Ecole Nationale Superieure Des Beaux Arts

  • " respirer l'ombre est la part dévolue au langage du surprenant dialogue, pour le reste prioritairement fait de gestes, avec ce que nous appelons la nature, entamé par l'artiste voici plus de trente-cinq ans.
    Un dialogue dont on remarquera qu'il est toujours mezzo voce : la conscience qu'à penone d'une fraternité avec les pierres ou les plantes (il sait, comme klee, que l'homme " est nature, morceau de nature dans l'aire de la nature "), sa familiarité décontractée avec l'antiquité (l'italie n'est-elle pas ce pays oú l'histoire de l'art tient lieu d'histoire tout court ?) le fait converser d'égal à égal avec l'arbre et le ruisseau, tutoyer leurs divinités tutélaires (empruntées surtout au panthéon gréco-romain, mais s'y invite ici ou là un dieu exotique).
    Respirer l'ombre petit se lire comme un recueil de récits mythiques, de paraboles fondatrices, sans qu'on puisse y déceler la moindre trace de pathos ou de grandiloquence ; le mythe prend des allures du haïku cher à roland barthes, et les textes de renoue parlent des choses cachées et des commencements du monde avec la précision économe et discrète d'un journal de bord. ".

  • Giuseppe Penone a proposé à seize artistes, dont le point commun est d'être, ou d'avoir été, ses étudiants, de participer à une exposition dont il est le commissaire au Couvent de La Tourette, bâti par Le Corbusier et inauguré en 1960.
    Les étudiants ont habité le Couvent, s'imprégnant de l'esprit des lieux. L'exposition silences, présentée dans les murs de La Tourette en mars, puis au Cloître ouvert, à Paris, en octobre 2012, est le fruit de cette expérience.
    Silences sur une initiative de Frère Marc Chauveau, s'inscrit dans le prolongement des manifestations qui, depuis quelques années, offrent à des artistes contemporains la possibilité d'un dialogue avec l'oeuvre architecturale de Le Corbusier : François Morellet en 2009, Vera Molnàr, Stéphane Couturier et Ian Tyson en 2010, et enfin Alan Charlton en 2011.
    La création graphique originale de Margaux Bricler reprend l'écriture même de Le Corbusier.
    Dans cet ouvrage, un dossier de six pages est consacré à chaque artiste. Il présente les oeuvres de l'exposition et des photographies originales du Couvent de la Tourette.

empty