• VOICI L'UN DES TEXTES LES PLUS FAMEUX DE L'HISTOIRE NAPOLEONIENNE, et même de l'histoire moderne, mis à la disposition de tous pour le bicentenaire du décès de l'Empereur. Ce texte est né de circonstances extraordinaires que chacun connaît. Après le passage de la Bérézina, qui sauve la Grande Armée (ou ce qu'il en reste) de la capitulation, Napoléon décide de regagner Paris dans le plus grand secret en laissant les troupes aux mains de Murat, qui ne tardera pas à trahir, et du prince Eugène, son beau-fils, qui les sauvera du désastre. L'Empereur s'inquiète de la situation politique en France où la conspiration de Malet cristallise les oppositions. Le 5 décembre 1812, il abandonne l'armée en compagnie de Caulaincourt, qui organise le voyage en berline et en traîneau à travers la Pologne et l'Allemagne enneigées. Jusqu'au 18 décembre, où il arrive à Paris, Caulaincourt lui sert de confident, qui prend note tous les soirs des propos de son maître. Ce faux dialogue qui dure treize jours, est un vrai soliloque où Napoléon se révèle comme jamais au moment même où son trône vacille : portrait de l'Empereur avant la chute.

  • 5 décembre 1812. Dix heures du soir. Trois voitures quittent le village de Smorgoni et s'enfoncent dans la nuit. Il neige et la température est glaciale. Dans la première voiture ont pris place l'Empereur et son Grand Écuyer, le général Armand de Caulaincourt, duc de Vicence. La Grande Armée est enlisée dans les plaines enneigées de Russie.
    Ayant appris le complot du général Malet, l'Empereur a confié le commandement en chef à Murat et rentre en France. Pendant quatorze jours et quatorze nuits, Caulaincourt partage avec le maître de l'Europe cet épisode unique de l'Histoire. Napoléon médite sa défaite sur le sol russe et dresse un bilan de son action. Le soir, à l'étape, d'une plume vive et libre, sans flatterie aucune, Caulaincourt consigne les confidences de l'Empereur. Malgré la défaite, Napoléon croit toujours en son destin. Il expose à son Grand Écuyer ses vues sur l'Europe et le monde.

empty