• Conçu au milieu des années 1980, le Rafale de Dassault Aviation, n'est entré en service qu'en 2004 pour la Marine et en 2006 pour l'Armée de l'Air, les divergences de besoins ayant contraint la France à se désolidariser des partenaires européens prévus au début du projet (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne et Italie). Fleuron de l'aviation française, le Rafale possède des atouts incomparables : polyvalence, furtivité, souplesse d'emploi ou capacité multirôle.
    Malgré les capacités dont il n'a cessé de faire preuve sur les théâtres d'opérations tels que la Libye, le Mali, l'Irak ou l'Afghanistan, il est resté dans l'ombre pendant des années en matière d'exportation à l'international. Les récentes évolutions géopolitiques sont en passe de changer la donne et le Rafale enregistre enfin ses premiers succès commerciaux avec les commandes du Qatar, de l'Egypte et peut-être de l'Inde.
    Le présent ouvrage, illustré d'environ 200 photos et une trentaine de profils en couleur, traitera des trois versions de l'appareil : le Rafale C (appareil monoplace pour l'Armée de l'Air), le Rafale M (conçu pour la Marine et s'intégrer aux porte-avions) et le Rafale B (biplace).

  • Un Ecureuil se lance dans la traversée de l'Atlantique sans escale.
    Un autre se hisse au sommet de l'Everest. Huit hélicoptères de l'US Navy partent libérer les otages américains en Iran. Un Hughes OH-6 sauve des religieuses prises au piège des combats au Vietnam. Un Sikorsky s'écrase au Tchad en poursuivant un chameau... Sous toutes les latitudes, dans toutes les circonstances, l'hélicoptère participe aux aventures humaines les plus extraordinaires. L'improbable machine qui a fait ses débuts au combat en 1944 est devenue au fil des décennies un monstre de technologie.
    En une trentaine d'années à peine, puissance, capacité d'emport et autonomie ont été multipliées par cinquante. Mais malgré des révolutions techniques en cascade, un élément est resté inchangé : le pilote, avec ses forces et ses faiblesses, tellement humaines. Journaliste aéronautique spécialiste des hélicoptères, Frédéric Lert a retrouvé les acteurs de missions aussi incroyables qu'authentiques. Onze récits au total, tragiques ou heureux, mais toujours spectaculaires.

  • Depuis plus d'un siècle, la Marine nationale maintient contre vents et marées un outil aéronaval qu'elle espère le plus puissant et le plus cohérent possible. Les investissements sont colossaux, les sacrifices nombreux, mais les uns comme les autres ne sont jamais consentis en vain. La France peut aujourd'hui compter sur l'aéronautique navale particulièrement affûtée, centrée sur un porte-avions et son aviation embarquée, mais forte également des flottilles de combat et des escadrilles de soutien basées à terre.
    Plus de 200 avions et hélicoptères au total, servis par 6 700 marins du ciel. Une communauté exceptionnelle à laquelle ce livre est dédié.

  • Forces aeriennes strategiques - 20.000 jours de dissuasion Nouv.

    C'est à une plongée vertigineuse dans le monde ultra-secret de l'Armée de l'air et dans ses installations les plus discrètes que nous invite ce livre servi par les photographies d'Alexandre Paringaux et les textes toujours bien informés de Frédéric Lert.

  • Matériels de l'armée de l'air et de l'aéronavaleLe Super etendardEn attendant son remplacement définitif par le Rafale M à l'horizon 2015, le Super Etendard est encore en première ligne de tous les combats menés par l'aviation navale française. Depuis le Liban jusqu'à l'Afghanistan, l'avion marin a porté le feu contre ses adversaires dans des circonstances souvent dramatiques, mais sans une seule perte au combat sous les couleurs françaises. Depuis son entrée en service en 1978, le Super Etendard fait également preuve d'une capacité d'adaptation qui témoigne une fois de plus du génie et du bon sens du bureau d'études de la société Dassault. On ne trouve ni sophistication inutile ni excès de puissance dans cet avion, mais simplement une remarquable polyvalence qui lui aura permis d'être la colonne vertébrale de l'aviation embarquée française pendant plus de trois décennies.

