• Pièce de théâtre CRIME ET CHÂTIMENT drame en 3 parties et 20 tableaux de Gaston BATY - d'après l'oeuvre de Fédor Dostoïevski, 18h. - 15f. - Durée 2h30 - Raskolnikov, jeune étudiant, pense que certains êtres d'exception ont le droit absolu de commettre des crimes et que la loi n'existe pas pour eux. Il assassine une usurière. Mais le châtiment auquel il croyait pouvoir échapper commence : il mesure peu à peu l'horreur de sa déchéance. Le drame raconte les étapes de sa souffrance : il côtoie le vice et la pureté sans trouver le moindre apaisement. Sa mère elle-même ne peut lui arracher son terrible secret. Seule une prostituée, Sonia, qui a tué son âme pour sauver sa famille, le comprend. C'est elle qui le décide à avouer son crime. Elle le suivra en Sibérie, fidèle à celui qu'elle aime, jusqu'au bout de l'expiation.

  • Mme Follavoine a décidé qu'on purgeait Toto, mais celui-ci déploie une diplomatie subtile à éviter la purge et il y réussit. De cette pièce jaillit une gaieté intarissable, claire et franche. Peut-être le plus grand succès du théâtre comique.

  • La ronde

    Arthur Schnitzler

    Nombre de femmes : 5 - Nombre d'hommes : 5 - Décor : Durée : 120 min.

    La ronde, ronde d'amour (c'est le premier titre de Schnitzler), quête de vie, lutte contre la solitude. Dis-moi si tu m'aimes ! N'est-ce pas ce cri que poussent les personnages de la ronde, qui par-delà les classes sociales interroge leur solitude. La ronde pour se donner l'illusion de ne pas être seul, l'illusion de commander à sa vie, de vivre, quoi !
    La prostituée s'offre au soldat qui séduit la femme de chambre qui dépucelle le Jeune Maître, qui devient l'amant d'une honnête femme qui s'éveille les sens avec les fredaines de jeunesse de son mari, qui accoste la jeune fille suave qui le trouble au-delà de toute mesure - jeune fille suave qui se révèle muse du poète, qui veut l'actrice, qui « dépoussière » le comte, qui ressent un trouble profond face à la prostituée qui. Et la route tourne.
    Schnitzler passe au scalpel, met à nu chaque personnage dans sa vérité, dans sa nudité la plus crue : avant, pendant, après l'acte amoureux ou de la difficulté d'être deux.
    « Je ne vois pas ton visage », dit la femme de chambre - pendant l'acte amoureux - au soldat qui ricane grossièrement. « Mon visage ! Il s'agit bien de cela !. » Hommes, femmes, pouvons-nous nous comprendre ?
    Une ronde aussi à travers Vienne, ville natale de Schnitzler, une Vienne qui révèle les hypocrisies sociales et les non-dits. C'est aussi ce qui a contribué au scandale.

  • Une étrange expérience est menée à la cour du Prince : deux jeunes filles et deux jeunes garçons ont été élevés dans l'isolement et l'innocence ; il est temps de les libérer et de voir comment ils se comportent les uns avec les autres. L'enjeu de cette expérience est de découvrir si la première infidélité amoureuse est commise par l'homme ou par la femme...

  • 8f.-0h. ; décor : un « salon-bibliothèque dans une belle, élégante et charmante demeure provinciale » ; durée : 2 h Le matin de Noël, alors que la maison et le domaine sont couverts de neige, on trouve le père de famille assassiné dans sa chambre... Très vite, on s'aperçoit que le criminel n'a pu ni entrer ni sortir... donc c'est une des huit femmes présentes. Oui, cet homme était entouré de femmes : sa femme, coquette et menteuse, sa belle-soeur, vieille fille aigrie, sa belle-mère, avare et ivrogne, sa fille aînée, peu vertueuse, sa cadette, mal élevée et gavée de romans noirs, la bonne, perverse, la gouvernante, joueuse... enfin sa soeur, ancienne danseuse retirée en province après une vie tumultueuse... Ces huit femmes sont bloquées dans la maison... Elles doivent faire leur police elles-mêmes... Les vérités éclatent... C'est une corrida cocasse et grinçante... Terrifiante aussi car la coupable continue de tuer !...

