• Si l'on s'en tient aux faits, l'auteure passe la nuit du 7 au 8 mars 2020 au musée du Louvre, section des Antiques, salle des Cariatides, avec un sac en bandoulière dans lequel il y a, entre autres, une barre de nougat illicite.

    Les faits, heureusement, ne sont rien dans ce livre personnel, original, traversé d'ombres nocturnes et de fantômes du passé, de glissades pieds nus sous la Vénus de Milo, ce livre joyeux et mélancolique, qui précise vite son intention : « Je suis venue ici cette nuit pour redevenir la fille de mon père. ».

    Quel père, en fait ? Celui, biologique, né en 1951 dans un village du Monténégro, alors une partie de la défunte Yougoslavie, qui vient à Paris par amour, par fuite, pour voir le Louvre, une ville dans la ville, un père qui ne sait pas bien parler le français et voit tout en noir et blanc. Celui, plus probable, le père exilé à qui l'on a dit que « sa fille ne parlera jamais français », l'esthète-pilleur qui se promène l'air de rien avec sa fille Jakuta au Louvre, et lui demande, lui transmet en héritage : « Et toi, comment t'y prendrais-tu pour voler la Joconde ? ». En effet : comment ?

    Même si l'auteure exprime que « la honte vous rassemble bien mieux que le reste », il serait aisé, après la lecture, d'affirmer que l'amour, celui réciproque d'un père pour sa fille unique, vous rassemble et vous tient debout. Comme la Vénus de Milo, les siècles durant.

  • Une jeune femme, blonde depuis peu, entre au Londres-Louxor. Dans cet ancien cinéma parisien des années 1920 se retrouve la diaspora de Bosnie. On y parle peu de la guerre, davantage d'affaires, et beaucoup des soeurs Vitch. Ariana est comptable, Esme est écrivain. L'une séduit les hommes, l'autre les comprend. Ces derniers temps, au Londres-Louxor, on croise surtout Esme à la recherche de son aînée partie sans explication. Cette disparition émeut les habitués du lieu et pousse chacun à abattre ses cartes dans un jeu déroutant : l'évocation d'un pays d'origine dont l'histoire s'est éparpillée au fil de versions multiples ou dégradées, de fragments et de mythes.

    Postface inédite de l'autrice.

  • Paul est étudiant le jour, veilleur dans un hôtel la nuit. Seules les allées et venues de l'énigmatique Amélia, riche héritière qui y occupe une chambre à l'année, viennent rompre la monotonie de son service. Fasciné par les mystères qui l'entourent, Paul tombe fou amoureux. Ils s'aiment passionnément. Jusqu'au jour où Amélia part subitement pour Sarajevo, à la recherche de sa mère disparue.

  • Corps volatils

    Jakuta Alikavazovic

    - Détachés du monde qui les entoure, cyniques et idéalistes, Colin et Estella semblent vivre sous l'emprise des fragments perdus de leur enfance. Dans un Paris assombri par une pluie noire et apocalyptique, ils se frôlent ou s'évitent. Colin se livre à un trafic de narcotiques. Estella mène un inquiétant jeu de piste autour de son père, auteur d'une oeuvre mythique. - Née en 1979, ancienne élève de l'ENS, agrégée d'anglais, Jakuta Alikavazovic vit à Paris. Elle est l'auteur de plusieurs ouvrages destinés à la jeunesse et d'un recueil de nouvelles. Corps volatils est son premier roman.

  • L'écrivain John Volstead signant à l'encre le front d'une femme : la photo fascine Gray, amant de la blonde Anna. Photographe froide et mystérieuse, elle détruit régulièrement le cliché et John, son ex-mari, le replace dans la maison qu'ils partagent tous trois. Volstead se suicide, la photo disparaît. projetant Gray sur la piste d'une légendaire collection qui réunirait des oeuvres perdues.

  • Avec ses grands yeux clairs et ses longs cheveux blonds, Irina incarne à la perfection Irina, petite princesse créée de toutes pièces par son écrivain de père. Mais à force, cette Irina de roman est devenue encombrante.Depuis que ses parents sont morts et qu'il vit seul avec son frère aîné, Bernard a cessé de fréquenter l'école. La nuit, il danse comme une rock star. Le jour, il cultive son côté mystérieux, d'où les lunettes de soleil qu'il ne quitte pas. Alors, quand Irina emménage dans l'immeuble en face de chez Bernard, il se produit comme une étincelle. Drôle de fille, s'est dit Bernard en apercevant pour la première fois cette blonde. Ce garçon est fou ou épileptique, a pensé Irina, avant de chercher à capter l'attention de son voisin. C'est à ce moment-là qu'il s'est passé quelque chose d'étrange.

