Archipoche

  • Les chefs-d'oeuvre de la littérature ont enfin une collection à leur mesure : la Bibliothèque du collectionneur. Qui a dit que les livres élégants sont toujours trop chers ? Avec cette nouvelle collection, les chefs-d'oeuvre de la littérature mondiale se présentent dans une réalisation luxueuse qu'apprécieront même les bibliophiles. Format pratique, typographie lisible : le plaisir de collectionner les classiques à prix mini !

  • En visite à Moscou chez son frère Stépan Oblonski, la jeune et belle Anna, femme d'Alexis Karénine, haut fonctionnaire pétersbourgeois, et mère d'un garçon de huit ans, rencontre à sa descente du train le comte Alexeï Vronski. Bientôt, leur liaison éclate au grand jour à Saint-Pétersbourg. Enceinte, la jeune femme est sur le point de mourir en couches. Karénine lui accorde son pardon, tandis que Vronski tente de se suicider. Rétablie, elle quitte son mari et son enfant pour vivre avec son amant en marge de la société aristocratique qui les rejette... Mais la passion jalouse d'Anna commence à peser à son amant. Victime d'une passion à laquelle elle a tout sacrifié, Anna finira par se jeter sous un train...
    Commencé peu après l'achèvement de Guerre et Paix et inspiré à Léon Tolstoï (1828-1910) par le suicide d'une femme abandonnée par son amant en 1872, Anna Karénine se veut une " expérience de laboratoire " sur le thème de " l'idée familiale " dans le cadre réaliste de la société russe. Le roman parut d'abord en feuilleton, avec succès. Tolstoï y brocarde l'hypocrisie de la haute société pétersbourgeoise. Car le drame d'Anna Karénine, qui ne sait ni mentir ni tricher, n'est pas tant d'avoir succombé à la passion que de lui avoir tout sacrifié, y compris sa vie de femme et de mère.

  • Madame Bovary

    Gustave Flaubert

    Emma Bovary yearns for a life of luxury and passion of the kind she reads about in romantic novels. But life with her country doctor husband in the provinces is unutterably boring, and she embarks on love affairs to realize her fantasies. This new translation by Margaret Mauldon perfectly captures Flaubert's distinctive style.

  • Injustement privées de leur héritage par leur belle-mère, Elinor et Marianne Dashwood et leur mère se retrouvent démunies. Forcées de quitter Norland dans le Sussex pour Barton Cottage dans le Devonshire, les deux soeurs sont rapidement acceptées par la bourgeoisie locale. Marianne, dont la douce sensibilité et la nature ouverte charment John Willoughby, est bientôt amoureuse. Elinor, plus prudente, cache ses sentiments, mais Edouard Ferrars, laissé à Norland, lui manque. Malgré leur personnalité très différente, les deux soeurs vivent de grands chagrins : Marianne souffre avec ostentation des infidélités de Willoughby et Elinor ne permet à personne de voir sa peine. Ce sont, cependant, leurs qualités communes discernement, constance et intégrité face aux mauvaises intentions des autres qui leur permettent d'entrer dans une nouvelle vie de paix et de contentement. L'oeuvre restitue à la perfection la bourgeoisie et la noblesse terrienne d'une Angleterre de la fin du XVIIIe siècle encore agricole.