  • Building

    Léonore Confino

    BUILDING de Léonore CONFINO 16 f. - 19 h. ou 5 interprètes minimum - Décor : une entreprise - Durée : 1h20 Un building. Une entreprise. 13 étages. 35 employés. Une journée. Une scène par heure et par niveau. Hôtesses, comptables, agents d'entretien, cadres, directeurs des ressources humaines, chargés de communication s'agitent, déjeunent, coachent, prospectent ou brainstorment au rythme intempestif des crashs d'oiseaux contre leurs baies vitrées. Une ascension vers la chute. L'écriture de la pièce, féroce, caustique et ponctuée de chansons, met en relief la noirceur des thèmes abordés : la perte de notre identité dans l'entreprise et, avec elle, celle de nos idéaux.

  • 5f.-2h. ; décor : un train, cabine, compartiment, wagon-restaurant ; durée : 1 h 30 Par la fenêtre ou pas (du train Paris-Venise arrêté en Suisse quand le soleil naissant traverse les nuages gris). Sept figures, ou personnages, coincées dans un compartiment du train Paris-Venise, arrêté en Suisse, sous une neige de mai. Sept personnages et autant de manières de parler, de maladies du langage, et de bonnes raisons de fuir en Vénétie. Il y a là un tableau de maître déchiré, un nouveau-né volé, une mystérieuse valise de photographies de famille, un sac de cendres humaines et un contrôleur qui s'évanouit si on le touche. C'est une fantaisie policière centrée sur les approximations et les habitudes révélatrices du langage.
    />

  • Le manuel d'improvisation théâtrale s'adresse aux amateurs comme aux professionnels, aux animateurs d'ateliers théâtre et à tous les curieux qui veulent découvrir cette formidable technique de communication.
    Il met en lumière les principes et techniques qui conduisent à la réussite d'une improvisation et propose cent exercices pratiques. Il montre différents aspects de l'improvisation théâtrale à travers le monde et offre une synthèse inédite de son histoire. La vie est une lente impro !

  • Après le succès du Manuel d'improvisation théâtrale, plus de 300 exercices d'improvisation et d'exploration théâtrales sont ici répertoriés. Partie intégrante de l'histoire du théâtre, ils s'adressent aux débutants, aux spécialistes, aux animateurs de troupe, aux curieux et pratiquants de théâtre et d'improvisation théâtrale. Ils sont mis en perspective par thème et par origine afin d'en tirer le meilleur parti. Les troupes de théâtre y puiseront des possibilités inédites pour leurs répétitions. Les improvisateurs aguerris découvriront de nouvelles pistes à explorer.

  • Il est impossible de raconter Oscar, ce vaudeville digne de Feydeau ne laisse point de répit au spectateur. Les quiproquos se succèdent à une allure folle.

  • LEXIQUE DE LA MACHINERIE THÉÂTRALE de André BATAILLE - Né le 7 janvier 1922 à Saint-Germain-en-Laye. En 1932, déjà sur les planches avec mon oncle machiniste à la salle des fêtes de Saint-Germain et mon père machiniste. Moi-même machiniste au décès de mon père en 1937. De retour d'Allemagne, déporté S.T.O. de 1943 à 1945, je travaille dans divers théâtres de PAris début 1946 en commençant par l'Opéra. Ensuite dans de nombreux théâtres de PAris pour arriver à la Comédie-Française salle Luxembourg fin 1947, où je reste sept ans et demi. J'entre définitivement, en 1958, avec Jean Vilar au T.N.P. jusqu'à la retraite en 1982. J'ai écrit ce lexique en 1975 à l'attention des jeunes stagiaires du centre de formation des techniciens du spectacle de Saint-Ouen.

  • Théâtre amateur, mode d'emploi est le manuel indispensable aux troupes amateur qui y trouveront à la fois une base de travail et des astuces de perfectionnement. L'ouvrage est rédigé dans une langue accessible. Des tableaux ou schémas viennent illustrer les passages plus techniques (notamment sur la lumière, la sonorisation ou la mise en scène) pour maîtriser les sujets plus difficiles en un clin d'oeil?!

