• La faute

    Anne Fabien

    Après une absence de trois ans, Jane Sorel, jeune styliste renommée qui vit en Italie, vient présenter une collection à Paris. Elle a quitté la France sur un coup de tête, s'investissant totalement dans son job et collectionnant les hommes sans jamais parvenir à s'attacher. Elle s'installe chez sa soeur aînée, Sarah, secrétaire de direction, jeune femme secrète, fermée, douloureuse et qui n'a jamais donné le moindre signe de vie à sa cadette depuis que cette dernière a quitté la France, malgré plusieurs lettres de Jane, restées sans réponse. Retrouvailles difficiles malgré la tendresse de Jane pour sa soeur. La réserve totale de Sarah, solitaire, sans amis, sans amours, apparemment sans désirs, n'aide pas les deux soeurs à renouer des liens curieusement distendus, malgré l'évocation de souvenirs émaillés de quelques crises de rire. Pourtant leurs retrouvailles seront la révélation du lourd secret qui a détruit la vie de Sarah et l'a poussée à commettre un acte difficile à réparer.

  • « Oslo et Miss Kiss s'avancent dans le hall du théâtre.
    Soudain, une danseuse se précipite vers eux, affolée.
    - Venez vite, il y a eu un drame !
    Mademoiselle Rat-Finée ne peut pas monter sur scène ! » Qui a sali le tutu de la danseuse étoile ?
    Une enquête au poil pour l' inspecteur Oslo et Miss Kiss !

  • " Les deux enquêteurs frappent à la porte de la famille Cerf. Le petit faon est en pleurs. - Mon écharpe a disparu ! Puis il murmure, apeuré : - Il y a des empreintes bizarres dans la neige... " Qui a volé l'écharpe du petit faon ? Une enquête au poil pour l'inspecteur Oslo et Miss Kiss !

  • Faire le tour de la discipline : Mémoriser les notions essentielles du programme de Première et de Terminale STL.
    Préparer le Bac : S'entraîner avec des QCM sur l'ensemble des notions et des exercices corrigés.
    Réussir le Bac STL : Se tester.

  • Des stylos qui fuient, des sandwichs qui puent... le sac d'Anatole est plein à craquer!

    Dans ce jeu, on doit remplir 2 sacs avec 10 objets identiques.
    Chacun devra faire preuve d'astuce et de tactique pour y parvenir le premier!

  • Un guide inédit (et fantasmagorique) de l'Auvergne mystérieuse et pourtant quotidienne que tant de Français et Européens croyaient connaître.

    Des révélations et des explications que l'on ne peut lire dans aucun autre ouvrage.

    Des auteurs confirmés, journalistes d'investigation et scientifiques de terrain, qui ne reculent devant aucune expédition dans une nature hostile et sauvage et qu'aucune recherche dans des bibliothèques oubliées aux archives poussiéreuses ne rebute...176 pages d'une iconographie déjantée, diverse et variée (photographies d'époques un peu retouchées, dessins lumineux, planches anatomiques et cartes anciennes) et de textes érudits et totalement décalés (récit, notice biographique, conte).

  • Une plongée dans l'univers fantastique des dieux et héros grecs grâce à des textes vivants et courts qui vous feront goûter à cette époque palpitante : Apollon et Daphnée, Les douze travaux d'Hercule, Jason et la Toison d'or, Thésée et le Minotaure, Dédale et Icare, Arachné et Pallas Athéna, Narcisse et Echo, Persée contre Méduse, Bellérophon et Pégase contre la Chimère, Pygmalion et Galatée, Oedipe et le Sphinx, Midas, Eros et Psyché, La course d'Atalante.

  • 2f.-1h ; décor : une loge de concierge ; durée : 1 h 20.

    Si vous étiez gardienne d'immeuble bien que descendant de François Ier et de la sorcière de Marignan, que vous communiquiez avec feu votre mari par le biais d'une bouteille de vin, que vous vous adonniez à la généalogie tout en vous délectant de séries policières, vous considéreriez-vous comme une femme normale ? Hortense et son amie Gillette en sont convaincues, mais l'arrivée de Jean, le nouveau locataire, va bouleverser leurs certitudes...

  • Des enquêtes au poil t.4 ;  poissons d'avril Nouv.

    « - On est serrés comme des sardines dans leur boîte !
    Pleurnichent les poissons.
    Les deux enquêteurs constatent les dégâts : l'étang est presque à sec.
    - J'espère que ce n'est pas une mauvaise plaisanterie! dit Oslo.

