• Un livre comme un moment d'apaisement, pour rassurer les tout-petits à l'heure du coucher. Ce livre est une berceuse, un doudou, dans lequel on entre à pas feutrés. Une balade immobile où les mots et les sons prennent la valeur d'un refrain rassurant, pour parler de la nuit et de tous les événements invisibles qui s'y déroulent, du monde bienveillant qui entoure l'enfant. On anticipe le lendemain matin à travers des images du quotidien, pour s'imprégner de sensations apaisantes et d'un sentiment de permanence qui rassure l'enfant au moment où il s'abandonne à la nuit. «Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment», un doux refrain qui ponctue l'album, car il faut aussi faire silence pour les autres, ceux qui sont déjà endormis...

  • 1, 2, 3, nous irons au bois...
    4, 5, 6, cueillir des cerises...
    7, 8, 9, dans mon panier neuf...
    10, 11, 12, elle seront toutes rouges !

    La collection Tit'zic s'agrandit d'un quatrième titre avec cette comptine somptueusement mise en images par Amélie Jackowski.

    Une collection graphique et musique pour petites mains. Un dépliant qui déroule une comptine en images (et la partition musicale au verso). À lire comme un livre ou à déplier comme une affiche...

  • tous en scène ! une pièce à jouer tous les soirs dans sa tête ou sur les planches, cela fait beaucoup de pièces.
    une pièce pour pleurer ou une pièce pour rire, une autre pour déclarer sa flamme ou crier sa colère, cela fait beaucoup de pièces différentes. mille ans de théâtre a planté le décor pour tous les comédiens en herbe : knock ausculte, arlequin s'enflamme, harold rencontre maude, roméo se meurt, le père ubu se proclame roi et godot n'en finit plus de se faire attendre... mille ans de théâtre, ce sont des pièces d'autrefois, de toujours et de maintenant, pour tous les enfants d'aujourd'hui.

  • Trois petits cochons, de retour du marché, rencontrent le loup et se font voler leur pizza...Un agneau, rentrant de l'école, croise un vieil ogre jaunâtre aux doigts rougis par du coulis de fraises des bois qui lui dérobe ses petits pains...Un petit garçon lui, se fait piquer les feuilletés au fromage de sa grand' mère. Une sorcière passait par là... Tous ces petits-là vont-ils se laisser faire ? Eh bien non !

  • Ce matin-là, dans La Grande Forêt, la fourmi ouvrit mollement un oeil, puis sursauta d'épouvante en s'apercevant qu'elle était totalement seule dans la fourmilière. De tous les mardis du monde, la Fourmi n'en avait connu aucun de solitude, jamais encore elle n'avait oublié de se réveiller. Elle sortit donc à toutes jambes pour arriver à temps au rassemblement général, mais ce qu'elle ne vit pas, derrière la brume de ce matin opaque, c'est l'énorme masse brune qui venait de la percuter de plein fouet.
    La liberté de sortir du rang, la culpabilité qui en découle, le courage, la peur et l'amitié émancipatrice, sont les ressorts de cette magnifique histoire.

  • Lasse de se lever à l'heure où les autres se couchent, lasse de ne voir que la nuit, la Chauve Souris décide de faire une apparition au grand jour, enveloppée dans une couverture en patchwork. Sur le marché, elle découvre les couleurs extraordinaires des fraises, carottes, betteraves... Et ces couleurs vont réellement changer la vie de la Chauve Souris qui, jouant à les mélanger, se surprend à faire cette chose drôle et inutile qu'on appelle l'art...

  • Si nous approchons des temps de ténèbres, apprenons à chercher des lumières, fussent-elles aussi minuscules que les lucioles. Partageons-les et devenons des lucioles nous-mêmes, des porteurs de lumières à contre-courant, de paroles contraires, d'actes libres... Le peuple des lucioles c'est l'enfance du monde. L'enfance de l'art.

    Des lucioles est un choix d'extraits de l'essai : Survivance des Lucioles, paru aux éditions de Minuit en 2009.

  • C'est l'histoire d'un grand sorcier et de son apprenti. Ce dernier ne rêve que d'une chose : que son maître s'absente pour pourvoir faire des expériences avec le balai magique. Ce jour finit par arriver. D'après la célèbre ballade de Goethe.

