Millon

  • Terres d'infortune : l'homme, la religion et la magie Nouv.

    Religion et magie : deux puissances, divine et diabolique, qui s'opposent depuis toujours. La magie caricaturée n'apparaît plus que sous une forme défigurée et dégénérée. C'est, dans notre folklore populaire, l'image effrayante de la sorcière préparant ses mixtures pour d'inavouables entreprises.
    Pour l'auteur la question du couple trop opposé religionmagie semble inséparable d'une réflexion plus générale sur l'histoire et le fonctionnement de la discipline qui a en charge l'étude des « religions ». Quitte à soulever et à remuer beaucoup de poussière, dit l'auteur, le présent ouvrage entend montrer que le problème de la magie est l'une des clés qui, convenablement utilisée, peut permettre de repenser une bonne partie de la vaste fresque édifiée par l'histoire des religions.

  • Promenades dans rome

    Stendhal

    • Millon
    • 1 Décembre 1993

    Aller à rome avec stendhal en 1829, c'est rencontrer trois villes superposées : la rome romaine, ce champ de fouilles permanentes dont on espère encore des trésors de beauté, ce peuple qui a conservé l'orgueil et la dureté antiques; la ville des papes, cité de l'art, ville-musée, ville-oeuvre d'art dans l'harmonie de son climat, de ses édifices, de ses habitants, création des grands papes de la renaissance; enfin, rome est alors la capitale d'un etat, où règne l'archaïsme politique et social d'une théocratie moribonde.
    Au service de ces trois villes, stendhal a écrit un guide nonchalant, une série de contes, le journal intime d'une âme sensible au milieu des chefs-d'oeuvre.
    Il rêve ce qu'il a vu, il voit ce qu'il a rêvé: nous pouvons toujours suivre, dans la cité sublime, ce génie de la flânerie.

  • La mise en pièces de Gambetta : autopsie d'un corps politique

    Anne Carol

    • Millon
    • 3 Février 2022

    Le 31 décembre 1882, peu avant minuit, Léon Gambetta meurt. Le 2 janvier, le gouvernement envoie pas moins de treize médecins qui viennent procéder à l'autopsie du tribun. Si la tombe du « père de la république » est demeurée à Nice et son coeur transféré au Panthéon, on ne retrouva pas sa tête et c'est un corps mutilé qui est enterré. Retracer les tribulations de ce corps permet de déplier les tensions dans le traitement du patient (choix des moyens thérapeutiques, gestion de la vérité), puis du cadavre (prélèvement de pièces anatomiques et/ou de reliques, culte familial des morts ou culte des grands hommes), et au-delà d'explorer les frontières entre corps privé et corps public.
    Le livre est un dossier "Archives" de la collection "Mémoires du corps".

  • Cet ouvrage se propose de pénétrer dans le mystère de l'écriture à son niveau le plus immatériel, l'écriture divine, et la naissance même de l'écriture et les questions qu'elle soulève. Les différents mythes font état d'une révélation divine, mise en images de la parole humaine permettant de la faire circuler en tant qu'objet. Selon divers auteurs et d'après des découvertes importantes effectuées dans le désert du Sinaï, lieu par excellence du sacré, ce serait là le creuset, dans les mines de turquoise, de cette écriture dite sinaïtique, ancêtre d'un alphabet non représentatif.

  • Au milieu de l'année 1524, dans ce continent baptisé Indes orientales, inconnu des Européens, douze Franciscains arrivent à Mexico au terme d'une marche exténuante de cinq semaines. Deux mondes que tout oppose viennent d'entrer en collision. Ce face-à-face révèle surtout une incompréhension entre le camp chrétien, aveuglé par son obsession évangélisatrice, et des Mexicains exténués par une défaite qui a vu la mort d'une grande partie de leur peuple et celle de leurs dieux.
    Un manuscrit daté de 1564 conservé par les Archives secrètes du Vatican rapporte les échanges. Intitulé Colloquios y doctrina christiana, le document représente une trentaine de folios, la moitié en espagnol, l'autre moitié en nahuatl, la langue des Aztèques, traduits ici et longuement commenté par Patrick Saurin.

