• Papa et maman se séparent. Mémé vieillit. La fille raconte.

    « C'est maman qui me l'a dit en pleurant, les yeux rouges et le nez pincé : « c'est ton père, snif, il veut s'en aller ». Elle bafouillait et moi je venais de me réveiller, alors j'ai pas tout de suite compris ce qu'elle disait, et puis après je me suis dit que ça allait encore être une journée terrible et que j'aurais mieux fait de dormir plus longtemps. Je l'ai quand même consolée un peu, mais je déteste absolument qu'on me parle avant que je sois bien réveillée. » Ce récit drôle, sidérant, raconte la séparation d'un couple et la déflagration d'une famille à travers les yeux d'un enfant, est à mi-chemin du texte de transe et de la farce littéraire. Un chef-d'oeuvre.

  • 3 trucs bien

    Fabienne Yvert

    « Lors d'une journée particulièrement pourrie, une amie m'a suggéré cette méthode : penser à 3 trucs biens dans la journée avant de dormir apaisée. Je l'ai appliquée une année entière en 2016, et m'y suis tenue. Cet exercice répété provoque un automatisme : faire attention aux choses parfois fugaces ou quotidiennes auxquelles on accorde peu d'importance, mais qui nous aident pourtant à vivre au milieu de l'adversité. Qui nous aident à trouver une autre version du monde. » (Fabienne Yvert)

  • Poésie du quotidien, mêlant histoires ordinaires et communes à tous et sentences populaires, imprimées sur un papier de modèle de broderie détourné.

  • " Quand j'ai écrit Je n'écris plus, je me tapais une petite déprime après le décès de ma grand-mère. Le monde devenait trop lourd et me rendait impuissante. Pour m'en défendre, je devais comprendre, le mettre à plat : alors j'ai saisi mes tampons. " (Fabienne Yvert) Écrit (et composé) les deux pieds dans le quotidien, entre difficultés matérielles (comment créer quand on a à peine de quoi manger ?) et coup de blues existentiel (comment vivre quand tout fout le camp ?), Je n'écris plus est un livre capable de vous faire passer du rire aux larmes en deux coups de tampons.
    Avec ce quasi samizdat, croisement improbable entre tract, haïku et autofiction sans concession, Fabienne Yvert vise le réel par le petit bout de la lorgnette avec le lance-pierres du dérisoire. et elle vise juste ! En capturant le temps qui passe, entre le particulier et le général, le vain et l'utile, le ridicule et le poétique, elle atteint l'universel.

  • Fabienne Yvert nous montre une fois de plus qu'elle n'est pas seulement auteure, typographe, poète et bricoleuse de génie. Elle est aussi alchimiste ! Avec FAIRE UN CARTON, elle transforme le plomb en or : l'or de ces mots ciselés qui tous visent juste, et toucheont le plius grand nombre, l'or de ces formules affutées qui nous font passer du rire aux larmes en deux coups de tampons. Avec ce quasi-samizdat, croisement improbable entre tract, haïku et autofiction sans concession, Fabienne Yvert vise le réel par le petit bout de la lorgnette avec le lance-pierres du dérisoire...et elle vise juste

  • Fabienne Yvert nous montre une fois de plus qu'elle n'est pas seulement auteure, typographe, poète et bricoleuse de génie. Elle est aussi alchimiste ! Avec Encaisse, elle transforme le plomb (le cynisme, l'indi£ érence, tout ce qui nous freine et nous retient dans nos envies) en or : l'or de ces mots ciselés qui tous visent juste, et toucheront le plus grand nombre, l'or de ces formules a£ utées, capables de nous faire passer du rire aux larmes en deux coups de tampons. Avec ce quasi samizdat, croisement improbable entre tract, haïku et autofi ction sans concession, Fabienne Yvert vise le réel par le petit bout de la lorgnette avec le lance-pierres du dérisoire. et elle vise juste !

  • Sampler

    Fabienne Yvert

    Une grand-mère dans tous ses états. Depuis toujours, Fabienne Yvert cueille les phrases au fil du quotidien. Lorsque l'on a une grand-mère forte en verbe, cela devient un exercice dangereux et hilarant. Sampler se présente comme un florilège de pensées bien frappées d'une vieille femme qui n'a pas sa langue dans sa poche. Sampler est ainsi le pendant "oral" du recueil Rose & Madeleine, où Fabienne Yvert fait un autre portrait de cette grand-mère décidément mythique (on la retrouve aussi dans Papa part maman ment mémé meurt et Télescopages).

