• Graham Bell

    Alain Raimbault

    • Isatis
    • 2 Octobre 2014

    Alexander Graham Bell naît en Écosse où il enseigne à parler à des sourds. Son intérêt pour l'enseignement le conduit à développer des outils pour faciliter la communication orale. Après la mort de ses deux frères, il suit ses parents qui émigrent en Ontario. Il va ensuite s'installer à Boston, centre de recherche scientifique très vivant en cette fin de 19e siècle. L'invention du téléphone lui assure gloire et postérité mais comme tout grand inventeur, il mènera des recherches dans de nombreux domaines : électricité, médecine, aéronautique. Il vivra de nombreuses années à Baddeck, en Nouvelle-Écosse, où il s'éteindra après une vie exceptionnelle.

  • Malgré sa timidité, l´éléphant Plume rêve de devenir un grand artiste. Encouragé par la girafe Torticoli, il se joint au choeur de la savane dans l´espoir de faire carrière dans le chant, mais sans succès. Il accepte ensuite de prêter main-forte à son nouvel ami le rat Bougri dans son spectacle de magie, dont il devient la vedette. Réussira-t-il cette fois à gagner le coeur du public?

    Cette histoire d´amitié démontre qu´il est beaucoup plus facile de surmonter les difficultés quand on peut compter sur un ami.

  • 72 textes brefs regroupés en 5 parties intitulées « Prémonition », « Méditerranéenne », « Passage à l'Orient », « La version du désert » et « Passage secret », à la frontière du poème en prose, qui dévoilent un monde de perceptions, quotidiennes ou de voyage, d'impressions diverses livrant passage à une forme d'incarnation, de conscience, de l'être-là.

  • Le ciel en face

    Alain Raimbault

    Manuel se lève un lundi matin et découvre des ambulances dans la cour de sa maison. Dans la cuisine, son père est assis face à un policier. Passé le moment de surprise, Manuel apprend la terrible nouvelle : sa mère s'est suicidée dans la nuit. Il ne peut y croire. Le journal qu'il tient pendant la semaine qui suit décrit la préparation des funérailles et les douloureux états d'âme par lesquels passe Manuel.

  • Alain écrit un roman du roman pour pallier son tourment. Pour faire faux-bond au temps et aux événements. Il crée une belle libraire anglaise et en tombe complètement amoureux. Lorsquil apprend, un mois après le début de sa narration, quune prise dotages

  • Sans gravité

    Alain Raimbault

    Dans ce recueil de nouvelles, un bouquet de personnages en apparence quelconques parvient à nous faire ressentir le dégoût, la peur, la lassitude. Avec une écriture vive et un sens de la formule hors du commun, Alain Raimbault joue avec aisance dans les codes de l'horreur. S'inscrivant dans une tradition littéraire établie, il démontre sans contredit sa maîtrise de la langue, son sens de l'humour caustique, ainsi qu'un sens de l'observation particulièrement acéré. Avec Sans gravité, l'auteur nous rappelle sans cesse que la littérature est aussi affaire de violence et de douleur. Dans ces contes cruels, les innocents meurent souvent, les miracles n'existent pas et les guerres ne font pas de gagnants.

  • Roman et anna

    Alain Raimbault

    Tout d'abord, deux îles. Elle se trouve laide, il considère son destin comme inachevé. D'origine micmacque, elle ne se contente plus d'être océanographe. Sportif roumain, fraîchement débarqué à Halifax, il ne sait plus qui il est. Les voici au fameux Collège des arts et du design de la Nouvelle-Écosse, lui pour poser nu, elle pour apprendre le dessin et, qui sait, trouver la beauté et l'amour.
    L'art permet-il de recommencer sa vie? De la refaire? Au pays d'Alex Colville, tout peut arriver. Et les îles font parfois un archipel.
    ROMAN ET ANNA, une histoire d'amour et d'art, fragmentée comme l'expression contemporaine, rouge comme les sanguines.