  • Un matin, Nôar le corbeau découvre cette annonce dans le journal :
    On recherche corbeaux pour cueillir des cerises. S'adresser au seigneur Barbedogre, près de la mare aux C. dans la forêt lointaine. Nôar est ravi. Il a trouvé du travail ! Malheureusement pour lui, Barbedogre se révèle prisonnier d'un terrible sortilège.

  • Un livre qui se plie et se déplie comme les jours de toute une vie. Au fil des pages, il dit les jours d'orage, les jours de joie, le temps qui passe, ce qui reste, ce qui s'efface. Un livre accordéon qui, à bas bruit, joue une émouvante musique.

  • Les poèmes de Victor Hugo ont du souffle et restent résolument modernes. Leur seul tort est sans doute d'intimider les enfants, par leur ampleur ou la gravité de leurs thèmes. Pourtant, si l'on offre au jeune lecteur une loupe et des bottes de sept lieues, il trouvera dans cette anthologie des poèmes pour rire et rêver ; il verra un crocodile dans le ciel, entendra parler une marguerite, surprendra deux géants forgeant le soleil couchant. De l'infiniment petit à l'infiniment grand, tout l'univers s'offrira à lui. Et, comme Victor Hugo l'écrit dans Les étoiles filantes : "C'est de la splendeur qui rôde."

  • L'ouvrage et son CD commencent par une berceuse, parlant d'un enfant qui s'endort en rêvant aux flocons qu'il a vu tomber le matin. Décembre commence à peine et pourtant il rêve déjà de cadeaux, de réveillon et de décorations. Il lui faudra pourtant être patient, car Noël n'arrive que le 25 décembre !
    Des chansons, des poèmes ou des comptines aideront les jeunes enfants à se réjouir de chaque jour qui passe. La parole est d'abord donnée au calendrier de l'Avent, mais tous ces objets de Noël - bonhomme de neige, guirlandes, bûche ou la lettre écrite avec application - occuperont le temps des jeunes enfants de bien agréable manière, jusqu'au Jour de l'An et à celui de la galette des rois !

  • Gilbert est un nuage heureux. Entouré de ses amis et des goélands, il mène une vie paisible au bord de la mer. Mais un jour, il tombe nez à nez avec un drôle de nuage noir. Intrigué, il se lance à la poursuite de ce curieux copain qui zigzague à toute allure sur un chemin. Et là. Zip, clac, zou ! Gilbert se fait capturer. En deux temps, trois mouvements, il se retrouve sur l'étagère d'un marchand sans scrupules qui l'expédie à l'autre bout du monde chez un riche collectionneur. Dans la grande ville, Gilbert fait sensation : ce véritable nuage de mer élevé en plein air est une vraie rareté que l'on s'empresse de mettre sous cloche ! Mais dans la grande ville, une curiosité chasse l'autre et le pauvre Gilbert passe de main en main pour finir abandonné sur un trottoir. Il faudra tout le bon sens d'un petit garçon aux pieds nus pour que Gilbert retrouve sa liberté et son rôle de nuage : faire la pluie et le beau temps.

  • Dehors, il pleut. Anna et Tomi s'ennuient dans le grenier de leur maison de vacances. «Il n'y a que des jouets de bébés, ici.» Tout à coup, un ours des bois - en peluche - sort de l'armoire et demande aimablement s'il peut aller se ravitailler à la cuisine.
    C'est Gros Bidon, l'ours d'enfance de leur père. Intrigués, Anna et Tomi commencent à fouiller la pièce, à la recherche d'autres rencontres de ce type. Ils tombent tour à tour sur Jonathan le serpent qui apprend le chinois, Roberto le clown qui fait des chatouilles, Lili la poupée qui n'en fait qu'à sa tête et le petit marin sur le point de repartir autour du monde. Car tous ces vieux jouets s'animent mais ne font que passer ; ils partent vivre de nouvelles aventures. Tiens, il ne pleut plus dehors. Il est temps de sortir et de laisser là les souvenirs de la tendre enfance.
    Une histoire sensible de Bernard Friot, sur la nostalgie que peuvent avoir les enfants qui grandissent, mise en image par Amélie Jackowski et en musique par Jean-François Verdier, à la manière des films.

