H'artpon

  • Le monde nu est la première monographie consacrée à l'oeuvre de Jean-Baptiste Née. Ce peintre s'attache aux éléments plus qu'aux paysages en eux-mêmes : il travaille en haute montagne, directement sur le motif et souvent assis dans la neige, et laisse les intempéries marquer ses oeuvres pendant qu'il travaille, pour un résultat irréel. La pluie laisse une empreinte blanche dans la gouache humide, la neige se pose sur le papier, l'eau gèle sous l'effet du vent et forme des cristaux de glace à même la peinture. Ses mediums sont principalement les lavis de gouache noire, l'aquarelle et l'huile. Ce beau livre grand format présente une sélection de ses peintures, et un cahier central montre les photographies de Tristan Deboise où l'on voit l'artiste au travail.

  • Neiges

    Jacrot Christophe

    Après le succès de son livre sur l'Islande, Snjor, le photographe Christophe Jacrot propose un second travail sur la neige. Ce projet rassemble 10 années de photographie et plus de 10 régions du monde (France, Norvège, Japon, Canada, Suisse...).

  • La street artiste parisienne Madame travaille et retravaille de vieux documents et vieilles photographies du siècle dernier jusqu'aux années 1950-1960, pour en refaire de nouvelles images, plus contemporaines. Pour chaque visuel, une image et une punch line dialoguent sans pour autant s'illustrer l'une l'autre. Une fois ces collages petits formats finalisés, ils sont scannés pour être imprimés en très grand format et apposés dans la rue, afin d'offrir aux passants une porte ouverte vers un imaginaire décalé et ludique. Première monographie dédiéé à la street artiste, avec jaquette amovible inspirée du travail de Madame.

  • New York in black

    Christophe Jacrot

    • H'artpon
    • 16 Octobre 2017

    Dans la nuit du 29 au 30 octobre 2012, l'ouragan Sandy plongeait la ville de New York dans le chaos. Lors de cette catastrophe, 375 000 personnes furent évacuées, et une grande partie de la métropole fut inondée et totalement privée d'électricité. C'est cette vision de New York, «inquiétante, fantomatique, mais belle», que Christophe Jacrot a immortalisée dans une série d'images réunies pour la première fois au sein d'un élégant recueil.

  • "Silences" aux éditions Hartpon, met en lumière le travail de Thierry des Ouches, auteur de nombreux livres de photographie, de courts métrages et de campagnes de publicité à succès. Son regard s'y déploie autour d'un nuancier hivernal pour une méditation intime sur la nature au quotidien et des "silences" qui tracent aussi un portrait intérieur de l'artiste. Ses photographies de sous-bois et de lacs disent la quiétude que trouve en ces lieux un homme qui a fait le choix de vivre en pleine nature. Ses images prises sur la côte ou à bord de bateaux révèlent son amour pour la mer.

  • Inventaire photographique des principaux glaciers du Mont Blanc en France, Italie et Suisse.
    Aurore Bagarry propose un parcours photographique qui est à la fois une exploration plastique et documentaire sur les glaciers. Comment notre regard se pose-t-il aujourd'hui sur les glaciers? Ces larges étendues de glace à l'avenir incertain nous questionnent et nous inquiètent. Entre beauté et tristesse, leur évolution plastique continue. Avec les textes de :
    - DANIEL GIRADIN, Historien de l'art, ancien conservateur du Musée de l'Élysée (Lausanne).
    - AMÉLIE LUCAS-GARY, Écrivain, auteur de Grotte, en 2015, puis de Vierge, publié au Seuil en 2017.

  • Demeure

    Amaury Da Cunha

    Demeure est la quatrième monographie photographique d'Amaury da Cunha. Cet ouvrage réunit 46 photos mêlant couleur et noir et blanc, prises au cours des dix-huit dernières années. Pour tenter d'élucider le secret des images, Amaury da Cunha a confié le soin à Sylvie Gracia, l'éditrice de ses ouvrages littéraires au Rouergue et écrivaine aguerrie, de mettre des mots derrière les images. Une volonté littérale puisque, dans Demeure, tous les textes sont glissés à l'intérieur de plis japonais, c'est-à-dire entre des pages non massicotées.

  • Magali Lambert est une artiste pluridisciplinaire, metteuse en scène de contes oniriques qu'elle délivre par la photographie. Qu'il s'agisse de revisiter l'univers baroque des cabinets de curiosité du XIXe siècle ou de magnifier le règne de la nature, l'artiste s'adresse inéluctablement à nos vies intérieures. L'ouvrage est accompagné de deux textes, l'un par Michel Poivert et Magali Lambert elle-même - un procès imaginaire intenté au motif d'usage illégitime d'objets abandonnés - l'autre par l'écrivaine Emmanuelle Lambert - la tentative de réhabilitation de cette dernière qui s'ensuit. Empruntant son titre à l'écrivain Patrick Autréaux, Venus du jamais mort est la première monographie de l'artiste.

