Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

  • Celle qui doit venir

    Jean Robin

    • Dervy
    • 22 Avril 2021

    Le dernier détenteur du Sârâph, un grimoire de haute magie ouvrant des portes interdites, a été assassiné. Un ex-commissaire, délicieusement old school, recherche le coupable au fil d'une errance nostalgique éclairée de présences féminines étrangères aux conventions bourgeoises...

    Ce roman picaresque, porté par un souffle puissant dont l'humour n'est jamais absent, nous entraîne dans un fascinant jeu de miroirs entre les années précédant la Révolution de 1789 et notre société crépusculaire. Celle-ci veut retenir dans son enfer un jeune apprenti financier, mais des personnages légendaires et immortels - le Juif errant et Cagliostro -, qui traversent les siècles en veillant sur le Sârâph, transforment son parcours chaotique en une quête initiatique.

    L'intrigue policière s'achève alors sur une eschatologie furieusement hétérodoxe, sous les auspices du « Féminin sacré » incarné par Celle qui doit venir, que certains kabbalistes appellent « la Désirée des Nations ». Et si, sous le voile chatoyant de la fiction, cette anticipation nous disait la réalité de demain ?

  • Pratiquant la Tradition primordiale, il s'abreuvait à la source de toutes les spiritualités authentiques, faisant éclater les carcans dogmatiques des exclusivismes religieux. D'où la conspiration du silence qui tenta longtemps d'étouffer une oeuvre au coeur de laquelle gît un secret explosif : celui des initiés de la « voie gauche ». Systématiquement persécutés au cours des âges, ceux-ci considéraient la prétendue Création divine comme une prison cosmique dans laquelle nous a enfermés un « sous-dieu » : le Démiurge. Cette « matrice » est la mauvaise copie de l'Univers primordial réellement divin.

    Pour retrouver cette terre promise, il existe un stratagème : utiliser les forces réputées inférieures et chaotiques - en un mot, la « puissance noire » - dont la maîtrise libérerait l'énergie nécessaire à notre Délivrance.

    Telle est la clé ultime - pour la première fois dévoilée - de l'oeuvre de Guénon. Elle donne accès à de vertigineux arcanes et à des réalités « métapolitiques » dont la brutale irruption dans notre quotidien ne prendra pas au dépourvu les lecteurs de ce livre...

  • Nous devons nous poser 2 questions : Dieu existe-t-il ? S'il existe, lequel est-il ? Pour cela nous avons des preuves physiques et tangibles, qui doivent nous mener à la résolution de cette énigme, à l'instar d'un détective cherchant à élucider un crime.
    Israël d'une part, et la Scandinavie d'autre part ont donné les meilleurs fruits de toute l'histoire de l'humanité, dans des sociétés clairement dominées par le théisme. Or il s'agit de deux croyances qui, sous l'appellation de christianisme, reconnaissent le même Dieu, qui est le Dieu de la Bible.
    Certaines cultures permettent aux hommes (et aux femmes) d'être libres et égaux en droit, d'autres pas. Certaines plongent les humains dans la pauvreté, la famine, la souffrance, l'inégalité, d'autres dans l'opulence, le bien être, l'égalité relative. Certains sont écologiques, d'autres pas. Etc.
    C'est en fonction de ces critères finalement assez simples que nous allons nous pencher sur des preuves de l'existence de Dieu. Notre postulat de départ est donc le suivant : si Dieu existe, il s'est manifesté d'une manière ou d'une autre aux hommes, qui ont suivi ses conseils, et dont les fruits sont meilleurs que les autres (preuves 19 à 50).
    Par ailleurs nous ajouterons à ces preuves-là des données factuelles assez parlantes, autour des questions principales de l'existence (voir preuves 1 à 18). Nous parvenons ainsi à cinquante preuves de l'existence de Dieu, c'est-à-dire des données factuelles qui ne s'expliquent pas rationnellement autrement que par la grâce divine.
    Si vous êtes athée ou agnostique, et que vous êtes ouvert aux preuves factuelles, scientifiques et vérifiables, vous devez soit chercher des explications rationnelles à ces preuves en excluant le Dieu de la Bible comme cause ; soit accepter ces faits comme preuves de l'existence du Dieu de la Bible et vous convertir au christianisme.

