• Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Tout ceci remonte à loin. Quand TASCHEN publia la première édition limitée de Robert Crumb Sketchbooks: 1982-2011, les fans bavèrent d'envie devant ce magnifique ouvrage de six volumes réunis en coffret, son agencement méticuleusement pensé par l'artiste, l'introduction manuscrite, la tranche marbrée et le tirage d'art signé d'un croquis de Crumb en couleurs. Mais tous, cependant, ne pouvaient en payer le prix. Ils se sont donc plaints, soupirant d'envie, et leurs lamentations n'ont fait qu'empirer quand est sorti l'année suivante le second coffret, 1964-1982.

    Fini les frustrations. Robert Crumb. Sketchbook, Vol. 1: June 1964 - Sept. 1968 réunit les deux premiers volumes de ces éditions limitées, élaborés directement à partir des oeuvres d'art originales appartenant désormais à un ardent collectionneur français, en 440 pages, un vrai festin de Crumb à un prix irrésistible.

    Le livre contient des centaines de croquis, y compris les premiers dessins en couleurs du maître de la bande dessinée underground, des projets de couverture pour les inoubliables comics, Zap et Head, les croquis originaux de Keep On Truckin', la première apparition de Mr. Natural, mais aussi son évolution et son perfectionnement, Fritz The Cat, The Old Poopero, et beaucoup, beaucoup des filles voluptueuses de Crumb. Le tout est rassemblé dans un ouvrage relié à la couverture ornée d'une illustration récente colorisée à la main par Crumb en personne. Alors pourquoi pleurnicher et dépérir ? Désormais, vous pouvez avoir la qualité TASCHEN à un prix de misère.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The big penis book

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 28 Janvier 2021

    «Messieurs», commencerait la missive de notre correspondante imaginaire. «Le problème n'est pas que je n'apprécie pas l'édition originale du Big Penis Book, mais plutôt que je l'apprécie trop. Je suis de plus en plus angoissée à l'idée de sortir de chez moi sans lui et les longs voyages d'affaire sont devenus une vraie torture. Vous ne pourriez pas publier une édition plus discrète, moins volumineuse, qui regorgerait toujours d'hommes dont les membres virils dépassent les 20 centimètres, mais sans former une bosse disgracieuse dans mon bagage à main? Et tant que vous y êtes, vous pourriez aussi rétrécir son prix?
    Mes poches sont aussi plates que cette requête.» C'est fait! Le Little Big Penis Book dévoile les impressionnants membres virils de quelque 150 modèles, immortalisés entre les années 1940 et 1990 par Bob Mizer pour AMG, David Hurles pour Old Reliable, Rip Colt du Studio Colt, Craig Calvin Anderson de Sierra Domino, Hal Roth de Filmco, Jim Jaeger des studios Third World, les studios Falcon, Mike Arlen, Fred Bisonnes, Carlos Quiroz, ou Charles Hovland, dans un format réduit à petit prix.
    Les photos ne proviennent pas seulement de l'édition originale en 384 pages, mais aussi des Calendriers Big Penis publiés ultérieurement, si bien que 30% de son contenu est inédit. Les textes aussi ont été raccourcis pour laisser davantage de place aux étonnantes photos en couleur ou noir et blanc... Qui, gros, petit ou dans la moyenne, pourrait demander meilleure affaire?

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The big book of pussy

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 28 Janvier 2021

    The Big Penis Book était à peine publié que les lecteurs réclamaient déjà la sortie de The Big Book of Pussy. Certes, peut-être pas les mêmes lecteurs, mais la graine avait germé et les coups de fil et courriers ont commencé à pleuvoir. Une fois le livre si convoité entre les mains, certains se sont trouvés comme écrasés par sa densité et sa variété, sans parler de son poids, comme en témoigne cet acheteur: «Il faut rendre hommage à Amazon pour... la qualité de son emballage. Qui voudrait voir ses 2 tonnes de minou dévoilées au facteur...?» Pour ceux qui craindraient d'abuser des bonnes choses, nous avons concocté une édition «best of» du Big Book of Pussy, format réduit; un livre pas plus haut qu'un rikiki chaton qui remet en perspective ces clichés plutôt rentre-dedans. Vous pourrez ainsi suivre l'évolution de l'exhibition génitale tout à votre aise, grâce à un siècle de photos dont le point commun est le plaisir manifeste avec lequel les modèles exposent leur trésor vénusien. Avec plus de 150 images - dont 36 inédites - et sans texte pour casser le rythme, le tout dans des dimensions qui ne casseront pas le dos du facteur, ce petit opuscule pourrait bien être le meilleur cadeau à s'offrir cette année.