  • Jane Austen Orgueil et préjugés traduit de l'anglais par Jean Privat Parution
    le 2 juin 2010 7,20 ? ISBN 978-2-35287-168-2 H 50-7048-7 Genre : roman
    Référencement : littérature étrangère 110 x178 550 pages Marivaudages à
    l'anglaise Mr et Mrs Bennett ont cinq filles à marier. À l'arrivée d'un nouveau
    et riche voisin, la famille espère que l'une d'entre elles pourra lui
    plaire... Au-delà des aventures sentimentales des cinq filles Bennett, Jane
    Austen dépeint les rigidités de la société anglaise au tournant du XIXe siècle.
    Le comportement et les réflexions d'Elizabeth Bennett, son personnage
    principal, révèlent les problèmes auxquels sont confrontées les femmes de la
    gentry campagnarde pour s'assurer sécurité financière et statut social : la
    solution passe en effet par le mariage. Drôle et romanesque, ce chef-d'oeuvre de
    Jane Austen continue à jouir d'une vive popularité et a donné lieu à de
    nombreuses adaptations. Née en 1775 dans une modeste famille anglaise de
    l'Hampshire, Jane Austen est entourée de sept frères et soeurs. Son père,
    pasteur, laisse à leur disposition une bibliothèque fournie dans laquelle ils
    s'abreuvent de romans sentimentaux caractéristiques du XVIIIe siècle. La mort
    du père plonge la famille dans les difficultés financières. Jane Austen remanie
    alors deux de ses romans Raisons et sentiments (1811) et Orgueil et préjugés
    (1813) et remporte un succès certain. le chef-d'oeuvre de Jane Austen, dont la
    popularité ne se dément pas tous les autres romans de Jane Austen parus chez
    Archipoche (Raison et Sentiments, Mansfield Park, Emma) ont dépassé les 10 000
    exemplaires vendus l'édition poche la moins chère du marché la parution
    simultanée à l'Archipel du nouveau roman de Colleen McCullough, Les caprices de
    Miss Bennett, suite d'Orgueil et préjugés sortie annoncée en 2010 d'une
    adaptation libre du roman : Orgueil et préjugés et zombies, avec Natalie
    Portman l'opération Archipoche de mai 2010 - une casquette offerte pour 2
    livres achetés - qui stimulera les ventes de toute la collection

  • Germinal

    Emile Zola

    Written to draw attention to the misery prevailing among the poor in France during the Second Empire, this novel depicts the grim struggle between capital and labour in a coalfield in northern France. Yet, through the blackness of this picture, humanity is constantly apparent.

  • Mrs Dalloway

    Virginia Woolf

    Le roman le plus lu de Virginia Woolf.

    « Mrs Dalloway dit qu'elle se chargerait d'acheter les fleurs. » De cet incipit, resté aussi célèbre que ceux de Camus ou Nabokov, découle la journée d'une femme, Clarissa Dalloway, au rythme des heures qui s'égrainent, entraînant le lecteur dans les sinuosités joyciennes de son inconscient et de ses monologues introspectifs.
    À contre-sens des canons de la littérature victorienne, Mrs Dalloway n'en reste pas moins, en dépit de son avant-gardisme, un des romans les plus appréciés de Virginia Woolf, celui dont elle dira, dans son Journal d'un écrivain, qu'elle y avait exprimé « bien plus complètement que de coutume ce qu'elle voulait dire ».
    Outre une technique d'écriture novatrice, Mrs Dalloway se propose de « critiquer le système social, le montrer à l'oeuvre dans toute son intensité ». Virginia Woolf pose un regard critique sur la condition bourgeoise, l'évolution des moeurs, l'avenir des femmes, mais aussi sur la folie à travers le personnage de Septimus.
    Mrs Dalloway, qui n'a rien perdu de sa modernité, ouvre par effet de miroir quelques portes d'entrée dans la psyché de son auteur.

  • Bel-ami

    Guy de Maupassant

    Les chefs-d'oeuvre de la littérature ont enfin une collection à leur mesure : la Bibliothèque du collectionneur. Qui a dit que les livres élégants sont toujours trop chers ? Avec cette nouvelle collection, les chefs-d'oeuvre de la littérature mondiale se présentent dans une réalisation luxueuse qu'apprécieront même les bibliophiles. Format pratique, typographie lisible : le plaisir de collectionner les classiques à prix mini !

  • Les chefs-d'oeuvre de la littérature ont enfin une collection à leur mesure : la Bibliothèque du collectionneur. Qui a dit que les livres élégants sont toujours trop chers ? Avec cette nouvelle collection, les chefs-d'oeuvre de la littérature mondiale se présentent dans une réalisation luxueuse qu'apprécieront même les bibliophiles. Format pratique, typographie lisible : le plaisir de collectionner les classiques à prix mini !

  • La première invasion martienne.