  • Découvrez le sens caché de l'oeuvre de Lovecraft.
    Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) est sans conteste le plus grand auteur américain de récits fantastiques depuis Edgar Poe. Considéré comme le père spirituel de Stephan King, la majorité de ses lecteurs ne voit naturellement en lui que le créateur d'un univers de terreur hanté par les célèbres « Grands Anciens », entités d'outre espace associées aux origines de l'humanité. Momentanément exilés dans une dimension parallèle par les « Autres Dieux » (entendez : les religions monothéistes), ces « Grands Anciens » - dont le retour est attendu par une « cinquième colonne » de dévots restés fidèles à une très antique tradition - s'apprêtent à faire passer notre monde crépusculaire dans le prochain cycle historico-cosmique à travers un mur de feu.
    Et si ce scénario ne relevait pas de la seule fiction ?

  • En ces temps de crise, le système D est devenu le B.A BA pour vivre, voire survivre. Des millions de Français sont au chômage, ou bien touchent une assistance sociale qui représente tout ou partie de leur salaire. Sans compter les travailleurs pauvres, les familles surendettées, et tous ceux qui n'arrivent pas à boucler leurs fins de mois.
    Heureusement il est de plus en plus facile de gagner des revenus complémentaires, et ce petit livre a pour but d'en donner les principales pistes. Internet est sans doute le moyen le plus incontournable aujourd'hui pour gagner des revenus importants, jusqu'à 1000€ par mois, en complément de son activité principale. Tout dépend du temps que vous êtes prêt à y consacrer, et des compétences dont vous disposez. Et encore faut-il connaître les bons plans qui existent mais que peu de gens connaissent.
    Nous étudions aussi des domaines aussi divers que la création d'entreprise, les tests cliniques, les brocantes et autres petits boulots. Ce livre vous rendra donc beaucoup de services, en vous faisant gagner du temps, de l'énergie et de l'argent.

  • Le livre noir de l'automobile

    Jean Robin

    • Tatamis
    • 4 Novembre 2014

    L'automobile a bonne presse, sans doute du fait qu'elle finance largement la presse par une publicité monstrueuse. Pourquoi les constructeurs éprouvent-ils tant le besoin de promouvoir leur production, alors qu'elle est censée répondre à un besoin vital de l'être humain ? Cela ne cache-t-il pas une réalité moins rose ?

    L'automobile est de très loin le moyen de transport le plus mortel et handicapant de toute l'histoire de l'humanité. Il est aussi le plus polluant, le plus bruyant, le moins rentable, celui qui détruit le plus les paysages, qui fait perdre le plus de temps à ses utilisateurs, qui creuse le plus les inégalités sociales, etc.

    En fait, sans la publicité, l'automobile n'aurait eu aucune chance de s'imposer au 20ème siècle comme principal moyen de transport. Associer le sexe et l'automobile est sans doute la meilleure trouvaille des propagandistes, mais les résultats sont sous nos yeux, à peine un siècle après que l'automobile ait colonisé le monde.

    Ce livre noir de l'automobile fait un point sans détours ni raccourcis sur l'état du monde dominé par l'automobile, et ce n'est pas beau à voir. En refermant ces quelques 200 pages, on se dit qu'il serait temps de donner un bon coup de frein à main et de se demander si l'humanité a véritablement progressé grâce à la démocratisation de l'automobile.

  • En 2005, les éditions Flammarion publiaient "Confessions d'un baby-Boomer" de Thierry Ardisson. Au même moment, un jeune inconnu décidait de mener sa propre enquête loin des spots de la promo du livre. Seul un travail de taupe enfermé plusieurs mois dans des archives et bibliothèques pouvait permettre la découverte du premier mensonge, puis celle d'une véritable industrie d'impostures jamais révélées, de la part du présentateur emblématique de France 2. En 2006, dix ans jour pour jour après la crise des animateurs-producteurs de France Télévisions, Jean Robin décide d'étendre le champ de son investigation mais voit étrangement son livre-enquête refusé par une vingtaine d'éditeurs français, souvent sans même en avoir lu une seule ligne. Car le sujet est tabou dans les milieux de l'édition, qui dépendent en grande partie des faveurs de Thierry Ardisson et de ses copains pour écouler leur « marchandise ».

