• A Sainte-Mère-des-Joncs, près de Nantes, une jeune prostituée disparaît dans la plus profonde indifférence des autorités, sans doute trop occupées à gérer les tensions locales liées au projet houleux de construction d'aéroport du Grand-Ouest. A la Sainte-Scolasse, ça s'excite, ça théorise devant l'article du Parisien relatant le fait divers : le Poulpe penche pour l'élimination de témoin gênant, Gérard soutient qu'il s'agit d'un tueur en série et met Gabriel au défi de prouver le contraire : s'il a tort, il lui paiera dix tournées de bières. Le Poulpe n'a pas besoin d'autre motivation pour filer mener son enquête en terres armoricaines. Arrivé dans la bourgade, il va de surprise en surprise : premièrement il semblerait que tout le monde connaisse la jeune disparue mais que personne ne l'ait jamais vue ! Un sacré paradoxe qui laisse Gabriel pantois. Ensuite, contrairement à ce qu'il avait lu sur l'affaire de l'aéroport, ici les habitants ne se font pas prier pour dire tout le bien qu'ils pensent du projet. Marcherait-on sur la tête ?
    A Sainte-Mère-les-Joncs, il pleut, il mouille, et ça va pas être la fête au Poulpe, car cette enquête va rapidement virer au jeu de patience en terrain glissant. Ah ! le bon air de la campagne n'est plus ce qu'il était !

  • En périphérie parisienne, aux abords d'une voie ferrée, des cabanons s'alignent.
    C'est le domaine des gueux : Môme, Boc, Betty, Luigi, Capo et Krishna. Ces marginaux ont trouvé là un espace de vie que personne ne songe à leur contester.
    Leur train-train va être perturbé par la mort de trois femmes retrouvées découpées sur les voies. Suicides ? Meurtres ? Crimes en série perpétués par le Dingue, ce mystérieux tueur insaisissable ? Le capitaine Évariste Blond et sa stagiaire Christelle Augier vont tout faire pour le déterminer.

  •  « Quand Luc est appelé auprès d´un châtelain milliardaire, il s´attend à une mission ordinaire. Il va vite s´apercevoir qu´à la Pilonerie on meurt un peu trop souvent et d´étrange manière.
    Le petit-fils du maître des lieux a été retrouvé écartelé par quatre chevaux, une pancarte portant l´inscription « RAVAILLAC » glissée autour du cou.
    Mort naturelle selon le médecin de famille... » Une enquête où l´embaumeur  exprime tout son art, entouré de personnages tous plus extravagants les uns que les autres.
    Un polar à l´intrigue bien ficelée, une galerie de portraits haute en couleurs, où le cynisme et la bêtise de chacun sont exacerbés dans les moindres détails.



    « Au grand prix des macchabées, on parie que vous allez gagner ? »

  • Sale temps sur Plouguer. Le 14 Juillet approche et on se croirait encore en hiver. Le réchauffement climatique, la prolifération des OGM, les basses manoeuvres de certains politiques, voilà ce qui préoccupe Léo alors qu'il scrute la foule qui se presse dans le petit cimetière. S'il est là aujourd'hui, parmi des centaines d'éplorés, c'est qu'il connaît bien celui qu'on enterre. Et pour cause : le mort, c'est lui.

  • Morsaline

    Hervé Sard

    • Krakoen
    • 23 Mars 2010

    Kerande, côte atlantique, été 2009. Les touristes se bousculent dans la petite cité médiévale, inconscients du drame qui se joue à quelques pas de là. Deux morts par balle. Deux « clients » plus ou moins forcés d'une très chic et très discrète clinique psychiatrique. Les gendarmes enterrent vite le dossier, avec la bénédiction du Parquet de Nantes : un fils à papa trop médiatique compte au nombre des tués. Folie meurtrière confirmera à son tour - bien malgré lui - le commissaire Czerny. Car il le sent : un fou peut en cacher un autre ; et la tuerie n'est pas finie. Czerny parviendra-t-il à démêler le vrai du faux ? La vie lui a appris à se méfier des coupables livrés sur un plateau. Surtout lorsque les coupables en question sont derrière les barreaux.

  • Chapeau

    Hervé Sard

    Ces soirs-là, il ne se faisait pas prier. Ses yeux brillaient du feu de ses excès. Du moins, c'est ce qu'on croyait. Il parlait, parlait, parlait encore avec sa drôle de voix. Un peu rauque, à cause du tabac. Envoûtante, étrange. La voix d'un homme qui en avait vu des choses, qui ne voulait pas oublier. À qui cela faisait du bien de ressasser le passé. Alors il racontait l'histoire de Mistinguett, vedette d'un soir d'un bal du 14 juillet. "Deux hommes, un bar, toute une histoire..."