  • Une exploration, à travers les méandres des premiers siècles de la modernité, de l'émergence d'un grand mouvement commun aux sciences et aux arts, correspondant à une mode et à un mode de pensée privilégiant la représentation géométrique du monde.
    Angles et lignes droites, parallèles et volutes, symétrie axiale et perspective cavalière se sont imposées dans d'innombrables oeuvres «classiques» ; les règles et les équerres avaient banni le dessin à main levée et les perspectives approximatives.
    La contrepartie de cette stratégie linéaire, affirmée au moment de la Renaissance correspond-elle à l'avènement d'un sujet moderne, sculpté de plis, et de replis, un être mélancolique qui espère reconquérir sa liberté. Mais pour cela, il faut sortir du labyrinthe.

  • L'art de se taire

    Abbé Dinouart

    • Millon
    • 21 Octobre 2015

    Il y a dans L'Art de se taire un appel à la réserve, à la réfl exion, à la retenue, qu'il n'est peutêtre pas sans intérêt de rappeler en un temps où l'exigence de communiquer tend à se plier aux lois d'un marché où la pensée devient une marchandise. C'est l'intérêt du traité de Dinouart de rappeler, après d'autres, que le silence est une composante fondamentale de l'éloquence. Qu'on ne saurait comprendre l'e et d'un discours à partir de la seule invention verbale qu'il sait déployer, comme on ne saurait restreindre la rhétorique à une taxinomie des tours et des fi gures.
    Un appel à la réserve et à la distance pour tous ceux chez qui le désir de s'exprimer semble plus fort que celui de se taire.

  • Comment Satan forge-t-il ses illusions, celles qui font croire aux métamorphoses des hommes en bêtes ou aux vols nocturnes des sorcières vers le sabbat ?
    De l'imposture des démons de Jean Wier est un ouvrage important qui non seulement a marqué l'histoire de la médecine, voire de la psychiatrie, mais il représente aussi un tournant dans l'histoire du christianisme, et dans les premières luttes contre la chasse aux sorcières. Wier a été un des premier à dire qu'au lieu d'offrir des femmes à Vulcain en holocauste, il aurait mieux fallu les soigner avec de l'hellébore.
    Commencées dès la première moitié du XVe siècle, les grandes chasses aux sorcières se poursuivent au XVIe partout en Europe. Le débat sur les jeux du diable et de l'illusion trouve une nouvelle vigueur, avec la multiplication des procès et des textes qui s'en nourrissent, et la cristallisation, dans ces mêmes textes, du mythe du sabbat, autour duquel se structure l'idée d'une secte satanique, d'une « sorcellerie conspiratrice » travaillant à la ruine de l'Eglise et de l'Etat. Ce sont les voix qui défendent la réalité du crime sabbatique, qui sont les plus nombreuses, ou qui, du moins, se font le plus entendre. Leur dernier grand adversaire, pour le XVIe siècle, est le médecin du duc Guillaume de Clèves, Jean Wier. Il est un des plus influents opposants au célèbre Marteau des sorcières d'Institoris et Sprenger et aux défenseurs, nombreux, de la théorie du « transport réel et corporel » des adeptes du démon.
    S'il a marqué l'histoire de la médecine, voire de la psychiatrie, De l'imposture des démons représente un tournant dans l'histoire du christianisme, et dans les premières luttes contre la chasse aux sorcières. Il jouera un rôle important dans la reconnaissance de l'irresponsabilité de celles des sorcières qui étaient non pas possédées par le diable et (ou) hérétiques, mais délirantes ou mélancoliques. Publié à Bâle en 1563, le De Praestigiis daemonum et incantationibus ac venificiis libri V connaît plusieurs éditions. Il est traduit du latin en allemand en 1565, en français en 1567 par le médecin Jacques Grévin.