  • Le F-16 a la peau dure. A l'âge où d'autres avions entrent dans les musées, le chasseur-bombardier de General Dynamics fait encore le coup de poing dans les compétitions internationales contre des avions dits de «cinquième génération». Le premier prototype de l'avion a volé pour la première fois en 1974 et la vie opérationnelle des derniers avions construits se prolongera sans doute au dela de 2040. Près de soixante-dix ans et toujours vaillant ! Entre temps le chasseur léger optimisé pour les missions de jour sera devenu un chasseur-bombardier redoutable, construit à plus de 4400 exemplaires, utilisé dans plus de 25 pays.
    Deux volumes seront consacrés au F-16 dans cette collection. Ce premier tome s'intéresse à la genèse de l'avion et aux F-16A et B, alors que les F-16C et D seront traités dans le tome 2.

  • Le caractère exceptionnel du mirage iv se justifie par tous les domaines qui le concernent :
    La nécessité politique dans le contexte de la guerre froide à son apogée, sa conception technique de grande complexité, sa mise au point et le développement rapide de ses prototypes, son industrialisation à grande échelle, ses missions opérationnelles, d'abord de dissuasion nucléaire puis de reconnaissance stratégique, sa mise en oeuvre sans failles par le personnel des unités, rendue possible par la remarquable qualité de sa maintenance et enfin sa longévité en première ligne, de 1964 à 2005, au sein des forces aériennes stratégiques.

  • Depuis octobre 2001, la France est engagée dans les combats en Afghanistan. Depuis cette date, les pilotes et équipages de l'armée de l'air et de l'aviation navale sont chaque jour au contact d'une guerre qui ne veut pas dire son nom.
    Pilotes au combat raconte cette histoire au quotidien. Depuis les premières missions de reconnaissance des Mirage IV à la fin 2001 jusqu'à la participation actuelle des équipages des hélicoptères Caracal à Kaboul et des Mirage 2000D et Rafale à Kandahar. Sans oublier le travail des avions de transport et ceux des avions embarqués sur le porte-avions Charles de Gaulle, à 6000 km des bases françaises de métropole.
    L'auteur décrit le quotidien des équipages sur les immenses bases de l'Otan au coeur de l'Afghanistan, il fait pénétrer le lecteur dans les cockpits au cours de missions difficiles. On revit avec les hélicoptères Caracal l'embuscade d'Uzbin du 18 aout 2008 au cours de laquelle 9 paras français furent tués et 23 autres blessés. On participe aux côtés d'un équipage de Mirage 2000D aux bombardements de précision contre un ennemi très accrocheur. On est sur le pont du Charles de Gaulle après les premiers tirs au combat des pilotes de Rafale Marine. On lutte avec les équipages de Transall contre la chaleur et l'altitude aux commandes d'avions de transport vieillissants et mal adaptés aux conditions de chaleurs qui prévalent sur ce théatre d'opération extraordinairement difficile...


  • le projet de mirage f1cr, version spécifiquement conçue pour la reconnaissance du mirage f1 voit le jour dès le début des années soixante-dix.
    même si la question ne relève pas encore d'une actualité brûlante, l'état-major de l'armée de l'air commence à réfléchir à la définition d'un nouvel appareil de reconnaissance. une décennie plus tard, l'urgence se fait un peu mieux sentir avec la succession à prévoir des mirage iiir et rd en service à la 33e escadre de reconnaissance. une version " reco " du jaguar est envisagée, mais c'est finalement le mirage f1 qui est choisi pour remplir la mission.
    plusieurs raisons sont avancées: la première, officielle, est que l'achat de mirage f1 supplémentaires, au-delà des 164 intercepteurs f1c, est déjà budgété dans la loi de programmation militaire en cours. une dizaine d'années après le f1cr, le mirage f1 apporte une fois de plus la preuve de sa polyvalence, en donnant naissance à la version ct, pour " chasse tactique ".

  • L'école de l'air est un monument historique installé dans un cadre prestigieux, une institution riche de ses traditions et de ses valeurs. L'armée de l'Air y forme des ingénieurs, des militaires, des pilotes, des mécaniciens, des jeunes gens et jeunes filles qui sont tout cela à la fois. La population des élèves est très diverse, au gré des cursus, des choix de carrière et de spécialité. Mais tous reçoivent une formation humaine et technique solide leur permettant d'apprendre à commander, décider, combattre, innover et s'adapter.
    Trois axes de formation très denses font de l'école de l'Air un établissement d'enseignement supérieur à nul autre pareil. La formation militaire, tir, parachutisme stages commandos... est complétée par une formation aéronautique permettant d'acquérir le sens de l'air et, troisième pilier, par une formation académique poussée ayant permis à l'école de l'air d'être reconnue comme école d'ingénieur en 2015.
    L'école de l'air aura bientôt cent ans et pourtant elle n'a jamais été aussi jeune. Son enseignement évolue en permanence au gré des évolutions techniques et des exigences de l'armée de l'air. Et avec elle évoluent les élèves : ils sont de leur temps, si différents de leurs glorieux ainés, et en même temps si proches par leur énergie et leur passion. Aujourd'hui comme hier, ils sont prêts à faire face aux enjeux des armées et de la France.

