• Anatole traîne toujours derrière lui sa petite casserole.
    Elle lui est tombée dessus un jour. on ne sait pas très bien pourquoi. depuis, elle se coince partout et l'empêche d'avancer. un jour, il en a assez. ii décide de se cacher. mais heureusement, les choses ne sont pas si simples.

  • Tout est là : la maison en carton, les escaliers en papier, le facteur, son nez cassé et le joli fil doré... Pirouette cacahouète ! Un orage éclate, le nez s'envole... mais c'est sans compter sur le champion de natation.

  • Boule de chagrin deviendra petit rien.

  • Quand Pit rencontra Pat, il eurent tout de suite envie de faire un bout de chemin ensemble. Il s'entendaient si bien... Qu'ils devinrent inséparables ! Leur embarcation était juste assez grande pour deux. La vie était joyeuse et douce. Rien ne pouvait leur arriver ! Mais, petit à petit, le voyage devint monotone.
    Pit et Pat s'entendaient moins bien. C'est ainsi que s'installa entre eux une petite mauvaise humeur... Qui se mit à grossir, grossir. La mauvaise humeur devint si grosse que tout à coup l'embarcation se brisa !
    Comment faire pour se retrouver ? Chacun prit le problème par un bout et se mit à défaire chaque noeud, un par un, très délicatement. Ce n'était pas facile. Il leur fallut du temps. Mais quand Pit et Pat se retrouvèrent, ils étaient si contents, que cela fit complètement disparaître la petite mauvaise humeur !

  • Un livre animé pour aider le petit hippo à trouver sa couleur !

  • Papa-loup

    Isabelle Carrier

    Il était une fois deux petits oiseaux qui criaient très fort... Leur papa n'en pouvant plus décide de leur scotcher le bec ! Mais les petits supplient et papa fléchit. Résultat : les petits crient et crient encore... jusqu'à ce que Papa Oiseau se déguise en loup !

  • une fable de la fontaine mise en scène avec humour.
    une adaptation imagée pour les tout petits. et en dernière page, la fable originale.

  • Un album qui permet d'aborder le the`me de la mort de fac¸on tre`s concre`te et since`re avec les enfants en questionnement par rapport a` ce sujet. Je ne veux pas e^tre mort parce que je n'aime pas le noir, je n'aime pas le froid, je veux rester avec toi pour toujours, parce que la mort c'est trop grand, c'est trop long. Aux inquie´tudes et appre´hensions de l'enfant sont formule´es des re´ponses re´confortantes le ramenant dans le moment pre´sent, au bonheur d'e^tre la` et de pouvoir faire plein de choses pour encore tre`s longtemps.

  • Revisite la célèbre comptine en mettant en images la maison en carton, les escaliers en papier, le facteur et son nez cassé ainsi qu'un surprenant champion de natation !

  • Derrière le mur

    ,

    • Alice
    • 9 Septembre 2010

    Le jeune héros de ce livre est en plein désarroi : il compte les jours, les semaines, puis les mois depuis que son papa n'est plus venu le chercher à l'école, ne lui a plus préparé de lasagnes, ne lui a plus fait de câlin avant qu'il s'endorme... L'absence du père est illustrée par des scènes du quotidien : celles où le papa est présent, où l'on voit la complicité de l'enfant avec son enfant, et celles où l'enfant est seul... On voit aussi la tristesse de la maman et l'imcompréhension de l'enfant face à la situation. Ce n'est que dans les dernières pages que le lecteur comprend que le papa est en prison et qu'il ne voit plus sa famille que pendant les visites autorisées au parloir. Si Elsa Valentin, l'auteur du texte, maintient volontairement le suspense, c'est pour mettre en valeur le thème principal du livre : ce n'est pas la prison (on ne sait pas pour quel motif le papa est incarcéré, ni quand il sortira) mais la peine causée à sa famille par son absence. Un thème très difficile, rarement abordé dans la littérature pour la jeunesse, du moins pour les enfants les plus jeunes. Bien souvent, ce sujet reste tabou : on n'ose pas parler de la prison, ni aux enfants - pour ne pas les effrayer ou ternir l'image qu'ils ont de leurs parents, ni à l'entourage - qui pourrait faire preuve d'intolérance et rejeter toute la famille. Avec pudeur et empathie, Elsa Valentin trouve les mots pour expliquer l'essentiel à l'enfant : rien ne peut changer l'amour qu'il porte à son papa et que celui-ci lui porte. Les adorables personnages atypiques d'Isabelle Carrier, l'illustratrice (qui vient de remporter le Prix Sorcières 2010 pour son album La petite casserole d'Anatole), apportent la touche indispensable de fantaisie et de tendresse. Les touchantes saynètes entre le père et son fils font sourire avant de bouleverser car elles sont suivies de scènes de solitude et d'abandon. Un ouvrage indispensable pour ceux qui vivent cette situation difficile, mais aussi pour les autres, qui au lieu de juger et condamner, pourront faire preuve de compassion pour ceux qui souffrent sans avoir rien fait pour le mériter. Un sujet peu banal mais un magnifique défi relevé brillamment par les deux auteurs.

