L'ancre De Marine

  • La protection de l'environnement est un thème d'actualité fort mais ce livre est le premier à proposer une autre approche de la plongée sous-marine.
    Résolument moderne, ce guide ne se borne pas à faire un état des lieux et déplorer la dégradation du vivant dans les océans :
    Il propose, après la prise de conscience, l'adoption de gestes pratiques pour la sauvegarde du milieu sous-marin.
    Les auteurs savent vraiment de quoi ils parlent : chercheurs en sciences humaines, spécialisés dans l' gestion du vivant.

  • Ce livre conte la formidable histoire du Marité, de tous les hommes qui se sont passionnés pour ce trois-mâts, le dernier des terre-neuviers en bois français.
    Construit en 1922 aux chantiers de Fécamp, il fut plusieurs fois sauvé de l'oubli et restauré. Revenu en France en 2004 avec comme nouveau port d'attache Rouen, il sera l'ambassadeur de la Normandie et l'un des fleurons du patrimoine maritime français. L'émission Thalassa sera enregistrée à son bord, durant 26 semaines en 2004/05, à l'occasion de son tour de France des ports.

  • Au fond de son sac de plongée, le Têtard a trouvé de nouveaux récits d'aventure, inédits et authentiques.
    Gabriel Di Domenico, alias «Le Têtard», nous offre le cinquième volume racontant sa vie de plongeur.

    Grand professionnel, il a écumé les fonds marins de la planète, il a connu mille personnages ébouriffants, cocasses ou dangereux.

    Sous l'eau ou hors de l'eau, sa mémoire nous ramène des palanquées de souvenirs, pour notre plus grand plaisir.

    Car l'homme manie la plume avec un talent de conteur-né et une faconde toute marseillaise.
    Bagarres, accidents de chantier, coups de gueule et coups de foudre, anecdotes palpitantes se succèdent à un rythme endiablé, de Marseille au Nigéria.

    Emouvants souvenirs du quartier d'Endoume, démêlés avec le «milieu» marseillais, récit du différend qui lui valut d'encaisser... 2 balles de 11,43, lettre adressée au célèbre PDG de la Comex, Henri-Germain Delauze...

    Gagner sa vie dans le monde du silence n'empêche pas d'être une «grande gueule» de la plongée !

  • Auteur prestigieux d'immortels chefs-d'oeuvre, Pierre Loti fut aussi un homme d'élite aux multiples visages, mystérieux et fascinant dans sa complexité.
    Officier de marine, écrivain fécond, dessinateur exceptionnel, excellent musicien, polyglotte, académicien, acrobate de cirque, il savait à la fois parler aux reines et aux forbans, aux princesses et aux matelots. C'est cet extraordinaire personnage que fait revivre aujourd'hui la plume inspirée d'Yves la Prairie. La vie de Julien Viaud - les vahinés le surnommeront Loti, du nom d'une fleur locale - est marquée d'innombrables passions amoureuses.
    Ce maître de l'exotisme dont l'oeuvre romanesque est largement autobiographique a parcouru le monde. De ses amours avec une jeune circassienne d'un harem naîtra Aziyadé, premier livre d'une beauté sublime. Il chantera la luxuriante Océanie, le Sénégal, le Japon. Mon frère Yves, Pêcheur d'Islande, Ramuntcho, Madame Chrysanthème et bien d'autres affirmeront son génie littéraire. Depuis sa disparition en 1923, plusieurs thèses, des dizaines d'ouvrages, des centaines d'articles ont été consacrés à Pierre Loti.
    Marin et écrivain lui-même, Yves la Prairie a eu le privilège de pouvoir lire les cahiers, que l'illustre auteur a tenu jour après jour pendant plus d'un demi-siècle. Des dizaines de documents inédits illustrent ce livre passionnant, qui éclaire d'un jour nouveau un être de charme, de caprice et de distinction sans pareil. Poète de la solitude, écrivain doué d'une incomparable puissance d'évocation, âme tourmentée et nostalgique, voici tel qu'en lui-même, Loti l'enchanteur.

