Droz

  • Invention jaillie au coeur de ce qu'on appelle aujourd'hui " l'âge baroque ", le procédé du théâtre dans le théâtre a contribué à donner leur relief aux chefs-d'oeuvre de Shakespeare (Hamlet, La Tempête), de Calderon (Le Grand théâtre du monde), de Corneille (L'illusion comique) et de Molière (L'impromptu de Versailles, Le Malade imaginaire). Si la définition en est simple - enchâsser une pièce ou des fragments de pièce dans une autre -, la technique mise en oeuvre est autrement plus complexe que celle de l'ancien jeu romanesque du récit dans le récit. Le théâtre dans le théâtre est tout à la fois un exercice de virtuosité littéraire jouant sur les effets de miroir, une entreprise subtile de démontage des rouages de l'art dramatique, et une mise à distance réflexive de la condition humaine. La matière de l'examen est fournie par une quarantaine de pièces de Rotrou, Corneille, Molière, Scudéry et quelques contemporains.

  • Proposer un essai de génétique théâtrale appliqué à Corneille, et non une «poétique de Corneille» ou une «esthétique de la tragédie cornélienne », c´est tenter de mettre au jour la démarche créatrice du dramaturge, dans son mouvement particulier (comment s´élabore une tragédie), comme dans son mouvement général (comment se construit une poétique tragique).Produire un essai de génétique théâtrale signifie aussi qu´en l´absence de brouillons, il a fallu forger une méthode d´analyse originale pour dégager les strates constitutives d´une tragédie et retrouver les questions qu´a pu se poser le poète dans son travail créateur: méthode qui ne cache pas son statut d´hypothèse de travail, même si elle s´appuie sur les écrits théoriques de Corneille et de ses contemporains. Considérer Corneille à l´oeuvre apprend enfin que sa tragédie est une constante mise à l´epreuve du genre même de la tragédie, et non point du rapport de l´homme au monde; bref qu´il s´agit d´un art de la mise en forme d´une matière poétique, qui va de la forme au sens, et non l´inverse - ce que Corneille explique lui-même, mais que la critique, fascinée par la dimension politique de son théâtre, a toujours refusé d´admettre. Par là ce livre, quoique présentant nombre de pièces, y compris les plus célèbres, sous un jour différent, ne prétend pas apporter une interprétation supplémentaire de la tragédie cornelienne. Chercher à comprendre le travail créateur d´un écrivain exige de se limiter à la description des conditions mêmes d´une interprétation - à partir de quoi pourront se construire derechef les «lectures» que reclame une oeuvre dramatique aussi exceptionnelle que celle-ci.

empty