  • The art of pin-up Nouv.

    The art of pin-up

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 18 Novembre 2021

    Une bonne tranche de cheesecake, que Dian Hanson vous apporte sur un plateau. Conçu à partir du fameux recueil format XXL, cet ouvrage accessible mais aussi riche réunit près de 100 créateurs de pin-ups et met l'accent sur les 10 plus grands, comme Gil Elvgren, George Petty et Alberto Vargas, présentés en détail. Les chapitres s'ouvrent par la reproduction fidèle d'un calendrier ou d'une couverture de magazine, et se parcourent avec gourmandise, au fil des photos originales de modèles et des croquis préparatoires.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The big book of breasts

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 28 Janvier 2021

    Le Little Big Book of Breasts dévoile les appâts de quelques 150 plantureux modèles des années 1950, 1960 et 1970, parmi lesquels Michelle Angelo, Virginia Bell, Roxanne Brewer, Joan Brinkman, Lorraine Burnett, Lisa DeLeeuw, Uschi Digard, Sylvia McFarland, Chesty Morgan, Roberta Pedon, Rosina Revelle, Janie Reynolds, Candy Samples, Tempest Storm, Mary Waters, June Wilkinson et Julie Wills, ainsi que Norma Stitz, qui figure dans le Guiness Book des records, dans une édition compacte et à petit prix. Les photos sont tirées de l'édition originale de 398 pages, mais aussi des calendriers Big Breast publiés ultérieurement, si bien que 40% de son contenu est inédit. Les textes aussi ont été raccourcis pour laisser davantage de place aux magnifiques clichés en noir et blanc et en couleur... Qui, petit, grand ou moyen, pourrait trouver meilleure affaire ?

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Ren Hang

    Dian Hanson

    Ren Hang est tout sauf un rebelle. De taille modeste, de nature timide et sujet à des crises de dépression, ce photographe de 28 ans, originaire de Pékin, est pourtant au premier rang du combat que livrent les artistes chinois en faveur de leur liberté de création. À l'instar de son défenseur, Ai Weiwei, Ren produit des oeuvres jugées dangereuses pour la société et l'État communiste. Ren affirme pourtant : « Les idées politiques exprimées dans mes images n'ont rien à voir avec la Chine. C'est la politique chinoise qui veut s'introduire dans mon art. Une de mes expositions a déjà été annulée par le gouvernement chinois pour « suspicion de sexe ».

    Pourquoi cette accusation ? À cause de ses modèles : ses amis et, de plus en plus, ses fans, sont photographiés nus, souvent en extérieur, perchés au sommet des arbres ou au bord des toits vertigineux de Pékin, empilés comme des cubes de béton, la tête enturbannée d'une pieuvre, des fils de téléphone ou des fleurs jaillissant de leurs cavités corporelles, selon ce qui lui vient à l'esprit sur le moment. Il dément toute arrière-pensée sexuelle, et l'on sent un vrai détachement dans la moindre de ses images les plus extrêmes montrant urine, pénétrations, et même des érections. En 2013, lors d'un entretien, le magazine VICE l'interrogeait ainsi : « Il y a beaucoup de bites... N'aimez-vous donc que ça ? » Et Ren a répondu : « Ce n'est pas seulement aux bites que je m'intéresse, j'aime représenter chaque organe d'une façon nouvelle, vivante et émotionnelle ».

