Jeunesse

  • Danny, champion du monde

    Roald Dahl

    • Stock
    • 12 Mai 2010

    Danny n'oubliera pas l'année de ses neuf ans.Il n'a ni mère ni frère ni soeur mais un père qui les remplace tous. William sourit avec les yeux plutôt qu'avec la bouche, la preuve qu'il n'est pas loin d'être l'homme le plus merveilleux que la Terre ait jamais porté.L'existence de Danny et William est un jeu, une fantaisie qu'anime chaque jour sans temps mort ce père héroïque. Dans leur roulotte de gitans que jouxtent la station-service et le pré, Danny sirote les chocolats chauds du soir et écoute les histoires de William, surtout celle du Grand Gentil Géant, qui conditionne minutieusement la poudre des rêves distillés aux enfants endormis.À neuf ans, Danny sait moins poser une division ou conjuguer un verbe que conduire une Austin Baby. Il répare les moteurs, fabrique des montgolfières et des cerfs-volants. Mais ça, ses copains ne le savent pas, car Danny n'aime rien tant que passer tout son temps libre seul avec son père.Il l'ignore encore, mais il s'apprête à partager avec lui un secret que peu de garçons sauraient porter.Le bois du riche Hazell est le lieu d'obscures activités nocturnes. Découvrant une nuit que son père se livre avec frénésie au braconnage, Danny va vouloir à tout prix être initié. Il retiendra les leçons et les techniques de la capture des bêtes sauvages en terre prohibée, et mettra au point une ruse inédite qui fera de lui le champion du monde en la matière. La mission « Belle au bois dormant » va offrir l'occasion à Danny et à son père, soutenus par le médecin du village, le gendarme et même l'épouse du pasteur, de faire voler en éclats le rendez-vous mondain - une partie annuelle de chasse au faisan - orchestré par l'odieux Mr Hazell. Et de faire toujours de leur quotidien une succession ininterrompue de bonheurs.Roald Dahl, l'auteur préféré de beaucoup d'enfants parce que profondément proche d'eux, déclarait : « Si vous voulez vous souvenir de ce que c'est que de vivre dans un monde d'enfant, vous devez vous baisser sur vos mains et vos genoux, et vivre ainsi durant une semaine. Vous vous rendrez compte que vous devez regarder ces géants autour de vous qui vous disent toujoursce qu'il faut ou ce qu'il ne faut pas faire. » Avec Danny champion du monde, initialement publié en 1975, il pose un regard empreint d'une immense tendresse sur la relation si singulière qui lie un père à son enfant.

  • Le bon Roi Léonce règne sur le peuple des ours niché au sommet des montagnes de Sicile. Tout n'est alors que paix et douceur jusqu'à cet âpre après-midi d'hiver où Tonin, unique fils du Roi, est ligoté et emporté par des chasseurs loin, très loin dans la vallée. L'heure de la vengeance a sonné. Il faut attaquer le peuple des hommes et envahir leur territoire, faire tomber le Grand-Duc, ce tyran de pacotille, et contraindre à parler celui qui pourra livrer le secret de la disparition du jeune ourson. Tonin aura fort heureusement la vie sauve, Léonce sera proclamé Roi des hommes et des ours, et ceux-là cohabiteront désormais en bonne intelligence.
    Mais cette délicate harmonie sera de courte durée : on s'encanaille chez les ours, on prend le pli d'une vie de débauche à l'image de l'homme. Léonce le comprendra trop tard, et à ses dépens : ces deux peuples ne sont décidément pas faits pour vivre ensemble.
    Il y aura des kilomètres enneigés à parcourir, des mystères à résoudre, des créatures monstrueuses à combattre et des traîtres à débusquer pour braver tous les obstacles de ce conte merveilleux. À coup de baguette magique, de machineries diaboliques et de prédictions abracadabrantesques, l'énigme du chaos sera percée à jour. Et pas d'heureux dénouement pour saisir l'importance de quelques réflexions lancées sur le pouvoir, la richesse, la mort et l'importance du souvenir. Il faudra que celui par qui débute l'épopée s'éteigne et laisse place au renouveau.
    Du conte, qui mêle ici plusieurs autres genres littéraires comme le théâtre tragique et la poésie, Dino Buzzati reprend quelques essentiels : magie, esprits des aïeux, adjuvants et opposants à la victoire, dragon du lac et manoirs hantés. Et puis il y a l'esprit chevaleresque, le courage face aux multiples péripéties cher aux enfants qui sortiront de ce texte comme d'une noble aventure.

  • Pendant le confinement, Jamy Gourmaud a publié tous les jours sur les réseaux sociaux des "capsules de déconfiné", des vidéos d'une minute qui ont eu tout de suite un succès phénoménal (plus de 500 000 abonnés à sa chaîne YouTube #ChezJamy). A la manière d'un carnet scientifique illustré (une quarantaine d'illustrations sont présentes dans le livre), Chez Jamy raconte des expériences, leur contexte et le making of de chaque vidéo.
    Comment apprendre tout en restant chez soi ? Dans son nouveau livre, Jamy Gourmaud, la vedette de "C'est pas Sorcier", nous conte la science comme personne, et nous ouvre les portes de son atelier scientifique. Le monde de Jamy est enfin à la portée de tous !