  • Entre deux pays, on a dressé un mur.
    Au pied du mur, une petite fille attend ses amis, mais ils ne viennent pas. D'énervement, elle envoie son ballon de l'autre côté.
    Au pied du mur, un petit garçon est assis quand un ballon tombe à côté de lui. Comme il n'y a jamais personne ici, le ballon doit donc venir de l'autre côté. Le petit garçon le renvoie.
    La petite fille retrouve son ballon. Elle voudrait dire merci, mais elle ne connaît pas la langue qu'on parle de l'autre côté. Alors, elle décide de renvoyer le ballon.
    Le petit garçon reçoit à nouveau le ballon. Il voudrait dire merci, mais il ne connaît pas la langue qu'on parle de l'autre côté. Alors, il a une idée. Il dessine son visage sur le ballon et le renvoie de l'autre côté.
    Ainsi va s'instaurer un dialogue entre deux enfants qu'un mur et un conflit séparent.
    Un jour, le conflit prend fin et le mur est détruit. Une foule de gens s'est réunie de part et d'autre.
    D'un côté, il y a un petit garçon, et de l'autre, une petite fille.

    Un conflit. Un mur. Ça nous rappelle des choses. Ça ne finit jamais de nous rappeler des choses, d'ailleurs.
    Laurence Fugier prend le parti de l'innocence, dans cet album, à travers deux enfants qui, certes, ne vont pas venir à bout du conflit tout seuls, mais vont, tout du moins, rétablir le dialogue rompu depuis longtemps. Ils seront aussi les premiers à franchir les ruines du mur abattu. Tout un symbole !
    Les traits fins et ronds des dessins d'Isabelle Carlier traduisent à la perfection la candeur enfantine qui surnage au milieu d'un champ de bataille, quel qu'il soit.

  • Les enfants sont tous confrontés, un jour ou l'autre, à la vieillesse.
    Que ce soit dans leur propre famille ou chez une voisine dont ils sont proches, ils découvrent les signes de pertes de mémoires, de distractions de plus en plus fréquentes, les sautes d'humeur. Voir une personne aimée changer est difficile pour un enfant, qui se sent alors impuissant. Et ne comprend pas toujours le comportement des personnes âgées, celles qui sont atteintes de la maladie d'Alzheimer ou celles qui vieillissent tout simplement.Avec une infinie tendresse et beaucoup de poésie, Léna Mariel, auteur du texte, plonge dans la vie et les souvenirs de Mam'zelle Suzon, une adorable vieille dame qui perd lentement pied avec la réalité.
    Au début, ce sont des petites distractions, des objets perdus : puis, cela devient plus grave et ses pertes de mémoire concernent les prénoms et les visages de ses proches. Une situation bien difficile pour la vieille dame mais aussi pour son entourage, qui comprennent peu à peu que la vieillesse est une de ces maladies dont on peut pas vraiment guérir. On retrouve avec plaisir les illustrations rondes et douces d'Isabelle Carrier, qui nous a déjà émus avec Derrière le mur sur un sujet tout aussi difficile.
    L'illustratrice arrive à la fois à nous émouvoir et nous faire sourire devant les trous de mémoire de Mam'zelle Suzon. Un magnifique album sur un sujet qui nous concerne tous et qui suscitera beaucoup d'émotions chez les enfants mais aussi bien chez les parents.

  • Une fable de la fontaine mise en scène avec humour.
    Une adaptation imagée pour les plus petits.

  • Une fable de la fontaine mise en scène avec humour.
    Une adaptation imagée pour les plus petits. et en dernière page, la fable originale.

  • Une fable de La Fontaine mise en scène avec humour.
    Une adaptation imagée pour les plus petits.

empty