  • Recueil né d'un jeu littéraire lancé au départ du Tour 2016. Le défi consistait à faire le portrait et décrire la course, chaque matin, du futur vainqueur de l'étape, avant qu'il ne soit connu. Prétexte à laisser transparaître, pour le bonheur du lecteur, intrigues, paysages et personnages. Entre récit renseigné et (ré)écriture fantasmée de la plus grande épreuve sportive de l'année, ces histoires d'un jour, informeront ceux qui ne connaissent pas le cyclisme. Elles feront perdre les pédales à ceux qui le connaissent trop bien.

  • Vous aimez le mystère, le suspense, l'intrigue des romans d'espionnage ? Vous aimez l'humour, l'ironie légère, la comédie de moeurs ? Vous aimez la mer, ses drames, ses paysages ? Si vous répondez oui, au moins une fois, ce livre est pour vous.
    Ce formidable roman d'espionnage, cet éblouissant roman maritime, baignant dans l'atmosphère fascinante de la mer du Nord, constitue un extraordinaire document historique, restituant la saveur, les techniques et l'ambiance de la navigation de plaisance dans les années 1900. Et l'humour britannique ajoute sa touche inimitable aux situations les plus acrobatiques. Publié en 1903, proposé dans une somptueuse traduction, L'Enigme des Sables est au roman d'espionnage ce que Sherlock Holmes est pour le roman policier : une oeuvre fondatrice, incontournable, que toute bibliothèque devrait posséder.
    Irlandais, idéaliste, l'auteur, Erskine Childers, a été fusillé par l'armée britannique pour avoir été le cerveau organisateur du service d'espionnage de Sinn Fein, l'armée clandestine de libération de l'Irlande. Tragique paradoxe pour un homme dont le patriotisme s'étendait à toute la Grande Bretagne, un combattant vaillant dans la Royal Navy durant la Première Guerre Mondiale qui souhaitait, par ce roman, éveiller l'attention de la Couronne sur les visées impérialistes de l'Allemagne du Kaiser.
    Amer remarquable dans le paysage du roman d'espionnage, ce livre vous offre une belle soirée de lecture, à l'aventure entre les bancs de sable de la mer du Nord.

  • Figure connue de la voile sportive des années 70, titulaire d'un formidable palmarès, Félix Aubry de la Noë nous livre ses souvenirs.

    Ce livre peut faire scandale. A-t-on le droit d'égratigner les idoles, de parler de la mesquinerie et des erreurs de navigation de Tabarly, de l'égotisme d'Alain Colas, de l'entêtement du baron Bich ?

  • Sur un cargo en partance de Liverpool, Jan Van Vliet embarque comme lieutenant.
    Il vivra une aventure mêlant la mer, l'amour et le bateau. Un vieux cargo où rôde l'angoisse, un équipage désuni par la suspicion qui corrode les officiers : les éléments du drame se mettent en place, tant il est vrai qu'un bateau vaut ce que valent les hommes qui le mènent. Au bout de la route, inévitable, la catastrophe guette, où chacun révèlera ce qu'il est vraiment. Trop occupé à cicatriser des peines de coeur, Jan Van Vliet s'efforce de ne pas prendre parti.
    Mais la réalité du conflit s'impose à tous, au fil des milles. Comme s'impose le souvenir de la belle Chinoise, si présente par les lettres expédiées du lointain Orient. Il faudra que le drame éclate en mer pour que Jan ouvre les yeux sur la vérité : la force du sentiment qui le lie à Ying-Hua. Un splendide roman, où le souffle du large répond à l'envolée des sentiments. Un roman réaliste, qui dépeint les hommes et les métiers de la marine marchande avec le coup d'oeil d'un auteur qui a lui-même navigué comme officier de pont.

  • Aussi pratique que poétique, ce carnet présente des recettes éprouvées en pleine mer, dans l'étroite cuisine d'un voilier de plaisance.

  • Le Père Labat après avoir été professeur de philosophie et de mathématique, débarqua aux Antilles en 1694.
    Il y témoigna d'une prodigieuse activité. Partout où il passait il réformait, construisait, perfectionnait. Au Macumba, il refait l'église, au Fonds St-Jacques, il construit la sucrerie et restaure les finances de la mission, à la Guadeloupe il élève des retranchements et fortifications, et en digne émule de Vauban, il ne se contente pas de faire l'officier du Génie, mais sait aussi commander une batterie d'artillerie auprès de nègres.
    La vie du Père Labat est un merveilleux roman qui nous fait passer successivement du calme conventuel ou paroissial, aux périls des marins, des flibustiers, et même des forbans. On comprend qu'un tel compagnon, un pareil conteur ait fait naître autour de lui autant d'amitiés que d'hostilité. On comprend que sa mémoire ait survécu aux Antilles. Il convenait de ne pas oublier cet aventurier hors du commun.