    1894. Terreur sur Terre : des météores venus de Mars se rapprochent dangereusement. Le comté de Surrey, en Angleterre, est le premier touché. Les badauds s'attroupent autour d'un énorme objet cylindrique de près de 30 mètres émergeant d'un cratère... lorsqu'un puissant « rayon ardent » projeté par l'engin pulvérise les humains alentour !
    D'autres « ovnis » s'écrasent sur le reste du pays. À l'intérieur, des machines contrôlées par d'étranges créatures tentaculaires. Ces tripodes sèment la panique et la désolation sur leur passage, désintégrant tout ce qui pourrait entraver leur désir de conquête.
    Prêtes à lutter, les populations sont incapables de rivaliser contre ces envahisseurs qui aspirent le sang humain et laissent dans leur sillage un monde ravagé, où plus aucune vie n'est possible. Les dernières heures des Terriens sont-elles arrivées ?
    Premier roman de science-fiction faisant cas d'une invasion martienne, le chef-d'oeuvre de Wells laissera un héritage considérable à la littérature d'anticipation, jusqu'à inspirer le cinéma, puisque le roman sera adapté une nouvelle fois en 2005 par Steven Spielberg, avec Tom Cruise.

  • Quand Tess épouse Jim, un policier bien sous tous rapports, elle ne se doute pas du monstre qui sommeille en lui. Elle le découvre à ses dépens, lorsque celui-ci, évadé de prison, cherche à retrouver celle qui l'a trahi.
    « Un thriller digne du Silence des Agneaux. » La Marseillaise.

  • Salué par la critique comme un "miracle littéraire", La chartreuse de Parme roman improvisé en 52 jours, est considéré aujourd'hui comme l'un des plus grands romans de la littérature française.
    La duchesse Gina de Sanseverina est prise d'une passion dévorante non partagée pour son jeune neveu, Fabrice. Parti à Waterloo pour combattre aux côtés de Napoléon, il est désormais considéré comme un traître. Pour épargner Fabrice et arriver à ses fins, Gina devient la maîtresse du Premier ministre Mosca, éperdu d'amour pour elle. Fabrice souhaite quant à lui oublier l'amour interdit de sa tante en enchaînant aventure sur aventure, jusqu'à la rencontre... L'action a pour cadre les enjeux du pouvoir dans les États italiens dominés par l'Autriche.

  • Jane Eyre, orpheline à dix ans, est maltraitée par les Reed chez qui elle a été placée. Envoyée à Lowood, une institution rigide, elle y souffre de privations et de nouvelles brimades. Elle s'y fait une amie, Helen Burns, emportée par une tuberculose due aux mauvaises conditions sanitaires de l'internat - tout comme Maria Brontë, morte en bas âge à Cowan Bridge.
    Jane saura pourtant s'adapter et - tout comme Charlotte Brontë - devient professeur après six ans d'études. Une annonce passée dans un journal lui permet de devenir gouvernante : la voilà chargée de l'éducation d'Adèle, la protégée de Mr Rochester, riche propriétaire du château de Thornfield-Hall... dont elle s'éprend sans savoir qu'il est mariée à une folle enfermée au grenier. Elle l'apprendra le jour même de leurs noces...
    Hors de toute geste héroïque, Jane Eyre se révolte à sa manière contre la fatalité de sa condition et, dans une certaine mesure, contre l'ordre social. Charlotte Brontë ne s'est jamais cachée d'avoir emprunté à sa propre vie dans ce roman (1847) dont le sous-titre français - Mémoires d'une institutrice - est éloquent.

  • Un amour plus fort que la mort.
    Lors d'un séjour à Pompadour, en Corrèze, le hasard conduit Margaret Williams, une Américaine, devant une propriété plongée dans le brouillard et croulant sous les roses.
    Elle frappe à la porte. Une belle femme d'âge mûr lui ouvre. Sylvie est pâle, elle semble fatiguée et vulnérable, mais arbore un sourire avenant. Charmée par le fort accent de la visiteuse, elle l'invite à prendre le thé.
    Comme si elle avait attendu Margaret depuis toujours, elle se met à lui raconter qu'à l'âge de 17 ans elle est partie en Louisiane et y a rencontré Jack, un homme marié, aussi séduisant qu'énigmatique.
    Intriguée, fascinée, l'Américaine accepte la proposition de Sylvie qui l'invite à venir chaque jour pour bavarder avec elle et lui raconter son histoire.
    Au fil du récit, entre les murs de ce charmant petit manoir à l'atmosphère étrange, Margaret sent que son hôtesse lui cache quelque chose. Un mystère plane. Ne dit-on pas qu'" il n'y a pas de rose sans épines " ?

