Parascolaire

  • « Il est arrivé malheur à la mission d'Aké. Le sol s'est érodé, les pelouses se sont dénudées et le mystère a été chassé des hauteurs autrefois si secrètes. À l'époque dont je parle il ne se passait pas de jour où ne s'ouvrît au regard un enclos, une poche de rochers, un bosquet buissonneux, une colonie d'escargots ».

    Aké, c'est le petit village de l'ouest du Nigéria où Wole Soyinka, futur dramaturge et Prix Nobel de littérature, a passé ses premières années. Enfant curieux et obstiné, aimant autant les livres que s'attirer des ennuis, l'auteur grandit entre des parents chrétiens et les traditions spirituelles yorouba. Aké, c'est le récit d'une enfance pleine de vie, d'énigmes et de découvertes ; c'est l'histoire d'un passage, vers l'âge et l'univers des adultes, du village innocent à la civilisation urbaine; c'est enfin le regard d'un immense écrivain sur les mystères de l'enfance, empreint des images, des sons et des arômes colorés du monde qui l'a façonné.

  • La Métamorphose

    Franz Kafka

    Lorsque Gregor Samsa s'éveille, un matin, après des rêves agités, il est bel et bien métamorphosé. Doté d'une épaisse carapace d'où s'échappent de pitoyables petites pattes ! Lugubre cocasserie ? Hélas, ultime défense contre ceux qui, certes, ne sont pas des monstres mais de vulgaires parasites... Les siens. Père, mère, soeur, dont l'ambition est de l'éliminer après avoir contribué à l'étouffer... Ici, un homme se transforme en coléoptère monstrueux, là, un engin pervers tue avec application... Dans la colonie pénitentiaire, c'est l'expérimentation en direct. Une machine infernale s'acharne sur un soldat soumis. Une machinerie hors pair, digne d'un inventeur à l'imagination torturée !

  • Après la guerre de Troie, Ulysse ne retournera pas de sitôt à Ithaque. Héros malmené par les dieux, il erre pendant dix ans de naufrages en catastrophes, jouet de forces qui le dépassent. Il devient ainsi le premier aventurier à explorer les confins du monde pour en rapporter un fabuleux récit. Considérée comme l'un des plus beaux poèmes de l'humanité, l'Odyssée fait partie de ces ouvrages qui ont laissé une empreinte profonde dans la culture occidentale.
    Si bien qu'on peut affirmer, avec Pierre Bergounioux, que "le monde n'est plus le même après qu'on a lu l'Odyssée".

  • Interroger le fanatisme de la vérité qui gouverne la philosophie, reconnaître la vie seule pour source de toute valeur, l'indépendance pour la vertu suprême du philosophe, et rechercher une réconciliation inédite de l'art et de la science : tel est pour Nietzsche le sens du gai savoir.

    Publié en 1882, réédité et augmenté en 1887, cet ouvrage met en oeuvre les principaux thèmes de lapensée de Nietzsche, dont celui de l'éternel retour, qu'il introduit ici pour la première fois. L'auteur y déploie le projet d'une guérison de l'humanité, d'un regain de force et d'amour de la vie : « suprême espérance » qui ne saurait se conquérir que dans la douleur... et dans l'ivresse.

  • Thérèse Raquin

    Emile Zola

    En 1868, la critique s'épouvante et s'empresse de classer Thérèse Raquin, ce roman qui cherche à «plaire par l'horrible», parmi la littérature «putride».
    Lorsque Laurent franchit le seuil de la mercerie des Raquin, c'est l'adultère, la passion et l'effroi conjugués qui pénètrent dans ce foyer insipide. Avec une précision chirurgicale, Zola peint l'ennui viscéral de Thérèse et la médiocrité de sa vie conjugale. À la morosité succède la fureur sexuelle, à la haine enfouie la frénésie de meurtre.
    Drame expressionniste, étude de crime, roman expérimental, récit fantastique : Thérèse Raquin est conçue par son auteur comme un manifeste de la modernité. Son matérialisme provocant et l'impudeur des descriptions ont choqué nombre de ses contemporains. À la lumière des théories de Freud et de Bataille, cette édition propose une lecture renouvelée d'un roman que Zola a écrit en peintre et qui possède l'énergie éclatante d'un coup de pinceau.

