Géographie

  • Partant du présupposé qu'une pratique esthétique peut renseigner sur des éléments spatiaux, cet ouvrage se base sur l'étude du mouvement graffiti palestinien pour interroger les frontières qui traversent les camps de réfugiés situés dans les Territoires palestiniens occupés.
    L'ouvrage propose une réflexion sur les conditions de réalisation d'une recherche au sein de l'espace israélo-palestinien.
    Il accorde ainsi une large place à la méthode de recherche, innovante, car basée sur des méthodes visuelles (photographie et documentaire). L'impératif de déconstruction de la position surplombante du chercheur trouve ici une application concrète dans la coréalisation du film documentaire Les murs de Dheisheh dont la fabrique est largement explicitée.

  • Aujourd'hui, le paysage s'inscrit dans un contexte institutionnel qui promeut la prise en compte des habitants et des usagers, leur consultation voire leur participation. Il est devenu un enjeu de mobilisations, un objet de politiques publiques et un outil de médiation. Les acteurs, à toutes les échelles, en appellent à la sensibilisation, à l'éducation, à la mobilisation autour du paysage.
    Cet ouvrage fait dialoguer les principaux acteurs actuels de la formation du paysage, provenant de contextes divers: enseignement secondaire, formation des enseignants, universités, écoles de paysage, etc. Il propose des outils, des analyses, des démarches pour nourrir une didactique du paysage. Il présente une variété de dispositifs pédagogiques adaptés à tous les publics.
    Les 13 chapitres du livre sont enrichis par une version numérique qui présente des cas d'étude pédagogiques par le biais de 38 fiches interactives.
    Aboutissement d'un programme de recherche financé par le Fonds national suisse de la recherche intitulé « Didactique du paysage» (2015-2018) qui s'est consacré à l'élaboration de méthodes et d'outils qui peuvent nourrir la didactique du paysage, Sur les bancs du paysage initie et anime le débat autour du paysage et de son devenir.

  • Fruit d'un travail collectif et pluridisciplinaire, cet ouvrage porte un nouveau regard sur les « dispositifs de simulation du monde »: des agencements d'objets et de lieux destinés à déplacer virtuellement leurs visiteurs par des procédés relevant de l'illusion, afin de leur offrir l'expérience d'une immersion dans d'autres espace-temps.
    Appréhender ainsi des dispositifs aussi divers que les panoramas, les parcs d'attraction, le cinéma, ou encore les oeuvres contemporaines en réalité virtuelle, est un moyen de questionner le besoin de simuler des mondes éloignés ou imaginaires. À travers un bouleversement des échelles, une suspension du temps et une immersion des corps, ces dispositifs sont en effet susceptibles de modifier tant l'imagination que la conscience géographique de qui les expérimente.
    Neuf textes de référence, une série d'entretiens et de brefs «intermèdes», interrogent la façon dont ces dispositifs ont transformé le monde en spectacle en le rendant plus visible et plus sensible. Ils invitent également à comprendre comment ces dispositifs ont contribué à transformer la vision et le rapport au monde des individus (rapport au corps, au corps social, à l'espace, au temps et à l'ailleurs) depuis deux siècles, tout en interrogeant la contemporanéité de ces objets.

empty