Sciences humaines & sociales

  • L'équicien est un professionnel de l'accompagnement à médiation équine, il encadre des projets et des actions auprès des publics en situation de handicap. Il participe au développement de la personne, veille à son épanouissement, participe à ses apprentissages sociaux et vise à stabiliser, améliorer un comportement ou réduire une détérioration.
    Plus largement cet ouvrage détaille l'évolution de l'équitation thérapeutique en France, les formations, le métier d'équicien. Il détaille aussi et surtout toutes les fonctions du cheval (réelles, symboliques) et ses bienfaits pour les handicapés.

  • Les manèges sont des lieux de l'expression équestre qui illustrent la place prise par le cheval dans notre société, au fil des temps. Au point que l'histoire de ces édifices, loin d'être anecdotique, recouvre l'évolution de l'équitation elle-même. Marqueurs culturels, ils s'adaptèrent aux tournants dans l'usage civil ou militaire du cheval ; marqueurs techniques, ils emboîtèrent le pas aux dernières découvertes architecturales ; marqueurs socio-économiques, ils reflétaient l'aisance financière, l'assise dans la société, de leur propriétaire ; marqueurs politiques enfin, ils illustrent la place d'un certain pouvoir qui s'impose.

    Dans cet ouvrage, Corinne Doucet nous emmène à la découverte de l'histoire passionnante de ces scènes fermées, pleines de silence et du souffle des chevaux, où travaillèrent les plus grands écuyers.

  • Pour la première fois, la guerre 1914-1918 vue sous l'angle des chevaux !

    Ce livre traite d'une question totalement ignorée des ouvrages historiques généraux, celle des effectifs équins et de leur « conservation » durant la Première Guerre mondiale. Malgré le développement spectaculaire de la motorisation, l'insuffisance de ces effectifs a constitué une menace permanente sur la capacité opérationnelle des armées, en particulier durant le dernier trimestre du conflit. L'auteur identifie, puis explique les causes immédiates des pertes en chevaux et mulets enregistrées au cours des cinquante-deux mois de guerre, et conduit à proposer au lecteur trois causes profondes à cette hécatombe : l'imprégnation de l'organisation des armées par le concept de guerre courte, l'illusion induite par la compensation des pertes par des achats à l'étranger, les négligences et abus constatés tout au long de la guerre dans l'utilisation et l'entretien des équidés. Les textes réglementaires et les échanges de correspondances entre les armées et les organes ministériels, puisés dans les archives du Service historique de la Défense, ont constitué l'essentiel de sa documentation.

empty