  • Charles Perrault a été tué ! Qui a pu commettre ce meurtre ? Le détective privé Paul X est charge de l'enquête. Il convoque tous les personnages des contes de Perrault afin de savoir qui peut être le ou la coupable. Il découvrira, suite à ses interrogatoires, que chacun d'entre eux avait de bonnes raisons de vouloir assassiner Charles Perrault.

  • C'est un livre riche que les Réflexions du comédien. Il faut le voir comme un vaste panorama de la pensée de Jouvet. Tout y est abordé : les texte, le jeu, le rôle du théâtre, le métier de directeur... Cette plongée dans la pensée du maître est passionnante.

    Le livre commence par des réflexions du sur le théâtre de Beaumarchais et celui de Hugo, ce qui est éternel en eux et la façon dont ils doivent se transmettre au public. Le chapitre suivant porte sur l'auteur Henri Becque. Il s'intitule « La disgrâce de Becque ». Il est des plus intéressants car il interroge le potentiel d'un texte de passer ou non à la postérité.

    Jouvet parle de l'avenir du théâtre, de la sensibilité du public, de cette difficulté d'innover et de restituer, de cet équilibre constant qui doit être l'obsession du comédien, du metteur en scène ou du directeur de théâtre.

    « Le commerce théâtral, malgré son caractère utilitaire est, à l'origine des temps, un sacerdoce qui prend sa source aux mobiles les plus nobles et les moins intéressés du coeur humain, mais il va au flanc de tout sacerdoce, si glorieux soit-il, une abominable plaie qui oblige le prêtre à vivre de l'autel, le soldat de son épée et l'avocat, comme le médecin, de ses clients. » Quelles concessions alors faut-il faire ? Quelle intégrité peut-on garder ? Comment garantir notre indépendance et notre liberté ? Comment, enfin, faire survivre l'Art ? Ce sont ces questions-là qui sont au coeur des Réflexions du Comédien et chacun sait à quel point elles concernent le temps présent.

  • Avec Feydeau, au début du XXe siècle, le vaudeville retrouve toute sa vigueur. Il s'emploie à mettre en musique, selon une mécanique implacable de rebondissements comiques et grinçants, la bêtise et la muflerie du ménage désaccordé. Dans Mais n'te promène donc pas toute nue !, Feydeau expose la joyeuse déconfiture du mariage, pour le plus grand bonheur du spectateur voyageur.

  • LUMIÈRE POUR LE SPECTACLE de François-Éric VALENTIN, assisté de Frédéric Poullain, préface de Muriel Mayette - La Librairie Théâtrale avait publié en 1988 et en 1994 deux versions de Lumière pour le Spectacle. Avec cette nouvelle version, à l'aube de ce troisième millénaire, version refondue et augmentée, qui offre aussi une réflexion sur les appareils automatisés et leur emploi théorique, F-E Valentin continue sa recherche sur ce qui est à la fois son métier et sa passion : le langage de la lumière. Par de nombreux exemples pratiques, il met ainsi trente ans d'expérience créatrice au service du lecteur. Tout spectateur désireux de comprendre « comment ça marche » se plongera dans la lecture de ce livre, ni manuel réservé aux seuls spécialistes, ni livre de recettes pour apprentis sorciers, mais dans le même esprit que ses trois prédécesseurs, tous ouvrages considérés depuis longtemps comme la référence ; cette nouvelle version s'inscrit dans une démarche de réflexion sur l'essence même de tout spectacle, qu'il s'agisse de théâtre, de danse, de musique, de son et lumière, tous genres pour lesquels F-E Valentin a conçu, pendant ces trente années, de nombreux éclairages, en complicité avec différentes équipes de création : metteur en scène, acteurs, décorateur, costumier... Il essaie ainsi de situer l'éclairagiste au milieu des autres professionnels du théâtre. A côté de toutes les informations pratiques dont il aura besoin, le lecteur trouvera aussi les questions qui lui permettront d'inventer lui-même ses propres réponses lors de ses créations futures.

empty