  • Capitaine popaul

    Alain Raimbault

    Le narrateur, un jeune garçon, décide de nous faire part d'une fascinante découverte qu'il a faite dans le grenier de la maison. Il s'agit d'un cahier de bord de l'un de ses ancêtres, le chevalier des Gastéropodes, le second du Capitaine Popaul. En 1600, ce dernier avait convaincu le roi de France d'armer une flotte afin de découvrir un raccourci pour atteindre les Indes et d'en rapporter des richesses. Après une traversée très mouvementée, le projet échoue, mais la découverte de la tribu des Lurons, dans la région du Saguenay, offre une surprenante planche de salut à l'équipage. Le récit de ce voyage n'est pas banal du tout, il nous est transmis, en parties, comme il a été trouvé, c'est-à-dire, écrit avec le français du XVIIe siècle. Avec humour, le narrateur se permet quelques commentaires... Alors, quand l'histoire de la colonisation de la Nouvelle-France est revisitée, les interprétations les plus farfelues sont possibles!

  • Joseph-Elzéar Bernier est un des plus illustres explorateurs et navigateurs du Canada. Né en 1852 à L'Islet-sur-Mer dans une famille de grands navigateurs, il deviendra lui-même capitaine à l'âge de 17 ans seulement. Animé d'une passion sans borne pour l'Arctique, il mènera plus de dix expéditions sur les mers du Nord entre 1906 et 1925. Le 1er juillet 1909, Joseph-Elzéar Bernier dépose une plaque sur l'île de Melville proclamant la souveraineté du Canada sur les îles de l'Arctique.

  • «Jacques Cartier prépare minutieusement son premier voyage. Comme il est soutenu par le roi de France, il parvient à lever son équipage. Le 20 avril 1534, il assiste à la messe et au sortir de léglise, toute la ville laccompagne sur les quais. La foule en liesse veut assister au départ de ce grand personnage auquel rien ne résiste. Il appareille avec deux navires ornés du drapeau fleurdelisé, symbole de la royauté. Cest le départ pour la grande aventure. En moins de trois semaines dune traversée assez tranquille, Jacques Cartier passe au large de Terre-Neuve. Comme les glaces lui barrent le chemin, il se réfugie dans une crique. Le 21 mai, il repart plein nord. Il découvre alors une île couverte doiseaux, quon nomme aujourdhui Fous de Bassan. Un peu plus tard, le navigateur croise un ours sur son chemin. Dans son premier récit de voyage, il le décrit comme grand comme une vache, aussi blanc quun singe.»

  • Marie-Neige doit trouver LE sujet qui lui permettra de remporter le concours d'Expo-sciences de son école. Elle est prête à TOUT pour gagner, même à obliger son petit frère Mémo à être son cobaye...

  • Claude François a côtoyé sans cesse le danger. Il était son compagnon familier, comme un papillon de nuit revient toujours vers la lumière qui l'aveugle et brûle ses ailes. Cloclo brûlait sa vie dans la fascination de la mort. Son enfance, son adolescence et sa carrière ont été marquées par ce jeu tragique. Cent fois, il lui avait échappé, cent fois il avait été sauvé par sa «;baraka».
    Cloclo depuis le début de sa carrière jouait à cache-cache avec le danger. Une épée de Damoclès suspendue au-dessus de sa tête. Toute sa vie, il a connu des coups du sort, des incursions du destin dans une vie où tout aurait pu lui sourire, des moments où la violence, la douleur, l'angoisse aussi déferlaient sur lui.
    Avec le recul, on se dit qu'il devait être né sous une mauvaise étoile, impossible d'expliquer cette malchance autrement.
    Pendant toute une partie de son existence, on est parfaitement heureux, tout baigne, on se croit invulnérable. Et puis, brusquement, tout se précipite, le malheur semble s'acharner sur vous. Quoi qu'on fasse, une catastrophe vous guète. Cela, Claude François l'a connu.
    Voici retracée la chronologie de sa vie, jusqu'à ce maudit mois de mars qui débuta pour lui dès 1908 et qui l'a poursuivi pratiquement toute sa vie jusqu'à ce jour de 1978, soit 70 ans.
    La liste de ses incidents, accidents, emmerdes et coups du sort est longue : jugez-en vous-même.

empty