  • Un répertoire de toutes les bizarreries de l'autre monde, qui traite des spectres, des démons, des fées, des monstres, de l'occultisme en général et de tout ce qui a trait au surnaturel. Où on apprend qui sont Abd-et-Azys, Abrahel, les Adelites, les aboyeurs, les Mokissos. que sont la Margaritomancie, la Nairancie, la Pégomancie ?.
    LE DICTIONNAIRE INFERNAL fait partie des oeuvres majeures de l'occultisme et de la démonologie. Apparenté à Danton, influencé par Voltaire et la philosophie des Lumières, l'auteur veut faire la part entre le folklore ou les épouvantails agités par l'Église et les faits réellement troublants, et ce, dans tous les domaines du surnaturel.

  • Coucher de soleil. Deux personnages sont là, comme par hasard, dans un parc. A est sur un socle de statue. Debout, il va sauter. B est assis sur un banc. A ne voit que le côté sombre de la vie. Il est le pessimiste et le cynique aussi. Il va se suicider. B ne se semble voir que le côté joyeux de l'existence. Serait-il l'optimiste ?
    L'angélique sûrement.
    La nuit. Gazouilles d'oiseaux. Quelques bruits de ville, au loin.

  • « Maintenant, c'est à vous ! ». C'est ainsi qu'Henri Maldiney s'était adressé en 2012 aux personnes présentes pour son centième anniversaire. Un colloque organisé à Lyon en mars 2018 au Centre Hospitalier St-Jean de Dieu réunissait ceux-là même, psychiatres, psychanalystes, philosophes, parfois les deux, que le philosophe avait convoqués. Ils font ici mémoire d'une oeuvre dont la densité est peu commune et l'intérêt, exceptionnel, mais aussi rendent sensibles ses jours, laissant ainsi entrevoir quelques-unes des possibilités qu'elle recèle. Un hommage à celui qui s'est tenu à l'écart des hommages mondains, à celui qui a passé sa vie de penseur à interpeller les traditions de pensée, qu'elles soient philosophiques, métaphysiques, phénoménologiques, esthétiques ou psychiatriques.

  • De l'éducation des femmes

    Pierre Choderlos De Laclos

    • Millon
    • 3 Mai 2018

    À la fin du XVIIIe siècle, la question de l'éducation des femmes est posée de manière insistante. Pour Laclos, il s'agit de combattre les idées établies et d'opérer une véritable révolution afin de libérer la femme, réduite par l'homme à l'état d'esclavage. La femme naturelle de ce livre, élevée dans la tranquille jouissance d'un corps libre, est le pendant de madame de Merteuil gagnant son autonomie dans une société pervertie par le mensonge et une connaissance des rapports de force, ce qui lui permet de développer des vues plutôt féministes sur l'égalité des sexes et l'éducation des jeunes filles. De l'éducation des femmes dénonce l'éducation donnée alors aux jeunes filles qui ne vise, selon lui, « qu'à les accoutumer à la servitude, et à les y maintenir ».


  • le marteau des sorcières, malleus maleficarum, a été le bréviaire des chasseurs de sorcières pendant deux siècles à travers toute l'europe.
    michelet en avait bien saisi l'importance, qui notait en 1862 : " aux anciens pénitentiaires, aux manuels des confesseurs pour l'inquisition des péchés succédèrent les directoria pour l'inquisition de l'hérésie qui est le plus grand péché. mais pour la plus grande hérésie qui est la sorcellerie, on fit des directoria ou manuels spéciaux, des marteaux pour les sorcières. ces manuels ont atteint leur perfection dans le malleus de sprenger.
    " michelet précise, en outre, l'emploi de ce livre avec une sûre intuition de la pratique judiciaire : " le malleus, qu'on devait porter dans sa poche, fut imprimé généralement dans un format rare alors, le petit in-huit. il n'eût pas été séant qu'à l'audience, embarrassé, le juge ouvrît sur la table un in-folio. il pouvait, sans affectation, regarder du coin de l'oeil, et sous la table, fouiller son manuel.
    " de ce livre, capital pour la compréhension des contagions de sorcellerie du xve au xviie siècle, on trouve des passages chez les démonologues comme jean bodin, le médecin jean wier, mais point le texte complet, qui apporte sur la vision du monde propre aux inquisiteurs et sur les fantasmes des sociétés médiévales un témoignage d'une richesse exceptionnelle. amand danet, qui en a fait la traduction avec scrupule et probité, a rédigé une présentation qui explore les principales voies d'interprétation suggérées par une longue familiarité avec ce grand texte.
    robert mandrou.

