• Pour le malade atteint d'une maladie d'Alzheimer et pour son entourage familial, la musique et le mouvement apportent un nouveau dynamisme vital, pour faire face, ensemble, à la maladie. La musique est une braise de résilience.

  • - Peut-on parler de résilience avec une maladie d'Alzheimer ? Si oui : à quelles conditions ?
    - Le malade que l'on appellerait « résilient » aurait-il un parcours particulier ?
    - Peut-on retrouver des marques, des traces, des différences, à la lumière de la théorie de l'attachement ?

    Voici les trois questions auxquelles a tenté de répondre l'auteur, en utilisant l'expérience d'un diagnostic, d'un suivi et d'une prise en soin, dans une consultation mémoire et dans un réseau de soin, sur le Pays d'Aix-en-Provence.

  • Puisque la résilience définit la reprise d'un type de développement après une " déchirure traumatique ", on peut se demander ce qu'il en est de ce processus chez les personnes âgées.
    Il semble bien que la vieillesse des " traumatisés précoces " oscille entre deux pôles opposés : ceux qui bénéficient des mécanismes de défense constructive qu'il ont dû mettre en place pour devenir résilients. Ceux qui, ayant enfoui le traumatisme sans en faire un travail de résilience, voient resurgir la blessure comme un effet palimpseste. Quand le traumatisme survient au cours de la vieillesse, une résilience est encore possible, utilisant le passé pour en faire un processus de développement.
    (Docteur Boris Cyrulnik)

  • Quand on parle de mémoire, on pense presque toujours aux souvenirs, ceux qui font de chacun de nous des êtres singuliers. Personne n'a en effet la même vie, la même histoire... Mais il existe une autre mémoire, tout aussi essentielle, et qui ne contient aucun souvenir conscient. C'est elle qui organise, à notre insu, nos habitudes, nos comportements, nos relations, tout en étant très liée à notre vie émotionnelle.
    Quels sont les mécanismes auxquels obéit cette force souterraine qui peut tout autant, et sans que nous le sachions, nous donner le goût de vivre que nous enfermer dans la routine ? Que devient notamment cette mémoire "implicite" quand on vieillit ou qu'on développe une maladie neurodégénérative ? Faut-il y voir un nouvel inconscient ? C'est en tout cas ce que propose de montrer cet ouvrage. Un voyage au coeur d'une mémoire mal connue et qui, pourtant, gouverne une grande part de notre existence à notre insu.

  • Les patients atteints de maladies chroniques graves bénéficient trop peu souvent d'une approche globale, qui mette en lumière leurs ressources et celles de leurs proches. Cet ouvrage aide les soignants à adopter une pratique qui prenne en compte ces dimensions fondamentales.

    Comment concilier technicité des soins et prise en considération de l'individu et de ses proches ? Comment aborder la mort en respectant le malade et ses croyances ? Sur qui prendre appui dans cette démarche ? Autant de questions que sont amenés à se poser les professionnels du soin et auxquelles les auteurs de ce livre tentent d'apporter des réponses.

    Tout en tenant compte des ressentis du soignant, cet ouvrage réinvestit le « prendre soin » d'une dimension humaine, qui concerne à la fois le malade et son entourage. Cette démarche systémique, multidisciplinaire et collaborative participe à la résilience chez le patient et le soignant tout à la fois. Illustré par de nombreux exemples cliniques, ce livre permet d'aborder dans leur ensemble les questions de souffrance, de perspectives d'avenir et d'impact sur les proches, notamment dans le cas de handicaps sévères, de séjours en réanimation, de maladie touchant les enfants...

    Les réflexions développées ici concernent tous les professionnels du soin, qu'ils soient infirmiers, médecins ou psychologues : la lecture enrichira tant leur pratique individuelle que le travail en équipe.

  • Les professionnels du soin, et aussi ceux de l'action éducative sont confrontés à des adultes, à des enfants dont les troubles expriment di- verses souffrances.
    Il s'agit dans cet ouvrage d'insister sur la dimension du prendre soin, sur la sollicitude dont il s'agit de faire preuve, dimension qui tend au- jourd'hui à s'estomper derrière les aspects techniques et organisation- nels.
    Il s'agit alors de donner des précisions sur ce qu'on peut entendre d'une spiritualité humaniste, dégagée des connotations religieuses souvent al- louées au mot spirituel, mais distinctes aussi de tout ce que se développe autour des philosophies du bien-être, du développement personnel.
    L'ouvrage est axé sur l'activité professionnelle et sur ce que les auteurs entendent à la fois comme clinique du soin, comme éthique de l'action éducative.

    CHAPITRE 1 : La réalité spirituelle de l'homme.
    CHAPITRE 2 : La spiritualité, une aptitude, un besoin, des ressources.
    CHAPITRE 3 : La spiritualité dans l'activité professionnelle du soi- gnant et de l'éducateur.
    CHAPITRE 4 : L'espoir et le pardon.
    CHAPITRE 5 : Formation au prendre soin.
    CHAPITRE 6 : La spiritualité, un chemin vers la résilience ?

  • Pour étudier comment la mémoire collective et l'histoire peuvent - éventuellement - venir au secours d'une mémoire individuelle défaillante, pour lutter contre l'isolement de ces personnes et de ces malades, pour faire vivre les traces du passé, et rechercher les interactions possibles entre la mémoire individuelle, la mémoire collective et l'histoire, nous avons voulu rapprocher nos disciplines et envisager une convergence des sciences humaines et des neurosciences, en proposant ici des réflexions issues des données cliniques et des sciences humaines.

  • Ce livre explore la mémoire implicite, cette ""mémoire sans souvenir"" qui nous aide à nous situer, à notre insu, dans notre environnement et dans nos relations avec autrui, et grâce à laquelle nous acquérons des habiletés motrices.

    Il définit d'abord la place de la mémoire implicite, non consciente, entre le conscient et l'inconscient, avec son ontogenèse et avec sa phylogénèse.

    Puis il précise ce sur quoi porte la mémoire implicite : les perceptions, les émotions, le mouvement, l'action et les relations.

    Enfin, il explique la façon dont la mémoire implicite fonctionne, avec des mécanismes non conscients, comme l'apprentissage implicite, les habitudes, les conditionnements, les amorçages, le jeu, l'imagination, le sommeil et le rêve.

    L'ouvrage insiste sur l'importance de l'imagerie cérébrale, en lien avec les travaux neuropsychologiques, et avec les correlations cognitivo-métaboliques.

empty