    Dans la suite de la discussion, Hang affirmait aussi : « Le genre importe peu, quand je prends des photos, la seule chose qui me préoccupe, c'est quand vais-je avoir un rapport sexuel. », ce qui le place à l'avant-garde d'une nouvelle scène où les genres s'effacent. Ses jeunes fans le suivent avidement sur son site Internet, ses comptes Facebook, Instagram et Flickr. Ses photographies, toutes produites sur pellicule, ont fait l'objet de plus de 20 expositions personnelles et 70 collectives durant les cinq années de sa brève carrière, dans des villes aussi diverses que Tokyo, Athènes, Paris, New York, Copenhague, Francfort, Vienne, et même Pékin. Il a publié 8 monographies en autoédition et à de faibles tirages, dont le prix atteint désormais jusqu'à 600 $. L'ouvrage Ren Hang publié par TASCHEN sera donc sa première anthologie mondiale à parcourir l'ensemble de sa carrière à travers ses photos les plus appréciées et les plus populaires, dont beaucoup d'inédites, montrant hommes, femmes, Pékin, et même des érections.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The pin-ups that won the war.
    The Varga Girl was the the most popular pin-up of World War 2.

    Alberto Vargas took over Esquire magazine's monthly pin-up post in late 1940. By 1942, when the U.S. joined the war, he had more than a million ardent fans who carried his pin-ups in backpacks and duffel bags as reminders of the American girls they'd left behind. When Esquire was charged with obscenity over a particularly spicy pin-up the military stepped in the fight for The Varga Girl, declaring her necessary for morale.
    Today these wartime pin-ups are the most collectible of Vargas' work, and we've collected them all in this compact, affordable 192-page volume.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Le Kama Sutra donne des instructions détaillées sur la manière dont il convient de le fesser. Les Italiens d'aujourd'hui se le tâtent pour se porter chance avant un pari. Les Américaines passent sous le scalpel des chirurgiens esthétiques pour le gonfler, dans des proportions proches de celles pratiquées pour les seins. Le cul de la femme, le popotin, le pétard, le derrière enfin, a toujours inspiré admiration, fantasme et fétichisme.
    Vous serez peut-être étonnés d'apprendre que la nature l'a créé pour des raisons fonctionnelles et non esthétiques: d'après les biologistes, les fesses équilibrent notre corps dans la course. Mais n'importe quel pygophile vous le dira - puisque tel est le nom clinique des amateurs de fondements -, le postérieur féminin existe pour satisfaire le regard, les mains, ainsi que d'autres parties plus intimes du corps. Le rappeur Sir Mix-a-Lot l'a proclamé sans ambages: «Mon anaconda s'en fiche, à moins que t'aies des miches, ma biche» (traduction libre).
    Le Big Butt Book original de TASCHEN, publié en 2010, comportait toutes les informations utiles sur le sujet et près de 400 photos prises entre 1900 à 2008. Ce même contenu est aujourd'hui compacté et rémodelé dans le célèbre format Bibliotheca Universalis de TASCHEN, avec quelques nouvelles photos en bonus, pour le plaisir. Vous y retrouverez les clichés de Elmer Batters, Jean-Paul Goude, Ralph Gibson, Richard Kern, Jan Saudek, Ed Fox, Guido Argentini et Sante D'Orazio, et des arrière-trains légendaires parmi lesquels le popotin de Pam Anderson et le somptueux pétard de Serena Williams, mis en perspective par des entretiens avec l'icône du porno John (Buttman) Stagliano, le réalisateur Tinto Brass et les reines du « bootylicious » Buffie The Body, Coco Austin et la Femme Pastèque brésilienne, le tout dans un format portable et abordable. Quoi de plus appétissant ?

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    All hail the King of Pin-up.
    The best of Gil Elvgren in an affordable package.

    He's called the King of Pin-up for good reason. Gillette Elvgren, known as Gil, created some 700 pin-up oils during his long career, more than any other calendar artist. His subjects were flirty, sassy, playful and spirited, quintessential American girls who found themselves unintentionally exposed in myriad ways. They first rose to popularity among troops in World War 2, and continued inspiring male fantasies up to 1970.
    Today Elvgren's recognition factor is greater than ever, as his images are collected by men and women alike. His works have been the subject of top selling Taschen books and calendars, and now 200 of his best are available in a compact package perfect for gifting-to oneself and others. From his first mid-30s paintings to his very last, it's all here, more portable and affordable than ever!

