Livres en VO

  • Christo et Jeanne-Claude rectifient les erreurs les plus fréquentes au sujet de leur travail et de leur vie.
    De leur parcours, de leur vie, de leur oeuvre, on ne sait rien. Ou si peu... Tout ce qu'on raconte est faux, quasiment. Là, ils nous disent tout, ils rectifient, reprennent, expliquent. Combien d'îles furent entourés à Key Biscayne ? Pourquoi des parasols à Ibaraki et en Californie ? Leurs sponsors ? Pourquoi Christo et Jeanne-Claude signent-ils ensemble ? Que font-ils de leur argent ?

  • Anglais Stop here

    William Kentridge

    Ecrits et dessins de l'artiste sud-africain réalisés au stylo plume, prenant la forme d'un carnet de notes où sont insérés des feuillets dactylographiés.

    William Kentridge est à la fois peintre, sculpteur, graveur, metteur en scène, décorateur, cinéaste, acteur, performeur-poète... En cela, il est un « artiste total » voisin d'un Jan Fabre, mais dont les principales préoccupations sont l'apartheid, le post-colonialisme, l'Histoire et l'écoulement du temps.
    Stop Here est écrit et dessiné au stylo plume, il paraît aux éditions Jannink dans la collection « L'art en écrit ». La figure de l'arbre est au coeur de ce livre. On y retrouve les codes d'expression propres à l'artiste - le palimpseste et la répétition - au travers desquels il nous plonge dans une réflexion métaphorique et crée une analogie entre le livre et l'arbre qui est représenté comme la source nourricière de la création, avant de se transformer en potence. Kentridge s'aventure dans des méandres où il évoque à la fois l'odeur de bakélite, le vermouth, un cimetière au Congo, Sibylle, Cranach, les Winterreise, ou encore son père, avocat défenseur de Nelson Mandela.

    Egalement disponible en édition limitée accompagnée d'une oeuvre originale.

    Connu essentiellement pour ses films d'animation composés de dessins au fusain, William Kentridge (né en 1955 à Johannesburgh) développe une oeuvre qui associe le politique et le poétique en travaillant aussi la gravure, le collage, la sculpture, la performance ou l'opéra.

  • Anglais Freud's cigars

    Noor Van Der Brugge

    • Jannink
    • 24 Janvier 2020

    Dans un élan de joie et de fraîcheur, ce poème visuel interroge la liberté et s'articule autour du départ de Freud de Vienne à Londres en 1939.
    De ces pages se dégage une fascinante « indirection », comme dans la psychanalyse elle-même. Par le biais d'histoires s'alimentant les unes les autres, à l'instar de Freud enchaînant les cigares, émerge une tentative de réponse.
    Nous croisons des personnages historiques, comme Milton, Louis XVI, Napoléon, la princesse Marie Bonaparte, T.S. Eliot et Tinguely, qui se libèrent grâce à des activités ludiques : danses, chants, embrassades de chien ou de chameau et inhalations de fumées.
    Noor van der Brugge montre avec délectation que faire uniquement ce que nous aimons, en nous déchargeant de toute matérialité, peut être un moyen de nous sentir libres.

  • Basé sur le projet sculptural éponyme réalisé par l'artiste palestinien dans une savonnerie provençale artisanale, ce catalogue présente une sélection d'oeuvres récentes et plus anciennes de Taysir Batniji, avec un texte de Michel Poivert et un entretien.

  • Cent ans sans sang !

    Daniel Spoerri

    • Jannink
    • 1 Novembre 2017

    Pour célébrer le centième titre de la collection « L'art en écrit », Daniel Spoerri propose une série de jeux de mots sur les homonymes du mot « cent » (réalisée avec la maître-couturière Silke Eggl, collaboratrice de longue date de l'artiste), en hommage à Marx Ernst, et sous forme de leporello.
    Assembler, piéger, explorer, coller, détourner, immortaliser, collectionner, autant de mots définissant le travail de Daniel Spoerri. Tout au long de sa carrière, il a incité le spectateur à interagir avec des oeuvres souvent inattendues, incongrues, farceuses voire débridées. Passionné par les mots, comme en attestent ses célèbres « Pièges à mots », il les met à l'honneur dans Cent ans sans sang ! Pour le centième titre de la collection « L'art en écrit », il joue sur les homonymes du mot « cent », dans un hommage à La Femme 100 têtes de Max Ernst. À partir des multiples sens donnés à une unique sonorité, Spoerri composerait-il d'une seule phrase un véritable engagement pacifiste ?

  • Ouvrage basé sur une série de neuf oeuvres de Rabascall intitulée La leçon de peinture catalane, présentation détournée et ironique des normes traditionnelles de la peinture académique, avec un entretien et des essais originaux de Brigitte Léal et Pierre Restany.
    La série La leçon de peinture catalane (1985) a été à l'origine conçue pour l'exposition Barcelona-Paris-New York, présentée au Palais Robert, à Barcelone (1985-1986). Elle est composée de neuf oeuvres de grand format. Il s'agit de photographies couleur marouflées sur toile et sérigraphiées, montées sur châssis.
    Les textes sont des essais originaux, écrits pour la présente édition, par des spécialistes connaissant parfaitement l'oeuvre de Joan Rabascall. L'ouvrage est également illustré de visuels de l'exposition initiale afin de la situer dans son contexte historique.
    Publié suite à l'exposition éponyme au Centre d'Études Catalanes, Paris, de septembre à octobre 2015.

empty