    Qui a bien pu s'amuser à vider l'étang de Crotte-sur-Mer ? Une enquête au poil pour l'inspecteur Oslo et Miss Kiss !

  • La captivité de guerre fait partie de ces objets d'histoire peu considérés par les contemporains. Pourtant, à travers la figure du vaincu, elle permet d'étudier les phénomènes de la mobilisation militaire et culturelle, politique et idéologique, publique et privée. Cet ouvrage, issu d'un colloque ayant réuni des chercheurs de renommée internationale et la nouvelle génération, étudie sous un angle nouveau la spécificité de la captivité du continent européen à partir des guerres mondiales et coloniales, tout en soulignant combien la captivité garde une actualité contemporaine. Une approche qui croise, en parts égales, histoire nationale et perspectives internationales.

  • Mélody ne s'aime pas. Elle se trouve grise, terne, moche, comme son appartement, comme son quartier, comme sa famille, comme son existence tout entière. À l'école, elle est transparente. Elle se fond dans la masse. Elle aimerait tant être comme Clara : une belle blonde au sourire éclatant et au physique parfait qui attire tous les regards. Alors, elle s'invente un double, Mélodie : une jolie fille pleine de peps qui a une famille super, un magnifique Terre-Neuve, plein d'amis, qui traîne toujours avec Clara et qui permet à Mélody d'échapper à la réalité.
    Un jour, le prof de gym propose à Mélody de faire partie du club d'athlétisme. C'est vrai qu'elle est plutôt douée. Elle accepte, mais sans grand enthousiasme. Au club, il y a Ahmed, ce garçon qu'elle trouve très beau. Mais, en classe, il fait les yeux doux Clara qui semble apprécier. Cependant, quelque chose va changer. L'assurance que va prendre Mélody sur le terrain va se ressentir en dehors. Quand Clara va s'inscrire, elle aussi, en athlétisme pour se rapprocher d'Ahmed, Mélody la verra différemment. Clara est nulle sur le terrain, pas Mélody. D'ailleurs Ahmed ne semble pas faire grand cas des tentatives d'approche de Clara, alors qu'il embrasse Mélody le jour de son anniversaire. Le vent tourne. Et au fur et à mesure que les choses changent, Mélodie s'efface pour laisser enfin place à Mélody. Le fantasme cède face à la vie réelle qui n'est finalement pas si terne que ça.

    Les deux auteurs cernent avec sensibilité et justesse le problème identitaire que rencontrent bon nombre d'adolescents. Combien, parmi eux, s'inventent une autre vie pour échapper à la tristesse de leur existence ? Tristesse toute relative, comme le démontre ce récit. C'est souvent une mauvaise perception des choses et un manque de confiance en soi qui nous empêchent de vivre pleinement notre existence, la vraie.
    Une petite tranche de vie habilement racontée pour nous aider à vivre la nôtre du bon côté.

  • Georges Mongrédien (1901-1980), historien prolixe, spécialiste de la vie littéraire et du théâtre au XVIIe siècle, fut captif en tant qu'officier durant toute la Seconde Guerre mondiale.
    L'expérience de l'enfermement dans l'oflag XI A (Osterode am Harz) jusqu'à l'été 1941, puis dans l'oflag IV D (Elsterhorst bei Hoyerswerda) jusqu'en février 1945 a suscité en lui le besoin non seulement d'écrire au quotidien, mais aussi celui de reconstituer une véritable vie intellectuelle et artistique au sein même du camp. Mongrédien, avec la complicité de ses codétenus, a ainsi participé à la création d'une université et d'une bibliothèque (le plus de 7000 volumes, monté des expositions dans les baraquements, mis en oeuvre un Comité du Livre, tout en assistant à des soirées musicales et des conférences, alors qu'il éditait le Les Cahiers des captifs d'Osterode.
    Cette évasion littéraire et artistique a surtout donné lieu à la rédaction de nombreux carnets et de "Causeries familières", journaux de bord d'une existence obsidionale. En archiviste de lui-même, Georges Mongrédien a pris soin de conserver les documents représentatifs de cette extraordinaire activité littéraire et culturelle: programmes et photos de théâtre, journaux, menus des soirées de remise de prix littéraires, billets de "croisières" musicales...
    Le fonds d'archives ainsi formé constitue le mémorial inattendu d'une captivité associant sans cesse la souffrance de la réclusion aux remèdes littéraires de la vie collective.

empty