• Un corpus exceptionnel : la première anthologie de textes autobiographiques de femmes du XVIIIe siècle. Le premier ensemble de textes autobiographiques de femmes à une époque qui voit la naissance, avec Rousseau, de l'autobiographie moderne. Un recueil qui comporte aussi bien des écrits de femmes célèbres comme Germaine de Staël ou Manon Roland que des inédits ou des ouvrages jamais réédités. Un ouvrage qui permet d'aborder différents angles de l'écriture de soi, du journal d'une artiste à l'autobiographie spirituelle en passant par les Mémoires d'une actrice ou les souvenirs d'une lingère.

  • Films, expositions... et un " Bouquins " ! 2006 sera l'année du sacre pour Marie-Antoinette.
    Peu avant la sortie du film très attendu de Sofia Coppola, avec Kirsten Dunst dans le rôle de la reine de la France, " Bouquins " offre la somme la plus complète sur cette femme qui aura commencé sa vie dans le rôle d'une jeune première à la Marivaux, pour terminer en héroïne de tragédie antique. Suivront plusieurs manifestations qui accompagneront le lancement du lÀ la fin du XVIIIe siècle, Rousseau a montré pour la première fois dans ses Confessions la vérité d'une existence qui cherche à se définir comme la conséquence d'une histoire individuelle, et non comme l'inflexion singulière d'un modèle universel. À la même époque, Diderot a réclamé de la littérature « quelque chose d'énorme, de barbare, de sauvage », c'est-à-dire de vastes horizons, des passions naïves et une libération du génie et des corps. Ainsi Marie-Antoinette (1755-1793) est-elle le miroir éclatant de son siècle : nulle femme ne fut plus violemment aimée, ni traquée ; rien de sa vie privée ne nous échappe, et, dans sa trajectoire, un conte de fées qui vire à la poésie tragique, c'est bien la barbarie qui nous frappe encore.
    Dès l'enfance, Marie-Antoinette a acquis le statut de personnage de roman. Si elle fut à la hauteur d'un destin d'exception, elle n'a jamais cessé de déborder du côté de la légende : sensible, sensuelle, excentrique, martyre, et bouleversante comme toute femme qui a eu à lutter, dans un combat perdu d'avance, contre les préjugés nombreux et la calomnie générale.
    Afin de rendre son visage à une reine que les Français ne cessent de redécouvrir, et lui restituer ses couleurs et leurs nuances, Catriona Seth, auteur du « Dictionnaire » qui clôt ce volume, a réuni les plus grands textes, parfois introuvables, souvent mal connus, qui ont établi Marie-Antoinette à son rang. De Germaine de Staël à Léon Bloy, d'Isabelle de Charrière à Jules Barbey d'Aurevilly, mais encore Chantal Thomas, tous ont célébré une femme qui a eu le mérite de mourir comme elle avait su vivre : avec l'insolence de la grâce.


  • Le roman noir surgit dans l'espace européen à la fin du 18e siècle, à une époque de troubles et de doutes. La vogue des romans gothiques terrifiants, venue d'Allemagne et d'Angleterre, a marqué durablement la littérature française. Héroïnes évanescentes et moines lubriques se retrouvent dans des cadres terrifiants au bord d'abîmes réels ou métaphoriques. Les publications - entre effroi et émerveillement - se sont multipliées pour dire l'angoisse de l'homme aux prises avec un destin qui le dépasse, pour tenter d'expliquer ou d'enregistrer l'irrationnel, pour accueillir l'imagination dans toute sa démesure. Richement illustré, cet ouvrage interroge les sources mêmes de notre modernité.

  • Lettres à Sade

    Catriona Seth

    Il y a deux cents ans, mourait à Charenton, dans un asile, celui dont le nom convoque encore aujourd'hui un imaginaire sulfureux : le ci-devant marquis de Sade. À l'occasion de cet anniversaire, nous avons invité nos contemporains à lui écrire, à relever le défi d'un dialogue d'outre-tombe avec ce personnage hors normes qui continue de fasciner et de déranger. Souvenirs de lecture, reproches, messages d'amour ou d'adieu, questions embarrassantes... Tout est possible, même ce qui est interdit, dans cette correpondance jouissive, où écrivains et artistes s'adressent au grand Autre des Lumières, et interrogent ainsi, avec une entière liberté, les fondements de notre modernité.