  • L'âme de Napoléon

    Leon Bloy

    • Millon
    • 13 Mars 2021

    Poursuivant son évaluation de l'histoire humaine comme entrelacs de signes divins, plaçant Napoléon entre ses méditations sur Marie-Antoinette, Louis XVII, Mélanie la voyante de La Salette et Jeanne d'Arc, Bloy fait de Napoléon un éclaireur du Saint-Esprit, un essaim de signes dont toutes les décisions, bonnes et mauvaises, les paroles et les pensées relèvent d'une mission sacrée, d'un sacerdoce apocalyptique.
    Bloy communie avec le Grand Homme offrant son âme au destin. Ce n'est pas la "volonté" qui le gouverne ; c'est la grâce, un absolu qui le dépasse et auquel il s'abandonne tout entier, jusqu'à perdre tout ce qu'il avait conquis. Napoléon n'a rien à perdre car il ne possède rien ; c'est lui qui est possédé.

  • Les causes et les remèdes

    Hildegarde De Bingen

    • Millon
    • 20 Octobre 2015

    Il n'y pas de maladies, rappelle avec force Hildegarde, mais des hommes malades, et ces hommes sont intégrés dans un univers qui, de même qu'il participe à leur malheur, doit aussi prendre sa part dans la guérison ; ils doivent être soignés dans leur corps et leur âme, et, même si la nature peut et doit venir à leur aide, c'est bien souvent dans leur propre sagesse, leur modération, leur maîtrise d'eux-mêmes, qu'ils trouveront les forces qui soutiendront le processus de guérison.
    Pour Hildegarde, si les causes premières du mal sont en l'homme, comme le dit le récit de la chute originelle, c'est aussi en lui que, avec l'aide de la nature et le secours de Dieu, peuvent se trouver les causes de la guérison, les remèdes. La première traduction française des oeuvres médicales de la moniale.

  • La folie maniaque-depressive

    Emile Kraepelin

    • Millon
    • 19 Septembre 2013

    Première traduction française par Georges Poyer du 11e chapitre du 3e volume du grand traité de Psychiatrie paru entre 1909 et 1915. Ouvrage de référence, parce qu'à la fi n du XIXe siècle, il introduit une notion toute nouvelle en psychiatrie, distinguant ainsi au sein des psychoses, deux formes : la folie maniaque-dépressive, dont il confi rmait pour la première fois la nature endogène, quasi constitutionnelle, et la démence précoce. L'auteur, en se servant de nombreuses observations cliniques, y décrit les formes de la maladie, ses symptômes et son évolution. Cité dans tout ouvrage consacré aux troubles de l'humeur, La Folie maniaque-dépressive a très directement inspiré les travaux des plus grands chercheurs actuels.

  • Penser l'homme et la folie

    Henri Maldiney

    • Millon
    • 27 Mars 2007

    Docteur en philosophie, historien de l'art, Henri Maldiney a enseigné à Gand puis à l'université de Lyon la philosophie générale, l'anthropologie phénoménologique et l'esthétique. Il est l'auteur, entre autres, de Le vouloir dire de Francis Ponge (Encre Marine, 1993) ; L'Art, éclair de l'être (Comp'Act, 1993) ; Aux déserts que l'histoire accable (Deyrolle, 1993) ; Regard, Parole, Espace (L'Âge d'homme, 1973).

    Dans ce recueil d'études où s'est condensée, au fil des dernières années, sa réflexion, Henry Maldiney se propose de penser ensemble l'énigme de l'humanité et l'énigme de la « catastrophe » qui survient à certains d'entre nous. Double décentrement de la pensée, qui la met à la fois hors de l'anthropologie, fût-elle philosophique, et de son envers dans les théories psycho-pathologiques. Double décentrement où s'éprouvent donc au mieux la tradition philosophique - et en particulier celle qui est issue de Heidegger - et la tradition de la Daseinanalyse et de la Schickalsanalyse, telle qu'elle est représentée par Binswanger, Straus, Minkowski, von Weizsäcker et Szondi.

