Sciences & Techniques

  • La statistique est aujourd'hui un fait social total : elle règne sur la société, régente les institutions et domine la politique. Un vêtement de courbes, d'indices, de graphiques, de taux recouvre l'ensemble de la vie. L'éducation disparaît derrière les enquêtes PISA, l'université derrière le classement de Shanghai, les chômeurs derrière la courbe du chômage... La statistique devait refléter l'état du monde, le monde est devenu un reflet de la statistique.

  • « Ce livre est une pierre posée sur le fragile édifice de la mémoire de la Shoah. » M. Cymes Les médecins ont été parmi les premiers malades atteints de la Peste Brune : à Auschwitz, à Dachau, à Buchenwald ou à Strasbourg, les pires atrocités ont été commises par ceux qui avaient prêté le serment d'Hippocrate. Si le nom de Mengele est encore connu, il ne faut pas oublier les actes et les victimes de Rascher, Clauberg, Heim et Hirt : c'est à cet exercice de mémoire que nous convie Michel Cymes, qui jette son regard de médecin d'aujourd'hui sur une facette moins connue de la barbarie nazie, les expérimentations médicales pratiquées sans consentement sur les détenus.
    S'appuyant sur de nombreux témoignages ainsi que sur une documentation récente voire inédite, révélant des vérités qui ne sont pas toujours bonnes à entendre, Michel Cymes raconte avec franchise et passion comment Hippocrate est descendu aux enfers.

  • « Avec le développement de l'information santé sur internet et dans tous les médias, l'hypocondrie se porte bien !
    Inconvénient : elle déverse des tombereaux d'anxiété sur toutes celles et tous ceux qui veulent vivre mieux et le plus longtemps possible. On est tenté de penser au pire au moindre pépin. Dans l'immense majorité des cas, on se trompe. Et mon expérience de médecin me le prouve : il suffit de se pencher avec un peu de sérieux sur les symptômes que présente le patient pour, très souvent, constater qu'il a surinterprété les choses.

  • Nous mesurons tout, aujourd'hui, des volumes de transactions à la bourse aux taux de cholestérol, de la densité de l'air en particules fines au moral des ménages. Mais plus nos sociétés se livrent à cette frénésie de mesures, moins elles se révèlent aptes à respecter la mesure, au sens de juste mesure. Comme si les mesures n'étaient pas là pour aider à garder la mesure mais, au contraire, pour la faire oublier. Au point où nous en sommes, il serait urgent de revenir de cet aveuglement. Mais pour cela, les exhortations ne suffisent pas : il faut d'abord mettre au jour la matrice intellectuelle qui induit cette cécité - faute de quoi, tous les efforts pour remédier à nos maux demeurent vains, et risquent de nous conduire plus sûrement à l'abîme.
    Ce livre s'attache à décrire et comprendre par quelles voies, au cours des derniers siècles, nous avons perdu la mesure. Et aussi ce sur quoi nous pourrions nous fonder pour la retrouver. Si les penseurs modernes ont généralement méprisé les questions d'échelle, de taille, considérées comme en dessous de leur dignité, il serait temps de comprendre que la taille n'est pas un simple paramètre, qu'il serait loisible de faire varier à volonté, mais qu'elle change tout. Qu'il s'agisse de nos rapports à la nature, de la politique ou de l'éthique, il est impératif d'en tenir compte si l'on entend mener une vie authentiquement humaine, et éviter que tout soit détruit.

  • à la conquête du sommeil

    Hugo Mercier

    • Stock
    • 6 Février 2019

    Le monde fait face à une épidémie de mauvais sommeil. Hugo Mercier, à tout juste 22 ans, s'est attaqué de front à ce problème. Partant d'un concept de laboratoire, il imagine dans sa chambre d'étudiant le premier outil neurotechnologique pour combattre ce fléau. De levées de fonds en doutes profonds, de la start-up à une entreprise de plus de quatre-vingts salariés, nous suivons sa quête entrepreneuriale, technologique et scientifique. Captivant !

  • Tentatives de lucidite

    Albert Jacquard

    • Stock
    • 7 Janvier 2004

    Depuis maintenant trois ans, Albert Jacquard fait tous les jours une émission de cinq minutes à France-Culture, intitulée « le regard d'Albert Jacquard », dans laquelle il discute brièvement une question d'intérêt général. Son souci est toujours le même : essayer de produire davantage de lucidité, ne pas se contenter des idées toutes faites, récuser la logique exclusivement marchande qui préside à toutes les décisions, réintroduire partout la dimension humaine.

    Nous avons opéré pour ce livre une sélection de quelques-uns de ces textes, de façon à présenter une sorte de panorama complet des grands thèmes de sa pensée : la science, l'avenir de l'humanité, l'imposture économiste, les rencontres, l'engagement citoyen.