    Absent de la polémique en 1996, le présentateur de Tout le Monde en Parle est devenu le chef de file d'une génération d'irresponsables télévisuels subventionnés par chacun d'entre nous. Qu'ils soient condamnés en justice, ou pris en flagrant délit d'imposture, personne ne réagit, du sommet de l'Etat à la direction de France Télévisions, à l'exception notable d'Arrêt sur Images sur France 5. Alors pourquoi, et surtout comment ont-ils réussi à tuer la télé publique ?

    Plagiats à échelle industrielle, manipulations, pressions et mensonges de masse sciemment orchestrés : bienvenue dans les loges de France Télévisions et dans les vraies confessions du baby-Boomer, celles qu'il n'a pu évidemment vous avouer.

  • L'Eglise catholique se présente depuis près de 2000 ans comme l'incarnation sur Terre de la morale, de la charité, du vrai, du bien et du juste. Pourtant, à y regarder d'un peu plus près, toute son histoire est jonchée de cadavres, de persécutions, de scandales sexuels, d'antisémitisme et d'injustices en tous genres.
    On juge un arbre à ses fruits, enseigne Jésus-Christ, dont l'Eglise se réclame, et c'est sur cette base que chacun pourra se faire une opinion sur l'Eglise catholique à travers ce livre noir. Car enfin, quand des papes ont organisé des orgies sexuelles à Rome, cela n'a pas suffi à les désavouer. Quand l'Inquisition fut mise en place, en opposition totale avec le message d'amour du Christ, pour torturer, brûler, et assassiner les hérétiques réels ou supposés, les catholiques ne semblaient pas dérangés outre mesure. Et quand les massacres de protestants, de juifs, de païens, d'athées et d'Indiens étaient soutenus par la papauté et relayés parmi les catholiques, l'Eglise a mis plusieurs siècles avant de reconnaître ses horreurs et s'en repentir, mais pour une petite partie de ses crimes seulement.
    Les catholiques cherchent à cacher ou à minimiser cette histoire macabre et peu reluisante, pourtant il était de notre devoir, après avoir publié une douzaine de livres noirs, de ne pas oublier celui du catholicisme. La France n'est-elle pas, après tout, la fille aînée de l'Eglise ?

  • "Il s'agit d'une histoire vraie. J'ai passé les années de la Seconde Guerre mondiale dans un village près de Reims, en Champagne.
    Il y avait des aviateurs allemands qui occupaient l'endroit et logeaient dans les fermes chez l'habitant.
    À côté de certains moments désagréables et parfois tragiques, je me souviens aussi de périodes de franche rigolade, aux dépens de l'ennemi commun, parfois à nos propres dépens.
    En 1945, le convoi de chars américains venu de Normandie est passé au village avant de libérer la ville de Reims."

  • La nouvelle extrême droite

    Jean Robin

    • Xenia
    • 18 Janvier 2011

    L'expression " extrême-droite " a été, sans doute, l'accusation la plus employée ces trente dernières années en France pour exclure du cercle républicain tout un pan de la population et des idées qu'elle défendait.
    Pourtant les langues commencent enfin à se délier sur ce qui pourrait s'avérer être une des principales manipulations de l'opinion contemporaine. Un ancien Premier ministre a déclaré publiquement en 2007 que cette lutte antifasciste " n'était que du théâtre " (alors qu'il y avait lui-même largement participé). Mais alors à quoi et à qui pouvait bien servir ce théâtre ? Dans le sillage d'un Orwell ou d'un Zinoviev, Jean Robin livre dans cet ouvrage un démontage brillant de la rhétorique du pouvoir au tournant du troisième millénaire.

  • Hitler et les sociétés secrètes. Les arrière-plans occultes du nazisme... Sur un tel sujet, que restait-il à dire ? TOUT ! Ce livre dévoile entre autres : 1) le rôle véritable du « baron » Rudolf von Sebottendorf, le fondateur islamisant de la fameuse Société Thulé, 2) La réalité historico-mythique qui se dissimule derrière cet Ordre du Dragon Vert auquel fut affilié Karl Haushofer, le père de la géopolitique nazie, 3) L'identité des mystérieux « Soixante-Douze » dénoncés à la face du monde, dès 1919, par le ministre allemand Walther Rathenau. Mais il ne s'agit pas seulement d'éclairer un passé tragique. Hitler, en effet, a déclaré : « Je sais que je ne suis pas Celui qui doit venir ». De qui donc le Führer - marionnette du diable - fut-il le PRÉCURSEUR ? Il est urgent de le dire : le nazisme, « allié objectif » d'un messianisme islamique dévoyé, prépare aujourd'hui, depuis des bases secrètes, la plus apocalyptique des revanches. C'est pourquoi cet ouvrage est plus qu'un livre d'histoire. C'est un AVERTISSEMENT.