  • La-haut

    ,

    • Millon
    • 18 Mars 2021

    Après le succès de Là-bas, J.-K. Huysmans se lance dans un projet romanesque qui en prend le contrepied : " Je vais tenter le divin ", écrit-il en avril 1891 à son ami Arij Prins. Après Satan, Dieu ; après le noir, le blanc ; après l'enfer là-bas, le Ciel là-haut. De ce roman qu'il abandonne finalement au printemps 1893, il nous reste deux manuscrits autographes correspondant à deux états d'un même texte, amorce d'une quête tourmentée dont l'effervescence aboutira à la conversion au catholicisme de Huysmans lors de son séjour à la Trappe de Notre-Dame d'Igny en 1892, et donnera naissance à En route, récit de cette conversion.
    Durtal/Huysmans reste au seuil de la foi, ni dehors, ni dedans. Malgré l'altitude de La Salette, " là-haut " n'est qu'une destination espérée, non un point d'arrivée.

  • La symphonie des harmonies célestes

    Hildegarde De Bigen

    • Millon
    • 27 Novembre 2003

    Comme dans l'Apocalypse, lorsque les cieux s'ouvrent et se découvrent pour Hildegarde, ils sont pleins de chant et de musique :
    La lumière parle et ses paroles sont comme une flamme brillante. De ces voyages intérieurs, Hildegarde rapporte des visions à écrire et des chants à retranscrire pour enrichir la liturgie des heures du monastère qu'elle dirige. Pour elle, la musique est l'expression du divin et l'étouffer reviendrait à tuer la vie, à arracher l'homme à l'harmonie céleste et aux délices du paradis. Ce recueil d'antiennes, de répons, d'hymnes et de séquences nous transporte dans l'univers particulier de Hildegarde, mélange d'archaïsme et de libertés innovantes. Cet ensemble à la fois poétique et dramatique - puisqu'il inclut L'ordo virtutum, drame liturgique qui fut certainement interprété à l'intérieur du couvent par les moniales de Hildegarde - nous emmène au plus secret de la vie quotidienne du couvent et nous livre intact toute la fraîcheur, l'insolite et l'intimité de l'univers mystique de la sainte.
    Autres titres disponibles aux éditions Jérôme Millon : Le Livre des subtilités (tomes I et II), et Les Causes et les remèdes.

  • Il y a chez Madame Guyon (1648-1717) une grâce de séduction spirituelle qui s'exerce à travers une écriture pleine et abondante dont le rythme, proche du souffle, va de la familiarité de cour avec les textes scripturaires aux plus hautes intuitions de l'expérience intérieure. Dans la galerie des grands écrivains du XVIIe siècle, cette femme dont la vie fut hors du commun et la plume souvent géniale attend encore de trouver sa place.
    La persécution dont elle fit l'objet, l'acharnement de ses adversaires à la ridiculiser l'ont ruinée pour longtemps dans la mémoire de ceux qui consacrent les gloires littéraires. Aussi est-ce à une véritable injustice esthétique que nous nous attaquons en poursuivant la publication de ses oeuvres. On trouvera ici, outre la version originale du Moyen court, un ensemble d'opuscules et de poèmes spirituels choisis et présentés par Marie-Louise Gondal, spécialiste de la spiritualité guyonienne.
    En un temps où les controverses théologiques et les méthodes d'oraison passionnaient toute une foule de fidèles mondains et de lettrés, ces pages furent le scandale de certains et le réconfort des autres. On y voyait une femme témoigner librement de son expérience et bousculer les barrières hiérarchiques et disciplinaires de l'Eglise établie. Cette revendication et cette assurance d'un droit d'accès à la lumière du coeur par les voies originales qui sont celles de la personne, sans distinction de sexe ni de rang, nous apparaissent, avec le recul du temps, comme un moment de particulière audace dans l'histoire de la spiritualité.
    C'est en cela que la lecture de Madame Guyon nous touche jusque dans notre modernité que les anathèmes n'affectent plus. C. L. -C.

