'ai voulu vous faire découvrir la Tunisie différemment, loin des clichés qui réduisent ce pays à une simple destination balnéaire bon marché ou à un sympathique désert où se balader à dos de chameau (d'ailleurs ce sont des dromadaires). Car la Tunisie c'est aussi, et surtout, un héritage historique incroyable, des traditions millénaires et une culture humaine si chaleureuse. La Tunisie est un pays qui se vit plus qu'il ne se visite.. Il faudra passer du temps en terrasse à boire du thé et à regarder le foot pour le comprendre. Alors, chers amis, inutile de prévoir un programme minuté de votre voyage en Tunisie. Prenez votre temps. Carthage vous attendra, elle n'a pas bougé depuis des millénaires, la Médina aussi ; le désert, lui, avance à pas de loup, raison de plus pour ne pas paniquer, il sera plus proche de vous demain qu'aujourd'hui.. La Tunisie se visite lentement, au rythme des siestes et des soirées de fêtes !

  • Après avoir été touriste de nombreuses fois, vivre plusieurs mois dans un pays étranger aide à voir les choses différemment. On comprend qu'il est facile d'effleurer un pays que l'on visite, de voir uniquement ce que l'on est venu voir et de rester aveugle à tout le reste, car on ne sait pas comment l'appréhender. Rester longtemps dans un pays, c'est être confronté à tout le reste, c'est vivre ce qu'on n'était pas préparé à vivre.
    Voyager, c'est aussi se perdre et apprendre à reconnaître ce qui est parfaitement banal dans un pays. Au fil de ces pages, je tâcherais de vous donner quelques astuces pour que vous puissiez admirablement vous perdre en Côte d'Ivoire. Ce livre, c'est la Côte d'Ivoire pour les nuls, un bric-à-brac de mes impressions sur le pays, un généreux préambule à l'immersion culturelle, un guide culturel et de survie destiné à ceux qui veulent comprendre la Côte d'Ivoire, ne serait-ce qu'un peu. Après la lecture, qui sait, peut-être aurez-vous l'audace de lacer bien haut vos chaussures, sangler sec votre sac à dos, et de laisser votre guide touristique à l'hôtel car maintenant, la Côte d'Ivoire, vous en avez le mode d'emploi.

  • Quelque chose de Corée du Nord Nouv.

    La Corée du Nord fascine autant qu'elle inquiète. «Dictature», «propagande», «tirs de missiles», "pays arriéré»... les unes des médias se suivent et se ressemblent, se concentrant souvent exclusivement sur la figure de Kim Jong Un et sur le développement nucléaire de la péninsule.
    Mais ce pays peut-il être réduit à cela ? Ce serait oublier qu'il est aussi un lieu de vie pour des milliers d'habitants qui se lèvent chaque jour, partent au travail, s'occupent de leurs enfants, ont des loisirs le week-end et des rêves pour le futur.
    Delphine Jaulmes, Alexia Muller et Camille Fourmeau ont eu la chance de partir à plusieurs reprises en Corée du Nord dans le cadre de séjours linguistiques. Si elles ont décidé d'écrire et d'illustrer ce livre c'est pour donner à voir cet étonnant pays d'une autre manière, tel qu'elles l'ont vécu, sans cacher ses défauts ni ses travers mais en redonnant une humanité à ses habitants. Dans ce livre, elles vous emmènent à la rencontre de la Corée du Nord, de son peuple, de son histoire et de son quotidien. Qui était Go Jumong ? Comment la RPDC est-elle née en 1948 ? Peut-on vraiment manger du boshintang à Pyongyang ? Comment l'art se met-il au service du juche ? À quoi ressemble le quotidien des Nord-Coréens, le festival de la bière ou le zoo de la capitale ? Un guide richement illustré et enrichi d'anecdotes personnelles, qui donne à voir ce pays si méconnu au-delà des clichés, des stéréotypes et des images dystopiques qu'on lui attache souvent.

empty