Poursuite

  • Cet ouvrage réunit 5 photographes autour d'un projet d'exploration de la la région Grand-Est. Chacun d'entre eux propose une perspective unique sur ce territoire riche et divers : Lionel Bayol-Thémines, qui s'intéresse à la photographie aérienne dans le contexte des nouvelles technologies, Olivia Gay, portraitiste concernée par la place des femmes dans l'espace social, Bertrand Stofleth, qui observe l'impact du développement humain sur son environnement et les structures paysagères traditionnelles, Eric Tabuchi, photographe des régions naturelles et de leur esthétique formelle, et enfin Beatrix Von Conta, photographe qui rentre dans l'intimité des paysages pour en saisir la fragilité.

  • En préambule de l'édition de son grand projet Atlas des Régions Naturelles, le photographe Eric Tabuchi propose ici un regard amusé sur les transformateurs électriques qui parsèment les régions françaises, souvent en milieu rural. Beaucoup d'entre eux reprennent les codes de l'architecture locale, tantôt traditionnelle, tantôt moderne.

  • Au printemps 2017, le photographe français Tom de Peyret part en voyage aux États-Unis, quelques mois après l'entrée de Donald Trump à la Maison Blanche. Pour comprendre cette Amérique devenue folle, l'artiste prend la direction de Las Vegas, à la recherche d'une Sin City par 50 degrés. En 2019, il est retourné au Nevada, avec l'idée d'une série d'images, qui sont structurées comme une citation visuelle de l'essai culte Learning from Las Vegas. Il s'intéresse cette fois-ci aux logos des empires du jeu : Encore, Delano, Wynn, Mandalay Bay...

  • Déprimé par le confinement, Eric Tabuchi et Nelly Monnier ont imaginé un plan d'évasion, se photographier sur fond vert et lancer un appel aux internautes : « téléchargez nos silhouettes et faites nous voyager dans les décors de votre choix, puis renvoyez-nous ces photos souvenirs ». Durant les deux semaines qui ont suivies, ils ont reçu près d'un millier de propositions, poétiques, politiques, drôles, sérieuses, belles et parfois moins belles émanant de plus de 400 contributeurs. Étonnant catalogue d'images renvoyant chacune à cette période unique, Décor-Export réunit des gens d'origines et de notoriétés très différentes et fait dialoguer des personnes venant aussi bien de l'architecture que du dessin, de la photographie ou de la peinture mais aussi de simples amateurs. La série a été exposée à à l'espace Croisière à Arles de juillet à août 2020.

  • Plaisir Solide est la rencontre d'un nom et d'un adjectif que l'on n'a pas coutume d'associer. Un titre tout droit sorti de l'atelier, lieu de rencontre de deux artistes, Hélène Bellenger et Charlotte Perrin, pour leurs recherches respectives menées au 3 bis f, à Aix-en- Provence. La série qui en résulte juxtapose et superpose les sources des recherches artistiques. Si Charlotte Perrin pioche dans les archives et les modes d'emploi pour mieux se réapproprier les matériaux et jouer avec l'histoire des techniques, de l'architecture et du mobilier, Hélène Bellenger s'empare d'une série de publicités pour anxiolytiques et antidépresseurs, datées des années 1970 à 2000 et collectées à l'hôpital psychiatrique Montperrin, pour interroger de manière plus large la représentation d'un bonheur normé, qu'il s'affiche sur les réseaux sociaux, sur les modes d'emploi d'appareil photo ou sur le papier glacé des publicités et des magazines.

  • Flux, une société en mouvement présente les travaux de quinze photographes ou duos d'artistes qui témoignent des multiples flux irriguant le monde actuel et de leurs conséquences environnementales et sociétales. Cette possibilité ou impossibilité du mouvement fonde les conditions d'existence de chaque forme de vie. Mais flux financiers, flux logistiques, flux humains, flux électriques, flux des données, flux des matières premières ... s'enchevêtrent, s'emballent et parfois finissent par déborder. Le texte qui introduit le livre, écrit par Bruce Bégout, philosophe et romancier, grand explorateur de notre planète sous l'emprise de la globalisation, est conçu, sous la forme d'une carte blanche, comme une seizième participation à ce projet. Chacun des artistes a librement mis en page ses images et choisi un auteur pour les mettre en mots. Ce livre photographique, à travers ces langages artistiques et critiques singuliers, expose ainsi un large éventail de la scène photographique française d'aujourd'hui, qui représente et documente pour produire une connaissance actualisée de tous les aspects de la vie, des plus visibles au plus infimes. L'ensemble illustre également l'importance de la commande dans l'histoire des pratiques photographiques contemporaines dont elle a initié des moments essentiels, notamment en temps de crise.

