• « On l'avait programmé pour tenir ses promesses, faillir était le lot des faibles, des mornes contemplatifs, des petites rêveuses de soie blonde qu'on balançait caissières faute d'en faire des chanteuses et qui léchaient l'écran glacé de leur smartphone en attendant l'amour dans ses habits de prince - mais foin de nostalgie, tout ça valait en l'an deux mille, cela faisait longtemps que les caissières au cheveu gras avaient disparu des rayons des grands magasins. » Dans un futur indéterminé mais étrangement familier, la Cinquième République moribonde et corrompue se débat contre le terrorisme, la misère et l'extrémisme. Pourtant, les ors du pouvoir font encore rêver Hugo-Theo, jeune consultant qui travaille pour le gouvernement. Son frère Gaspard, qui a suivi un chemin radicalement différent, va gripper l'ascension d'Hugo-Theo et le conduire à s'interroger sur son parcours et le prix moral qu'il est prêt à sacrifier à ses rêves de grandeur.
    Une plume remarquable, trempée dans l'acide, pour peindre l'ascension d'un ambitieux dans un Paris au bord de l'implosion.

  • Paris, 1875.
    Jeune étudiant anglais vivant dans la capitale, Achille Farmer est retrouvé pieds et mains liés, le crâne fracassé, devant le Panthéon. Transporté et soigné à l'hôpital Edouard Leman, il en ressort quelques mois plus tard, amnésique et sans la moindre explication sur les motifs de son agression : l'enquête de police n'a rien donné et l'inspecteur en charge n'entend pas investiguer plus avant.
    Achille Farmer décide alors de mener sa propre enquête à partir d'une lettre sans signature retrouvée chez lui, mais dont il ignore qu'elle est la pierre angulaire de son existence bouleversée et désormais menacée. Et tandis qu'il interroge la rue, parcourant la ville à la recherche du moindre lieu et de la moindre information qui pourrait raviver en lui quelque souvenir, il constate qu'une véritable machination se met en place contre lui. Un libraire renommé et passionné le met momentanément à l'abri du danger et lui fait une révélation surprenante : Farmer aurait été un ami du comte, désormais décédé, qui serait l'auteur d'un septième chant très convoité...

empty