  • La « découverte » du Nouveau Monde, en 1492, provoque un bouleversement d'une ampleur inouïe, qui fascine les penseurs humanistes de la Renaissance. Mû par son insatiable curiosité, Montaigne consacre une partie des Essais à la rencontre entre Européens et Amérindiens.
    Inspirés des récits de voyageurs, les chapitres « Des cannibales » et « Des coches » proposent un portrait ethnologique des « sauvages ». Avec le souci de débusquer les préjugés, Montaigne déconstruit les accusations de barbarie à leur encontre. « Chacun appelle barbarie ce qui n'est pas dans ses coutumes », constate-t-il. Retraçant les usages des peuples indigènes, il loue leur sagesse, leur culture et le naturel de leurs coutumes. Ce faisant, il tend aux Européens un miroir qui reflète la véritable sauvagerie : celle de la colonisation.

  • « Qu'est-ce que les Contemplations ? C'est ce qu'on pourrait appeler, si le mot n'avait quelque prétention, les Mémoires d'une âme » (Préface).

    Peu d'oeuvres poétiques se réfèrent plus ouvertement à leur contexte historique et biographique que celle-ci. Publiées en 1856, Les Contemplations portent la marque d'un double deuil : la perte de la fille du poète, Léopoldine, et la mort symbolique que représente l'exil. Mais ce qui s'y joue touche à la puissance de la parole poétique : par la contemplation, plongée aux tréfonds de soi d'où doit émerger la poésie, Hugo fait du déchirement un acte créateur et du verbe lyrique l'instrument d'une recherche d'absolu.

  • Le renom d'Etienne de La Boétie, ami de Montaigne, s'attache à un écrit composé « à l'honneur de la liberté, contre les tyrans «. Comment expliquer qu'un peuple entier puisse ployer sous le joug d'un seul homme sans force ni prestige ? A cette question, l'auteur répond que la servitude est volontaire ; ce sont les peuples qui, en acceptant de se soumettre, contreviennent à ce qu'il y a de plus profond dans la nature humaine : la liberté.
    Pourtant, et c'est là tout le scandale dénoncé par l'auteur, rien de plus simple que s'affranchir du tyran. « Soyez résolus de ne servir plus, et vous voilà libres «, affirme-t-il. Interrogeant les ressorts secrets de la domination, La Boétie construit une oeuvre majeure pour l'histoire de la pensée politique.

  • Oedipe roi

    Sophocle

    Les dieux avaient prdit le sort d'OEdipe : il tuerait son pre et pouserait sa mre. Comble de l'ironie tragique : c'est en s'efforant d'chapper cette funeste prdiction que le plus clbre des hros de Sophocle prcipite sa ralisation... Entre savoir et ignorance, entre pouvoir et faiblesse, entre lumire et ombre, OEdipe est la figure de l'homme aux prises avec son destin. qui l'oracle de Delphes ne cesse de rpter : Connais-toi toi-mme , c'est--dire sache qui tu es, et que tu es faillible et limit.

  • N'est pas chevalier de la Table ronde qui veut! Relevant le défi du sénéchal Keu, Yvain affronte dans la forêt de Brocéliande le seigneur de la fontaine. Il gagne ainsi le coeur et la main de la plus belle dame du royaume, qu'il s'engage à rejoindre avant que l'année passe. Mais parviendra-t-il à tenir sa promesse?
    Preux chevaliers et messagères intrépides, objets merveilleux et lion docile... tous les ingrédients sont réunis dans ce récit qui inaugure un genre devenu célèbre : le roman.

  • Qu'il est cruel, le monde des Fables ! Les Poissons qui voient dans le Cormoran leur sauveur finiront dans son gosier. L'Âne naïf, parce qu'il a un jour brouté l'herbe d'un pré, servira de bouc émissaire à des prédateurs hypocrites. Et pourtant, nulle bête ne s'y montre plus féroce que l'Homme. La société que La Fontaine dénonce à traits légers profite des faibles et passe tout aux puissants - ce temps n'est pas si loin du nôtre.
    Seule consolation, les humbles plaisirs de l'existence, célébrés par ces livres VII à XI : l'attention d'un ami ou la fougue d'un amant, mais aussi le spectacle d'une nature paisible, loin du bruit des villes. Le poète nous amuse, et son imagination réjouissante nourrit notre esprit de méditations philosophiques. De là vient « le pouvoir des fables », qui ne s'est jamais démenti.

  • En 1721 paraît anonymement un petit volume de lettres fictives, dans lequel des Persans visitant la France du début du XVIIIe siècle font part à leurs proches de leurs observations critiques.
    Montesquieu, qui en est l'auteur, vient de créer le premier roman épistolaire à plusieurs voix. En donnant la parole à des Orientaux, il place les lecteurs d'Occident en position de spectateurs de leur propre société et leur permet ainsi de mieux en mesurer l'étrangeté.