  • Sur les plantes, les métaux, les pierres, les animaux, Hildegarde de Bingen pose son regard en y voyant à chaque fois une étincelle de paradis. Chaque élément se transfigure, devient sensible et sensuel, agité d'humeurs malignes ou de langoureuses caresses. À première vue, le dessein de la bénédictine est humble: découvrir dans tous les règnes du vivant ce qui nous peut être assistance et nous éloigner de la maladie et de la mort. Mais le projet lointain est plus vaste : il est de rétablir entre la nature et nous ce lien de sympathie profonde qui nous arrache à notre solitude et nous réintègre dans le grand flux de la vie.

  • À l'origine, une source, unique, précise. Le pétrarquisme jaillit de l'oeuvre et du nom de Pétrarque. Philosophe, linguiste, homme d'Église et de pouvoir, humaniste, il est aussi l'un des plus grands poètes occidentaux. Conquis par une Laure entrevue dans l'église Sainte-Claire d'Avignon en avril 1327, le poète florentin développe une nouvelle poésie d'amour où sa dame assume une dimension que l'on peut dire « moderne ». Laure meurt prématurément, la poésie de Pétrarque se libère de la menace d'amours trop sensuelles et laisse transparaître la beauté et la douleur de la passion d'un poète humain. Il perfectionne le sonnet dont il révèle toute l'élégance et la richesse. En même temps, son patriotisme et son attachement à sa langue maternelle le poussent à composer des poésies en langue Vulgaire, élevant les langues vernaculaires au rang des modèles antiques.

    Le succès de la poésie de Pétrarque est tel que, de sa source, se répand un courant littéraire pétrarquiste. L'oeuvre du Toscan se propage partout en Italie dès le xve siècle. Dans chaque ville, de nombreux poètes y puisent avant d'en renforcer le cours par de multiples productions qui rendent hommage au modèle imité. Et le courant est si fort qu'il dépasse les frontières. Il inonde les poésies française et espagnole dès le xvie siècle. Et les plus grands poètes s'y abreuvent, tandis qu'en Italie l'imitation est si diffuse qu'il est délicat, parfois, de savoir si les nouveaux poètes s'inspirent du Florentin ou des pétrarquistes locaux. Il en va bientôt de même en France où d'aucuns renient leur source d'inspiration première, forgent des courants nationaux, pour ne pas dire nationalistes. L'oeuvre de Pétrarque atteint le Portugal, les rives de l'Angleterre, puis remonte, au xviie siècle, le cours des fleuves vers l'Allemagne.

    La vague de la mode pétrarquiste n'est pas une onde régulière, et tandis qu'elle apparaît ici, elle est ailleurs au plus bas ; puis resurgit plus loin, dans le temps. Quelles sont ces voies suivies par les multiples courants pétrarquistes ? Quels poètes les empruntent ? Que reste-t-il, si loin de leur source, des vers du poète toscan ? Le livre tente de répondre à ces interrogations pour souligner, dans le même temps, la dimension pluriculturelle et évolutive de la poésie d'amour de la Renaissance - au sens large du terme -, dans une Europe en quête de langues nationales reconnues, de formes poétiques nouvelles, mais aussi, plus largement, d'identités politiques et religieuses, affermies.

  • L'Art du mensonge politique

    Jonathan Swift

    • Millon
    • 29 Mars 2007

    Dans son traité de l'Art du mensonge politique, Jonathan Swift observait que le moyen le plus efficace pour combattre et détruire un mensonge est de lui opposer un autre mensonge... "le mensonge politique [étant] l'art de convaincre le peuple, l'art de faire croire au peuple des faussetés salutaires, pour quelque bonne fin". Ce court traité, qui redouble de façon ironique la leçon de Machiavel, a gardé toute sa pertinence : le mensonge aujourd'hui ressemble étrangement à celui d'hier.

empty