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Between 1987 and 2001, Dian Hanson, then editor of Leg Show magazine, and photographer Roy Stuart collaborated on over 100 fetish photo shoots. It was critical to Stuart's taboo-busting philosophy that any sex portrayed in these photos be authentic, and he often included female masturbation, always to climax. To Stuart it seemed absurd that so many young women didn't know how to reliably give themselves orgasms. It smacked of male/female inequality. He therefore kept a number of high-powered vibrators in his studio and encouraged prospective models, during the often weeks-long educational process leading up to a photo shoot, to experiment with these machines to learn what pleased them best. When he and Hanson would confer on a shoot he might ask if masturbation would be appropriate; she came to understand this meant the model had acquired the necessary skill and wanted to demonstrate it. The answer, therefore, was always «yes».
    The volume Getting Off, second in the Embrace Your Fantasies series, represents the best of these photo sessions, accompanied by original Leg Show text by Hanson. All images are from the original transparencies, rescued from the Leg Show archives before the magazine ceased publishing in 2012. Join us once again for an exploration of 1990s sexual freedom, and a unique celebration of female empowerment.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Pour ceux d'entre vous qui ont remplacé l'agenda par le smartphone, TASCHEN a créé la collection 365 Day-By-Day, grâce à laquelle vous ressentirez à nouveau ce doux frisson analogique de la page tournée chaque matin. Tous les jours, vous découvrirez une photo associée à une citation : une source d'inspiration constante sur votre bureau. Au bout des 365 jours, vous n'aurez plus qu'à retourner au début de l'album, et recommencer à l'effeuiller!

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Le goût particulier de Tom pour les officiers de police et les criminels - et pour la tension sexuelle entre les deux - s'est développé tardivement dans sa carrière. «Je ne suis jamais allé en prison, racontait-il à une classe du California Institute of the Arts en 1985, mais il paraît que c'est un monde clos où des personnes jouent des rôles différents et se comportent différemment selon qu'elles sont libres ou non. Cela me fascine. C'est un sujet sur lequel je ne cesse de revenir, encore et toujours.» Façon de dire qu'il ne cessait de fantasmer, encore et toujours dessus, puisque seuls les sujets qui l'excitaient sexuellement devenaient les sujets de son art.

    Les uniformes des motards de la California Highway Patrol étaient ses préférés: couleur kaki, coupe ajustée, comprenant bottes montantes et gants à manchettes de cuir souple noir. Tom créa aussi ses propres variantes de l'uniforme, à mi-chemin entre la tenue militaire et celle de la police civile, et inventa des criminels parfaitement virils pour être arrêtés par ses policiers, bien qu'une fois capturés, le rapport de forces pouvait pencher d'un côté comme de l'autre. Tom avait à coeur de montrer les supérieurs et inférieurs comme des rôles masculins égaux, et ses flics étaient susceptibles de finir embrochés par la matraque phallique du flic dans un coït punitif et libératoire. Critiqué par certains pour sa prétendue glorification du pouvoir, Tom rétorquait aussitôt que son univers n'était qu'un monde de fantasmes où tout était possible et tout était admis, même en prison.
    The Little Book of Tom: Cops & Robbers retrace la fascination de Tom pour la justice criminelle à travers des planches de bande dessinée mêlées à des dessins et des peintures, le tout en 192 pages dans un volume compact et accessible. Images et affiches de films d'époque, clichés personnels de Tom, croquis et photographies de référence de l'artiste en font bien plus qu'un énième resucée des comics de Tom.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Dans sa jeunesse, le premier coup de foudre de Tom fut pour un jeune ouvrier agricole costaud qui travaillait dans les champs près de chez lui. La Finlande est un pays d'hommes au physique rude, capables de pêcher dans une mer glaciale, de couper du bois dans les immenses forêts, de battre l'avoine, le seigle et l'orge dans les fermes. Tom, en jeune homme sensible, admirait ces hommes rustiques et leur tenue spécifique, utilitaire et conçue pour les protéger. Plus tard, il racontait: «Quand j'étais petit, tous ceux qui travaillaient dehors portaient du cuir parce que c'était une matière chaude. Tous les hommes vêtus de cuir étaient les types d'homme que j'adorais.» Quand il se mit au dessin, il rendit hommage aux idoles de sa jeunesse, agrémentant leur garde-robe de jeans moulants, de T-shirts délavés et de bottes lapones à tige montante et bout effilé. C'est un jeune bûcheron qui apparut ainsi vêtu sur la couverture du Physique Pictorial du printemps 1957, présentant Tom au public. Dans les décennies qui suivirent, Tom ajouta camionneurs, réparateurs, ouvriers du bâtiment, hommes à tout faire dans les cirques et cow-boys américains à son tableau de héros de la classe ouvrière. S'ils ne représentaient pour lui que de simples fantasmes sexuels, ses portraits de d'amants en col bleu ont toutefois aidé les homosexuels des couches populaires à accepter leur vraie personnalité.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Laurent Benaïm

