Les commandes sur le site internet sont suspendues jusqu'au : 14/02/2022

  • Je suis un chat. Mes maîtres m'ont oublié dans la forêt où ils s'étaient arrêtés pour pique-niquer. Je pense qu'ils s'inquiètent de mon absence. Surtout le jeune Rodrigue avec qui j'aime tant dormir la nuit, blotti à ses pieds. Dans la nature, je peux chasser, jouer, courir à perdre haleine. Mais elle est aussi pleine de dangers. Je découvre la souffrance et la faim. Je voudrais tant rentrer chez moi... Un roman plein de tendresse, sur l'amitié entre un jeune garçon et un animal, alternant le pont de vue du chat et celui de ses maîtres.

  • Parler du pays

    Jean-Noël Blanc

    Des saisons, des sourires, des malheurs, des malices : en somme, des vies. Les raconter, c'est écrire des nouvelles, les rassembler c'est rédiger le roman d'un « petit pays ». Mais pas n'importe lequel. « Il faut commencer par là : ce petit pays tient tout entier dans la main. Une paume suffit à le contenir, avec ses champs, ses bosquets, ses collines, ses routes, ses prés [...]. On aurait tort toutefois de croire que tout est paisible. La contrée ignore la docilité : des escarpements en veux-tu en voilà, des versants rudes, plus de montées que de descentes. [...] Pour le reste, il faut déambuler, pousser des portes, écouter, regarder. Faire confiance au hasard, aux histoires surprises et au grand désordre des vies. »

  • Comme si rien

    Jean-Noël Blanc

    « Le ministre avançait sans hâte. Je le regardais progresser. Encore cinq collègues et ce serait mon tour. Je sentais mon coeur résonner dans mes oreilles, dans mes tempes, dans ma gorge. J'ai avalé ma salive. Plus que trois collègues. Plus que deux. » Albert Pêcheur n'imagine pas à quel point trente-deux ans passés au Bureau central des vérifications vont être bouleversés par l'annonce de la venue d'un ministre. Jean-Noël Blanc nous donne à voir avec humour le mécanisme implacable par lequel un événement insignifiant au regard d'autrui peut faire vaciller un destin. Et l'on se prend à trembler devant ce verre d'eau où gronde une tempête.
    Face aux angoisses d'Albert, Ann Guillaume crayonne des murs, des labyrinthes, des citadelles qui nous entraînent dans les circonvolutions d'un esprit en déroute.

  • Ce récit est une déclaration d'amour aux chats. À tous les chats. Pour avoir toujours vécu en leur compagnie, Jean-Noël Blanc multiplie les anecdotes et les confidences, évoquant les maladresses de l'un et les exploits de l'autre, les moments de tendresse partagée, la permanence touchante des fidélités, sans oublier, hélas, quelques deuils difficiles.
    On rencontre ainsi des matous chefs de quartier, des chattes vertueuses, des chatons aventureux, des chats amoureux et des vagabonds, des délurés, des conquérants, des mutins, des séducteurs : en somme, les vies de chat d'un écrivain, dont les histoires vécues abordent les particularités méconnues des chats.

  • Tout adolescent affronte un jour la meme question : comment se construire? Comment devenir vraiment ce qu'on est? Comment trouver son propre chemin? En se battant, comme Théo ? En fuyant, comme Théo ? En fuyant, comme Yan ? En s'ouvrant aux rencontres et aux émotions, comme Ropdolphe ou Natalia? Chacun s'y prend comme il peut. Jusqu'au jour ou Fabien fera comprendre ´r son pcre qu'il est devenu assez grand pour se débrouiller. En adulte.

  • Ils s'appellent gueule d'ange, nouredine, céline, eliane ou piotr.
    Ils font du football, du ski, du vélo ou de la boxe. l'entraînement, l'exploit, l'effort, la défaite ou le plaisir de la victoire, tout cela ils connaissent. leur seul défi : aller jusqu'au bout d'eux-mêmes, avec toujours cette volonté d'être vrais. on ne triche pas quand on joue le jeu à fond. les histoires qu'écrit jean-noël blanc, avec humour, dureté ou tendresse sont intenses et révèlent le sport sous un angle inhabituel.

  • Jean Noël Blanc est un grand novelliste, auteur pour la jeunesse et pour adultes. Passionné par la technique d'écriture, et notamment par les contraintes d'écriture, Tailles douces paru chez nous en est un exemple. Il sillonne la France à la rencontre de lycéens, de collégiens et de professionnels de la lecture et de l'écriture. Avec ces publics différents, il parle toujours du travail d'élaboration d'un texte.

    Après une quarantaine d'ouvrages, il a eu envie de faire le point sur ce que c'est qu'écrire. Bienvenue dans son atelier : comment débuter un texte ; comment tenir un dialogue qui sonne juste ; pourquoi conduire la chasse aux adjectifs qualificatifs ; pourquoi faut-il plus de transpiration que d'inspiration ; comment décrire une scène en économisant les moyens ; pourquoi il faut être plutôt bête pour se lancer dans l'écriture (les critiques savent, les auteurs essaient). L'exposé est assez méthodique : chaque idée a son chapitre (le «vertige de la page blanche» ; la bagarre contre les fioritures ; oser être soi ; couper, couper et couper encore ; rythme et ponctuation ; etc.), et chacun est assorti des quelques «verres de jus d'orange» : quelques exercices malins et vitaminés, en rapport évidemment avec le chapitre, pour ceux qui ont envie de tâter de l'écriture.