  • La postérité est une maîtresse infidèle. Elle néglige parfois ceux qu' elle a adulés comme Parny, né aux îles en 1753, et qui fut le plus grand poète français du tournant des Lumières. Le dernier disciple de Voltaire, avec sa Guerre des dieux (1799), fut aussi le premier des modernes, inventeur du poème en prose avec les Chansons madécasses (1787), et remit le lyrisme au goût du jour avec ses Poésies érotiques (1778 et 1781), recueil essentiel pour le renouveau de la sensibilité en France et au-delà des frontières. La présente monographie retrace, de Saint-Paul de Bourbon à l'Institut, via Rio et Pondichéry, le Collège de Rennes et les régiments royaux, une vie de parfait petit courtisan et une plume au service du Directoire, le parcours de Parny, un individu d' exception qui est aussi le témoin d'une classe, d'un milieu, d'une génération.

  • En onze contributions, ce recueil analyse les pratiques du journalisme culturel dans la province française, au cours du siècle qui suit la création en 1785 du Journal de Rouen. S'inscrivant dans une tradition encyclopédique et dominée par une activité théâtrale souvent intense, la chronique de l'actualité culturelle cherche à promouvoir, à travers des auteurs, des oeuvres ou des événements, la production intellectuelle locale. Mais elle constitue aussi, sans spécialisation rédactionnelle affirmée et avant la loi de 1881 sur la liberté de la presse, un moyen d'échapper aux tentatives du pouvoir d'instrumentaliser la culture et de faire passer, malgré la censure, des idées nouvelles et une critique sociale ou politique sous couvert de gazette des spectacles ou d'articles d'érudition.

  • Un poète découvert par un poète, le cri d'admiration de Lucien de Rubempré dans Illusions perdues de Balzac, résonne encore.
    Paru un quart de siècle après la mort d'André Chénier sur l'échafaud en 1794, son premier recueil - l'événement littéraire de l'année 1819 - est salué par des articles d'écrivains de la vieille garde comme Népomucène Lemercier, mais aussi par les débuts du jeune Victor Hugo. Par la suite, aux plus grands critiques, comme Sainte-Beuve et Brunetière, viendront se joindre des hommes de lettres comme Jules Barbey d'Aurevilly, Jean Moréas, Henri de Régnier, José-Maria de Heredia, Charles Maurras ou Robert Brasillach.
    La fin tragique de Chénier conduit à en faire une légende ; pour certains, sa vie - ou sa mort - cache ses écrits et en détermine la lecture. Ses textes, souvent inachevés, son oeuvre presque entièrement posthume, ont influencé des générations d'auteurs et ému des lecteurs qui découvraient en lui l'un des plus grands poètes de la France. Le corpus canonique de ses vers et de sa prose s'est élaboré au rythme des publications et des études.
    La réception de Chénier retrace en creux l'évolution de la critique et invite à déceler l'homme derrière le mythe, l'écrivain derrière le martyr.

  • Laclos apres laclos

    Catriona Seth

    • Hermann
    • 13 Janvier 2016

    Peu de textes ont suscité, au cours des décennies, autant d'imitations, de transpositions, de suites, d'illustrations ou de parodies que Les Liaisons dangereuses, un livre qui a été traduit et retraduit dans de nombreuses langues. D'Angleterre en Espagne, de Russie en Corée, d'Italie en Allemagne, de la fin des Lumières à la période contemporaine, des auteurs oubliés aussi bien que de grands créateurs comme Gabriele D'Annunzio, Marguerite Yourcenar ou Heiner Muller, ont trouvé dans le roman de Laclos une inspiration. Illustrateurs et cinéastes ont souhaité mettre en images les aventures de la marquise de Merteuil et du vicomte de Valmont, de la présidente de Tourvel et de la jeune Cécile Volanges. Les études variées et novatrices réunies dans ce volume interrogent les enjeux et la postérité d'une oeuvre dont chaque époque paraît découvrir de nouvelles richesses.

