Jeunesse

  • En forme !

    Anne-Margot Ramstein

    • Albin michel jeunesse
    • 30 Septembre 2015

    Le sport occupe beaucoup nos écrans, nos loisirs, nos conversations, mais occupe finalement assez peu les livres pour enfants. Il est pourtant très valorisé dans leur vie quotidienne, alors pourquoi ne pas l'observer, le raconter sous des perspectives moins ordinaires que celles de la performance, de la santé ou du loisir. Anne-Margot Ramstein ne fait pas ici l'inventaire exhaustif des disciplines, ni la promotion des qualités du sport, elle choisit des angles de vues inhabituels qui mettent en valeur, soulignent le caractère artistique d'une discipline, l'élégance d'un geste, l'humour ou la dureté d'une mise en scène.
    Mais ce qui intéresse avant tout l'auteure est le rapport du corps à l'espace.
    La mise en mouvement du corps dans des espaces sportifs : arènes, stades, ring, terrain de fortune ou tapis de sol... Car, amateur ou professionnel, le sport est avant tout une affaire d'espace, et l'on réalise en regardant certaines images que ce qui le distingue finalement d'une simple activité physique est bien la délimitation d'un espace consacré.
    Anne-Margot Ramstein nous révèle à travers ses cadrages, ses changements d'angles, la beauté d'infrastructures minimalistes ou modestes, ces lignes et ces mobiliers sportifs que l'on ne voit plus (comme les cages de but, simple cadre de métal), qu'elle utilise comme autant de structures graphiques à ses images.

  • La belle et le fuseau

    ,

    • Albin michel jeunesse
    • 30 Septembre 2015

    À la veille de son mariage, une jeune reine décide de quitter son palais pour aller délivrer une princesse prisonnière d'un sortilège de sommeil.
    Elle laisse sa robe de mariée, revêt sa cotte de maille, se pare de son épée et enfourche son cheval. Entourée des nains qui l'accompagnent et la protègent, la reine traverse un tunnel sous la montagne et avance vers le royaume endormi. Bientôt, un château apparaît dans le lointain. Ses murs sont recouverts de ronces et de toiles d'araignées et, dans le donjon, repose la princesse aux lèvres rouges comme les roses. Mais qui sait, peut-être que dans ce conte-là, la princesse n'est pas celle qu'on croit, et qu'une reine donnera un baiser à une belle endormie.

    « Tout le génie de cette histoire se déploie dans les éléments que Gaiman a choisi de réinventer. » Telegraph.

    « Et la reine donna un baiser à la princesse » : un vent de modernité souffle sur les contes de fées. The Guardian.

  • Le vent du Nord est le plus grand voleur de chapeaux de tous les temps. Collectionneur, le matin de ce lundi-là, il se retrouve prisonnier dans le chapeau melon de M Magritte. En échange de sa liberté, il est prêt à donner sa collection de couvre-chefs rocambolesques : le chapeau transatlantique, le Mamamouchi, le chapeau turc et fou, le feutre de d'Artagnan et même le précieux Lacrima Bibi à voilette ! Une chapellerie poétique et farfelue, superbement conçue par Frédéric Clément, créateur du déjà célèbre « Magasin zinzin ».

empty