  • Mat à mort

    Hervé Sard

    Moscou, décembre 1986. La finale du championnat du monde d'échecs tourne au drame. Campagne de l'Ardèche, hiver 2003. Un enchaînement de décès inexpliqués défraie la chronique. Il faudra du temps pour établir le lien entre ces événements séparés dans le temps et dans l'espace. Et pour cause ! Quel rapport entre un joueur d'échecs prématurément disparu et une vieille photo prise avant un match de football ? Pourquoi tant de gens meurent-ils dans deux bourgades tranquilles ? Qui est l'assassin ? Un débile, mort depuis longtemps, affirme la rumeur. Le Ravi... ? Mais c'est impossible, et pourtant tout paraît l'accréditer. L'arme des crimes ? Il n'y en a pas. Des indices ? Minces et ils sont bien curieux. La police piétine, les victimes vont se suivre et se ressembler... Jusqu'à ce que mat s'en suive. Après Vice repetita, Hervé Sard récidive avec ce polar haletant où les cadavres s 'amoncellent inexorablement.

  • Billes de clone

    Hervé Sard

    Imaginez ça une minute...Vous êtes en vacances, seul à la maison, libéré pour un temps des soucis du train-train quotidien. Et voilà qu'on sonne à la porte...Drinnnnnggggg !Qui va là ? C'est ainsi que fait irruption dans votre vie un individu qui a la prétention inouïe de prendre votre place ! Et qui compte bien en profiter... En quelques instants vous vous retrouvez embarqué dans une aventure insensée. Enlevé! Remplacé! Un somptueux château isolé. Une vie volée, tout un monde qui explose et un nouveau qui s'impose. Mettez-vous à ma place! Evasion, tentative délicate de renversement de situation : Billes de clone est la double histoire d'un quidam échangé et de sa doublure imposée. Deux personnages que tout oppose vont être les bumpers de cette partie de flipper.

  • Quand on sort indemne d'une aventure qui a bien failli mal se terminer, on n'a qu'une idée en tête : tourner la page et repartir du bon pied. Oui mais. Si un ministre vous invitait à dîner pour vous confier une mission secrète et délicate, vous pensez sérieusement que vous pourriez refuser ? Bien sûr que non ! Surtout quand la mission en question vous fait prendre conscience d'une réalité qui vous touche de près et que vous étiez à mille lieues d'imaginer. Et pour cause ! Evidemment, j'ai accepté. Bien obligé ! Mais au final, je pense que je n'ai pas à le regretter. Filatures hasardeuses, fouilles d'appartement, bagarres, interrogatoires, enlèvements, rencontres en tous genres : oui, je crois que l'on s'est plutôt bien amusés. En tous cas, on n'a pas eu le temps de s'ennuyer. Vous jugerez.

  • Jeux dangereux

    Hervé Sard

    Quel rapport entre un joueur d'échecs prématurément décédé et une vieille photo prise avant un match de football ? Pourquoi tant de gens meurent-ils subitement dans une campagne tranquille ? Pourquoi ? On ne tardera pas à l'imaginer. Mais comment ? Et puis, qui est derrière tout ça ? Un semi-idiot mort depuis longtemps, dit-on. C'est impossible, mais tout porte à le croire ! L'arme du crime ? Il n'y en a pas. Des indices ? Très peu. Et ils sont bien curieux ! Un reçu, un billet de banque, de vagues messages tout ce qu'il y a de plus banal.Vingt-deux victimes. Vingt-deux morts de peur pour vingt-deux causes on ne peut plus ordinaires.Qui a fait ça ? Qui peut faire ça ? Et surtout : comment ? Un peu de patience. Bientôt, vous le saurez !

  • Il est des affaires criminelles où réalité et faux-semblants sont tellement imbriqués que rares sont ceux qui peuvent les démêler. Celle de la fille du chemin du Puits en fait partie.On retrouve une jeune femme assassinée. L'enquête va être rondement menée. Très vite les indices vont s'accumuler, parler, devenir des preuves. Des preuves solides, accablantes, irréfutables. Indéniables. Tout désigne le coupable. Il est bientôt arrêté, rapidement jugé, sévèrement condamné.Affaire classée. Oui, mais. Qui a fait quoi ? Pourquoi ? On ne le sait toujours pas. Jusqu'au jour où la vérité fera surface. Une vérité si subtilement cachée que personne ou presque ne l'avait soupçonnée. Il y avait bien un troisième homme. Qui aurait pu l'imaginer oe

  • Peut-être un jour rencontrerons-nous des êtres venus d'ailleurs. Pourquoi pas ? Mais alors. Serons-nous en mesure de communiquer avec eux ? De coopérer ? Qu'auront-ils à nous apprendre ? Que pourrons-nous leur apporter ? Autant de questions sans véritable réponse. Autant de portes ouvertes vers de multiples possibles.Demain je serai né propose une vision originale de la vie extraterrestre. Une vision qui s'écarte des stéréotypes du genre. Ici, nos visiteurs ne sont pas belliqueux, prodigieusement intelligents ou dotés de vaisseaux extraordinaires. Non. Ils sont simplement différents. Vraiment différents. Au point que nous ne puissions pas percevoir leur présence. Encore moins percer leur dessein. Ils sont déjà là. Sans y être vraiment.

empty