• Parce qu'il y eut un temps où on avait peur du jeu vidéo, il semble pertinent de s'intéresser au dixième art à travers le prisme du genre de l'horreur. Il ne s'agit pas cependant, dans ce petit ouvrage, de plonger au coeur des ténèbres. L'aventure consistera davantage à mettre en parallèle l'histoire innovante des jeux d'épouvante avec celle du jeu vidéo en général pour mieux examiner et comprendre les modes d'expression et les caractéristiques de cet incontournable phénomène socioculturel. Que vous soyez un joueur passionné ou occasionnel, n'hésitez pas à explorer le jeu vidéo par l'entremise de cet ouvrage éclairant.

  • Silent Hill: le moteur de la terreur est une étude d'un genre encore nouveau en France, tout entière consacrée à un jeu vidéo ou, plus exactement, à une série de jeux parmi les plus influents du jeu vidéo d'horreur depuis la sortie du premier opus, en 1999.
    Bernard Perron inscrit d'abord la série dans le genre du survival horror, en la comparant notamment à ses deux illustres prédécesseurs, Alone in the Dark et Resident Evil. Il analyse ensuite dans le détail les trois premiers jeux (Silent Hill, Silent Hill 2 et Silent Hill 3) et termine par une vue d'ensemble de la franchise en abordant les films et les bandes dessinées.
    Dans une perspective transmédiatique, l'auteur examine les influences cinématographiques et littéraires des concepteurs, les structures narratives, les techniques de l'image et du son, les mécaniques de jeu et les émotions liées à la fiction et à la jouabilité.
    Ce parcours dans l'obscurité jette ainsi une lumière sur la terreur que cherchent à provoquer chez le joueur les jeux de survival horror, et sur l'expérience si particulière que constitue l'exploration de la ville de Silent Hill.

  • Depuis les attentats du 11 septembre 2001, la violence n'a plus pour seul témoin le protagoniste présent au moment des faits. Elle a désormais pour contemporaine une société de lecteurs, de spectateurs, de joueurs et d'internautes. Cet ouvrage souhaite précisément interroger l'apport des différentes pratiques médiatiques dans le processus de transmission de la violence et témoigner de la constante transfiguration de ses contours émotionnels, dont les fictions culturelles, sociales ou politiques tirent parfois profit.

  • Qu'est-ce qu'un zombie ? Un « paradoxe ambulant » précédé d'une odeur nauséabonde, selon certains ; un « héros culturel de l'ère néobaroque », selon d'autres. Parfois comique, le plus souvent terrifiant, cet être putride possède un insatiable appétit pour la chair fraîche et, occasionnellement, le sexe.

    Le monstre a envahi depuis longtemps la culture populaire : cinéma, bande dessinée, télévision, littérature et jeux vidéo regorgent de sa répugnante présence, qui commence aussi à infester le monde universitaire. À preuve, ce livre où des spécialistes de diverses disciplines se penchent sur le phénomène des morts-vivants, et posent des hypothèses pour mieux comprendre leur incroyable vitalité dans la psyché collective.

    Bernard Perron est professeur titulaire au Département d'histoire de l'art et d'études cinématographiques de l'Université de Montréal.
    Antonio Dominguez Leiva et Samuel Archibald sont tous deux professeurs au Département d'études littéraires de l'Université du Québec à Montréal.

empty