  • Depuis trois décennies, le nom de Molitor est intimement lié à l'histoire du street art. Temple de l'underground dans les années 1990/2000, alors qu'il était abandonné, l'établissement a développé dès sa réouverture, en 2014, une démarche curatoriale ambitieuse, fidèle à l'esprit de cette période. Il a ainsi permis à quelque 68 artistes urbains, toutes générations et techniques confondues, d'investir chacun l'une des cabines de l'emblématique bassin d'hiver, pour y créer librement une oeuvre. Le livre Molitor, vibrations artistiques est le premier inventaire consacré à ce projet muséal unique en son genre.

  • Snjor

    Christophe Jacrot

    • H'artpon
    • 15 Octobre 2016

    L'auteur invite une nouvelle fois à regarder le monde à travers son objectif. C'est sur les neiges d'Islande et leur solitude glacée que se porte cette fois le regard du photographe. Là, ses images oscillent entre l'intensité dramatique d'une lutte pour la vie dans des conditions extrêmes et la contemplation d'une nature qui s'offre à l'état brut, entre le « struggle for life » et le pur enchantement. Parce qu'elles nous parlent de notre rapport à la nature et parce qu'elles osent la beauté sur une scène artistique qui semble ne plus y croire, les photographies de Christophe Jacrot connaissent un important succès auprès des collectionneurs, mais également auprès du grand public.

  • 18 interviews inédites, 30 pages d'analyses, 130 pages d'images.
    "L'Art se rue 3" interroge la représentation du féminin dans l'art urbain.n'est pas un livre sur les femmes street-artistes, mais bien La sélection des artistes est de fait mixte. Avec Alice Mizrachi | BR1 | Collectif France Tricot | Fafi | Éric Lacan | FKDL | Kashink | Jennifer Caviola | Keflione | Kid Acne | Konny Steding | Mademoiselle Maurice | Lady Pink | Madame | Mode 2 | Paddy | Sara Conti | Vinie Graffiti + Tatyana Fazlalizadeh (avant-propos).

    Le street-art, en tant que pratique découlant du graffiti et longtemps réservée aux hommes, a eu besoin d'un temps d'adaptation et d'une importante évolution interne pour se féminiser. Malgré la présence de certaines femmes dès les premières heures (Lady Pink à New York, Miss. Tic à Paris, Micky aux Pays-Bas), ce n'est vraiment que depuis une dizaine d'années que se multiplient les exemples d'artistes féminines actives dans le domaine du street-art. C'est en parallèle de la féminisation relative de la pratique que sont en effet apparues sur les murs des villes des figures féminines de plus en plus nombreuses.

  • Tout au long des années 80, le collectif Banlieue-Banlieue a marqué le mouvement de l'art urbain naissant par sa peinture colorée et engagée, et par ses interventions rock and roll. Il côtoie alors tous les pionniers de l'art urbain, avec notamment Jean Faucheur, Blek le rat, Jérôme Mesnager, Raphael Gray, Miss.Tic et des collectifs tels que Les Frères Ripoulin, Les Musulmans fumants, VLP, Los Globos avec Patrick Pinon ou encore X-Moulinex avec Speedy Graphito.
    De Poissy à Bobigny, de Tokyo à New York, en passant par les décors de cinéma de Marco Ferreri, Banlieue-Banlieue a marqué l'histoire de la rue avec ses prises de position mais aussi la force de ses images.

  • Regards sur l'étang de Berre

    Collectif

    • H'artpon
    • 16 Octobre 2017

    Territoire où se mêlent nature sauvage, activités balnéaires et industrialisation, l'étang de Berre, à l'ouest de Marseille, est un espace peu aisé à qualifier. À travers le travail de 7 photographes, le musée Ziem invite à la découverte de différents regards portés sur cet environnement surprenant afin d'en révéler la beauté singulière et d'en appréhender toute la complexité.

  • Route-frontière, désert de béton ou territoire à conquérir, le boulevard périphérique parisien concentre des enjeux urbains importants. Ce livre compose un portrait de cet espace en mutation et de ceux qui le traversent, le parcourent et l'habitent.

    Ont collaboré:
    Six photo graphes:
    Sébastien Sindeu .
    Marie-Pierre Dieterlé .
    Éric Besnier Pieter Jan Louis .
    Thomas Louapre .
    Ludovic Maillard.

    Un géo graphe:
    Luc Gwiazdzinski .

    Un auteur de scie nce -fiction:
    Léo Henry

  • L'Art se rue 1 ouvre ses pages à 12 figures émergentes du street art parisien. Chaque personnalité est présentée individuellement, donnant lieu à une série de portraits par l'image. Accompagnés d'une brève biographie retraçant le parcours de chacun, les travaux récents des artistes sont exposés au fil des pages à la manière d'un mur sur lequel ces derniers auraient été invités à exposer leurs oeuvres. Une iconographie variée parcourt l'ouvrage, mêlant croquis et travaux intermédiaires, photos de rue, photos d'ambiance et dessins originaux, dans le but de faire découvrir aux lecteurs une pratique artistique profondément contemporaine, incontestablement captivante et source de controverses.

