Sciences humaines & sociales

  • La pensée économique occidentale a complètement ignoré la métamorphose de la science depuis la double révolution intellectuelle de Carnot et Darwin : la découverte de l'entropie et de l'évolution. Dans cet ouvrage de référence, Nicholas Georgescu-Roegen met l'accent sur les axes négligés de la pensée économique et dévoile une vérité écologique importante : le développement ne saurait se poursuivre sans une restructuration et une réorientation radicale de l'économie. Économiste et mathématicien de renom, Nicholas Georgescu-Roegen a été à l'origine du mouvement de la décroissance, dont cet ouvrage phare est sans conteste le manifeste. À l'heure où l'urgence climatique se fait de plus en plus pressante, il est nécessaire de relire ce livre aux accents prophétiques.

  • Cet ouvrage précieux a été écrit par Danièle Favari, juriste, conceptrice de la proposition de loi du Groupe écologiste à l'Assemblée Nationale. Sur un sujet aussi complexe que l'exploitation du gaz de schiste en France, l'auteur présente un livre pédagogique et accessible.
    Dans une première partie, Danièle Favari part de l'origine de cet ' hydrocarbure à l'état gazeux ' et en explique la composition, l'extraction, le contrôle de la fracturation hydraulique, les risques environnementaux.
    Une seconde partie élargit son analyse aux questions économiques, écologiques et politiques. Tous les signes sont là pour prouver les dangers alarmants du gaz de schiste. Alors que la priorité est de garantir une protection élevée de la santé humaine et de l'environnement pour tous, Danièle Favari aborde la nécessité d'une transition énergétique, loin des énergies fossile et nucléaire. Danièle Favari est juriste en droit et droit européen de l'environnement, invitée comme Expert du Parlement Européen de Bruxelles de l'Atelier sur l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste dans l'Union Européenne. Elle a aussi été consacrée juriste de la Coordination nationale des anti-gaz-de-schiste le 14 mai 2011, dont elle a assuré la veille juridique des 289 collectifs nationaux. Très influente, elle a appelé à plusieurs pétitions pour faire avancer la réglementation avec notamment ' l'appel à un consensus européen pour une transition énergétique ', rédigé et diffusé dans 10 pays européens concernés. Elle a collaboré à la Revue NEXUS, pour le numéro intitulé ' Gaz de schiste, sous nos pieds l'enfer '.

  • Dans un abécédaire exhaustif, Geneviève Bouché explore toutes les thématiques qui touchent à la crise que nous vivons et en profite pour nous éclairer autant sur les conséquences que sur les causes de la pandémie et de la crise qui paralyse notre société. D' « Abandonnisme » à « Wuhan » en passant par « Virus », « Soignants », « Frontières », « Mondialisation », « Panique » et « Système immunitaire », ''Le Jour d'après'' couvre un large panel de sujets liés à la pandémie de coronavirus et nous donne à voir, au travers d'entrées succinctes et limpides, le monde qui nous a menés ici et celui qui peut se dessiner ensuite. Un abécédaire indispensable qui fait le point sur toutes les questions que l'on se pose en ces temps difficiles et les réponses apportées par des médecins, des scientifiques, des sociologues et des philosophes. Un état des lieux, mais aussi, et surtout, le champ des possibles qu'ouvre un nouvel avenir.

  • Introduction : « Toute étoile; toute planète; toute forme d'existence est appelée à disparaître. Nous ne cherchons pas l'éternité, mais le plein épanouissement de notre humanité.
    Notre système culturel, économique, financier, conduit à la négation d'une grande part des potentialités humaines. Cette étroitesse d'esprit risque d'amputer l'avenir commun de son pouvoir d'imagination; de transformation; de liberté.
    Osons, pour une invitation à la vie, mêler à deux voix quelques vagabondages et incursions. » Dans ce petit ouvrage accessible à tous, Albert Jacquard répond aux questions d'Hélène Amblard.
    Partant de l'évocation intime de lieux qu'il connaît bien (les rives du Rhône, Pechpeyrou (Cézac), Paris.), sa réflexion se poursuit par des réflexions sur des thématiques telles que la société, l'humanité, l'écologie, la nature, la politique, les sciences.
    Voici un extrait sur le thème de la devise de la République française :
    Hélène Amblard : Quelles projections offrir aux mots « liberté, égalité, fraternité » ?
    Albert Jacquard : On peut proposer une organisation basée sur les deux mots si souvent recalés : « liberté » et « égalité ».
    Auparavant, on ne parlait pas de fraternité. Les révolutionnaires de 1848 ont ajouté la fraternité, en admettant que ce n'était pas une nécessité logique.
    La liberté a d'abord été réservée à tous ceux qui étaient des citoyens parce qu'ils avaient de l'or ou des terres. Encore au XIXème siècle, la liberté de voter était cantonnée dans le cadre d'un suffrage censitaire.
    La liberté n'est pas une donnée. C'est un absolu, partiellement acquis, par ceux qui en bénéficient.
    J'ai besoin de la liberté. Non pas de la mienne, mais de celle de tous. Introduisant la liberté, on n'est logique avec soi que s'il existe une liberté pour tous, sans exception. L'important est qu'avec les mots « liberté » et « égalité », on a tout dit.
    « Fraternité » ajoute une logique biologique.

