Clinamen

  • Quatre textes sur le ciel de Margaret Cavendish (1623-1673), aristocrate anglaise, écrivaine, philosophe et scientifique dont le salon accueillait Descartes, Hobbes et Gassendi, précurseure du féminisme et auteure de l'une des premières oeuvres de science-fiction.

  • L'art et le vinyle : une anthologie analytique des disques d'artistes en Suisse.
    Depuis le début de son existence, le disque a toujours été utilisé par les artistes visuels comme une forme de diffusion pour leur pratique sonore. D'abord expérimenté par les premiers mouvements d'avant-garde, le rôle de ces supports sonores a ensuite été redéfini dans le contexte de la prolifération et de l'hybridation des formes entre le son et le langage.
    Si les supports d'enregistrement tels que les disques ou les cassettes ont été utilisés pour documenter les happenings, les lectures et les concerts Fluxus, ces supports sont également devenus un média à part entière, utilisé par les artistes pour transmettre leurs expériences. De plus, le contexte économique et technologique actuel a généré un vif intérêt pour les pratiques artistiques éditoriales et multiples.
    A-sides met en lumière un réseau d'acteurs liés à la scène lémanique sur l'histoire des rencontres et des échanges artistiques générateurs de productions sonores. Les oeuvres produites, ainsi que les méthodes d'exploration de ce réseau international, ont constitué la base de cette anthologie de publications sonores d'artistes.
    A-sides offre un aperçu des conditions et des motivations qui donnent lieu à la création d'enregistrements sonores en tant que forme d'art et explorent l'ambiguïté de la relation entre le contexte technologique actuel, qui s'oriente vers la dématérialisation, et la persistance des pratiques sonores diffusées sur des supports d'enregistrement tangibles.

  • Un essai sur les stratégies de réédition (de reenactment, d'appropriation ou de réinterprétation) de livres d'artistes devenus inaccessibles.
    Le livre d'artiste, qui a par le passé permis aux artistes d'échapper à l'ingérence des institutions et des galeries dans la production et la diffusion des oeuvres d'art, est aujourd'hui dans une situation paradoxale. D'un côté subsistent de très rares premiers tirages ou, plus largement, l'édition originale de livres précurseurs, et de l'autre circulent des éditions en fac-similé venues remédier à la rareté des originaux en offrant un reenactment ou une réinterprétation de livres célèbres.
    Cet essai souligne l'intérêt que portent certain·e·s artistes et éditeur·rice·s aux pratiques d'appropriation, et vise à rendre compte des méthodes et des discours propres à la production de fac-similés de livres d'artistes.

    « Le fac-similé est une incarnation particulièrement fidèle du reenactment de livre d'artiste, tandis qu'un bootleg autorise l'éditeur·rice·s ou l'artiste à se (ré) approprier un livre et l'interpréter. Nous n'irons pas plus loin dans la distinction entre le fac-similé et le bootleg. Les degrés d'appropriation et les outils de reenactment au centre de cette étude sont sans équivoque. De quels modes d'appropriation les livres d'artistes issus d'un reenactment attestent-ils, et comment les éditeur·rice·s et les artistes peuvent-elles et ils obtenir le droit de republier des livres datant des années 1960 et 1970 ? Une question connexe à celle de la reconnaissance des auteur·e·s est le rôle des graphistes dans la conception du livre. Quel peut-être aujourd'hui l'apport matériel et conceptuel d'un·e graphiste au reenactment de livres d'artistes ? »

  • Tiré d'une conférence donnée au Musée de la Civilisation à Québec en 1993, ce texte propose de concevoir le temps non pas uniquement comme une variable de mesure mais comme une vraie dimension de l'existence dont la propriété la plus fertile serait son irréversibilité.
    Le premier ouvrage de la collection « Mimic Octopus » est Temps à devenir, à propos de l'histoire du temps d'Ilya Prigogine. C'est un texte tiré d'une conférence donnée au Musée de la Civilisation à Québec en 1993, dans laquelle le scientifique propose un temps qui ne soit pas uniquement une variable de mesure mais une vraie dimension de l'existence dont la propriété la plus fertile serait son irréversibilité. Car, si cette dernière ne nous permet pas de corriger nos erreurs, elle est le moteur le plus puissant par lequel l'univers est capable de développer des systèmes complexes et parmi eux toute la variété de la vie. Le temps est l'espace dans lequel la vie et l'univers inventent toujours du nouveau. Ilya Prigogine, philosophe et prix Nobel de chimie s'est penché sur les systèmes complexes, points de départ de sa pensée.

