• Des hommes libres

    André Paradis

    Thibault vient d'être reçu à un concours de la fonction publique, il choisit la rue Oudinot comme affectation.
    De cette nouvelle qu'il annonce à son père libraire du 15e arrondissement de Paris, il accompagne des résultats d'analyse qui prouvent leur filiation. Pourquoi une telle démarche ? Ce roman, dont le récit se construit sur trois siècles nous entraîne dans les méandres de la génétique et d'une histoire délibérément dissimulée.

  • Victor, Guyanais d'une quarantaine d'années, chroniqueur occasionnel et auteur de romans que personne n'a lus, vit à Cayenne.
    A la recherche d'un public, il se lance dans l'écriture d'un roman d'amour, seul genre dans lequel il ne s'est pas encore essayé. Ce sera La Dame de Compagnie. Une Lydie, jeune femme acariâtre, vient alors habiter juste à côté de chez lui. A cause d'elle et bien malgré lui, il fera la connaissance d'une Adèle, dame d'une laideur accablante et qui sort de prison. Et le voici embringué d'abord dans une sordide affaire d'assassinats, puis dans la révolte généralisée des orpailleurs clandestins qui écument la forêt guyanaise et qui envahissent Cayenne.
    Leur arrivée va déboucher sur un conflit généralisé, auquel Victor et ses deux dames tenteront (en vain) de ne pas se trouver mêlés. Un roman d'une possible Guyane d'aujourd'hui... et de demain.

  • Vers onze heures, Louis XIV vint me voir dans ma chambre pour me raconter qu'il venait d'arrêter les bandits.

    - C'est bien, lui dis-je. Tu es fort ! Tu as eu du mal?

    Il ôta son képi et s'épongea le front.

    - Pas trop, dit-il. En fait, je me pose des questions. Il y a un ou deux détails que je ne comprends pas très bien... Tu as vu un chien jaune dans le coin? Les voleurs disent que c'est un gros chien jaune qui les a fait prisonniers...

    - Tu vois, la cocaïne, à quoi ça mène...

    Dans ce roman, vous découvrirez un groupe de détectives d'un genre nouveau. Nouveau, mais terriblement, horriblement, effroyablement efficace... Un polar pour lecteurs à partir de 9 ans.

  • Le soleil du fleuve

    André Paradis

    Un samedi matin à l'aube, le beau-fils d'un bijoutier se fait voler une mallette pleine de pierres précieuses. Pour cela, les truands n'hésitent pas à couper la main qui retenait la mallette. Peu à peu de bouche à oreille, les notables, mais aussi les brigands de Cayenne sont mis au courant de ce rapt. Lorsque l'un des voleurs est assassiné, cette banale affaire de vol prend une ampleur considérable, surtout que dans ce même samedi un couple est trouvé massacré. Y-a-t-il un lien ? Ces pierres précieuses qui suscitent tant de convoitise, passeront ainsi de main en main, pour une destination inconnue. Un roman à travers lequel, André Paradis, nous décrit les facettes diverses et multiples de la Guyane tant dans ses paysages que dans ses populations et ses classes sociales.

  • Marronnages

    André Paradis

    L'auteur de l'ouvrage que vous allez lire ne manque pas d'humour.
    Faisant allusion à une émission radiophonique bien connue des auditeurs guyanais, il fait dire à l'un de ses personnages ce jugement aussi définitif que sommaire: "elle n'allait pas écouter ce connard, avec ses grands mots et ses grands airs. " ainsi andré paradis, auteur de marronnages, prend-il ses distances d'avec son alter-ego de la plume à l'oreille. ceci vaut bien une mise en garde. ici, nous ne sommes plus en radio, mais en littérature, la "plume à la main", et dans un genre dont lukacs disait qu'il était celui de "la plus artistique des formes narratives".

    Il s'agit donc d'un ensemble de huit nouvelles, réuni sous le titre de marronnages.
    André paradis a un joli talent de conteur. il sait communiquer à son lecteur l'affectueuse sympathie qui lui inspire ses personnages: fille mère qui se découvre tardivement un amour maternel insoupçonné, adolescents paumés, à la dérive, brésilienne qui s'impatiente devant une cabine téléphonique occupée par un bavard.
    Tout cela dans une atmosphère extrêmement tendue, de la violence contenue jusqu'à l'explosion, jusqu'au drame. mais cette violence est-elle tempérée par la distanciation, le décalage pourrait-on dire, du narrateur et aussi par cet amour des "fleurs qui embaument": sansevieras, jasmins, buis de chine, etc.
    Tenez, commencez donc par celle qui a pour titre la maison. c'est sans doute la plus achevée dans sa forme et son ressort dramatique.
    André paradis veut-il nous faire ressentir la vive agitation qui s'empare d'une femme confusément inquiète? une phrase lui suffit, toute simple, mais tellement expressive dans sa sobriété :
    "sa main droite tenait un walwari dont elle s'éventait d'un geste sec de temps en temps. ".
    Serge patient.

  • Cet ouvrage présente un traitement mathématique rigoureux des notions fondamentales de l'algèbre linéaire et illustre son utilisation dans de nombreuses applications. Destiné aux étudiants qui sont déjà familiers avec les concepts élémentaires de l'algèbre matricielle, il répond principalement aux besoins des étudiants de premier ou de deuxième cycle en mathématiques. Les étudiants en statistique, en physique et en ingénierie y trouveront aussi leurs intérêts à travers les nombreux thèmes et applications touchant ces domaines. Chaque chapitre est agrémenté d'exercices gradués qui complètent la théorie et permettent au lecteur de vérifier sa compréhension des sujets abordés. Un recueil de solutions très détaillées des 335 exercices de ce volume est publié séparément.

empty