  • Le site des Calanques constitue l'un des derniers bastions de nature sauvage de notre littoral méditerranéen. Il réunit, dans un espace relativement restreint, une somme exceptionnelle de richesses géologiques, biologiques, écologiques, historiques, archéologiques et paléo-climatiques aussi bien sur terre que sous la mer. Les Calanques sont aussi un haut lieu culturel, sportif et de détente. Elles ont résisté jusqu'ici, on ne sait par quel miracle, à la convoitise des aménageurs et à la dégradation et bétonisation qui ont dénaturé une partie des rivages azuréens. Les Calanques portent cependant les traces indélébiles des vicissitudes passées et elles subissent, depuis plus d'un siècle, une pression des activités humaines et des dégradations qui portent atteintes à leur intégrité, leurs beautés et leurs richesses.
    /> Il aura fallu plus de cent ans de mobilisation et de combats pour enfin créer ce parc national dont les Calanques avaient tant besoin. C'est en effet le seul statut qui puisse garantir la sauvegarde et la pérennité de ce site exceptionnel tout en l'ouvrant à un large public respectueux de l'environnement. Le chemin, semé d'embuches et de trappes, menant au parc national ne fut pas facile ; il a nécessité la mobilisation d'un nombre incalculable de personnes souvent anonymes, travaillant dans l'ombre, ou réunies au sein d'associations, clubs et autres groupements, tous profondément attachés à leurs Calanques.
    C'est cette épopée qu'Henry Augier a eu à coeur de raconter dans cet ouvrage. L'oeuvre accomplie par tous les défenseurs et amoureux des Calanques mérite en effet d'être connue par le plus grand nombre.

  • Que peut nous apporter la réflexion philosophique sur les rapports de l'homme à la nature ? C'est l'interrogation centrale de cet ouvrage qui nous propose une réflexion à prendre au sens premier, comme on parle de la réflexion d'un rayon lumineux en optique. En effet, de même que le rayon retourne à sa source après avoir rencontré une surface réfléchissante, la pensée peut revenir sur elle-même pour se repenser.
    "Penser sa pensée, (c'est) proprement philosopher", disait Alain dans Éléments de philosophie. Ce texte retrace les rapports de l'homme à la nature à travers un vaste panorama de la pensée occidentale et nous fait comprendre l'enchaînement des systèmes et des doctrines entre sciences de la nature et de l'homme, philosophie, art et action. De manière originale, il analyse avec précision (extraits à l'appui) des notions essentielles comme le progrès, la nature de l'homme, la technique...pour nous faire approcher la pensée écologique de célèbres penseurs et écrivains (Aristote, Hegel, Spinoza, Voltaire, Chateaubriand, etc.) et des scientifiques (Darwin, Galilée, Copernic, Lévi-Strauss, etc.) Ses références sont nombreuses et toujours justifiées.
    Grâce à ce tour d'horizon des grandes pensées sur la nature, Luc Strenna nous propose d'accepter notre devoir écologique et de mieux respecter le vivant dans toute sa richesse.

  • Un jour d'hiver, une délégation indienne débarque à Paris pour formaliser l'achat de quatre réacteurs nucléaires. Peu à peu, parce que son responsable, Kuldip Badhwar, a des exigences particulières formulées au cours d'une visite surprise à la centrale de Cattenheim, un drame se noue. L'inquiétude monte autour d'un réacteur qui perd peu à peu la raison et sa radioactivité, renvoyant tous les protagonistes, un ministre, un patron du BTP, une ingénieure, un responsable de salle de commande, une écologiste, un préfet et le polytechnicien indien à leurs contradictions, leurs certitudes et leurs fantasmes. Le roman à rebondissement d'un huis clos de quelques heures dont nul ne sortira indemne puisque pour une écologiste exceptionnellement embarquée au coeur d'une centrale, l'accident nucléaire est inéluctable. Ce roman de l'angoisse, du mensonge et de la raison d'État reprend quelques-uns des personnages du film Inéluctable, dont le scénario a été conçu pour ARTE par Alain Moreau avec la participation de Claude-Marie Vadrot.