    « Il y a donc là deux idées : la certitude et l'idée de symétrie entre futur et passé, donc une conception essentiellement statique. À tout moment, tout est déjà là en puissance. Il est vrai que cette idée d'un univers statique a survécu sous une autre forme à la révolution quantique et même à la révolution einsteinienne. J'y reviendrai. D'où nous vient cette notion de loi de la nature ? Il est très intéressant d'en étudier l'histoire et de noter que dans la formulation de cette notion de loi, la théologie a joué un rôle important. Celui qui en était le plus conscient, qui l'a écrit et répété, c'est Leibniz. Leibniz a insisté sur le fait que le concept de loi de la nature est quelque chose d'extrêmement particulier à la civilisation occidentale.
    En Chine, il n'y a pas eu de formulation comparable; Granet, le grand sinologue français, aujourd'hui décédé, disait de la Chine : «Ni loi, ni Dieu ; ni Dieu, ni loi.» En Chine, il n'y avait pas de formulation de «loi» de la nature. Il y a la conscience d'une forme d'harmonie universelle qu'on peut étudier qualitativement, mais il n'y a pas quelque chose de comparable à une loi dans le sens occidental d'une nécessité. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les Chinois qui ont fait des découvertes très importantes au point de vue expérimental n'ont jamais pensé à mesurer la durée de la chute d'une pierre, parce qu'ils se disaient: quel intérêt y a-t-il ? Un jour il pleut, alors peut-être que ça ira plus lentement, un autre jour il y a du vent, alors quelle importance ? Tandis que, au contraire, partant de l'idée d'un Dieu rationnel, d'un Dieu législateur, on peut espérer comprendre la nature de Dieu à travers les lois de la nature. Et comprendre Dieu à travers les lois de la nature est l'objet de la science d'après Leibniz. Comprendre Dieu à travers la nature, c'est comprendre la nécessité qui se manifeste dans la nature et se rapprocher du point de vue divin. »

  • Cette publication en forme de journal documente et prolonge les réflexions initiées lors de la première édition du Screamscape, une semaine de création autour du cri.
    Le Screamscape a pris place à la Kunsthalle de Fribourg, Fri Art, en juin 2015 afin de créer un grand panorama du Cri sous la forme d'une semaine de résidences artistiques, de workshops et d'une exposition curatée par Thibault Walter (théoricien lausannois) et Allen S. Weiss (artiste new-yorkais). Cette publication témoigne non seulement des événements de la semaine mais également de l'architecture conceptuelle du projet ; sa temporalité, sa dynamique.
    Avec Thibault Walter, Nora Schultz, Angela Marzullo, Ilaria Picchetti, Michael Gendreau, Francesco Gregorio, Nicolas Brulhard, Thomas Perrodin, Lucas Cantori, Fabian Marti, Allen S. Weiss, Dave Phillips, Angela Marzulo, Jason Kahn, Vanessa Gageos, Léo Collin, Infolipo, Cassandre Poirier-Simon, Jérôme Berbier, Lou Masduraud, Roxane Bovet, Antoine Läng, Gabrielle Schaad, Boris Denler, Jen Morris, Marc Décimo, Grand Choeur Noise, Ernest Churchill, Andrea Marioni, Antoine Chessex, Francisco Meirino, Camille Dumond, Alexandra Catana, Junko Hiroshige, Judith Huber & Silvia Isenschmid, Delphine Depres, Denise Bertschi, Camilla Paolino, Nicole Staremberg, Thierry Dagon, Antoine Bertin, Tamara de Wehr, UnPerfectRadio, Ramaya Tegegne, Klaus Zuberbühler, Alain Freudiger, Rolf Laureijs & Benjamin Pogonatos, Mathias Clivaz, Nicolas Geiser, Flavio Merlo & Ben Rosenthal, Stéphane Montavon, Laure Marville, Johnson & Kingston.

    Publié suite au programme éponyme à Fri Art - Kunsthalle Fribourg, du 30 mai au 6 juin 2015.

  • Sans Grace

    ,

    • Clinamen
    • 14 Octobre 2020

    Sans Grace est le livre de deux comédiennes, l'une de Genève, l'autre basée à Paris. Il reprend les premiers exercices d'improvisation qu'elles ont menés avant de concevoir le diptyque scénique Sans Grace/Avec Grace, en tournée en Suisse et en Belgique.
    Sans Grace est une rencontre sur la durée, tissée des paroles uniques de Grace Seri, un livre entre écriture et oralité. Ces textes, écrits lors d'exercices de logorrhée pratiqués par Kayije Kagame et Grace Seri, manient la matière brute de l'oralité, inaugurant une méthode d'écriture sans graphèmes, par laquelle l'inconscient parle et le corps écrit. Retranscrits, les textes oraux ont donné lieu au diptyque Sans Grace/Avec Grace, mis en scène par Kayije Kagame et explorent la gémellité, l'identité multiple de personnages en quête de sens, l'appréhension de leurs propres désirs et l'absence alternée, aussi bien scénique que réelle, des deux actrices.

  • Une réflexion sur l'évasion de la sphère publique basée sur une visite de la maison de Derek Jarman.
    The Filming, not the Film est le premier numéro de la série Entretiens pour un film. Il articule une série de questions déclenchées par la visite de la maison de Derek Jarman au Royaume-Uni. Située à Dungeness, sur la côte du Kent, Prospect Cottage est à la fois un espace de guérison et un plateau de tournage. Des réflexions se développent autour du recommencement à zéro, des liens lentement s'établissent entre un jardin et les mouvements d'une caméra. The Filming, not the Film met en lien des questions relatives à l'évasion de la sphère publique à la recherche d'intimité.
    Entretiens pour un film est une série de publications présentant des cinéastes, artistes ou auteur·es du domaine de l'image en mouvement en s'intéressant au lieu qu'i·elles ont choisi pour échapper à un monde en particulier. Chaque numéro parcourt un nouvel espace de parenté choisi par un·e auteur·e et renvoie à la manière dont sa créativité s'y reflète.

  • Everything you ever wanted to know about jeff koons - just kidding. it's a book of interviews with n Nouv.

empty