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 14 Septembre 2017

    « J'ai toujours été fasciné par le sexe, la diversité des pratiques, la volonté et la persévérance des gens à réaliser leurs fantasmes», explique le photographe parisien Laurent Benaïm. «Ces moments de plaisir me captivent, sous toutes leurs formes, belles ou laides. Je n'applique aucune critère esthétique à mes choix, seule l'expression du désir humain m'intéresse.» Ceci posé, Monsieur Benaïm se contente rarement de ne photographier que le désir, ou des actes sexuels. Ses modèles, insiste-t-il, dirigent la manoeuvre, ce sont eux qui apportent leur envies peu communes dans ce studio; lui n'agit qu'en témoin et documentariste, leur prodiguant ses encouragements créatifs, sans jugement. Il ne photographie que des amateurs, en costume-cravate ou tout droit sortis d'un cirque, des jeunes et des vieux, des homos et des transgenres, des corps affûtés, amples ou étranges. Depuis 1999, tous se succèdent dans l'immense atelier de Benaïm à Montreuil, en banlieue parisienne. Au départ, ils étaient peu nombreux, puis ce fut le raz-de-marée, le bouche-à-oreille répandant la nouvelle que leurs bizarreries et obsessions n'y seraient pas seulement acceptées mais transformées en art, grâce à un procédé d'impression du XIXe siècle très peu utilisé ses 100 dernières années. Benaïm a obtenu son diplôme de photographe en 1982. Après un début de carrière traditionnel, son âme de peintre le pousse à chercher perpétuellement à défaire le réalisme photographique. En 1991, il tombe devant une photo ancienne présentant exactement l'aspect qu'il souhaite, et apprend seul, au fil de nombreux essais et échecs, à réaliser ses tirages à la gomme bichromatée. Le procédé est laborieux, malodorant, et sans doute toxique, mais Benaïm n'utilise plus que celui-ci depuis 1996, pour donner à ses photos sexuelles saisissantes l'aspect d'une carte postale française surdimensionnée, comme imprimée dans la cave humide d'un bordel de la Belle Époque. Cette technique adoucit le caractère extrême de son sujet, et il expose dans les galeries de Paris, Berlin, Milan, Luxembourg, Zurich et, avec à-propos, à l'institut Kinsey pour la recherche sexuelle de Bloomington, dans l'Indiana.
    Laurent Benaïm présente 300 photos choisies parmi plus de 1.000, dans ce qui promet d'être l'un des titres les plus transgressifs et débattus de TASCHEN, avec une introduction de l'éditrice Dian Hanson.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    En 1965, Tom of Finland a commencé à flirter avec l'idée d'un personnage récurrent dans ses histoires, qui pourrait devenir sa figure emblématique. Il a d'abord essayé avec un blond baptisé Vicky, prénom masculin assez répandu en Finlande, puis avec un Jack très inspiré de Tarzan. C'est en 1968 qu'il s'est finalement laissé séduire par Kake, un brun moustachu tout de cuir vêtu qui portait souvent un T-Shirt blanc moulant arborant la devise « Fucker ». Genre de Johnny Appleseed post-Stonewall hyper viril, Kake a fait honneur à ce surnom en parcourant le monde sur sa moto pour répandre la semence d'une homosexualité explicite, libérée, épanouissante et extatique. Tom a projeté beaucoup de ses fantasmes les plus personnels dans Kake, et ses fans du monde entier ont fait de Kake le symbole de l'identité gay des années 1970.

