• No compromise the work of florence knoll /anglais Nouv.

  • Ce livre est l'histoire passionnante de la création du Centre d'études nucléaires de Saclay, fleuron de la recherche atomique française en même temps que modèle d'une architecture industrielle publique de prestige.
    Au croisement de la science et de la politique, la recherche atomique a une histoire nécessairement complexe que l'auteur restitue avec brio, racontant les avancées des scientifiques, leurs tiraillements face aux applications possiblement militaires d'une science qu'ils préféreraient voir destinée au bien-être des populations, l'influence du second conflit mondial et des catastrophes de Nagasaki et d'Hiroshima sur la construction du Centre.
    Outre cette histoire de la recherche atomique française qu'il faut nécessairement restituer pour bien comprendre les enjeux de la construction du CEA, le livre est aussi la monographie de cette dernière grande oeuvre construite par Auguste Perret. Arrivé au sommet de sa carrière, Perret saisit les enjeux énormes de cette commande, rendue d'autant plus complexe que la recherche ne cesse d'évoluer et qu'il faut donc prévoir d'inévitables modifications et extensions. À cet égard, l'application par Perret de son système de trame, que ce soit pour le plan de masse de cette cité de l'atome ou pour les bâtiments eux-mêmes, trouve ici une brillante concrétisation. Il livre avec ce projet le véritable coeur du Centre, avec ses bâtiments administratifs, ses laboratoires, sa cantine et son centre d'archives mais aussi, bien sûr, tous les édifices destinés à abriter les expériences atomiques.
    Ce livre est donc destiné à la fois à ceux qu'intéresse l'histoire du xxe siècle ou celle de la recherche scientifique, et à ceux, passionnés d'architecture, qui trouveront là des descriptions minutieuses des bâtiments accompagnées de très nombreux plans et dessins.

  • Paroles de femmes qui ont combattu la mainmise impérialiste sur tout un continent. Rompant avec l'oppression familiale, elles ont conquis, dans la guérilla, un espace de lutte, et trouvé une émancipation. Avec ses impasses : l'égalité dans la lutte armée, c'est l'égalité devant le pouvoir de l'arme, celle qu'on tient ou qui menace. Contraintes à s'identifier au militant-héros masculin, les Tupamaras, en tant que femmes, sont doublement clandestines. Quelques-unes prennent la parole...

    « C'est ainsi que je commençais à écrire mon premier livre. Avec ces paroles. En langue française. Et cette première écriture a touché à jamais mon corps de femme, d'exilée, de combattante, de fille, de mère. Aujourd'hui, presque trente ans après, je suis rentrée « chez moi » au sud, en Uruguay, qui en langue Guarani, veut dire « fleuve des oiseaux peints ». [...] Nous sommes face à nos rêves... mais surtout, face à nos désirs de vouloir créer, malgré tout, un autre monde, une autre justice, une autre solidarité. » A.M.A.

empty