  • Les aventures de Huckleberry Finn

    Mark Twain

    • Stock
    • 24 Septembre 1980

    Les Aventures d'Huckleberry Finn parut d'abord en Angleterre, en 1885, et fut immédiatement acclamé comme le meilleur livre de Mark Twain et le chef-d'oeuvre de la jeune littérature américaine. En 1889, Brander Mattews déclarait : "C'est le portrait merveilleusement exact de toute une civilisation." Et plus tard, Hemingway : "Toute la littérature américaine procède d'un roman intitulé Les Aventures d'Huckleberry Finn." Certes, rien de plus américain que les aventures de l'enfant Huck, de l'esclave noir Jim et du bon Tom, et rien de plus américain que le décor de leur fuite : le Mississippi, le Grand fleuve. Mais si Huck est un petit garçon d'Amérique, il tend aussi la main aux enfants du monde entier et le Mississippi cesse d'être un fleuve américain pour devenir l'image de ce qui lie ou sépare les destins. Et en 1951, l'éminent critique Bernard de Voto a pu écrire : "Tom et Huckleberry sont universels car ils sont devenus légendaires non comme l'expression de quelque fantaisie, mais comme l'incarnation d'une chose à jamais vraie. Par eux, l'Amérique a fait sa plus grande communication à la littérature mondiale."

  • Maya l'abeille

    Waldemar Bonsels

    • Stock
    • 7 Juin 2006

    Tous les enfants nés entre la fin des années 1960 et le milieu des années 1980 connaissent Maya l'abeille pour avoir vu, et revu les 104 épisodes de dessins animés diffusée à partir de 1978 sur TF1 et dont la musique du générique trotte encore dans la tête de beaucoupoe Mais Maya l'abeille, c'est aussi l'un des plus grands classiques de la littérature enfantine autrichienne, écrit par Waldemar Bonsels en 1912 et publié pour la première fois en France par les Editions Stock en 1925. Dans cet ouvrage magnifiquement illustré ? la nouvelle édition de ce livre reprend les dessins originaux ?, les enfants d'aujourd'hui vont découvrir les passionnantes aventures de la petite abeille et de ses amis mouches, scarabées, sauterelles et papillonsoe Star d'une série de dessins animés mythique basée sur un chef d'oeuvre de la littérature pour enfants tiré à plus d'un million d'exemplaires et traduit en 28 langues, la « vraie » Maya l'abeille était indisponible en France depuis des décennies. Les accros de Maya sont devenus grands : ils vont pouvoir retrouver l'héroïne de leur jeunesse et raconter à leur tour cette belle histoire à leurs enfants.

  • Ma Dolto

    Sophie Chérer

    « Je voulais raconter la vie de Françoise Dolto, mais que ce ne soit pas une biographie classique. Je voulais défendre son combat, mais que ce ne soit pas un pamphlet. Je voulais parler de l'inconscient à des jeunes gens, mais que ce ne soit pas "La psychanalyse expliquée à ma fille". Je crois que c'est en trouvant son titre que j'ai compris ce qu'allait représenter ce livre pour moi.
    Parce que le grand public l'avait découverte quand elle avait près de soixante-dix ans, parce qu'elle était apparue à la télévision le cheveu argenté bien coiffé, la petite laine sur les épaules et les lunettes sagement posées sur le nez, Françoise Dolto était trop souvent présentée comme une grand-mère gâteau de publicité. Alors, ce livre, je décidai de l'appeler Ma Dolto. Pour qu'il sonne comme Ma' Dalton, mère tutélaire, rebelle patentée. Parce que cette Françoise Dolto-là, c'est la mienne, bien que je ne l'aie pas rencontrée, à la fois distante et si proche, et que c'est ma vision d'elle, subjective, partiale, incomplète, que je livre dans ces pages, en murmurant son nom autant que je le clame, comme on dit quelquefois mon enfant, mon héros, mon amour. »

  • « Bonjour, je m'appelle Histamine et j'ai onze ans. On dit que je suis très belle, c'est incontestable : nez parfait, dents pointues, sourire ravageur, je ne vous parle pas de mes ongles. On dit aussi que je suis insupportable. Là, je proteste !
    Je ne suis insupportable que parce que je ne supporte pas ce qui n'est PAS supportable : les gens qui sentent mauvais, les gens qui mentent, les gens trop tristes, les ennemis de la liberté, les trop heureux pour oser quoi que ce soit. Quand on est comme moi, la vie, bien sûr, n'est pas simple. Mais dans cette bataille quotidienne, j'ai des alliés : Suzanne, ma grandmère (une princesse, comme moi), Isabelle, un médecin allergologue bien décidé à ne pas se laisser marcher sur les pieds, Marie-Martine Gérard, une conseillère d'orientation (très) naïve mais efficace, un aristocrate éleveur de hérissons, etc.
    Et vous voulez savoir pourquoi je m'appelle Histamine ? Demandez à votre médecin. Histamine est une substance qui a des relations avec l'allergie, et comme je suis allergique à tout, sauf à l'amour et au rêve....
    Ce livre est le premier tome de mes mémoires. Même à onze ans, quand on a une vie riche, il, y a déjà beaucoup à raconter. Et quand on voit les projets pour mes années prochaines. Vous n'allez pas être déçus en 2011, 2012, 2013, 2014.... »