    Entre 1968 et 1986, Tom a publié 26 épisodes des aventures de Kake, la plupart sous forme de livrets de 20 pages. Tom of Finland - The Complete Kake Comics rassemble tous ces histoires en un seul volume. Retrouvez avec Kake ce monde où la sexualité était insouciante et où les hommes étaient des hommes, des vrais, avec de belles grosses moustaches.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Pendant la Seconde Guerre mondiale, chaque jour pouvait être le dernier. Pour aider leurs troupes à surmonter les horreurs du combat, les commandants encourageaient leurs soldats à entretenir des relations étroites pour se soutenir émotionnellement. Beaucoup de compagnons de combat, partageant chaque instant, mettant leur vie entre les mains de leurs camarades, ont ainsi noué de profondes amitiés. Quand ils ne combattaient pas côte à côte, ils se détendaient ensemble, évacuant la tension en chahutant, parfois nus. Impossible de connaître l'ampleur de ces jeux innocents entre hommes pendant la Seconde Guerre mondiale, les appareils photo étant rares à l'époque et les pellicules difficiles à développer, mais certains d'entre eux ont immortalisé cette camaraderie virile sans précédent, prenant des clichés anonymes petit format, le plus souvent restés cachés jusqu'à leur mort.

    Michael Stokes, photographe de Los Angeles, a passé des années à l'affût de ces photos pour constituer des archives de plus de 500 images. Sa collection comporte des soldats et des marins d'Australie, d'Angleterre, de France, d'Italie, de Pologne, de Russie et des États-Unis, s'ébattant sur le sable dans le Pacifique Sud, frissonnant dans la neige d'Europe de l'Est, posant seuls dans les casernes ou en groupe, le sourire aux lèvres quel que soit le lieu. Ces images nous montrent des hommes à peine sortis de l'adolescence, au sommet de leur forme physique, profitant pleinement de chaque instant pour essayer d'oublier la violence des combats - un aspect de la guerre encore jamais dévoilé au grand public.

    Le texte accompagnant ces photos est signé Scotty Bowers, ex-Marine de 89 ans, auteur du best-seller Full Service, qui relate ses exploits sexuels à Hollywood et la manière dont la guerre a changé à jamais son rapport à l'homosexualité et à l'hétérosexualité, à l'image de ces photos qui pourraient changer notre façon de voir la fraternité d'armes.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    A little Wink, Flirt and Titter.
    Peter Driben's colorful mid-century magazine covers.

    His name is less familiar than Vargas' and Elvgren's, but his brilliantly colored voluptuous pin-ups are well known. From 1944 to 1955 he painted the most popular magazine covers in America for Beauty Parade, Wink, Titter, Eyeful, Flirt and Whisper magazines. He was rediscovered in the 1990s as the subject of Taschen's The Best of American Girlie Magazines, and since has decorated T-shirts and coffee mugs, album covers and tattooed tushes. Now his many fans can have over 200 of his original paintings and published covers, from the beginning to the end of his prolific career, in a light, portable and affordable edition

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    New York Girls, dont la première parution remonte à 1995 et que TASCHEN a édité en 1996, caractérisait une époque, un lieu et l'esthétique crue du photographe et réalisateur Richard Kern. Figure majeure du cinéma transgressif des années 1980, Kern a réalisé les films emblématiques You Killed Me First, Fingered et Submit to Me Now. Il a également dirigé le clip de Death Valley 69 du groupe Sonic Youth et de Lunchbox de Marylin Manson, et fut l'éditeur des fanzines pionniers The Heroin Addict et The Valium Addict.

    Après s'être débarrassé de son addiction à l'héroïne, Kern s'est tourné vers la photographie posée, prenant pour modèles les filles de son quartier et de son cercle de connaissances new-yorkais influencé par le mouvement punk. Elles apparaissent nues, voluptueuses, montrent leurs tatouages, leurs piercings, et posent avec désinvolture dans des tenues plus que légères, la plupart du temps dans l'appartement miteux de Kern. Les « Girls » étaient jeunes, mais pas innocentes, pleinement complices des scènes de bondage, des poses l'arme à la main et des fameuses « introductions » de bougies. En guise de texte, l'ouvrage proposait une interview de Kern par Kim Gordon. Cette série précédait SuicideGirls de six ans et était déjà totalement, infiniment cool.