    Très vivant, avec beaucoup de cas concrets, des exemples (y compris personnels) et une bonne dose d'humour dans le ton. Invitation à mettre les pieds dans l'atelier d'un écrivain, et dont le but est de donner envie à d'autres d'écrire.

  • La Légende des cycles est une véritable déclaration d'amour à la pratique du vélo.
    A toutes les pratiques : depuis les paisibles sorties des randonneurs jusqu'aux exploits des champions. Voici donc des confidences de routes buissonnières, aussi bien que des chants enflammés dédiés aux héros bariolés qui enchantent nos étés à l'occasion du Tour de France. Jean-Noël Blanc offre, par dessus tout, le plaisir de faire partager les bonheurs du vélo.

  • Brèves internationales et locales, sport, vie économique et sociale, faits divers, culture et loisirs. C'est un journal, cette fois, que Jean-Noël Blanc propose à ses lecteurs. Un recueil qui prend la forme d'un quotidien plein de « nouvelles » du monde. Ces informations fictives, drôles, inquiétantes, joyeuses ou dramatiques, dressent un portrait de l'humanité.
    Avec l'inépuisable inventivité qui a fait de lui l'un des plus grands nouvellistes français, Jean-Noël Blanc, dans ce troisième recueil à paraître dans la collection Nouvelles, réinvente une fois de plus le genre, tant par la forme que par le fond, pour un plaisir de lecture inédit.

  • Finalement, l'enfance n'est pas une maladie très grave : elle finit toujours par passer.
    Parfois, pourtant, ça ne se passe pas très bien. c'est que cet âge n'est pas garanti pur fruit pur sucre. on y trouve des noyaux, aussi. ou pis. même les enfants heureux peuvent avaler de travers un bout d'existence.
    ça ne les empêche pas de rire.
    Quant aux autres.
    Quand l'existence leur fait la vie dure, ils se fabriquent bravement de petits bonheurs, à la vie-comme-je-te-pousse.

  • Mettre le nez à la fenêtre, en termes cyclistes, c'est se porter en tête du peloton en vue de s'échapper. Ce que fait Momo, dans une grande étape de montagne du Tour de France. Les quelques heures de cette étape, le lecteur les vit dans la peau de ce coureur avec ses espoirs, ses efforts, sa détresse, son courage...

  • Tailles douces

    Jean-Noël Blanc

    De l'écriture de nouvelles comme discipline sportive à l'élaboration de nouvelles sans chute, à choix multiples, courtes, voire très courtes. Le virtuose de la nouvelle Jean-Noël Blanc nous régale avec son humour impertinent.

    Indisponible

  • L'inauguration des ruines retrace le parcours, sur quatre générations, d'une famille d'industriels, dont le destin est intimement lié à celui de la ville qu'ils habitent et qu'ils façonnent, jusqu'au point de faire littéralement corps avec elle. C'est aussi un roman qui a envie de roman : si la structure générale est celle d'un 'roman de dynastie', le texte multiplie sur cette base les récits, les personnages, les aventures, les épisodes, les narrations, en mêlant l'amour, l'économie, les fantasmes, l'architecture, l'Histoire, la politique, la poésie, les chansons...

  • Un hôtel accueille pour une nuit, pour quelques jours, pour quelques heures, des bouts d'existence.
    En somme, il réunit des vies en pièces détachées.
    Les destins qu'on croise dans les couloirs ne sont donc pas toujours d'une solidité à toute épreuve.
    Dieu merci, il existe aussi des félicités dans les chambres et des ravissements dans les rêves. Et dans les lits.
    Dans tous les cas, il s'agit toujours de l'appétit qu'on met à vivre. Ou à aimer. C'est la même chose.
    Des destinées diverses et des sorts opposés se croisent ainsi, s'évitent, s'ignorent, se rencontrent, se frôlent ou se fuient dans un même hôtel, au cours d'une seule nuit.
    Ce sont autant d'histoires : autant de nouvelles qui rédigent enfin de compte le roman de cet hôtel.


  • pourquoi ce livre ? parce que malgré nos recherches désespérées, nous ne trouvions aucun ouvrage généraliste sur la chaîne graphique.
    certains étaient des sommes techniques mais ne rendaient pas compte de la sensibilité du sujet ; d'autres étaient historiques et ne traitaient pas des révolutions technologiques en cours ; beaucoup parlaient de design et de création graphique sans évoquer la production des supports concernés. aucun n'abordait la chaîne graphique sous toutes ses facettes, dans sa globalité. il faut dire que, paradoxe puisqu'elle est chargée de mettre en oeuvre et de matérialiser l'information, c'est une grande muette : elle ne s'exprime pas facilement, ses secrets sont bien gardés et elle ne s'ouvre pas comme ça au premier venu.
    c'est pourquoi nous avons fait appel aux participations, témoignages et contributions de plusieurs centaines de personnes, professionnels ou utilisateurs de la chaîne graphique, sous tous ses aspects : créateurs et maquettistes, écrivains et auteurs, infographistes et photograveurs, spécialistes du texte et de l'image, imprimeurs et producteurs de papier, informaticiens et éditeurs de technologies.
    c'est toute cette diversité, cette complexité, que ce livre a voulu exprimer.

    En stock

    Période exceptionnelle : la commande des livres est suspendue
  • Deux hommes, deux vies. L'un, Ravier, peintre novateur et à l'écart des modes, l'autre, Thiollier, industriel et photographe estimé. Tout les sépare : situation sociale, caractère, et presque 30 ans d'écart en âge. Pourtant une amitié naît, se développe, s'installe. Pourquoi, comment ? La biographie éclaire mal les mystères de l'existence. Pour comprendre, il faut un roman.

empty