  • A une époque où les thèmes écologiques sont mis en avant, cette prise de conscience salutaire nous permet d'avoir une vision claire de notre avenir. Loin d'être pessimiste, cet ouvrage est avant tout lucide et ne peut que nous inciter à réagir et à devenir acteur de notre avenir, c'est en cela qu'il nous paraît encore plus indispensable.
    PRÉSENTATION
    1/ Le danger est là où on ne l'attend pas : pollutions tous azimuts - Pollutions alimentaire, OGM, sole et eaux, biotechnologies, réchauffement planétaire, extinction des espèces, santé publique
    2/ Finie la comédie : le progrès : succès, rêves et avatars, science et éthique, vers la décroissance, l'état de la planète
    Lauriane d'Este : Professeur des universités, agrégée, docteur ès lettres, habilitée à la direction de la recherche, elle a enseigné en France et aux États-Unis. Elle est l'auteur de nombreux articles et ouvrages dans le domaine de l'art et de la philosophie de l'art. Engagée depuis longtemps dans le combat associatif, elle a été pendant six ans vice-présidente de la Société protectrice des animaux (SPA),vice-présidente de France Écologie et elle est également administratrice de la Société nationale de protection de la nature (SNPN).
    Un ouvrage fondamental dans le débat sur la politique écologique par un auteur reconnu en la matière.

  • « L'homme est un mammifère, et est à ce titre susceptible d'être comparé à d'autres êtres vivants. C'est l'effet de la myopie que de ne voir en toute expression culturelle qu'un phénomène proprement humain [... ].
    L'expression symbolique, esthétique, aussi bien que l'usage d'outils ou de signifiés, des sociétés complexes reposant sur des parentèles ou des alliances entre groupes, tout cela se retrouve à plus ou moins haut degré chez d'autres espèces. Des éléments de comparaison objective existent donc, et ne peuvent être écartés qu'au nom de pétitions de principes incompatibles avec une démarche scientifique. Il ne s'agit pas de réduire tout ce qui résulte de l'évolution à une simple fonction adaptative [... ]. Les espèces, au travers des individus qui les composent, choisissent, d'une certaine manière, leur destinée. » L'objectif premier de cet ouvrage est de proposer une réflexion sur les comportements d'un animal indépendamment de l'usage de la parole.
    Partant d'une pensée intellectuelle entre des disciplines différentes - la réflexion littéraire, l'anthropologie et l'éthologie (étude du comportement d'espèces animales) -, Florent Kohler apporte un éclairage nouveau sur notre rapport au vivant, illustré par de nombreux cas concrets tirés d'expériences personnelles.

  • Exploration de tous les usages de la bicyclette à travers le monde, avec une énumération des avantages et plaisirs écologiques procurés.

  • La pensée économique occidentale, en considérant le processus économique comme un mouvement circulaire de va-et-vient entre production et consommation dans un système clos, séparé de notre monde terrestre, a complètement ignoré la métamorphose de la science depuis la double révolution intellectuelle de carnot et darwin : la découverte de l'entropie et de l'évolution.
    Enfermée dans le splendide isolement de son modèle mécaniste imité de la prestigieuse mécanique rationnelle de l'europe classique, la science économique de notre civilisation thermo-industrielle ignore superbement les interactions réelles entre l'activité techno-économique, prolongement par d'autres moyens de l'évolution biologique, et les transformations de l'environnement planétaire. le dogme économique de la croissance est une abstraction qui trompe les gens et se trompe.
    En contradiction flagrante avec la perspective globale de la nouvelle science écologique du système terre, l'idéologie économique du développement et de la croissance n'est en fait qu'une mythologie qui ignore l'irréversibilité de l'entropie croissante et refoule l'existence même des limites de la biosphère. en mettant en évidence les rapports intimes entre la loi de l'entropie (le second principe de la thermodynamique) et le processus économique, nicholas georgescu-roegen, le dissident le plus radical de la science économique dominante de l'occident, a dévoilé une vérité proprement écologique qui s'impose désormais au monde entier.
    Les pionniers de l'économie écologique et de l'écologie industrielle s'en inspirent. la mouvance actuelle des "objecteurs de croissance" a fait de la décroissance un livre phare.

empty