• L'édition de la collection L'Ivre de Pierres, 4 tomes entre 1977 et 1983, puis celle d'un tome V projeté mais non édité et aussi le lancement de la collection Vaisseau de Pierres, se décida une décennie après les publications avec le groupe Utopie, la période post 68 et aussi la mise en cause du rôle des architectes et surtout de l'urbanisme, pratique dont les fondements opérationnels étaient trop éloignés de nos critiques pro- fessionnelles et nos positions politiques de ces années, rappelons que la revue Utopie avait comme sous titre sociologie de l'urbain.
    L'Ivre de Pierres fut la recherche d'une liberté éditoriale pour des projets d'archi- tecture car, pour ma part, il n'était pas question de pratiquer le métier en profession li- bérale, ce refus étant suivi pendant un certain temps par d'autres jeunes architectes français des années soixante-dix, après les mises en cause de l'enseignement et de la profession.

  • Cet ouvrage réunit tous les écrits de l'auteur : articles, conférences, séminaires, y compris ceux qu'il a écrits (à la main) et inclus dans les dessins de ses projets. Il est illustré de nombreux dessins dont beaucoup d'inédits, photos des expositions, de reproduction de free press.
    L'ouvrage est aussi une somme de culture qui s'efface très vite, dont il restera la mémoire précise.
    Un long chemin dans l'Utopie avec Paris comme ville expérimentale, lieu où tous ses projets théoriques sont situés. Hommage au siècle éclairé que fut le dix-huitième, ensuite au Paris du dix-neuvième industriel, capitaliste et à ce Paris prolétarien et révolutionnaire et Ville lumière le concluant par une fameuse Exposition universelle.
    J.-P. Jungmann lie et tient le Paris des fêtes de la Révolution, celui de l'haussmannisme et l'actuel, comme une utopie qui perdure.

empty