  • étudié avec autant de précision, cette grande pêche qui - en son temps - faisait vivre des dizaines de milliers de familles. L'historique de la pêche à la morue ; les coutumes pour les hommes et les navires, les engagements avec la foire aux marins dans le pays de Saint-Malo, les " visites " des navires, les départs et les traversées, la pêche à la " boëtte ", l'équipage, les journées sur les bancs, la nourriture, l'hygiène, les maladies et les blessures, l'alcoolisme, la discipline à bord, sont autant de chapitres détaillés. Le retour, la vente de la morue, les salaires, les bénéfices de l'armement, les syndicats, le présent et l'avenir de la grande pêche composent la dernière partie de ce livre exceptionnel, dont la précision rigoureuse n'altère en rien le récit passionnant d'un auteur magistral.

  • Après 12 ans dans la Royal Navy, une guerre mondiale et trois naufrages, blessé à la colonne vertébrale, Tristan Jones est condamné à ne plus jamais pouvoir marcher, selon les médecins militaires...
    Il récupère ses capacités physiques, navigue... et se lance un étonnant défi : être le premier à naviguer, dans un même périple, sur les eaux les plus basses de la planète - la mer Morte - puis sur les plus hautes, sur le toit du monde - le lac Titicaca, dans la Cordillère des Andes. Six ans d'un incroyable voyage, en quête " d'un record qui ne pourra être battu que lorsque l'homme aura trouvé de l'eau dans les étoiles ! " Héros, conquérant de l'inutile ? Excentrique, fêlé, déjanté ? A vous de juger, en lisant ce récit haletant, qui ne faiblit jamais.
    Pour accomplir son exploit, il démontrera l'inoxydable volonté d'un marin que rien ne peut abattre, l'exemple de la capacité de l'homme à e surpasser. Il risquera mille fois sa vie et souffrira mille morts dans l'enfer vert de l'Amazone, sur les hauteurs de l'Altiplano bolivien, au large du cap de Bonne Espérance... Il traversera Israël en état de siège, sera pris sous le feu des mitrailleuses égyptiennes en Mer Rouge.
    On lui tire dessus, durant une tentative de coup d'Etat en Bolivie... Il connaîtra les pires geôles et recevra la visite d'affreux dictateurs sud-américains, sans parler du roi des Rois, l'empereur d'Ethiopie Haïlé Selassié... Il remonte le redoutable courant de Humboldt, trouvant asile devant un pénitencier inhumain. Il traverse le Pérou en fraude, son bateau juché sur un camion. Il tractera son voilier à la main, dans une hallucinante épopée, sur les routes et les voies de chemin de fer et des cours d'eau infestés de piranhas, bravant une nature hostile.
    Superbe récit de navigation, ce carnet de voyage révèle un surprenant baroudeur des mers qui n'a pas froid aux yeux. Friand de cartographie, d'histoire, d'archéologie. Ouvert à la solidarité, aux plus belles amitiés... Vous n'oublierez pas une seule péripétie de cet incroyable voyage !

  • Vie à des hommes courageux, mais faillibles, aux prises avec d'indomptables tempêtes dont la nature n'est pas avare sous ces latitudes. Le poids de décisions, vitales, dans le conflit entre l'intérêt commercial, le devoir sacré de porter secours et le risque pour la vie des passagers tissent la trame du drame de ces Capitaines de la Route de New York, seuls sur la passerelle face à leur destin. Un haletant récit, mené de main de maître. Avaries, naufrages... Jamais sans doute la colère de la mer n'aura été aussi présente dans les pages d'un livre où se noue la tragédie. Capitaines de la Route de New York est le premier titre d'une trilogie née de la plume de l'immense Edouard Peisson. Un maître incontesté de la littérature française et sans doute l'un des plus importants écrivains maritimes français, à l'égal de Roger Vercel. Hans le Marin, le Voyage d'Edgar, le Sel de la Mer, autant de succès dans une longue liste de beaux romans.