    Chaque texte comprend deux ou trois pages.

  • Le pire n'est pas certain, mais le temps nous est compté. Une première certitude : les Terriens ne pourront pas quitter leur planète et s'installer sur une autre. Une seconde certitude : nous devons nous projeter dans le futur, car le futur c'est demain. A partir de là, il faut dresser la liste des impasses où nous sommes engagés et montrer, si nous persévérons dans cette voie, quel type de catastrophe s'ensuit à chaque fois. Les questions traitées sont : - l'escalade nucléaire ; - la démographie ou l'impérieuse nécessité de l'ouverture des frontières ; - la redéfinition de l'évolution ; - l'intégrisme de l'économie ; - l'écologie. Le dernier chapitre est consacré à montrer que le XXIe siècle sera le siècle de l'éducation généralisée ou ne sera pas.

  • Vivez mieux et plus longtemps

    Michel Cymes

    • Stock
    • 10 Février 2016

    La santé est un don d'une valeur inestimable. C'est, pour plagier la jolie formule de Pierre Chauvot de Beuchêne, le médecin du roi Charles X, « le trésor le plus précieux, le plus facile à perdre et, paradoxalement, le plus mal gardé. » Oui, nous sommes de piètres gardiens de notre santé, car prisonniers de nos mauvaises habitudes. Nous avons tendance à croire que la santé est un dû, une chose acquise pour l'éternité. En réalité, la santé est un capital qu'il importe de faire fructifier ou, soyons réalistes, qu'il convient de chérir en permanence pour qu'il ne se dilapide pas. En tout cas pas trop vite... Car ce capital a tendance à s'éroder au jour le jour, sournoisement. Si l'on ne le respecte pas, il se venge en silence.
    Je suis comme vous : j'aime glander sur mon canapé et céder au confort d'une petite flemme. Oui, je suis comme vous : je ne déteste pas les sucreries et adore boire un bon coup. Comme vous, je sais qu'il vaut mieux croquer dans un fruit que s'envoyer une tartine de Nutella. Comme vous, j'ai bien compris qu'un légume cru sera toujours meilleur qu'une poignée de cacahuètes. Et pourtant, comme vous, je résiste difficilement à la tentation.
    Alors que faire ? Rester vigilant tout en continuant à se faire plaisir.
    C'est à cela que doit servir ce livre. Il n'a pas été écrit pour réveiller votre parano mais pour vous rappeler quelques principes vertueux.
    Le premier concerne les aliments, parfois oubliés, bons pour la santé. Je ne me contenterai pas de vous les conseiller : je vous dirai pourquoi vous devez en consommer et en quoi ils sont bénéfiques à votre organisme.
    Le deuxième porte sur ces petites habitudes néfastes pour notre bien-être et dont il est difficile de se défaire. Les recenser, y penser, c'est déjà agir.
    Le troisième chapitre s'adresse au sportif ou à la sportive qui sommeille en chacun d'entre nous : il vous donnera envie de bouger un peu plus que vous ne le faites.
    Enfin, la quatrième partie regroupe des conseils utiles pour conserver la forme.
    Ce livre, qui se veut aussi ludique, est à prendre avec décontraction, ce qui n'ôte rien au sérieux de son contenu. Vous me connaissez : je préfère convaincre que sermonner, séduire que menacer, informer qu'effrayer. Je considère qu'il n'y a pas d'âge pour renouer avec quelques principes vertueux. Pas d'âge pour commencer. Pas d'âge pour se prendre en charge. Retenez bien ça : vos carottes ne sont jamais cuites !

  • Tuer le cancer

    Patrizia Paterlini-Brechot

    • Stock
    • 18 Janvier 2017

    Pendant des années, au chevet de ses patients comme dans le secret de son laboratoire, le professeur Patrizia Paterlini-Bréchot s'est employé à décoder les stratégies de camouflage du cancer, ce tueur en série. Elle a passé des jours et des nuits à mettre au point des méthodes expérimentales pour prendre en filature les cellules tumorales qui circulent dans le sang bien avant que la maladie ne se signale. Et, avec le concours d'autres scientifiques, elle a trouvé.
    Une simple prise de sang permet aujourd'hui de détecter, en amont, les prémisses d'un cancer. Cette technique pourrait, demain, sauver des millions de vies !
    Patrizia Paterlini-Bréchot éclaire le chemin personnel qui l'a menée à cette découverte et expose les grandes avancées scientifiques qui ont contribué à forger des armes décisives dans la lutte contre le cancer.
    Elle en est convaincue : c'est sur le diagnostic précoce que doivent porter les efforts. Et cette bataille-là est l'affaire de tous.

    Un livre de combat et d'espoir porté par une femme exceptionnelle.