  • C'est la grande affaire des lumières : on n'échappe guère à la petite vérole qui tue et défigure.
    Apparaît alors en europe une méthode d'immunisation pragmatique, l'inoculation, remède dangereux pour les uns, poison salutaire pour les autres : il s'agit de contaminer un sujet sain pour tenter de contrôler l'évolution du mal. l'impact sur les mentalités comme sur l'imaginaire est immédiat et sera durable. les inoculistes suscitent admiration, opprobre, méfiance. leur pratique révèle ou aiguise les interrogations, les hantises et les espoirs du siècle.
    Voyageurs, scientifiques, journalistes, écrivains ou librettistes entrecroisent leurs discours. les femmes ne laissent pas de jouer un rôle essentiel dans le débat. de la littérature à la religion, de la philosophie à la médecine, de la mode aux mathématiques en passant par la politique, aucun domaine n'échappe à l'étude que propose catriona seth de ce fait culturel global. tout en apportant une contribution de choix à l'histoire des représentations, elle soulève des questions qui restent les nôtres : les devoirs de l'état en matière de santé publique, le lien entre risque individuel et bien collectif, le droit pour chacun de disposer de son corps, la relation de l'homme à la maladie et à la mort.
    à l'heure du questionnement bioéthique, cette enquête est décisive.

  • L'année 2017 est marquée par un double anniversaire exceptionnel : l'on célèbre à la fois le bicentenaire de la mort de Germaine de Staël et les 250 ans de la naissance de Benjamin Constant. Cette coïncidence de calendrier est une occasion idéale de mettre en valeur l'oeuvre foisonnante et la vie mouvementée de ce « couple » qui compte parmi les plus illustres de l'histoire littéraire et politique de l'Europe. Pionniers du romantisme et du libéralisme, penseurs majeurs de la modernité et de la diversité culturelle, contemporains et acteurs de la Révolution, de l'Empire et de la Restauration, romanciers novateurs, Germaine de Staël et Benjamin Constant ont joué un rôle décisif dans la vie intellectuelle de leur temps, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, et continuent d'exercer une forte influence sur la pensée contemporaine.
    Le présent ouvrage accompagne et prolonge l'exposition de la Fondation Bodmer sur Germaine de Staël et Benjamin Constant, en retraçant l'itinéraire de ces deux figures singulières, et en mettant en évidence la multiplicité de leurs engagements : combat en faveur des libertés individuelles, opposition à l'autoritarisme napoléonien, dénonciation de la traite des Noirs, ouverture sur l'étranger, place de la femme dans la société... Il met également en valeur la richesse de leurs idées, lesquelles sont encore d'une étonnante actualité.

  • Issu d'un colloque tenu à Rouen et au Havre, complété et prolongé par d'autres travaux novateurs, ce volume est le premier recueil critique moderne à s'intéresser à l'oeuvre du grand écrivain français (1737-1814). Le volume regroupe des études de jeunes chercheurs comme de spécialistes confirmés. L'on y lira des chapitres portant sur la correspondance active et passive, en grande partie inédite, de Bernardin de Saint-Pierre, sur ses relations personnelles et professionnelles, ses textes, des plus célèbres, comme le Voyage à l'Île de France ou Paul et Virginie, à ceux qui sont restés oubliés dans ses papiers, et ses points de contact avec d'autres gens de lettres, de D'Alembert à Casanova ou à Chateaubriand. De cet ensemble ressort un portrait plus complet de l'homme et de l'auteur.

  • La réhabilitation de Sade comme écrivain et penseur a négligé ce roman que lui-même considérait comme une somme : Aline et Valcour ou le roman philosophique. Cet ouvrage propose une étude à plusieurs voix de ce texte complexe. Roman d'amour, comme le laisse entendre le titre, roman philosophique, également, qui interroge l'avenir de son pays et de sa classe, un an avant la Révolution française. Cet ouvrage aide à replacer Sade comme un moment de notre histoire culturelle et comme un symptôme d'une crise intellectuelle et morale. Il s'agit de la première étude consacrée à ce roman fondamental de Sade.

  • La retraduction est le destin normal de toute oeuvre importante, puisque, comme l'écrit Walter Benjamin, « une fois ne compte pas ». Acte d'amour envers l'original, elle pose d'autres problèmes que ceux qu'a dû affronter la traduction « première ». Dans ce volume des traducteurs et des universitaires proposent leurs analyses de textes très connus (Shakespeare, Cervantès, Dostoïevski...) ou moins connus, entre théorie et pratique.

empty