  • Un univers grandiose : entre temples aztèques et déserts ponctués de cactus géants, une atmosphère très caractéristique. Des histoires cruelles ou drôles, loufoques ou édifiantes et toujours captivantes. Les contes du Mexique, c'est avant tout des mythes aztèques et
    autres légendes des peuples natifs de ce grand pays d'Amérique centrale. Mais on y croise aussi, bien évidemment, les premiers conquistadors et de nombreux contes « postcolombiens » qui
    témoignent d'un mélange très intéressant entre les folklores traditionnels de l'Ancien et du Nouveau Monde.

  • Emerveillé par un spectacle de cirque à la télé, Harpo le panda décide de se mettre à jongler. Devant un public amusé, Harpo s'entraîne avec des avocats, des tomates et des citrouilles qui finissent tous en purée. Mais Harpo, courageux, poursuit son entraînement en jonglant avec son fruit préféré : des mangues. Au moins si elles s'écrasent sur son pelage, il pourra toujours y goûter. Mais cette fois, il ne les fait pas tomber et le public, émerveillé par un tel spectacle, rêve, à son tour, d'apprendre à jongler.

  • S'il est un pays qui a une forte identité, c'est bien le Pays basque, cette mosaïque de sept provinces aux réalités très diverses, pourtant unies par une langue commune. Du pic d'Orhy à la forêt d'Iraty, en passant par la Rhune pour rejoindre l'Atlantique, le Pays basque offre des paysages contrastés. Les Pyrénées y sont morcelées par de petits cours d'eau ; elles sont relayées par une succession de collines bocagères, tableau de verdure où se dessinent villages et hameaux ; enfin des vallées profondes où alternent bois et prairies descendent jusqu'à la côte, émaillée de ravissants ports de pêche. Les contes de ce recueil sont de ceux que l'on raconte depuis des siècles, le soir à la veillée. Ce sont des histoires de géants, de génies, d'ogres et de fées. On les appelle ici Basajaun, familliarrak, Tartaro et laminak. Depuis toujours, ils se mêlent à la vie des hommes de ce pays, bergers, marins, voleurs, servantes ou princesses...

  • NOUVEAUTÉ Jeunesse ????????????????









    Présentation de l'ouvrage Quand une maison dort, les objets qui l'habitent se font entendre : tic-tac bien rythmé de la pendule de l'entrée, flic-flac hésitant du robinet qui fuit, ronronnement rassurant du frigo ou de la chaudière. Mais que peuvent bien raconter l'escalier, la cuisinière ou le grille-pain ? Les musiques, les poèmes, les comptines et les chansons de ce livre-CD disent gaiement les secrets de la maison assoupie...

    Présentation de l'auteur Laurent Pradeau est compositeur, guitariste et poète animalier. Il a réalisé et arrangé les musiques des albums d'Alain Schneider parus chez Universal Music, chez différents éditeurs de jeunesse, et chez Belin, Le Croque-chansons et Le Concerto des animaux.
    Certains de ses albums ont été primés : Coup de coeur Chorus, Coup de coeur de l'Académie Charles-Cros, Grand-Prix Adami du disque jeunesse.

    Présentation de l'illustratrice Née en 1976 à Toulon, Amélie Jackowski est diplômée de l'École supérieure des Arts-Décoratifs de Strasbourg. Elle vit aujourd'hui à Marseille et a déjà illustré de nombreux livres et albums, dont Des milliers de jours. Elle a aussi réalisé une série de peintures commandées par une galerie de Tokyo.

    Points forts - Une alternance originale de chansons, de comptines et de poésies, dites par Guillaume Orsat, conteur ou interprétées par des chanteurs à la voix pleine de gaîté : Isabelle Hue, Laetitia Guyader, Laurent Pradeau et Alain Schneider.
    - Un thème quotidien... très original parce que jamais abordé de cette façon.
    - Des comptines et des chansons faciles à mémoriser, à répéter.

    Public concerné Dès 4 ans Dans la même collection ????????????????????????????????

empty