    Pour célébrer le 20ème anniversaire de l'oeuvre le plus connue de Kern, TASCHEN fait paraître une édition mise à jour, enrichie de photos jamais publiées auparavant et puisées dans les séances originales, ainsi que des clichés refusés pour le premier livre car jugés trop crus et des instantanés tirés de ses 25 films. Monica, Erin, Jaiko, Jen, Susan, Amy et Sam vous manquaient? On a pensé que vous aimeriez les revoir encore un peu.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Certains appellent cela l'obsession américaine, mais force est de constater que le pouvoir hypnotique de la poitrine féminine sur les hommes est le phénomène le mieux partagé du monde. Dans The Little Big Book of Breasts, Dian Hanson remonte aux origines de cette obsession pour les fortes poitrines à travers 30 ans de photographies de nu: partant de la Seconde Guerre mondiale et de la «poitrinomania» qui engendra Russ Meyer, Le Banni d'Howard Hughes et les magasins de lingerie Frederick's of Hollywood, Dian vous guide par monts et par vaux, à travers les courbes dangereuses de modèles coquins comme Michelle Angelo, Candy Barr, Virginia Bell, Joan Brinkman, Lorraine Burnett, Lisa De Leeuw, Uschi Digard, Candye Kane, Jennie Lee, Sylvia McFarland, Margaret Middleton, Paula Page, June Palmer, Roberta Pedon, Rosina Revelle, Candy Samples, Tempest Storm, Linda West, June Wilkinson, Julie Wills, et des dizaines d'autres, sans oublier la recordwoman mondiale en la matière, Norma Stitz.

    Cette nouvelle édition plus maniable comprend les mêmes sublimes et provocantes photographies, complétées par neuf interviews originales dont une conversation exceptionnelle avec Tempest Storm et Uschi Digard, et le dernier entretien avec Candy Barr avant sa mort en 2005. À une époque où la silicone devient la norme, The Little Big Book of Breasts est la preuve que la nature fera toujours mieux, comme cette nouvelle édition prouve que TASCHEN vous montre toujours mieux ce que aimez.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Sex to sexty

    Dian Hanson

    "L'humour grivois et provocateur du magazine Sex to Sexty. Les uns le considèrent comme le plus vulgaire de tous les magazines, les autres comme le dernier bastion de l'humour grivois américain, apparu avec la révolution sexuelle et condamné par le politiquement correct. Ce fut et reste en tout cas un foisonnement de dessins et écrits croustillants, publiés entre 1965 et 1983 par l'entrepreneur Texan John Newbern et son comparse Pierre Davis, auteur de peintures à l'huile pour chaque numéro de cet hymne à l'humour masculin, qui n'épargnait aucun sujet.
    Sex to Sexty reproduit les 198 couvertures du magazine et un grand nombre des images qui l'ont illustré. L'éditrice Dian Hanson se penche sur les grands thèmes qui traversent ces milliers de dessins ou plaisanteries. Cru, insolent, sans tabous et américain pur jus, Sex to Sexty n'épargne rien ni personne, reproduisant la formidable diversité du magazine dans l'humour cru et direct. La jaquette spéciale reproduit toutes les couvertures et se déplie en un poster d'une couverture inédite du magazine Sex to Sexty - écartée à l'époque car « de trop mauvais goût », mais qui conviendra parfaitement à votre salle de bain ou votre bar."

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Lesbians for men

    Dian Hanson

    Les hommes hétéros ont toujours eu un faible pour les lesbiennes, ou plutôt pour les femmes hétéros qui veulent satisfaire d'autres femmes pour le pur plaisir des hommes qui les regardent. Quand un homme voit deux femmes ensemble, il ne ressent absolument pas la même jalousie qu'il pourrait éprouver à la voir désirée par un homme, comme dans un simple porno hétéro : il connaît un plaisir décuplé de contempler en double ce qu'il aime déjà en simple, et son rêve inébranlable est d'être invité par ces femmes à les rejoindre.

    Bien sûr, ce n'est pas réaliste, mais ça n'en est pas moins universel, et les photographes le savent bien, qui ont immortalisé ces faux couples lesbiens depuis plus de 100 ans. Lesbians For Men est le premier livre de photographie à reconnaître que de tels clichés ont été créés pour satisfaire les fantasmes masculins, à en analyser les raisons et à en retracer l'origine, en remontant à 1890 pour arriver tout droit à aujourd'hui.