  • A la fin des années cinquante, on compte sur les doigts d'une main les navigateurs français qui ont bouclé un tour du monde en solitaire. C'est l'époque où, confiné dans un sanatorium où il soigne sa tuberculose, Pierre Auboiroux lit le récite des grands pionniers, devenus marins de légende : Le Toumelin, Bardiaux et les autres... Puis, tout bonnement, il se dit : " Pourquoi pas moi ? ". Beaucoup d'autres le pensent, qui ne vont pas au bout de leur rêve. Mais lui, rien ne l'arrêtera. Pierre Auboiroux ne doute de rien et surtout pas de lui-même. Car le défi qu'il se lance est inouï. A la différence des marins célèbres, il n'est pas né au bord de la mer, une écoute à la main... Chauffeur de taxi à Paris, il ne connaît ni la mer ni les bateaux, ni la navigation... et n'a pas un sou vaillant. A l'aube de la plaisance naissante, nulle école pour se former. Pour apprendre tout seul la manoeuvre, il fait quelques sorties en dériveur. Pour faire un tour du monde, il retape un voilier d'occasion de huit mètres, sans le moindre des équipements que nous jugeons indispensables. Puis, un beau matin, il largue les amarres, réinvente au fil des jours, tout ce qu'il faut savoir pour naviguer au long cours, en solitaire. Piqué au vif par les moqueries des " pros " de la mer, qui prédisent son retour dans les trois jours, il tiendra bon, serrant les dents pour naviguer deux ans autour du globe, " à la branquignole "... Auboiroux ne cache rien, ni ses peurs, ni ses erreurs. Est-il un branquignol, un gavroche des océans, un titi parisien égaré sur la grande bleue ou u, héros des sept mers ? Pierre Auboiroux, c'est d'abord une force de décision peu commune, un homme de caractère. Ce carnet de bord, ironique et drôle, dévoile les péripéties d'une incroyable croisière. Elles forgeront un grand marin de ce débutant qui osa se jeter à l'eau. Vous n'avez rien lu de semblable.

  • Les épaves nous parlent Nouv.

    L'auhtiesutor i:r e« eJet ls?uhis tào ilr?éec doeu tcee udxe sq uépi navaevisg éucahieonuté àe sl e: uler ubros rrdé c; ietsn mleeu r adcoonnnteant leaur parole, je prolonge leur vie et leur permets de continuer à exister.
    Leur âme collective, formée par tous les membres de l?équipage, sait s?exprimer : elle chuchote, elle murmure, elle se confie, elle proteste, mais sans hurler ni radoter ;
    Elle se limite à l?essentiel. faisant ainsi démarrer la machine à remonter le temps.» J?espère que la combinaison de ces témoignages fera jaillir une étincelle de curiosité,

  • Le 9 janvier 1942, alors qu'il effectuait sa traversée régulière Alger-Marseille, le paquebot français Lamoricière, se déroute pour tenter de secourir un cargo en perdition. A son tour, au coeur d'une effroyable tempête, le grand paquebot disparait dans les flots, entrainant près de 300 victimes civiles.
    Frappant un paquebot de la Compagnie Générale Transatlantique, ce naufrage, l'un des plus effroyables qu'ait connu un armement français est pourtant resté méconnu, dans l'ombre de la guerre mondiale et son cortège de drames.
    Edouard Peisson y a trouvé l'inspiration de sa monumentale trilogie du Sel de la Mer, transposant dans son oeuvre romanesque les circonstances du drame.
    L'Ancre de Marine publie aujourd'hui le témoignage, extraordinairement émouvant, d'une rescapée du naufrage.
    Cette toute jeune femme, Maguy Dumond, s'est cramponnée de longues heures à un radeau de fortune avant d'être repêchée. Tout juste mariée, elle a vu disparaitre son jeune mari sous ses yeux...
    Outre ce récit poignant, le livre comprend un dossier complet sur le naufrage, constitué de témoignages d'autres rescapés, de photos sousmarines, de coupures de presse...
    Le grand public entendra parler de ce naufrage :
    La découverte de l'épave par des plongeurs italiens, la constitution d'une association des rescapés ayant permis de rassembler photos, documents et d'organiser un rassemblement, soutenu par French Lines, autour de la mémoire de ce drame

empty