  • Véra avait arrêté de fumer, Jérémie, non.Dès lors pour Jérémie, juriste traquant le double jeu, il y eut d'insupportables odeurs de tabac froid, parfums de cigarettes blondes ou effluves de havane, des cendriers vidés sur des absences de plus en plus fréquentes, il y eut surtout cette étrange cicatrice au dos de Vera; comme la braise brûlante d'un Romeo y Julieta en cette chair aimée.La romancière guettait les vies des autres; mais qui s'en souciait assez pour espionner la sienne ?Jusqu'à la fin elle ignora ce qu'endurait le mari de l'écrivain.Aussi inclus dans le COFFRET - Des plumes et du goudron.Vera fume, Jeremie, lui, a cessé. Vera écrit, suscite l'admiration autour d'elle, échappe à Jérémie, amoureux souffreteux.

  • Armand, quinze ans, sèche parfois le lycée pour aller acheter avec holmes des perruques stylées et des bonbons au coquelicot, ou simplement pour fuir les autres, leurs bandes et leurs contrebandes.
    Les autres croient que holmes est la riche maîtresse d'armand, parce qu'elle est très belle et qu'elle vient le chercher au volant de sa porsche. mais non. ils sont neveu et tante, et holmes est la tutrice légale d'armand depuis la disparition de ses parents. une tutrice du genre cool, qui travaille pour un journal pop-rock tendance et qui s'est contentée de dire qu'elle n'aimait " ni l'adolescence, ni la médiocrité ".
    Armand non plus, d'ailleurs. il a mieux à faire. conseiller holmes dans les préparatifs de son prochain voyage, un mystérieux voyage. et dans l'organisation de son casting d'époux, d'hypothétique époux. depuis un mois, armand tient un carnet qu'il appelle " le cahier d'holmes et moi ". un jour, théa de kilmaine, une fille du lycée, l'invite chez elle. se laisse embrasser. ce qui trouble armand. puis se débrouille pour lui voler son cahier.
    Armand serait prêt à beaucoup pardonner à théa. mais pas ça.

  • Au collège, Perkins se bagarre avec tout ce qui bouge et collectionne les plaies et les bosses avec un plaisir mêlé d'écoeurement. Ce petit jeu dure depuis deux semaines. Précisément, depuis que son grand frère est tiré d'affaires. Clément est tombé de haut. Après une chute de deux étages, il est à l'hôpital, en plusieurs morceaux. Il va mieux, paraît-il, pourtant il refuse obstinément qu'on lui rende visite. Alors Perkins imagine le pire. Il veut voir Clément de ses yeux, vérifier qu'il n'est pas aveugle ou défiguré, s'assurer que c'est bien lui, même en pièces détachées ! Surtout, il veut lui poser la grande question, la seule qui compte vraiment. Pourquoi Clément est-il tombé de la fenêtre de son lycée ? A-t-il perdu l'équilibre ou bien s'est-il jeté en bas ? En quête d'une réponse, Perkins fouille l'intimité de ce grand frère si secret. Il découvre une enveloppe forcément mystérieuse, des carnets illisibles et des copains de Clément particulièrement faux et fuyants. Rien pour le rassurer...

  • Ce recueil met en scène une constellation de personnages qui, placés tour à tour sur le devant de la scène ou en coulisse, endossent par intervalles le rôle principal : s'attacher la magnétique Violette. Laurent, Salomé, Edgar, Simon, Rachel - toutes et tous gravitent autour de Violette et nous livrent d'elle un portrait kaléidoscopique.
    Qui est Violette ? Une jeune femme étrange, amatrice, entre autres, de chapeaux insensés, d'animaux bizarres, de palais italiens et de tir à la carabine. Elle est également l'épouse de Simon, l'ancienne compagne d'Edgar, l'amie de Laurent. Mais elle reste avant tout une créature énigmatique, un brin vénéneuse (a-t-elle tué Edgar ?), passée maîtresse dans l'art d'attirer à elle des gens plutôt extravagants et de collectionner pour Simon (son mari est un écrivain maniaque qui pille sans vergogne la vie des autres) des tableaux aussi peu communs que romanesques : une partie de tennis redoutable jouée avec une balle transparente, un vol d'oiseau dans un musée d'histoire naturelle, des tympans percés mystérieusement, un jumeau travaillant à reconstituer le squelette d'un centaure, un homme qui disparaît, une mère qui voyage avec sa fille, les cendres de son ex-mari et un sagre-lucifer, sorte de requin miniature vivant en bocal et capable de vous réinsuffler l'envie de vivre - pour peu que vous consentiez à le manger.