  • Ce second tome couvre la priode 1950-1970. La clbrit que Tazieff acquiert alors est lie aux expditions qu'il effectue dans le monde entier et qu'il retrace ici. D'autres types d'expditions comme le voyage en mer Rouge bord de la Calypso, font de ce livre un rcit de voyages tous azimuts. C'est galement un livre d'initiation.

  • " L'Internet ne vient pas s'ajouter au monde que nous connaissons. Il le remplace. L'Internet est entré dans une phase de substitution de notre système économique. En France, tous les secteurs sont en danger à moins de cinq ans. L'Internet détruit quatre emplois pour en créer un. Il devient le centre de gravité de l'économie entière. Cette reconfiguration inexorable de l'économie autour du réseau s'appelle L'Internet industriel.
    La mondialisation a dévasté nos classes populaires. L'Internet va dévorer nos classes moyennes.
    La grande dépression que nous connaissons depuis cinq ans n'est qu'un modeste épisode en comparaison du cataclysme qui s'annonce.
    L'Internet siphonne nos emplois, nos données, nos vies privées, notre propriété intellectuelle. Nous allons donc subir ce bouleversement qui mettra un terme à notre modèle social et économique. Y a-t-il pour nous une alternative ?
    Oui. C'est l'ambition de ce travail que d'en apporter la réponse ".

    A travers cette théorie inquiétante, l'auteur met en lumière le rôle des résogiciels : l'accumulation et l'exploitation d'un nombre infini de données sur les utilisateurs, parvenant ainsi à obtenir un des moyens de prédiction les plus fiables qui soit. Nous sommes " du bétail à données ". Or, la majorité des résogiciels sont américains : le monde entier cède ainsi gratuitement sa liberté économique et politique aux Etats-Unis.
    Pierre Bellanger propose un ensemble de solutions pour reconquérir notre souveraineté numérique.

  • La belle cinquantaine

    France Aubry

    • Stock
    • 20 Mai 1998

    Docteur France Aubry La belle cinquantaine "Pour mes cinquante ans, je fais une méga fête". Qui n'a vu, à cette annonce, l'oeil de certains - de certaines surtout - s'arrondir de stupeurà Fêter son demi-siècle, et plus encore le cortège annoncé des petits maux et misères, des face à face désolés avec son miroir, des rondeurs insidieuses et des rides sournoises, quelle idée !
    "Vieilles lunes que tout cela", répond France Aubry. Certes, à cinquante ans, il serait absurde de prétendre qu'on commence sa vie. Mais il ne tient qu'à chacun qu'elle rebondisse fort joliment, dans le corps comme dans le coeur. A condition de le vouloir vraiment. Et, mieux encore, de s'y être préparé.
    Femme, mère, grand-mère - et d'abord médecin, France Aubry livre ici tout ce que ces expériences lui ont appris, des conduites alimentaires appropriées aux soins esthétiques pertinents, des petits pansements qui pallient la "ride véloce" et le "muscle avachi" chantés par Juliette Gréco, à la juste appréciation des recours que proposent les actuelles avancées de la science. Avec en filigrane, cette idée majeure : la fatalité n'est souvent qu'un refus de vouloir y résister.
    Belle cinquantaine donc à ceux et celles qui l'auront choisie !

  • Ce livre, très riche en révélations, nous ouvre les portes d'un monde méconnu : celui des stars de la médecine française, ces milliers d'hommes - et quelques femmes - que l'on surnommait autrefois les « mandarins ». L'idée n'est pas de revenir sur telle ou telle prouesse médicale, ni de contester la compétence du plus grand nombre, mais de découvrir les coulisses de cette « caste » si particulière.
    Ces médecins-là vivent souvent hors du temps et de leur époque, forts d'un statut en or, d'avantages inégalés (revenus, temps de travail, etc.), et de relations avec le monde politique qui confinent, pour certains, à la connivence. À l'heure où les autres professionnels de l'hôpital ne cessent de consentir des efforts (budgets resserrés, régimes de retraite rabotés), ils ne connaissent pas la crise, négocient en secret de nouvelles avancées sociales, et ne sont contrôlés par personne. Il leur arrive aussi d'utiliser le service public de santé au profit de leurs seuls intérêts privés. En s'appuyant sur des faits, des chiffres et des témoignages détonants, ce livre dévoile bien des aspect cachés _ et parfois scandaleux _ de la médecine française. Il revient notamment sur le cas de plusieurs sommités dont la réputation est « surévaluée », soit au regard de leur compétence réelle, soit parce qu'elles abusent du vedettariat. À l'approche de la présidentielle de 2012, c'est un débat d'intérêt national qui est ici soulevé : celui de la nécessaire égalité d'accès aux soins et du contrôle des dérives.

empty