• Depuis la première partition pour ensemble instrumental écrite spécifiquement pour un film, L'Assassinat du duc de Guise de Camille Saint-Saëns en 1908, le cinéma a demandé aux plus grands compositeurs de participer à cette union moderne de l'image et du son, héritière de l'« art total » wagnérien. Mais ces musiques « savantes » ne sauraient résumer à elles seules la prodigieuse diversité de la musique au cinéma qui a intégré, au fur et à mesure de son histoire, les chansons à la mode, les improvisations de jazz, les « musiques du monde » ou les musiques électroniques ; aucun style musical n'a été écarté - y compris les techniques les plus radicales de la musique contemporaine - pourvu que son rapport à l'image ait été pertinent et fécond.
    Cette ouverture caractérise tout particulièrement la conception de la musique de film en France qui, pendant près d'un siècle, a permis aux réalisateurs et aux compositeurs d'affirmer leur personnalité artistique en interrogeant et en renouvelant sans cesse les interactions entre l'image, la narration et la musique.
    Par-delà le foisonnement des styles et la diversité des postures créatrices, ce livre tente de dégager les courants, les spécificités et les évolutions qui ont parcouru la pratique de la « musique française » de film.

  • Pour Frederick Delius, l'univers, loin d'être compliqué ou mystérieux, était une chose vaste et merveilleuse, dont les secrets étaient à déchiffrer dans la Nature et dans les manifestations infinies de la vie. [...] Pour ma part, je ne peux m'empêcher de le considérer comme le dernier grand apôtre de notre temps dans l'expression musicale de l'amour, de l'émotion et de la beauté.
    Sir Thomas Beecham, Frederick Delius, Vienna House, New York, 1959, pp. 151, 221.

  • Dictionnaire de l'homme sain et de l'homme malade. [Avec une préface du Dr Marie Pierre.] Date de l'édition originale : 1894 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

  • À l'heure où la Cinémathèque française consacre une exposition à Louis de Funès, cet ouvrage semble tomber à point pour rendre hommage à un cinéma laissé pour compte par la littérature universitaire : le cinéma populaire et ses musiciens. Souvent considéré comme moins « noble » que le cinéma d'auteur, les films mettant en vedette des acteurs populaires, destinés à un public large, n'en sont pas moins des oeuvres qui méritent notre attention. De Jacques Becker à René Clair, de Louis de Funès à Fernandel, ces films réunissent des acteurs, des réalisateurs qui rencontrèrent fréquemment les faveurs du public. De Misraki à François de Roubaix, en passant par Michel Polnareff, -M-, Georges Van Parys ou Raymond Lefèvre, les musiciens ont su composer des bandes originales alliant mélodies impérissables (« La marche des gendarmes »...) et partitions plus exigeantes, expérimentales parfois (Van Parys, de Roubaix...).
    C'est à ces musiciens, à ces films que ce consacre cet ouvrage collectif, fruit d'un colloque dont l'invité vedette ne fut autre que Vladimir Cosma.

  • En s'associant à un film, toute musique préexistante apporte non seulement son atmosphère sonore particulière mais également un réseau de significations liées à son histoire. En se concentrant sur la "musique classique" - expression désignant ici une certaine manière "savante" d'élaborer une oeuvre -, cet ouvrage s'empare de morceaux riches d'une tradition interprétative et d'une réception qui ont parfois plusieurs siècles. Outre une charge sémantique nouvelle, le passage d'un média à un autre induit une perte d'autonomie, de profonds changements dans les contextes d'exécution et les conditions d'écoute, le passage d'une temporalité de la moyenne ou de la longue durée - permettant le développement de la forme musicale - à des formats souvent très réduits qui trahissent d'inévitables coupures. Les cinq thématiques de ce livre - "Topoï de la musique classique au cinéma", "Musique et vérité historique", "Musique et narration", "Musique et identité" et "Musique et structure" - croisent d'autres questionnements concernant les choix d'extraits opérés, les interprétations retenues, la manière dont la musique classique dialogue avec d'autres musiques préexistantes et la musique originale, les arrangements et les réécritures pour s'adapter au propos filmique.

  • En se fondant sur un corpus varié de séries américaines et françaises - de Twilight Zone (1959) aux Revenants (2012) - cet ouvrage étudie les musiques sous les angles successifs de la spécificité de la musique de série - singularités esthétiques et mémoire spectatorielle -, des rapports des partitions de séries avec celles proposées par le cinéma, et de la possibilité de compositions hybrides mélangeant les genres.

    Avec le soutien de l'université de Nantes.

empty