  • Quelle singulière relation le bienveillant Dr Jekyll entretient-il avec le bestial M.
    Hyde ? Pourquoi l'honorable médecin lègue-t-il tous ses biens à ce monstre pervers ? Pourquoi le protège-t-il ? C'est ce que le notaire Utterson et le Dr Lannion aimeraient bien découvrir. Menant l'enquête, ils seront entraînés dans les ténèbres de Londres, dans les recoins d'une mystérieuse maison et dans les méandres d'une conscience tourmentée entre le bien et le mal. Lequel des deux sortira victorieux : Dr Jekyll ou M.
    Hyde ?
    Fleuron de la littérature fantastique, Le Cas étrange du Dr Jekyll et de M. Hyde a été écrit en 1885. Stevenson est alors terrassé par la maladie et c'est de son lit qu'il rédige cette terrible histoire de dédoublement et de folie.
    Ce texte qui, par son intrigue, peut-être considéré comme un ancêtre du roman policier, est accompagné de plusieurs extraits en anglais qui pourront faire l'objet d'échanges fructueux avec le professeur de langue.

  • Dans ce recueil fondateur, le poète angevin se nourrit de sa découverte de Rome comme de la littérature d'exil pour construire une figure aux multiples facettes.
    De l'élégie à la satire et à l'éloge, il repousse les limites du sonnet et varie les tonalités de sa palette poétique.

  • Dorante, un jeune homme de bonne famille désargenté, est décidé à conquérir le coeur d'Araminte, une veuve fortunée. Sur une idée de son ancien valet Dubois, il entre à son service en qualité d'intendant. Commence alors une habile entreprise de séduction faite de manipulation et de tromperie, au centre de laquelle Dubois s'impose en maître du jeu. Araminte s'éprendra-t-elle d'un homme qui lui est socialement inférieur ? Peut-on encore croire, après tant d'artifices, à la sincérité des sentiments déclarés par Dorante ? Dans sa dernière grande comédie, Marivaux nous rappelle que la séduction est aussi affaire de stratégie, et qu'amour et mensonge font parfois bon ménage.
    + Etude de l'oeuvre -explications de textes -points de grammaire -mettre en scène Les Fausses Confidences -un livre, un film : l'adaptation de Luc Bondy (2016) + Parcours : " Théâtre et stratagème" -Les valets, maîtres du jeu ? -Les stratagèmes amoureux au théâtre + Cahier photos + Sujets de bac.

  • Médée, terrible médée ! femme révoltée qu trahit son père, tua son frère pour l'amour de jason et la conquête de la toison d'or.
    Dix ans après, jason se déprend de médée et s'apprête à épouser la fille de créon, roi de corinthe.
    Refusant la fuite et le " bonheur, le pauvre bonheur ", médée va continuer à semer le feu...
    " je t'ai aimée, médée. j'ai aimé notre vie forcenée. j'ai aimé le crime et l'aventure avec toi. et nos étreintes, nos sales luttes de chiffonniers, et cette entente de complices que nous retrouvions le soir, sur la paillasse, dans un coin de notre roulotte, après nos coups. j'ai aimé ton monde noir, ton audace, ta révolte, ta connivence avec l'horreur et la mort, ta rage de tout détruire.
    J'ai cru avec toi qu'il fallait toujours prendre et se battre et que tout était permis. " (jean anouilh).

  • Extraits des poèmes composés aux XIIe et XIIIe siècles contant les aventures de Renart et d'Ysengrin. Avec des outils pédagogiques : des parcours de lecture et groupements de texte complémentaires, ainsi que trois sections histoires des arts, film et éducation aux nouveaux médias.

  • Gargantua

    Francois Rabelais

    Cette oeuvre parue en 1535 est à lire comme une revanche du roi de France, François Ier sur Charles Quint. le dossier présente des textes sur le rire humaniste, les idéaux de guerre et de paix, et l'éducation.

  • Version intégrale de deux contes qui s'inscrivent dans le cadre de l'étude au programme sur la critique sociale au XVIIIe siècle. Le dossier réunit des exercices pour étudier la structure narrative des deux contes et analyser les procédés de la satire et des extraits d'autres auteurs classiques pour enrichir la lecture.

  • En 1689, un Huron débarque en Basse-Bretagne, dénué de préjugés et ignorant des usages du pays... Il y rencontre l'amour, affronte les Anglais aux côtés des Français et, après ce combat héroïque, gagne Versailles pour recevoir la juste récompense de sa bravoure et obtenir la main de sa bien-aimée. C 'est alors qu'il est arrêté et jeté en prison...
    Que de déconvenues pour cet Ingénu qui voulait seulement «voir le pays»! D'épreuves en malheurs, il expérimente tous les travers de la France de Louis XIV.