  • « Il était déjà une heure du matin ; une pluie morne battait les vitres et ma chandelle presque consumée dispensait une lueur vacillante grâce à laquelle je vis s'ouvrir l'oeil jaune et terne de la créature : elle respirait avec peine et un mouvement convulsif agitait son corps. »

  • "C'était un petit jeune homme de dix-huit à dix-neuf ans, faible en apparence, avec des traits irréguliers, mais délicats, et un nez aquilin...
    Qui eût pu deviner que cette figure de jeune fille, si pâle et si douce, cachait la résolution inébranlable de s'exposer à mille morts plutôt que de ne pas faire fortune !...Dès sa première enfance, il avait eu des moments d'exaltation. Alors il songeait avec délices qu'un jour il serait présenté aux jolies femmes de Paris, il saurait attirer leur attention par quelque action d'éclat. Pourquoi ne serait-il pas aimé de l'une d'elles, comme Bonaparte, pauvre encore, avait été aimé de la brillante Mme de Beauharnais ? Depuis bien des années, Julien ne passait peut-être pas une heure de sa vie sans se dire que Bonaparte, lieutenant obscur et sans fortune, s'était fait le maître du monde avec son épée.
    Cette idée le consolait de ses malheurs qu'il croyait grands, et redoublait sa joie quand il en avait."

  • Ecrites au XIXe siècle, ces nouvelles mélangent enquêtes, suspense et fantastique, sous forme d'énigmes à la frontière du rationnel et de l'irrationnel. Avec une postface qui situe l'oeuvre dans son époque.

  • Dans le Paris du XVe siècle, la belle Esméralda fait battre le coeur de tous. Mais la jeune bohémienne n'a d'yeux que pour le capitaine Phoebus. Enlevée par l'archidiacre Frollo qui la convoite, sauvée par Quasimodo, le sonneur de cloches difforme, elle sera finalement accusée de sorcellerie, puis pendue.

  • Depuis quelques mois, il n'était question à l'Opéra que de ce fantôme en habit noir qui se promenait comme une ombre du haut en bas du bâtiment, qui n'adressait la parole à personne, à qui personne n'osait parler et qui s'évanouissait, du reste, aussitôt qu'on l'avait vu, sans qu'on pût savoir par où ni comment...
    Toutes prétendaient avoir rencontré plus ou moins cet être extra-naturel et avoir été victimes de ses maléfices. Et celles qui en riaient le plus fort n'étaient point les plus rassurées. Quand il ne se laissait point voir, il signalait sa présence ou son passage par des événements drolatiques ou funestes dont la superstition quasi générale le rendait responsable. Avait-on à déplorer un accident, une camarade avait-elle fait une niche à l'une de ces demoiselles du corps de ballet, une houppette à poudre de riz était-elle perdue ? Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l'Opéra ! Et il avait, naturellement, une tête de mort.
    Tout cela était-il sérieux ?

  • Emma

    Jane Austen

    Emma Woodhouse vit avec son père veuf. D'une grande beauté et pleine d'assurance, elle évolue en toute indépendance à Highbury, sans aucun souci financier et entourée d'amis fidèles. Mais le mariage de son ancienne gouvernante avec M. Weston la ramène à sa solitude. Pour se distraire, elle décide de s'occuper du mariage des autres, persuadée d'avoir des talents d'entremetteuse. Elle se consacre à sa nouvelle protégée, la très jolie Harriet Smith, qu'elle destine à M. Elton, le vicaire de Highbury. Les plans de la jeune fille semblent en bonne voie, mais ses certitudes vacillent lorsque les événements prennent un tour inattendu : ses propres émotions amoureuses lui vaudront bien des déconvenues...