  • Les celtes

    Collectif

    • Stock
    • 15 Octobre 1997

    Peuple antique d'Europe occidentale, les Celtes - qui firent leur apparition dès le IIe millénaire avant Jésus-Christ - ont aussi constitué d'importantes principautés dans les Balkans et en Asie Mineure.
    Leurs rapports étroits avec les peuplades de la Méditerranée les ont conduits à emprunter à de multiples sources les éléments de leur civilisation.
    Ils représentent, face aux cultures classiques orientales et gréco-romaine, un monde plein d'originalité : l'art celte est sans conteste le plus riche des arts dits "barbares", et cet important ouvrage de référence nous permet enfin d'en découvrir la beauté tout autant que les mystères.

  • La noiraude

    Fournier/Gay

    • Stock
    • 15 Septembre 1999

    Allô, bonjour Docteur, la Noiraude à l'appareil.

    - Bonjour, la Noiraude, qu'est-ce qui ne va pas encore oe - Docteur, c'est affreux, on publie un livre sur moi.

    - C'est très bien, la Noiraude !

    Il est temps que les lecteurs vous découvrent.

    - Oui, mais ils vont découvrir mon coeur de biche qui bat au milieu de mes rumsteaks, et ils vont se moquer.

    - Au contraire, la Noiraude, ils vont vous aimer encore plus...

  • Pas folle la noiraude

    Fournier/Gay

    • Stock
    • 13 Juin 2001

    "- Bonjour la Noiraude, qu'est-ce qui ne va pas encore?
    - Vous avez le culot de me demander ce qui ne va pasoe Vous vous moquez, Docteuroe Quand j'étais jeune, j'étais heureuse, je ne demandais pas grand chose, un petit pré avec de l'herbe, en échange je vous donnais chaque jour 20 litres de lait...Mais 20 litres de lait par jour, c'était pas assez, c'est jamais assez pour les hommes. Vous voulez toujours plus, comme les gosses. Alors vous nous avez donné de la viande à manger. J'ai dû manger mon père, ma mère, mes frères et mes soeurs...
    Et maintenant, je me sens devenir carnivore. Je ne mugis plus, je rugis. Attention les hommes, je crois que je vais vous dévorer." La Noiraude ne pouvait laisser se dérouler le drame qui menace la gent bovine sans réagir avec force, violence même. Mais sa tendre vulnérabilité nous persuade, au bout de ces nouvelles aventures, qu'entre les hommes et les vaches, les plus "humains" ne sont pas ceux que l'on croit.

  • Encore la noiraude

    Fournier/Gay

    • Stock
    • 13 Septembre 2000

    -Allô, bonjour Docteur, la Noiraude à l'appareil.
    -Encore la Noiraude...
    -Docteur, pourquoi vous avez dit encore la Noiraude ?
    -J'ai dit encore ?
    -Vous avez dit encore en soupirant.
    -J'ai dit encore comme on dit...j'en veux encore.
    -Ah, vous me rassurez. Ca veut dire qu'on en redemande, que tout le monde en veut de la Noiraude ?
    -Là, faut peut-être pas exagérer.
    -Dommage, c'était trop beau...

  • « Oui joeai le vertige, mais je ne me plains pas. Si je noeavais pas le vertige, je serais un oiseau comme les autres, on ne soeintéresserait pas à moi.

    Je serais un oiseau banal. On ne me verrait pas à la télévision, ou alors dans des émissions ornithologiques, perdu au milieu des autres. Je serais un petit point dans le ciel, parmi doeautres petits points. Tandis quoeavec mon vertige, joeai le rôle titre, joeai droit à des gros plans, je suis le soliste.

    Si je noeavais pas le vertige, on moeappellerait Oiseau, comme tous les autres. Moi, joeai un nom personnel. Je moeappelle Antivol.

    Si je noeavais pas le vertige, je serais toujours en haut, en haut des arbres, en haut des antennes, je serais en vue, je serais en loeair.

    Les chasseurs regardent souvent en loeair...

    Grâce à mon vertige, je vais peut-être devenir centenaire. »

  • La météo de A à Z

    Eric Diot

    • Stock
    • 24 Mai 2006

    Météo France a réalisé un très bon ouvrage de vulgarisation scientifique destiné aux enfants et aux adolescents pour comprendre le météo de tous les jours et les importants phénomènes climatiques de la planète. Richement illustré, facile à utiliser, La météo de A à Z est le seul livre du marché qui permet de tout comprendre des nuages à loehumidité, des dépressions à la canicule. Un outil à utiliser à la maison ou en classe

empty