    L'édition :
    ? Parcours de lecture ? Ateliers d'argumentation ? Culture artistique : le mythe du «bon sauvage» ? La liberté d'expression s'expose (EMI) ? Un livre, un film : à la découverte du Nouveau Monde (Terrence Malick).

  • Les lettres persanes

    Montesquieu

    L'Orient et l'Occident, le sérail et les salons, les intrigues des sultanes et la coquetterie des Parisiennes, les muftis et le pape... Voilà de quoi se nourrit la correspondance entretenue par Usbek et Rica, seigneurs persans partis à la découverte de la France de Louis XIV, avec leurs amis demeurés à Ispahan.
    Sous couvert d'un regard éloigné, Montesquieu dresse dans les Lettres persanes (1721) un examen sans concession des moeurs de son temps. Satirique et enjoué, ce roman polyphonique offre un condensé des théories les plus audacieuses de l'auteur. Éloge du rationalisme et de l'esprit critique, réflexion sur le bonheur, plaidoyer pour une politique et une religion raisonnables : la philosophie tient tout entière dans ce livre en apparence badin, qui s'est imposé comme l'un des premiers chefs-d'oeuvre des Lumières.

  • Amoureux de l'amour, rêvant de gloire, le jeune Fabrice del Dongo se laisse entraîner dans d'aventureuses passions qui le mèneront de Waterloo à la cour de Parme, avant de finir captif au sommet de la tour Farnèse. C'est là, auprès de Clélia, la fille du gouverneur de la forteresse, qu'il ira chercher le bonheur, loin du pouvoir et de la cour...
    Dans le sillage des romans d'analyse du XVIIIe siècle, Stendhal fait du sentiment amoureux un véritable objet d'étude dont il esquisse les mille mouvements, de la cristallisation amoureuse à l'aveu, en passant par les obstacles et les moments de plénitude heureuse. Roman de la joie et de la jeunesse, La Chartreuse de Parme est la dernière grande oeuvre de Stendhal, pour qui l'amour a toujours été «la plus grande des affaires, ou plutôt la seule».

    Dossier spécial : l'amour 1. De la courtoisie au romantisme : les sources du roman 2. Un roman placé sous le signe de l'amour 3. L'estime, la déraison, la métamorphose, la jalousie : les caractéristiques de l'amour-passion

  • L'abbé Donissan exerce son ministère dans une humble paroisse de l'Artois. Entouré d'êtres rongés par le mal, obsédé lui-même par le péché, il est touché au coeur par le désespoir de Mouchette, adolescente criminelle. Parce qu'il reconnaît en elle une âme fraternelle, il engage sa vie et son salut pour tenter de racheter la petite révoltée. Ce combat surnaturel le jettera, plein d'angoisse, sur la route étroite qui mène à la sainteté.
    À sa parution en 1926, Sous le soleil de Satan, le premier roman de Bernanos, sidère les esprits par l'intransigeance intellectuelle de l'écrivain, qui tire à boulets rouges sur une société viciée par l'hypocrisie, la compromission et l'apathie spirituelle. Mais derrière la véhémence du pamphlétaire se devinent l'inquiétude du mystique et les motifs qui ne cesseront de hanter toute l'oeuvre à venir : l'enfance humiliée, l'énigme du mal et le tragique du monde.

  • Avec la collaboration de : Francis Noel Lees, François Maguin Traduction (Anglais) : Jean-Louis Supervielle, Jules Supervielle Édition : Pascale Drouet Hermia et Lysandre s'aiment. Mais Thésée, tyran d'Athènes, impose à la jeune fille d'épouser Démétrius. Si elle refuse, elle risque la mort ou le cloître. Un soir, avec Lysandre, Hermia décide de fuir la cité, poursuivie par Démétrius et Héléna, elle-même amoureuse de ce dernier. Ensemble, ils plongent au coeur d'une forêt obscure et enchantée. Ils y croisent Obéron, roi des elfes, qui demande au malicieux Puck d'user de ses philtres pour nouer et dénouer les amours des voyageurs...
    Entre burlesque et féerie, mise en abyme et désordre des sentiments, Le Songe d'une nuit d'été est plus qu'un songe, c'est un «somme avec des rêves partagés».

    Dossier spécial : l'amour 1. À l'origine était l'amour contrarié 2. Réflexions sur le coup de foudre (love at first sight) 3. Réciprocité, non-réciprocité, réversibilité 4. Amour et violence, ou le motif de la discordia concors 5. La langue de l'amour : pétrarquisme, parodie et autres excès.

empty