• Les réalités pécuniaires ont, depuis les origines, une place quotidienne dans la vie des Églises, qu'il s'agisse de l'entretien de leurs ministres, du financement d'opérations caritatives ou de projets d'évangélisation. Ces activités, on le sait, engendrent des conflits qui montrent combien la dimension éthique et affective apparaît bien vite, avec les reproches d'exploitation, de gaspillage ou d'incompétence dans la gestion des dons reçus. Car, sur le plan caritatif, les sommes recueillies ont le plus souvent leur origine dans la générosité de personnes parfois tiraillées entre, d'une part, le devoir de gratuité, selon l'adage « ce qui est donné est donné » et, d'autre part, la préoccupation légitime de la juste destination des dons.
    Paul a connu ces expériences, partagées à travers le bassin méditerranéen dans lequel il vivait. Or, l'Apôtre, et lui seul dans le Nouveau Testament, se confie sur les problèmes matériels et financiers qu'il rencontre. Si la belle Lettre de Jacques traite avec vigueur les rapports de justice qu'implique l'utilisation de l'argent, Paul, lui, sans négliger les impératifs éthiques, se place cependant sur un autre plan, et selon une politique subtile.
    Ni pour son travail manuel ni pour son rapport à l'argent, l'Apôtre n'invente de nouvelles pratiques ou de nouvelles techniques. Il tient du judaïsme son sens positif du travail mais s'inspire des réseaux de solidarité de l'Empire et du tribut du Temple pour la mise en oeuvre de la grande collecte. Paul se coule donc dans les usages de son époque et de sa culture, dans la mesure où ils correspondent aux orientations de l'Évangile qu'il porte. De ce point de vue, même sans dessein prémédité, il pose les bases de futures doctrines sociales, en s'opposant à des habitudes culturelles qui consacrent ou entretiennent l'égocentrisme, l'avidité et les inégalités. Par ses propres engagements, il témoigne que sans se confronter aux réalités économiques, l'Évangile reste une idéologie ; sans les valeurs évangéliques de gratuité et de réciprocité qui ont pour enseigne lumineuse le mot agapè, les réalités économiques risquent l'asphyxie dans l'huis-clos du donnant-donnant.

  • Un jeune professeur d'anglais et de géographie entreprend avec son épouse, Rose, un voyage en 2 CV à l'été 1967, vers l'Europe de l'Est et le Proche-Orient. Féru d'histoire, le narrateur, par le biais de riches discussions entre les protagonistes de ce voyage, nous fait partager ses connaissances sur des régions passionnantes, mais bouleversées. Aux récits de rencontres se mêlent les souvenirs de la propre famille du narrateur - originaire du Berry - au gré des bouleversements de l'histoire européenne. C'est le visage de son père, qui a « vu Magdebourg sous les bombes », que Michel part chercher dans les déserts, jusqu'aux rives de l'Euphrate... C'est bien une histoire dans l'Histoire, qui est racontée ici. L'histoire de Michel et de sa famille, et l'Histoire du monde. L'auteur nous convie à un voyage instructif, jamais ennuyeux, grâce à une forme dialoguée très vivante, portée par des personnages attachants. Un intéressant cahier de photos complète l'ouvrage.

  • L'acte de prier, le plus commun aux religions, ne va pas sans problème.
    Que demander à Dieu qu'il ne sache déjà ? Claude Tassin, exégète, nous invite à découvrir la prière de l'Apôtre Paul, son enracinement dans le patrimoine de la Bible, dans le terreau du judaïsme, dans l'expérience des premières communautés chrétiennes. En lisant Paul, le lecteur rencontre une prière apostolique particulière, non pas un supplément d'âme, mais une action qui puise son sens dans le quotidien d'une existence vouée au service de l'Évangile et qui fait partie intégrante de ce service.
    L'auteur reprend l'analyse biblique de quelques textes de l'Apôtre. Il la croise avec l'examen de traits anthropologiques importants et de notions pauliniennes fondamentales, sans oublier de nécessaires références au monde de la liturgie. À la suite de Paul, nous découvrons que la prière telle qu'il la pratique est un exercice de la prophétie chrétienne. En cela son expérience est éclairante et peut tracer un chemin pour ceux qui aujourd'hui ont pour mission de servir la parole de Dieu.

  • Cet enregistrement d'hymnes et de cantiques bibliques, tirés de la Liturgie des Heures, a été publiée, sous le titre Il viendra Un soir, en 1993 avant l'apparition des CD. L'oeuvre est ainsi restée quelque peu confidentielle. Claude Tassin, spiritain, reprend son travail et l'enrichit de quelques pièces supplémentaires. Pour cela, il s'assure le concours de l'ensemble vocal « De Plus en Plus » et l'accompagnement de musiciens qui revivifient le climat et les couleurs de l'oeuvre.
    Dans les communautés qui prient la Liturgie des Heures, ces hymnes et cantiques enrichiront, sans nul doute, un répertoire toujours en quête de renouvellement.

  • Ses étés chauds et secs et ses hivers humides, le milieu méditerranéen marque la transition entre domaine tempéré et tropical. Il trouve son expression la plus emblématique autour de la Méditerranée mais on le rencontre également en Californie, au Chili, en Afrique du Sud et en Australie méridionale.
    Pour rendre compte de toute la diversité des paysages méditerranéens en fonction de l'altitude, de l'exposition, de la proximité maritime, l'ouvrage présente les caractéristiques du milieu méditerranéen dans ces cinq régions : composition de la couverture végétale, structure, étagement altitudinal, associations dominantes, relations avec les autres éléments du cadre physique et humain. Alors que la déprise rurale sur la rive nord du bassin méditerranéen vide les campagnes et qu'une intense surexploitation menace la rive sud et le Chili central, à l'heure où se développent au contraire en Californie, en Australie du Sud et dans la région du Cap des aires protégées abritant une exceptionnelle biodiversité, la gestion de ce milieu fragile s'impose désormais comme un enjeu environnemental majeur.
    Dans une perspective d'amélioration de la gestion de l'espace méditerranéen, cet ouvrage propose ainsi une synthèse biogéographique remarquablement documentée et richement illustrée. Enseignants, étudiants, géographes, naturalistes, chercheurs, décideurs, responsables en charge de la gestion de l'environnement y trouveront à la fois un ouvrage de référence et une invitation à la découverte approfondie du milieu naturel méditerranéen.

  • Tout au long de l'histoire, la mémoire chrétienne hésite entre le Paul dépeint par les Actes des Apôtres et celui qui se profile dans les épîtres. D'emblée, cet essai fait le choix de rejoindre à travers ses lettres la figure d'un missionnaire hors pair des origines du christianisme. Car Paul se signale comme le seul auteur du Nouveau Testament à s'exprimer à la première personne de manière réelle et pratique, jusqu'à confier à ses correspondants ses projets de voyages, des salutations nominales ou des souvenirs concrets. Comment alors cerner sa personnalité, parvenir à une vision d'ensemble, d'autant plus que les recherches actuelles sur la théologie paulinienne sont en plein bouillonnement ? C'est le défi relevé ici par Claude Tassin.

empty