  • De 1860 à 1902, une revue féminine sert de bible à toutes les Françaises : La Mode illustrée. À une époque où la bourgeoisie triomphe, où le confort se généralise, ces nouvelles maîtresses de maison s'angoissent : comment être à la hauteur des règles élémentaires du savoir-vivre ? Le courrier des lectrices menace d'engorger le journal. Pour suivre la cadence de ces femmes affolées, la rédactrice en chef, Emmeline Raymond, s'oblige à faire les réponses les plus brèves possibles. Pour gagner encore de l'espace, elle décide même de ne plus recopier les questions des abonnées, se contente de rappeler leur numéro d'inscription. Le résultat est délirant. Sans s'en douter, elle invente ainsi un procédé littéraire qui aurait enchanté Alphonse Allais ou Raymond Queneau.
    De ces conseils cinglants, raffinés et décalés, Fabienne Yvert a fait un florilège à sa manière, qui n'est pas sans faire penser aux blogs féminins d'aujourd'hui. Quelque chose qui se situe entre la beauté de la langue, l'éclat de rire et le carottage d'une société en surchauffe.

  • Fabienne Yvert égrène ses réflexions au fil des pages évoquant le RMI, la précarité, son statut professionnel, etc.

  • Téléscopages

    Fabienne Yvert

    Télescopages, c'est : la vie mode d'emploi réécrite au bord de l'eau, Zazie vingt ans plus tard, un journal pour ceux qui ne lisent pas les journaux, un livre d'images pour ceux qui ne regardent pas la télé, un livre pour ceux qui ne lisent pas de livres, le flot de la vie passé à l'alambic des mots. Elle sait (se) conduire, monte des cottes de mailles, scrute les crevettes, pense à sa grand-mère, évite sa voisine, traite la météo, regarde passer les trains, collectionne concombre mortadelle et cailloux, ramasse les miettes de la veille et parle au vent. Bref, Fabienne Yvert est une femme moderne. De 1997 à 2002, Yvert a poursuivi un étonnant travail d'écriture. Il s'agissait de fiches recto/verso envoyées tous les mois à quelques abonné(e)s. Dans ces fiches, on trouvait de tout : inventaire des désirs, bilans financiers, réflexions sur la mécanique, notes en vrac, recettes de cuisine infaillibles, lettres d'amis complices, pensées animalières, sommations secrètes, digressions végétales, fugacités en gelée, etc. C'est cette drôle de boîte littéraire qui paraît désormais sous forme de livre à l'enseigne des éditions Attila.

  • Recueil de phrases poétiques évoquant la vie d'une voisine née en Algérie et d'origine espagnole. Présenté sous forme de petit carnet avec des lignes.

  • Portraits tendres et croisés de deux grand-mères par leur petites-filles, les poètes Fabienne Yvert et Véronique Vassiliou « Rose recueillait le sang des lapins pour faire des civets » ; « Madeleine aimait bien sucer le cou des poules ».

    Dans des effets de listes propres à cette enfance qui énumère les souvenirs, Fabienne Yvert et Véronique Vassiliou égrainent les mots avec délectation pour dessiner le portrait de leurs grand-mères. Deux figures se mêlent, se croisent, s'enchevêtrent et tressent finalement le fil d'une mémoire à la fois grave et ingénue.

    La perruque de Madeleine, les longs cheveux de Rose, la cuve à confiture, la machine à coudre. De minuscules morceaux de quotidien, anodins ou banals, mais qui arrachés au temps auxquels ils appartiennent, prennent une tonalité magique, incantatoire et nostalgique, dans un chant d'amour à la vie fruste et parfois cruelle de deux grand-mères paysannes, Rose et Madeleine.

    On pense aux souvenirs fragmentés de Perec, à la tendresse d'Hervé Guibert pour ses grand-tantes (Suzanne et Louise), aux images de l'enfance qui côtoie la vieillesse, avec la sensualité de l'apprentissage, dans un univers visuel et coloré composé d'odeurs, de goûts, de tissus, d'animaux morts ou vivants, de mots et de maux étranges.

    Une première édition typographique de ce texte, désormais épuisée, avait été conçue par les éditions Harpo & en 2006.

empty