  • Le héros de ce roman historique est un personnage à la fois célèbre et totalement méconnu : l'empereur romain Julien (331-363).
    Neveu de Constantin, dont le règne avait permis le triomphe du christianisme, il fut surnommé l'Apostat pour avoir abandonné la nouvelle religion au profit d'un paganisme « mystique ». Telle est du moins la version officielle ; mais la haute spiritualité de Julien rend les choses infiniment plus complexes.
    Le propos de ce livre, qui suit scrupuleusement le fil d'un destin fulgurant et tragique, est précisément d'éclairer la personnalité hors normes - et pour cela incomprise - de cet initié transformé en chef de guerre, qui se battit moins pour la Rome historique que pour l'avènement d'un Empire universel dont l'attente traversera les siècles... jusqu'à notre époque.
    Les analogies troublantes entre la fin de l'Empire romain et notre civilisation en crise, à la recherche d'une inaccessible unité, rendent l'épopée de Julien plus actuelle que jamais. Et l'humanité, la tolérance, la vision prophétique de celui dont la mort, dans sa trente-troisième année, fut un sacrifice volontaire, en font un véritable maître de sagesse pour nos temps troublés.

  • L'union européenne, c'est la paix, la prospérité et la démocratie. Voici ce que les gouvernants et hauts fonctionnaires des principaux pays européens nous promettent depuis 1957 et le Traité de Rome, qui fonda ce qu'on appelle aujourd'hui l'Union européenne.
    50 ans plus tard, force est de constater que ces promesses n'ont jamais été réalisées. La crise que connaît l'Europe dure depuis 1973, et loin de l'endiguer, la construction européenne n'a fait que l'accélérer, les pays de la zone euro étant encore plus en crise que les autres, mis à part ceux d'Afrique.
    L'Union européenne est-elle pour quoi que ce soit dans la paix relative qui règne sur le continent, ou bien cela vient-il surtout de la bombe nucléaire qui dissuade tout conflit d'ampleur ? En tout cas, l'Union européenne n'a pas empêché la guerre en Bosnie et les bombardements de l'OTAN qui ont suivi, ni l'occupation de Chypre par la Turquie qui dure encore aujourd'hui.
    Comme pour le livre noir de la gauche et le livre noir de l'islam, l'auteur regroupe des centaines de sources permettant d'être irréprochable dans son approche factuelle, journalistique et historique. Le lecteur sera souvent surpris par des aspects de l'histoire dont il n'a jamais entendu parler, et se verra parfois confirmé dans les informations qu'il avait sur des sujets moins méconnus.

  • Le coup d'Etat médiatique

    Jean Robin

    • Apopsix
    • 1 Octobre 2013

    Sans que les peuples occidentaux s'en soient rendu compte, le pouvoir politique est passé en quelques décennies au pouvoir médiatique. D'un pouvoir imparfait mais légitime, il est passé à un pouvoir sans contre-pouvoir et totalement illégitime. Les conséquences de ce coup d'État médiatique sont immenses, et touchent quasiment tous les domaines de la vie en Occident. À savoir les aspects intellectuel, politique, sportif, culturel, philosophique, écologique, sociologique, scientifique, de santé publique, et évidemment médiatique.
    Des journalistes, des animateurs, anciens publicitaires pour certains d'entre eux, sont devenus plus puissants qu'un ministre ou qu'un Président de la République. Pourtant personne ne les a jamais élus, et ils n'ont jamais expliqué au peuple quelle était leur idéologie. Les politiques ont commis l'erreur funeste de se faire prendre en otage par cette logique médiatique, au lieu d'en rester maître, comme le Général de Gaulle. Dès lors, le pouvoir leur a échappé, et il réside ainsi quasi exclusivement dans les médias.

empty