  • Persuasion

    Jane Austen

    Anne est la seconde fille de l'honorable Sir Elliot de Kellynch. Persuadée par son amie Lady Russel, elle a dû rompre ses fiançailles avec le jeune Frederick Wentworth, un officier de marine pauvre, car il ne présentait pas les assurances d'un bon parti. Huit ans plus tard, sa famille connaît des revers de fortune. Son père décide alors de louer le château familial à l'amiral Croft, qui se trouve être le beau-frère de Frederick. Anne appréhende de revoir celui qui est resté son grand amour. Alors que s'achève la guerre avec la France, le capitaine Wentworth, fortune faite, revient avec le désir de se marier pour fonder un foyer. Il a conservé du refus d'Anne la conviction que la jeune fille manquait de caractère et se laissait trop aisément persuader...
    Dernier roman complet de Jane Austen, achevé en août 1816, un an avant sa mort, Persuasion offre la satire d'une société engoncée dans ses principes, ainsi qu'une galerie de personnages croqués sans aménité : un père futile qui ne pense qu'à son apparence, un soeur cadette égoïste et hypocondriaque, un cousin arriviste, une veuve manipulatrice... Comme dans Northanger Abbey, la vie mondaine et superficielle de Bath sert d'arrière-plan.
    Publié à titre posthume en 1818, Persuasion est aussi le seul roman de Jane Austen écrit pendant la période où l'action se situe : il est entrepris le 8 août 1815, le jour même où la population britannique apprend l'exil de Napoléon à l'île d'Elbe. En toile de fond, on trouve donc la défaite, l'abdication et l'exil de l'Empereur.

  • "Dire que, quand nous serons grands, nous serons peut-être aussi bêtes qu'eux!" La classe terminée, les gamins de Nans-sous-Sainte-Anne s'échappent dans la campagne.
    Selon l'humeur, ils organisent des farces malicieuses ou des combats afin de prouver leur vaillance. En plus des coups et des injures, les "vaincus" se voient confisquer leurs boutons en guise de trophées, avant d'être renvoyés chez eux. Chronique truculente des rivalités de deux bandes de jeunes villageois, La Guerre des boutons (1912), roman largement autobiographique, n'a rien perdu de sa verdeur en un siècle.
    L'humour et l'innocence, à mesure que se brouille la frontière entre jeu et réalité, finissent par confiner à la cruauté. Un roman devenu un classique depuis son inoubliable adaptation au cinéma par Yves Robert en 1962.

  • La jeune Catherine Morland visite pour la première fois la ville de Bath, en Angleterre. Elle y rencontre son amie Isabella Thorpe et son frère, mais également le captivant Henri Tilney. Ce dernier l'invite à séjourner à l'Abbaye de Northanger, propriété de son père, lieu que Catherine s'imagine à tort mystérieux et effrayant, tout droit sorti des Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliffe.
    Une idylle se développe entre Catherine et Henry Tilney. La confrontation de leurs points de vue sur la littérature et leurs discussions sur l'Histoire et le monde amènent Catherine à gagner en maturité, au travers d'un parcours initiatique. Roman d'apprentissage, Northanger Abbey offre un tableau ironique des moeurs de la gentry de Bath.
    Rédigé en 1798-1799, Northanger Abbey fut publié de façon posthume, en 1817. Cette traduction, Félix Fénéon l'a réalisée en prison en 1894, dans l'attente de son procès pour anarchisme présumé. Elle est la plus élégante de ce chef-d'oeuvre de Jane Austen.

  • Fanny Princes, 10 ans, enfant miséreuse, quitte Portsmouth pour être recueillie par son oncle aisé Sir Thomas Bertram et sa famille dans leur manoir nommé Mansfield Park. Ses cousins et cousines la méprisent et lui rappellent constamment qu'elle leur est inférieure, à l'exception d'Edmund qui lui apporte un peu de réconfort et dont elle tombe secrètement amoureuse. Mais l'équilibre familial, déjà fragile, est menacé par l'arrivée de deux jeunes Londoniens, frère et soeur, Henry et Mary Crawford. Le mode de vie et les valeurs des habitants du lieu sont mis à mal. Fanny, demandée en mariage par un très bon parti, se refuse au prétendant en raison de son amour caché pour Edmund. Son tuteur entre alors dans une profonde colère, lui laissant le choix entre un mariage de raison ou un retour à sa condition misérable.
    Ce roman le démontre à nouveau, Jane Austen excelle dans la demi-teinte pour décrire les rapports complexes qui se tissent entre ses personnages.

empty