  • Savoir rédiger est une démarche nécessaire et fondamentale pour se faire comprendre, quelle que soit la situation.
    Si l'étudiant doit obligatoirement faire preuve d'une bonne maîtrise de la langue, toute personne est confrontée à l'écriture dans sa vie quotidienne et professionnelle.

  • Cette fin du monde nous aura quand même donne de beaux couchers de soleil Nouv.

    À l'image de son mystérieux titre, cet ouvrage se déploie sous la forme d'une collection d'énigmatiques diptyques. Les photographies de Julien Gester ont été produites sur un mode strictement documentaire et contemplatif, à travers le monde et sur plusieurs années. Si chaque cliché est ancré dans une réalité précise, l'ensemble ne rend pas compte d'un territoire ou d'un temps en particulier, mais bien d'un regard grand ouvert sur le monde et ses ambiguïtés, une attention aux lumières et aux couleurs, aux rencontres, aux archétypes et aux accidents.

  • ÿþ " Au pays des merveilles.Baroque, excentrique, érudit, autoritaire, féroce, réactionnaire, excessif et sûrement génial : telle est l'image que l'on se fait en général de Vladimir Nabokov, dont la stature intimidante continue de hanter le paysage littéraire actuel. Il existe donc un grand nombre d'ouvrages - biographies, études critiques, essais universitaires, etc. - consacrés à cet auteur. Celui de L.A. Zanganeh fait exception à la règle. A l'instar d'une autre iranienne, Azar Nafisi, (Lire Lolita à Téhéran) mais avec une approche radicalement différente, L.A.Z. arrache l'Suvre de Nabokov au Panthéon des Lettres et se concentre sur le personnage comme s'il s'agissait de le capturer, tel un de ces merveilleux papillons qu'il aimait poursuivre. Nous voici conviés à l'exploration du monde de Nabokov, comme dans une visite guidée dans laquelle l'écrivain jouerait lui-même le rôle du guide, à la recherche de ce qui constitue le cSur secret de son imaginaire : le bonheur.

    " Née à Paris de parents iraniens en exil, Lila Azam Zanganeh, 34 ans, est normalienne. Elle part aux U.S.A. et enseigne à Harvard, avant de passer un diplôme de sciences politiques à Columbia University. Correspondante du Monde des Livres à New York, elle écrit également dans le New York Times, la Paris Review et La Republicca. Publié aux Etats-Unis (Norton), en Grande-Bretagne (Penguin) et aux Pays-Bas (Contact), ce livre est à la fois une initiation à la littérature et un acte de foi dans la vie.

  • A la suite d'une résidence itinérante dans la région Nord Pas-de-Calais, J. Alikavazovic et M. Page ont échangé, à travers des lettres, sur leurs impression, sur les paysages, la population, le quotidien.

  • Faut-il écrire "quelque" ou "quel que" ? quel est le pluriel de "timbre-poste" ? quand emploie-t-on le subjonctif ?.
    La langue française ne manque pas de pièges et de subtilités. cet ouvrage recense les erreurs grammaticales, syntaxiques et lexicales les plus fréquemment commises. ii présente toutes les règles indispensables, illustrées de nombreux exemples. 100 pièges de la langue française s'adresse tout particulièrement aux étudiants de premier cycle et aux élèves des classes préparatoires. il sera également utile à tous ceux qui cherchent à approfondir leur maîtrise du français.


  • faut-il écrire " quelque " ou " quel que " ? quel est le pluriel de " timbre-poste " ? quand emploie-t-on le subjonctif ?.
    la langue française ne manque pas de pièges et de subtilités. cet ouvrage recense les erreurs grammaticales, syntaxiques et lexicales les plus fréquemment commises. il présente butes les règles indispensables, illustrées de nombreux exemples. les 100 pièges de la langue française s'adresse tout particulièrement aux étudiants de premier cycle et aux élèves des classes préparatoires. il sera également utile à tous ceux qui cherchent à approfondir leur maîtrise du français.


empty