• L'ouvrage met principalement en scène trois personnages dont les vies vont être amenées à se croiser : le narrateur, un écrivain, un criminel.
    Étudiant durant les années 1980, le narrateur vit dans un studio, que lui a acheté son père, situé passage de l'Union dans le VIIe arrondissement de Paris. Un soir, il se sent observé par quelqu'un dont on comprendra qu'il s'agit de Patrick Modiano. Il le croise à plusieurs reprises, lui parle et commence à lire ses livres. Sans se l'expliquer, il se reconnaît dans son imaginaire romanesque. Néanmoins les années passent, le narrateur devient avocat et les deux hommes se perdent de vue.
    Au cours d'un procès d'assises, le narrateur défend un homme dont le crime s'explique par un lointain passé : une soeur ayant disparu durant la seconde guerre mondiale dans les mêmes circonstances que la Dora Bruder de Modiano. Il se trouve que l'écrivain assiste au procès et accepte d'aider le narrateur à retrouver la trace de cette mystérieuse soeur...
    Cette quête commune amène les deux hommes à basculer dans le Paris les années 40. Ils sont reçus par des individus douteux dans un appartement situé près du studio du passage de l'Union, dont l'écrivain apprend au narrateur qu'il fut, durant la guerre, le siège des sombres trafics d'un ferrailleur de sinistre mémoire, le fameux « Monsieur Joseph »...
    Ce roman met en abîme la dette que nous contractons à l'égard d'un passé trouble et tu. Il constitue aussi un hommage à la littérature. Les écrivains ne sont-ils pas des passeurs dont les oeuvres nous permettent de répondre aux questions les plus intimes, et parfois les plus douloureuses, que nous nous posons ?

  • Mars 2007 : l'arrêté qui autorise les étudiants de Sciences Po à se présenter à l'examen du barreau engendre une vive protestation parmi les enseignants des facultés de droit. Septembre 2009 : la création d'une Ecole de Droit au sein de la même institution suscite les plus virulentes critiques. Ses promoteurs sont même accusés de vouloir créer une école de cuisiniers du droit.
    Étranger à tout esprit polémique, son directeur revient aujourd'hui sur les multiples raisons ayant sous-tendu la création d'une Ecole d'un genre nouveau dans un contexte français que caractérise désormais une volonté de rénovation. Cette réflexion lui permet de revenir sur la façon dont les juristes français ont construit, tout au long du XXe siècle, leur propre système de formation et de le comparer à divers modèles étrangers qui privilégient d'autres priorités.
    Fondée sur une expérimentation dont le propre est d'évoluer sans cesse, cette réflexion vise en définitive tout à la fois à mettre à l'épreuve le modèle doctrinal qui l'emporte en France et à soumettre à un débat raisonné un projet intellectuel et institutionnel différent qui tient compte des puissants facteurs d'évolution affectant aujourd'hui, partout dans le monde, science juridique, pratique du droit et formation des juristes.

  • Le présent volume constitue l'aboutissement d'une série de conférences qui a réuni des juristes et des économistes durant l'année 2006 à la Cour de cassation. À chaque fois, les conférenciers avaient choisi de placer sous le feu croisé du droit et de l'économie une question concrète, précise et fortement débattue tirée de l'actualité du droit français ou européen des contrats. De la notion de contrat à l'opportunité d'une harmonisation européenne du droit des contrats en passant par les débats sur la réticence dolosive et l'aléa moral, l'actualisation de la valeur dans les restitutions consécutives à l'annulation d'un contrat, l'indétermination du prix dans les contrats cadre, la clause pénale et les dommages-intérêts incitatifs, la rupture efficace du contrat, le contrat portant sur une chose hors commerce et les clauses limitatives de responsabilité dans les contrats liant une entreprise à ses clients : ce sont neuf thèmes qui ont, à chaque fois, donné lieu à un échange approfondi entre un juriste et un économiste. Ces neuf thèmes constituent autant d'exercices de recherche pluridisciplinaire appliquée qui devraient inciter les économistes à se pencher sur le droit des contrats tel qu'il se pratique dans notre pays et les juristes français à continuer à se familiariser avec un vocabulaire et des modes de raisonnement susceptibles d'enrichir leur propre réflexion.

