Religion & Esotérisme

  • L'EUCHARISTIE est au centre même du dogme chrétien : elle eSt par excellence « le mystère de foi », comme dit le prêtre sur le pain et le vin qu'il change au corps et au sang de Jésus-Christ. Parmi les sacrements de l'Eglise, elle brille incomparablement radieuse, au premier rang. Elle l'emporte sur tous les autres parce qu'elle ne renferme pas seulement la grâce comme eux, mais encore l'Auteur de la Grâce, lui-même, Notre Seigneur Jésus-Christ. Aussi, est-ce, par excellence, le sacrement de l'amour infini de Dieu pour nous.
    L'Eucharistie est la plus sublime réalisation de la Toute-Puissance et de l'Amour infini. Jésus a mis là tout son amour. Il s'est mis tout lui-même. Saint Augustin disait: « Dieu peut tout et n'a pas pu nous donner plus. Dieu sait tout et n'a pas su nous donner mieux. Dieu possède tout et n'a pas eu à nous donner davantage. » L'Eucharistie est le dernier mot de l'Amour.

  • DEUX HOMMES FACE A FACE :
    L'un et l'autre nés en 1921.
    L'un et l'autre catholiques militants.
    L'un et l'autre journalistes professionnels.
    L'un et l'autre ayant mis la question sociale au centre de leurs recherches.
    L'un et l'autre tendant à une incarnation concrète en ce domaine.
    L'un et l'autre dirigeant deux journaux catholiques qui apportent les deux visions, peut-être les plus divergentes, mais sans aucun doute les plus marquantes du catholicisme français actuel.
    L'un formé essentiellement dans les mouvements d'action catholique, l'autre de formation universitaire.
    L'un concevant que les options temporelles au sein de l'Église sont libres, l'autre considérant que la doctrine sociale apporte une lumière indispensable pour orienter l'action.
    L'un ayant fait choix de la voie socialiste, l'autre ayant consacré son action à la promotion des corps intermédiaires dans la vie sociale.
    Très différents donc, mais très semblables aussi par une commune passion pour le dialogue viril et une même satisfaction aussi bien lorsqu'il s'agit de constater des points d'accord que d'affirmer des divergences.
    Entre ces deux hommes allant jusqu'au fond de leur pensée pour débattre du sens et des chances du Socialisme, l'affrontement devait être, de façon inévitable, totalement clair, totalement loyal et pleinement révélateur.
    Révélateur de quoi?

    Georges Montaron.
    Dirigeant national de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne de 1940 à 1947 ; a fait partie, pendant la guerre, des Jeunes Chrétiens Combattants et des Équipes Clandestines de diffusion des Cahiers du Témoignage Chrétien ; depuis 1948 est directeur de Témoignage Chrétien.

    Marcel Clément.
    Licencié en Philosophie et en Droit, docteur en Sciences économiques ; professeur à l'Université de Montréal de 1947 à 1962 ; depuis 1962 est rédacteur en chef de l'Homme Nouveau.

empty