    Plus de 300 photos en noir et blanc et en couleurs rendent hommage à ces femmes dévouées qui ont embrassé, caressé et finalement satisfaites ce goût des hommes pour les lesbiennes, en posant pour des images classées pornographique comme estampillées « artistiques ». Parmi les photographes contemporains figurent Nobuyoshi Araki, Guido Argentini, Bruno Bisang, Bob Carlos Clarke, Ed Fox, Ren Hang, Petter Hegre, Richard Kern, Nicola Ranaldi, Terry Richardson, Will Santillo et Kishin Shinoyama. Leurs sujets vont de la simple tendresse féminine à tout ce que deux femmes peuvent faire pour faire plaisir aux hommes qui les regardent, comme à tous les spectateurs.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    L'ultime page de ce dernier volume est consacrée aux « Silly Fool Comics », où une créature diabolique annonce à un Crumb perclus d'angoisse: « TU seras bientôt MORT! » Il n'avait alors que 67 ans, mais en bon égocentrique il était déjà obsédé par la mort, lorsqu'il ne croquait pas des portraits tendres et intimes de son épouse Aline et de toutes les autres femmes qui font bouillonner sa libido depuis l'enfance. Ce sont ses compositions historiques qui impressionnent le plus dans ce tome, déclinées parfois sur une page entière, parfois sur plusieurs, comme Piers the Ploughman sur l'Angleterre du XIVe siècle, My Secret Life par « Walter », Rough Women of the Dark Ages et The Apache Dance, inspiré d'une carte postale parisienne des années 1930. Son hachurage au Rapidograph est toujours superbe et nous sommes gratifiés de ces longues diatribes où il analyse la condition humaine avec brio, à sa manière acerbe, morbide mais désopilante.Certains diraient que ce tome est sans surprise, Crumb ayant produit un corpus très important au fil des 40, voire 50 dernières années; pourtant chaque page diffère radicalement de la suivante, fidèle à la juxtaposition d'images dissonantes qu'il apprécie tant. L'ensemble est si touffu que vous pouvez y plonger une heure et vous rendre compte que vous n'en êtes qu'au quart du livre. Crumb fustige sa mortalité mais continue à prospérer, une fois de temps en temps. Indispensable épilogue à la série des carnets de croquis, ce volume est aussi précieux en lui-même.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The little book of legs

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 18 Avril 2013

    Plus de 150 photos choisies parmi les meilleures de l'édition originale, réunies dans un adorable format compact.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    The little big penis book

    Dian Hanson

    • Taschen
    • 25 Janvier 2016

    Après le voluptueux succès de The Big Book of Breasts, TASCHEN vous annonçait la naissance de son parfait pendant, The Big Penis Book. Il faut désormais aussi compter sur The Little Big Penis Book, qui réunit toutes les photos et interviews de son grand frère dans une édition plus maniable et plus accessible.

    Lorsqu'il s'agit de plaisir, la taille importe peu: comme chacun sait, la qualité prime sur la quantité. Mais l'attrait d'un pénis de taille reste, sans conteste, irrésistible. Épaules rembourrées, larges revers et coiffures démesurées vont et viennent avec La mode, mais un pénis imposant ne la craint pas. Les outils de plus de 20 cm continuent de fasciner d'autant plus qu'ils ne sont le privilège que d'à peine 2% de la population mondiale.
    The Little Big Penis Book passent en revue des siècles de fascination exercée autant sur les hommes que sur les femmes par les phallus hors normes. Ce volume, de taille lui aussi, est généreusement illustré de plus de 400 photographies d'attributs masculins spectaculaires, dont notamment de rares photos du légendaire John Holmes. La majorité des clichés datent des années 1970, lorsque la révolution sexuelle a pour la première fois permis aux photographes de dénuder entièrement le corps masculin. Parmi les artistes sont ici présentés Bob Mizer de l'Athletic Model Guild, David Hurles d'Old Reliable, Colt, Falcon, Sierra Domino et les studios Third World et Champion, chacun d'entre eux étant interrogé ou présenté en détail, avec en outre des informations sur leur modèle. Et comme si cela ne suffisait pas, le livre se conclut par une surprise extra-grosse, extra-longue!

empty