  • éclaircies passagères

    Philippe Breson

    • H'artpon
    • 15 Octobre 2016

    La galerie ARGENTIC (Paris), les éditions h'artpon présentent la première monographie du photographe Philippe Bréson, sous-titrée "Éclaircies passagères". Pensé comme une rétrospective sélective du travail du photographe, ce livre présente des images exécutées entre 1993 et 2013 et issues de différentes séries : paysages, nus, vanités. Philippe Bréson travaille la photographie argentique depuis de nombreuses années, rayant, tachant et découpant ses négatifs auxquels il confère une identité unique.

  • "Mémoire vivante des catacombes, Psyckoze impose sa marque dans l'histoire des carrières souterraines de Paris depuis le milieu des années 80. Graffeur hyperactif, catalyseur d'un mouvement cataphile tourné vers l'art et la transmission, conteur passionné, l'artiste a vécu et accompagné la renaissance puis l'explosion d'une micro-société créative et festive dans le milieu insondable des catacombes.
    Entre esprit d'aventure, introspection et exutoire, réappropriation d'un espace, formation de clans et volonté de s'inscrire dans une tradition millénaire, ce livre raconte cette aventure humaine et artistique à nulle autre pareille."

  • Ce 4ème opus de la revue Le Bruit du monde pose la question des censures et autocensures actuelles. Qu'est-ce qui fait réellement scandale aujourd'hui ? Qui est arbitrairement réduit au silence ? Par qui ?

  • L'architecte Claude-Nicolas Ledoux (1736-1806) dut sa célébrité dès le XVIIIe siècle à l'audace et à la modernité des formes de son architecture. Parmi ses contemporains, il est celui qui fit preuve de la plus grande liberté d'invention. Le souvenir de son oeuvre bâti, largement détruit - mais dont la saline royale d'Arc-et-Senans demeure le témoignage le plus spectaculaire -, nous est heureusement parvenu par le soin que l'artiste a eu, dès son entrée à l'Académie royale d'architecture en 1773, de faire graver ses dessins. Les premières planches, rassemblées par ses soins dans l'unique volume de L'Architecture considérée sous le rapport de l'art, des moeurs et de la législation, publié en 1804, celles qui furent réunies par Daniel Ramée en 1847 dans un second volume et quelques autres dispersées, ont permis de restituer sous forme de maquettes une cinquantaine de ses édifices les plus importants, aujourd'hui présentés dans le musée qui lui est consacré au coeur de la saline royale et dont ce volume constitue le catalogue.

  • Rooftop graffiti Paris

    ,

    • H'artpon
    • 15 Septembre 2015

    ROOFTOP GRAFFITI PARIS est un hommage aux graffitis réalisés sur les toits de Paris.
    Travail de documentation mettant le graff en perspective face à l'architecture d'une ville emblématique, ce livre se nourrit d'impressionnantes photos panoramiques réalisées par Jean-Yves Donati, associées à un entretien et des contributions graphiques du graffeur Nassyo.
    Ce travail photographique capture une vision rare de la capitale, dont la monumentalité trouve un parfait terrain d'expression dans l'usage de la photo panoramique.
    La présence des graffitis sur les toits, tour à tour discrète et imposante, nous rappelle que le graff est devenu un élément constitutif de la ville contemporaine."

  • Héritière des zines (fanzines et graphzines), la revue rouge gorge a traversé les dix dernières années en se consacrant a un champ de l'art contemporain alors en pleine renaissance : le dessin.

  • Observateur aguerri de la petite musique du présent, Guillaume Siaudeau se livre avec LES CHAUSSETTES DE l'ÂME à un exercice de style périlleux où la mort et les larmes hantent « l'échiquier abîmé » du monde. Ce mélodrame plein d'humour qui décompose visages et formes et préfigure l'ambivalence du monde est splendidement illustré par Magali Planès.

  • Débats et combats des nouvelles écritures pour la scène. Revue collective dirigée par Pauline Peyrade.
    "Le Bruit du monde" est une revue consacrée aux écritures théâtrales contemporaines et à leur ancrage dans le monde d'aujourd'hui. Chaque numéro propose de parcourir une question de société à travers des textes d'auteur-e-s émergent-e-s, accompagnés d'articles sur l'écriture, l'engagement et les combats qui animent notre génération.
    Ce numéro est sur le thème de l'amour 2.0 : Comment vit-on l'amour aujourd'hui ? Y a-t-il un amour-4G ? Un amour-jetlag ? Que reste-t-il du romantisme ? Qu'est-ce que le polyamour ? À quoi ressemblera l'amour dé-genré ? Quels sont les lieux de réinvention de l'amour ? Que cherche-t-on à préserver et pourquoi ? L'amour est-il par essence « 2.0 » ?
    Avec des extraits de pièces inédites d'Alan Payon, Lola Molina, Marilyn Mattei et Samuel Pivo ; des traductions originales de Luciana Lagisquet (Uruguay, trad. Chap Rodriguez) ; et des contributions de Christophe Pellet, Alain Badiou, Olivier Neveux, Florencia Dansilio, Judith Balso, Mathieu Bertholet et de l'artiste Sandra Ghosn.

empty