  • Le H225M « Caracal » vole pour la première fois le 30 novembre 2000. Il s'agit du premier hélicoptère européen spécifi quement conçu pour la mission la plus complexe qui soit, le sauvetage au combat. En 2006, quelques jours seulement après son entrée en service au sein de l'armée de l'Air, il est engagé dans le cadre de l'opération Baliste au Liban : son autonomie, sa puissance et sa capacité d'autoprotection en font l'appareil idéal pour exfi ltrer de Beyrouth plusieurs centaines de ressortissants européens pris au piège dans les combats qui se généralisent entre le Hezbollah pro-iranien et l'armée israélienne. Aujourd'hui, en 2016, dix ans après son entrée en service dans les forces, le Caracal est déjà le vétéran de plusieurs guerres sous les couleurs françaises, de l'Afghanistan au Mali, en passant par la Libye et le Tchad. Jamais un hélicoptère n'aura accumulé aussi rapidement un tel palmarès dans sa carrière opérationnelle. Premier hélicoptère européen ravitaillable en vol, le H225M est aussi un best-seller à l'export. Le livre comprend une trentaine de témoignages et récits exclusifs, illustrés par des photos exceptionnelles.

  • Romain Béthoux a été second, puis leader de la PAF de 2014 à 2015.
    L'aboutissement d'années d'efforts et de travail pour d'abord intégrer l'école de l'Air, puis décrocher ses ailes de chasseur et enfin réussir une première carrière sur Mirage F1 avec à la clef plusieurs missions de combat au cours de différentes opérations extérieures. Sa sélection pour rejoindre la prestigieuse patrouille lui ouvre ensuite les portes d'une aventure insoupçonnable qu'il partage longuement dans ces pages. Pour la première fois le lecteur embarque avec un leader dans le cockpit d'un Alphajet bleu-blanc-rouge. Avec lui il transpire sous le casque, soigne ses trajectoires au cordeau et découvre entre deux vols les coulisses de l'armée de l'Air et de son ambassadrice de choc, la PAF !
    Ce livre est le récit d'une aventure au sein d'une institution qui reste profondément humaine, avec ses forces et ses faiblesses, ses joies et ses coups durs. C'est aussi une plongée dans le fonctionnement quotidien d'une grande dame, la patrouille de France, qui reste cependant méconnue malgré ses 65 ans d'existence.

  • L'escadron de chasse 2/30 Normandie Niemen célèbre ses 75 ans en 2017. Cette unité prestigieuse de l'armée de l'Air mérite un livre à la hauteur de la richesse de son histoire. L'ouvrage sur le Normandie Niemen, qui s'inscrira dans une série comprenant déjà les ouvrages sur l'Escadron de chasse 3/3 Ardennes, le 2/33 Savoie et celui sur les Forces Aériennes Stratégiques, répondra à cette attente.
    Il s'agira d'un ouvrage de 96 pages rassemblant environ 100 photos historiques et modernes, des récits et des témoignages présentant l'épopée de l'unité, du Yak de 1942 au Rafale de 2017. Une large place sera accordée à l'opération Chammal conduite au-dessus de l'Irak et de la Syrie, et pour laquelle avions et pilotes du Normandie Niemen opèrent depuis la Jordanie. C'est en quelque sorte un retour aux sources pour l'unité, puisque la voilà à présent engagée au combat dans la région même qui l'a vue naitre il y a trois quarts de siècles. Les avions se sont métamorphosés depuis la seconde guerre mondiale, mais les équipages n'ont pas changé, toujours forgé dans le même aliage fait de professionnalisme, de courage et d'enthousiasme.
    C'est ce que rappelera à chaque page le livre servi par les photographies exceptionnelles d'Alexandre Paringaux et les textes toujours bien informés de Frédéric Lert.

empty