  • Produit d'une résidence du photographe Gilles Pourtier au 3bis, centre d'art adossé au Centre Hospitalier psychiatrique Montperrin à Aix-en-Provence, ce livre rassemble photographies en noir et blanc de bâtiments et croquis en couleur réalisés en 2011 sur le site de l'hôpital. D'une grande sobriété formelle, ce projet témoigne cependant de l'atmosphère lourde qui habite ces lieux.

  • Empruntant son titre au livre de Dashiell Hammett, pionnier du roman noir américain, Red Harvest de Marguerite Borhauser est le prolongement de son travail initié et présenté à la Maison Européenne de la Photographie au mois de juin 2019. L'artiste présente une sélection de clichés issus de sa production récente qui, par des associations visuelles inédites, semblent être le point de départ d'un récit énigmatique. Ces images plantent un décor où la torpeur des ciels d'été, des corps indolents et des jeux de lumière se trouve soudain interrompu par le bris d'un verre ou une éclaboussure - autant d'indices que quelque chose vient de se passer. Le travail de Marguerite Bornhauser mêle scènes fortuites et compositions soigneusement construites, brouillant ainsi les pistes entre réalité et fiction. En refusant de légender ses clichés et de les situer dans leur contexte de prise de vue, l'artiste fait de chaque image l'origine d'un récit volontairement subjectif. Son langage photographique, marqué par des couleurs intenses, des ombres implacables et des plans rapprochés, offre une libre interprétation du réel. » Manon Demurger, commissaire d'exposition

  • LAtlas des Régions Naturelles (ARN) se donne pour objet la création dune archive photographique documentant la grande diversité - mais aussi leur uniformisation progressive - des paysages et plus particulièrement des bâtis que lon rencontre sur le territoire français. Cette carte représente les 450 régions naturelles françaises, dont le dessin prédate la révolution française et ne relève d'aucun découpage administratif. Sil est impossible den tracer les frontières exactes, leurs limites géologiques, historiques et culturelles persistent à dessiner, dans une sorte de tradition orale, les contours dune géographie dont la vivacité demeure bien réelle.

  • Samuel gratacap bilateral /francais Nouv.

  • Anne-Valérie Gasc : crash box Nouv.

    Le projet Crash Box relève dune expérimentation vidéo qui consiste à filmer des bâtiments démolis par foudroyage intégral depuis un point de vue intérieur, au plus proche des charges explosives. Les images ainsi capturées manifestent, dans le presque rien à voir de leffondrement, léchec du projet social porté par cette architecture de la reconstruction. Linvention dune technique de prise de vue spécifique à ce contexte a priori non investissable par le regard, a, de fait, engendré des formes plastiques inattendues, fondamentalement contemporaines. Les vidéos Crash box ont lambition de sinscrire dans la lignée des premiers films cinématographiques expérimentaux. On pense au film LArrivée dun train en gare de La Ciotat de Louis Lumière, ou comment le film du quotidien ordinaire, prétexte à exploiter un nouvel instrument optique, transforme le « rien à voir » en un moment de saisissement collectif.

  • Marine Lanier : le soleil des loups Nouv.

    L'univers de Marine Lanier se situe à la lisière du familier et de l'exotisme, du prosaïque et de l'étrange, du clan et de l'aventure. Le Soleil des loups tisse un récit visuel qui s'enracine dans la fable documentaire, déployant un univers poétique qui mêle récits intimes et mythologies collectives. L'ouvrage évoque le royaume de deux frères - une nature impénétrable, connue d'eux seuls - un plateau au relief inversé, résurgence d'une ancienne activité volcanique, au sud de l'Ardèche. Durant des mois, Marine Lanier a parcouru avec eux ce monde isolé, sorte d'éden intemporel. Au travers d'images rituelles affleure un pays inventé, ce temps entre l'enfance et l'adolescence : la joie des fugues, le clan des guerres, la solitude infinie des jeux cruels, les fantasmes des bois qui nous font tour à tour chercheur, cherché, sauveteur, monstre ou prince.

  • Toshio Shibata : boundary hunt Nouv.

    Boundary Hunt est une série réalisée par le photographe Japonais entre 2000 et 2004, période durant laquelle Toshio Shibata expérimente de nouvelles façons de photographier, notamment avec l'utilisation de films Polaroid. Le Type55, film noir et blanc positif à négatif récupérable qui permettait ensuite un agrandissement de l'image, en faisait partie.

empty