  • François Gény a envoyé plus de 430 lettres à Raymond Saleilles entre 1892 et 1912. Elles constituent un document unique pour comprendre la trajectoire intellectuelle de leur auteur, en même temps qu'elles dessinent en creux le portrait de leur destinataire. On y voit en particulier Gény délaisser progressivement ses travaux de droit civil pour s'orienter vers les questions de méthode sous l'influence de son correspondant.
    Indispensables à la compréhension de l'oeuvre de Gény, ces lettres font aussi revivre toute une époque : des motifs ayant présidé à la création de la Société d'études législatives ou au lancement de la Revue trimestrielle de droit civil à la nature des relations entre les facultés de province et la faculté de droit de Paris, en passant par la part prise par la religion dans les débats juridiques, le rôle joué par les réseaux dans la diffusion des idées ou les débats très vifs sur l'enseignement du droit. Tous les thèmes y sont abordés, des plus intellectuels au plus quotidiens, ceux-ci allant des relations entre professeurs et étudiants aux multiples questions domestiques et même ferroviaires ! En définitive, ces lettres mettent au jour dans le moindre détail l'économie mise en place par Gény pour construire, promouvoir puis défendre son oeuvre.
    Confiées par la famille de Saleilles à un éminent professeur japonais il y a plus de trente ans, ces lettres ont été transcrites, présentées et annotées par Christophe Jamin, Frédéric Audren et Sylvain Bloquet qui les ont rendues aisément accessibles à un public contemporain.

  • Un outil de travail complet et efficace, conforme au programme du nouvel enseignement de spécialité HGGSP (Histoire-Géographie, Géopolitique & Sciences politiques), en Tle générale. De nombreuses ressources - le cours, les méthodes clés, exercices et sujets -, pour vous accompagner tout au long de votre Terminale.

    Sur chaque thème du programme.
    - Des fiches de cours synthétiques et visuelles.
    - Une grande carte mentale récapitulative.
    - Les méthodes pour réussir l'épreuve du bac.
    - Une série d'exercices progressifs.
    - Des sujets guidés « Objectif Bac ».
    - Tous les corrigés détaillés.

    En accès gratuit, avec l'achat du livre, sur le site www.annabac.com.
    - Des parcours de révision interactifs proposant, pour chaque thème du programme : des fiches, des quiz, des exercices et sujets corrigés.
    - Des conseils pour bien s'orienter.

  • Un outil de travail complet et efficace, conforme au nouveau programme d'HGGSP (histoire-géo, géopolitique, sciences politiques) en Terminale générale. De nombreuses ressources - fiches, cartes mentales, méthodes, sujets de bac -, organisées en parcours de révision.

    > Tout le programme de la spécialité HGGSP Tle générale, en 12 chapitres.
    Chaque chapitre débute par un test d'évaluation pour vous aider à choisir le parcours qui vous correspond le mieux.

    - Parcours « Objectif bac » :
    1. le cours en fiches.
    2. des rappels de méthode.
    3. des sujets de bac classiques.
    4. les corrigés expliqués pas à pas.

    - Parcours « Objectif mention » :
    1. le cours en carte mentale.
    2. des sujets de bac un peu plus difficiles.
    3. des corrigés sous forme de plans détaillés.

    > Également, sur le site www.annabac.com, en accès gratuit avec l'achat du livre.
    - Des ressources interactives sur chaque thème du programme.
    - Des conseils pour bien s'orienter.

  • Outre une doctrine universitaire, il y a une doctrine du Conseil d'État, puisque ses membres commentent leurs propres arrêts et participent à la construction du droit administratif.
    Mais il n'y a pas de doctrine de la Cour de cassation, car les professeurs sont seuls ou presque à écrire sur le droit civil, plus largement sur le droit privé. Au total, trois doctrines et deux jurisprudences, avec des agencements complexes que le présent ouvrage tente de démêler en mettant au jour d'omniprésentes luttes de pouvoir et d'influence.
    Ce sont ces thèmes qu'abordent les auteurs en usant de la liberté de ton qu'autorise un échange épistolaire. Des thèmes qui leur permettent de relativiser grandement cette idée fort répandue que droit administratif et droit civil relèveraient de deux cultures distinctes, civilistes et administrativistes se côtoyant mais se connaissant en général fort mal.
    Cet ouvrage s'adresse au public le plus vaste : étudiants en premier lieu, mais aussi universitaires et praticiens du droit, et plus largement toutes celles et ceux qui cherchent à comprendre les enjeux sous-jacents des débats juridiques contemporains parfois difficilement compréhensibles.

  • Chaque observateur attentif de l'univers contractuel le sait, la qualité de professionnel n'immunise pas celui qui conclut une convention contre le virus des clauses abusives.
    Mais chacun sait aussi que la protection qu'accorde le droit aux professionnels contre ces clauses n'a pas l'ampleur de celle dont bénéficient les consommateurs. Il a semblé aux organisateurs de ce colloque qu'il était temps de se pencher sur la réalité de la protection des professionnels sur le triple front du droit commun privé et public, du droit de la consommation et du droit de la concurrence.
    Une fois effectué l'inventaire des instruments juridiques susceptibles de lutter contre les clauses, source de disproportion contractuelle excessive, la réflexion s'est portée sur la légimité de cette protection des professionnels. A cette fin, ont été sollicitées les opinions des économistes et des professionnels et observés certains systèmes juridiques étrangers.

empty