• Le 30 octobre 2018, pour la première fois en France, un prêtre Pierre de Castelet et un évêque André Fort sont jugés conjointement à Orléans au tribunal correctionnel. Le premier pour des actes de pédocriminalité et le second pour avoir omis de les dénoncer. Les peines, lourdes, tombent un mois plus tard : trois ans de prison avec un an de sursis pour l'abbé et huit mois avec sursis pour l'ancien évêque d'Orléans. Un procès qui entache durablement l'image de l'Eglise en révélant un silence « assourdissant » de plusieurs décennies.
    L'année 2019 sera dense avec en février, à Lyon, le très médiatisé procès Barbarin et début 2020 celui de l'ex-prêtre Bernard Preynat. Des procès qui ont eu le mérite de mettre fin au silence pesant de l'Église qui étouffe ces affaires depuis de trop longues années.

    La journaliste Sophie Deschamps s'est longuement penchée sur ces procès hautement symboliques et riches d'enseignements tout en donnant la parole aux victimes à qui elle dédie ce livre.
    Elle s'interroge également sur la question qui prime aujourd'hui à savoir : comment éviter à l'avenir de tels dérapages de la part d'hommes d'Église ? Mais l'Église n'est pas la seule à devoir apporter des réponses à ce fait de société qui en vérité nous concerne tous.

  • Cet ouvrage regroupe les principales maladies susceptibles de connaître un développement important, conséquences des modifications sociétales et environnementales que nous connaissons et qui vont probablement s'accélérer dans les prochaines années.

    Public : médecins du travail, omnipraticiens, spécialistes, internes, capacitaires, étudiants en médecine, membres des CHSCT, agents chargés de la mise en oeuvre (ACMO), responsables sécurité des entreprises, ergonomes, inspecteurs et contrôleurs du travail, hygiénistes, intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP). mais aussi le grand public.
    L'avalanche des informations fournies par Internet dans le domaine de l'émergence des maladies professionnelles et environnementales déroute bon nombre de lecteurs et notamment le personnel de santé. Cet ouvrage devrait permettre de structurer l'état des connaissances sur l'émergence des maladies en fournissant aux professionnels mais aussi au grand public une mise à jour scientifique de l'état des connaissances.

    Contenu : chaque maladie est présentée sur une double page, les chapitres suivants sont systématiquement abordés, précédés au début de l'ouvrage d'une synthèse d'une dizaine de lignes (référence en chiffres romains) :
    - principaux métiers/situations professionnelles et environnementales - principaux agents en cause - caractéristiques cliniques - mécanismes impliqués - investigations complémentaires/métrologie d'ambiance à prescrire - données médico-légales-tableaux - conduite à tenir/prévention/thérapeutique - notions peu connues - à retenir - exemple : cas clinique - mise au point concernant un aspect particulier - bibliographie

  • Les sciences du langage et de la communication ont pu montrer que, dans toute activité discursive, réside un décalage entre le dit et le vouloir dire. Cela revient à représenter la signification de la phrase comme divergeant du sens communiqué. Ce sens, que l'on peut qualifier d'implicite, de non- dit, de non-littéral, d'indirect ou encore de figuré doit en effet être pris en compte pour accéder au vouloir dire du locuteur. Des disciplines telles que la pragmatique et la rhétorique ont permis de définir les différentes formes implicites rencontrées dans la langue naturelle et surtout de décrypter les stratégies mises en oeuvre en production et en réception.
    Cet ouvrage fait le choix de porter un regard pluridisciplinaire sur cette thématique en rassemblant des chercheurs issus de domaines variés afin de croiser les regards sur des problématiques tant théoriques qu'appliquées : comment peut-on représenter les différentes strates de la signification impliquées par l'émergence d'un contenu implicite ? Qu'est-ce qui motive l'emploi de formes implicites ? Est-ce la possibilité de se retrancher derrière le dit ? Est-ce la volonté de susciter l'adhésion en construisant des représentations figuratives chez le destinataire, ou en faisant appel au sens commun ? Comment et de quelle façon se manifestent les formes et mécanismes de l'implicite selon les langues ? De quelle manière le traducteur (ou l'adaptateur, dans le cas de la traduction audio-visuelle) doit, ou peut, rendre l'implicite dans le matériau linguistique d'arrivée ?
    L'objectif est ici de faire en sorte que les linguistes, les traductologues aussi bien que les didacticiens puissent trouver réponses à ces questions transversales et nourrir leurs propres interrogations.

empty